votre

  • SAINT NICOLAS CHEZ VOUS POUR LES ŒUVRES DU KIWANIS HANNUT GEER-MEHAIGNE

    Visite de Saint Nicolas à votre domicile, dans votre Club ou Association

    Sur demande & réservation uniquement

    Les 27-28 & 29 novembre

    Les 04-05 & 06 décembre

    Au profit intégral de nos œuvres sociales

    PAF > Famille = 25€ >> Club ou Association (Groupe d’enfants) = 50€

    Réservation indispensable chez M. André LERUTH > par tél au > 0495/74 62 00

    Notre site sur le Web >http://www.kiwanis.be/hannut/

    Sur Facebook > https://www.facebook.com/khannut

  • 5 ASTUCES POUR LAVER VOTRE PASSE SUR LES RESEAUX SOCIAUX

    shutterstock_122805094b.jpg

    Vous avez des photos de vous en état d’ébriété sur votre profil Facebook ? Vous avez été tagué(e) sur une photo où, habillé(e) en léopard, vous mettez le feu sur le dancefloor ?

    Vous avez un jour évacué la pression sur Twitter, en crachant votre venin sur votre patron ? Votre compte LinkedIn est tellement vide qu’il donne l’impression que vous êtes le protagoniste de « Seul au monde » ?

    Sachez que ces choses peuvent vous être fatales dans le cadre de votre recherche d’emploi… et peuvent même vous coûter votre emploi, si vous en avez un. Les employeurs sont en effet de plus en plus attentifs à l’« e-réputation » de leurs employés, celle-ci pouvant contribuer à faire ou à défaire la réputation de l’entreprise même. Voici donc 5 astuces pour laver votre passé sur les réseaux sociaux.

    1. Faites une recherche personnelle sur vous

    Googelez votre nom. Si, dans les premières pages, vous retrouvez des mentions de vous qui pourraient nuire à votre recherche d’emploi, il est temps de supprimer tout contenu inapproprié de vos profils sociaux. La personne qui a été engagée par Cisco et a tweeté « Maintenant je vais devoir gérer le dilemme entre gagner un bon gros salaire et faire la navette tous les jours vers San Jose et détester le boulot » avait probablement zappé le fait que Cisco est relativement engagé sur internet…

    2. Dans le doute, effacez

    Passez en revue l’historique de vos publications, vos commentaires et vos anciennes photos sur Facebook, Twitter et autres blogs sociaux pour voir si certaines choses publiquement visibles sont susceptibles de vous porter ombrage. Vous pourriez envisager d’effacer toutes les publications de nature sexuelle, les références à la drogue, l’alcool ou le tabac, les blagues racistes ou sexistes et tout engagement politique trop ancré. Certaines applications, comme SimpleWash, permettent aussi de faire des recherches par mots-clés sur vos comptes Facebook et Twitter et d’effacer ainsi d’un seul coup les contenus problématiques. Cette automatisation pourrait toutefois négliger des publications sensibles qui sortent du cadre limité des mots-clés retenus.

    Enfin, faites aussi attention aux fautes d’orthographe et de grammaire, qui pourront entacher vos talents de communication.

    3. Mettez votre profil LinkedIn à jour

    Aujourd'hui, plus de 1.500.000 Belges possèdent un compte LinkedIn. Le site de networking est aussi le premier réseau social professionnel. Le site peut vous aider directement dans votre recherche d’emploi. Bien sûr, vous devez avoir un profil rempli à 100% et constamment à jour. Pour augmenter votre visibilité, vous pouvez aussi vous inscrire à certains groupes de réflexion importants dans votre domaine et participer aux débats. En réalité, vous devez soigner votre profil LinkedIn en tout temps. Pour plus d’astuces, voyez notre article qui vous éclairera sur les 5 choses à faire sur LinkedIn, même si vous n’êtes pas à la recherche d’un emploi.

    4. Commencez à cultiver votre image professionnelle sur les réseaux sociaux

    Nouez des liens avec vos anciens camarades de classe et vos collègues en les suivant sur Twitter, en les retweetant et en aimant leurs publications (pertinentes) sur Facebook. Abonnez-vous aussi aux comptes de votre (ancienne) entreprise ou de votre université/haute école. Soignez votre image en publiant vous-mêmes des réflexions intelligentes, argumentées et qui ouvrent le débat.

    5. Changez vos paramètres de confidentialité

    En cas de doute, vous pourriez envisage de changer les paramètres de confidentialité de vos profils sociaux afin que seul un groupe trié sur le volet puisse voir vos publications anciennes et futures. Les publications sur les réseaux sociaux sont souvent le fruit de votre humeur du moment et font office de soupape pour évacuer les frustrations en tout genre. Mais n’oubliez pas que ces publications restent inscrites sur votre ligne du temps et qu’elles participent à la formation de votre image. Si vous avez donc l’habitude de publier ce genre de « billets d’humeur » spontanés, vous devriez peut-être restreindre le nombre de gens qui pourront voir cet aspect de votre vie privée.

    Source: Forbes via > http://www.references.be

  • VOTRE GUIDE DE SURVIE POUR 5 CONVERSATIONS DIFFICILES AU BOULOT

    hannut,blog,jcd,conseils,conversations,difficile,votre,patron,chef

    Dans Failure to Communicate (« Défauts de communication »),Holly Weeks, assistante à la Kennedy School (université de Harvard), se penche sur les conversations difficiles au travail.

    Ces conversations épineuses sont souvent nécessaires pour améliorer les conditions de travail des employés. Elles sont toutefois souvent compliquées, tant elles embarrassent et angoissent les travailleurs qui préféreraient s’en passer. Voici un guide de survie pour 5 conversations difficiles, mais nécessaires, au boulot. 

    1. « Patron, j’aimerais une augmentation »

    C’est sans doute l’une des conversations les plus délicates et les plus stressantes que vous aurez avec votre patron. Tentez de rester rationnel(le) et de bannir vos émotions. L’exercice peut évidemment être difficile quand vous sentez que vous méritez une augmentation depuis un bon moment. Holly Weeks insiste néanmoins sur la nécessité de rester posé(e), neutre et factuel(le). Préparez un dossier reprenant vos réalisations marquantes, votre valeur marchande et votre potentiel salarial.

    2. « Patron, vous dépassez les bornes »

    Sous l’effet du stress, votre patron sort parfois de ses gonds et dépasse les bornes. Comment lui en parler sans susciter une nouvelle crise de nerfs ? En gardant votre sang froid, à toute épreuve. Il ne sert à rien de vous énerver sur votre patron. Vous entreriez dans un cercle vicieux qui ne fera qu’attiser la nervosité de celui-ci. Tentez de lui objecter calmement que vous comprenez mieux ses arguments lorsqu’il les expose posément. Votre patron ne se rend peut-être pas compte lui-même de sa nervosité. Votre calme contrastera avec son attitude et provoquera une prise de conscience.

    3. « Patron, vous me donnez trop de travail »

    Il se peut que votre patron ne saisisse pas bien la charge de travail qu’il vous impose. Ses attentes sont peut-être irréalistes. S’il est difficile de lui en faire part (vous n’avez pas envie de passer pour un(e) mauvais(e) employé(e) qui ne fait pas son boulot), vous devez pourtant prendre votre courage à deux mains et l’affronter. Cette confrontation est essentielle pour préserver des relations saines avec votre hiérarchie. Dressez la liste des tâches que vous avez à effectuer et évaluez précisément le temps nécessaire pour chacune d’entre elles. Rendez-vous ensuite chez votre patron et demandez-lui combien de temps il pense que vous devez consacrer à ces tâches. Vous pourrez alors démontrer concrètement que ses attentes ne correspondent pas à la réalité du terrain.

    4. « Patron, pourquoi ne m’avez-vous pas accordé cette promotion ? »

    Il n’y a aucun mal à demander à votre boss comment il perçoit la qualité de votre travail. Vous pouvez estimer avoir fait vos preuves et mériter une promotion. Vous pouvez également vous sentir frustré(e) si vous stagnez au même poste depuis longtemps. Néanmoins, votre patron n’est peut-être pas conscient de votre désir de promotion. Abordez la chose en deux fois. Commencez par lui faire part de votre intérêt pour une promotion. Après quelque temps, retournez vers lui pour lui demander les compétences/qualités que vous devez développer en vue de mériter une telle promotion.

    5. « Cher collègue, vous marchez sur mes plates-bandes »

    Votre collègue d’un autre département empiète sur votre territoire et assume des tâches qui relèvent de votre responsabilité ? Ou il fait partie de votre équipe et prend des décisions en votre nom sans vous demander votre accord préalable ? Lorsque vous côtoyez un collègue de cette espèce, vous devez vous fendre d’une conversation entre quatre yeux.

    Holly Weeks vous conseille d’aborder le problème à la manière du joueur d’échecs. Il ne s’agit pas de préparer un scénario pour le problème spécifique que vous voulez résoudre. Il s’agit plutôt d’orienter la conversation de manière stratégique, parce que vous savez qu’elle sera difficile. « Pensez stratégiquement nous permet d’anticiper nos mouvements et ceux de notre interlocuteur », affirme-t-elle. Se fonder sur une stratégie (pas un scénario) aide à anticiper les problèmes et à entrevoir les multiples façons de les régler. Vous courrez moins de risques de vous laisser surprendre par les réponses de votre interlocuteur et vous pourrez mettre sur la table une proposition qui remportera votre consentement mutuel

    Source: The Daily Muse via > http://www.references.be

  • DÉCOUVREZ LE NOMBRE DE DÉLITS ENREGISTRÉS DANS VOTRE COMMUNE

     Projet8.jpg

    La criminalité enregistrée au premier semestre 2013 est au plus bas depuis 2000.

    Vous souhaitez connaître le nombre de délits enregistrés dans votre commune ?

    CLIQUEZ SUR CE LIEN pour découvrir le nombre de délits enregistrés dans votre commune. Vous devez d'abord choisir votre "année". Ensuite, votre "figure criminelle" (type de délits). Et enfin, le "lieu" (d'abord votre région, puis votre province, puis votre arrondissement judiciaire, et enfin votre commune).

    Pour rappel, le nombre de délits enregistrés par les services de police lors des six premiers mois de l’année 2013 a diminué de 6,8% par rapport au premier semestre 2012, selon les statistiques de la police fédérale.

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/904196


  • INFO BOULOT > CE QUE VOTRE BUREAU DIT DE VOUS

    Projet1.jpg

    57% des travailleurs américains admettent avoir déjà jugés leurs collègues sur base de la propreté de leur bureau.

    Maniaques de la propreté ou bordéliques en puissance se voient donc jugés sur base de leur espace de travail… Mais est-il réellement le reflet de leurs compétences ?

    Si cela vous est déjà arrivé de juger votre collègue parce que son bureau est un amoncellement de piles de documents, de post-it et de restes de déjeuner en décomposition, alors c’est sans doute que votre bureau a déjà été jugé par vos collègues aussi… Que dit-il de vous ?

    • Le minimaliste

    Un peu par goût, un peu par paresse, un peu par méfiance, vous n’avez jamais décoré votre bureau avec des objets personnels. Celui-ci ne comprend qu'un ordinateur, un clavier et une souris (et aucun signe de vie). Télétravail, réunions à l'extérieur, longue pauses déjeuner, vous êtes d'ailleurs le plus souvent possible hors du bureau... Les quelques collègues qui ne pensent pas que votre bureau est inoccupé vous prennent pour une personne froide et distante. Derrière votre dos, ceux qui sont jaloux de tant d’ordre répètent la phrase d’Einstein : « Si un bureau en désordre est la preuve d’un esprit brouillon, que dire d’un bureau vide ? »

    • Le plein à craquer

    Petit, vous faisiez des réserves de nourriture en cas d'attaque de zombies. Aujourd'hui, vous avez toujours du mal à jeter les choses, même les dossiers clôturés depuis des mois. Résultat : votre bureau... déborde. Tous les tiroirs sont remplis d'archives, votre ordinateur a du mal à se faire une place parmi vos anciennes notes de réunions et vous voyez à peine votre écran avec tous ces post-it. Vos collègues savent que vous êtes un bosseur, mais aussi que vous voulez sans cesse tout contrôler et que vous êtes très exigeant.

    • Le crade

    Ça fait longtemps que la nouvelle femme de ménage à renoncé à passer un coup de loque sur votre bureau. On dit même que c'est ce bureau qui est la cause de la démission de la précédente... Vous avez la fâcheuse habitude de laisser traîner les denrées périssables. Tasses de café à moitié remplies recouvertes d'une couche de moisissure, fruits pourris, emballages de gâteaux et vieux tupperwares non nettoyés dégagent une odeur caractéristiques. Il se murmure même qu'un jour, Jean-Pierre de la compta y a vu une souris. Vos collègues vous aiment bien, mais ils évitent toujours de s'asseoir à côté de vous en réunion.

    • Le documentaliste

    Votre bureau est le musée de votre vie. Il déborde de photos de famille, de dessins d’enfants, de cartes postales, de souvenirs ramenés du dernier team-building, voire même de vos diplômes de primaire… Très amical et chaleureux, vous considérez tous les business lunches comme de jolis souvenirs. Vos collègues apprécient le fait que vous gardez toujours deux ou trois copies de chaque dossier dans vos archives, mais redoutent le jour où vous encadrerez un e-mail confidentiel.

    • Le technologique

    Vous êtes le premier à tester toutes les nouveautés. Que vous soyez comptable, vendeur ou responsable IT, votre bureau est équipé de tous les gadgets technologiques inventés pour « augmenter la productivité ». Votre bureau impressionne vos collègues : Il y a plusieurs écrans LCD d’ordinateurs, plein de gadgets et un amoncellement de chargeurs et de fils électriques derrière. Vos collègues sont agacés par votre jargon incompréhensible et craignent secrètement que vous ne fassiez sauter les plombs en branchant un énième prototype.

    • Le zen

    Entre les petits Bouddha en pierre, les pousses de bambous, le bonzaï et les citations du Dalaï-Lama, on aperçoit un mini-jardin de sable où vous pouvez vous détresser en dessinant des formes avec votre mini-râteau. Des ondes positives émanent de votre bureau, et vos collègues aiment s’y rendre pour se calmer et relativiser leurs problèmes. Par contre, ils se méfient de votre non-respect pour les deadlines… Et de votre tendance à méditer pendant les réunions.

    Source : Marketo Via > http://www.references.be