voleurs

  • LENS SAINT REMY (HANNUT) > UN COUPLE LIGOTÉ À SON DOMICILE PAR DES VOLEURS

    Un fait sordide a eu lieu cette nuit vers 5h20 du matin dans une habitation située rue du Centenaire à Lens-Saint-Remy (Hannut).

    Deux voleurs cagoulés ont menacé avec une arme et ligoté un couple à son domicile avant de prendre la fuite sans butin. Une enquête a été ouverte par la police de Hebaye-Ouest qui a constaté les faits.

    Il est 5h20 lorsqu’un habitant de la rue du Centenaire à Lens-Saint-Remy (Hannut), quitte son habitation pour promener son chien. De retour de cette promenade matinale, l’homme rentre chez lui et tombe nez à nez avec deux voleurs cagoulés. Ceux-ci menacent alors l’homme à l’aide d’une arme et lui demandent où se trouve le coffre. L’habitant des lieux leur explique qu’il n’y a pas de coffre dans son habitation.

    Une réponse qui n’a pas plu aux voleurs puisqu’ils ont ensuite ligoté l’homme et son épouse à l’aide de colsons. Les deux malfrats ont ensuite quitté l’habitation sans butin.

    La police de Hesbaye-Ouest, qui a constaté les faits à 5h35, a ouvert une enquête.

    Source en ligne libre > C.L. Sur > http://www.sudinfo.be/1970823

    Photo d’illustration/V.R

    L’article au grand complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/143999

  • HANNUT > LE COUPLE FILMÉ EN TRAIN DE VOLER POUR 800 € DE VÊTEMENTS RETROUVÉ !

    Grâce à Facebook, la gérante retrouve les voleurs 

    … Ce vendredi, de colère, elle a donc publié la vidéo sur son compte Facebook.

    Les réactions se sont enchaînées. Dès le matin, une commerçante de Verviers lui signalait la présence du même couple dans son magasin. « J’ai reconnu le monsieur à ses yeux très particuliers, très petit, de couleur bleue. » À Verviers, ils sont repartis assez vite, sans rien voler.

    Grâce à la diffusion de cette vidéo, la patronne, Isabelle Chantraine, est aussi parvenue à identifier les auteurs. Certains internautes les ayant reconnus, lui ont communiqué leurs noms. En fin de matinée, elle leur a envoyé un ultimatum, en message privé sur Facebook : « À 16h, si je n’ai pas la marchandise, je dépose plainte à la police. »

    À 13h41, elle recevait un appel d’un numéro privé. « C’était la femme qui m’appelait pour me prévenir qu’ils allaient tout rapporter. »

    Et effectivement, deux heures plus tard, elle entrait dans le magasin avec … La suite, sur votre journal LA MEUSE de ce samedi 11/03/2017

    Source > Marie-Claire Gillet sur votre journal LA MEUSE de ce samedi 11/03/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/55184

    Notre article d’hier sur le sujet > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive