vendredi 13

  • VENDREDI TREIZE … BONHEURS OU MALHEURS … PHOBIE OU SUPERSTITION ?

    Un vendredi treize (ou vendredi 13) est un vendredi qui tombe le treizième jour du mois.

    Ce jour a pour particularité d'être associé à une superstition, présente dans certaines cultures, qui en fait un jour de malheur pour certains (paraskevidékatriaphobie) ou de chance pour d'autres

    Il existe au minimum un vendredi treize dans l'année, vu le fonctionnement du calendrier courant dit grégorien. Un et deux vendredi(s) treize dans l'année sont les fréquences d'occurrence les plus courantes. Cependant, trois vendredis 13 peuvent être dénombrés par an, si et seulement si le premier jour de l'année est un jeudi, pour une année non bissextile ou si le premier jour de l'année est un dimanche, pour une année bissextile.

    De manière générale, dans le calendrier actuel, le 13 du mois tombe légèrement plus souvent un vendredi. En effet, un cycle grégorien dure 400 ans, et 400 ans = 146 097 jours (146 000 jours et 97 jours en plus, qui correspondent aux 29 février). En 400 ans, on a un nombre de semaines entières  : 146 097 / 7 = 20 871 semaines, d'où la fin d'un cycle grégorien.

    Phobie et superstition

    La phobie du vendredi treize s'appelle la paraskevidécatriaphobie[2].

    Une superstition fait de cette date, dans certaines cultures, un jour de malheur ou au contraire un jour de chance.

    Cette superstition est notamment exploitée par les sociétés de jeux d'argent comme la Française des jeux, dont les jeux de type loterie proposent des gains (« cagnottes ») plus élevés lors de chaque vendredi 13.

    En savoir plus ici ...

    Source > Wikipedia > Illustration > faismoipeur

  • VENDREDI TREIZE … BONHEURS OU MALHEURS … PHOBIE OU SUPERSTITION ?

    Un vendredi treize (ou vendredi 13) est un vendredi qui tombe le treizième jour du mois.

    Ce jour a pour particularité d'être associé à une superstition, présente dans certaines cultures, qui en fait un jour de malheur pour certains (paraskevidékatriaphobie) ou de chance pour d'autres

    Il existe au minimum un vendredi treize dans l'année, vu le fonctionnement du calendrier courant dit grégorien. Un et deux vendredi(s) treize dans l'année sont les fréquences d'occurrence les plus courantes. Cependant, trois vendredis 13 peuvent être dénombrés par an, si et seulement si le premier jour de l'année est un jeudi, pour une année non bissextile ou si le premier jour de l'année est un dimanche, pour une année bissextile.

    De manière générale, dans le calendrier actuel, le 13 du mois tombe légèrement plus souvent un vendredi. En effet, un cycle grégorien dure 400 ans, et 400 ans = 146 097 jours (146 000 jours et 97 jours en plus, qui correspondent aux 29 février). En 400 ans, on a un nombre de semaines entières  : 146 097 / 7 = 20 871 semaines, d'où la fin d'un cycle grégorien.

    Phobie et superstition

    La phobie du vendredi treize s'appelle la paraskevidécatriaphobie

    Une superstition fait de cette date, dans certaines cultures, un jour de malheur ou au contraire un jour de chance.

    Cette superstition est notamment exploitée par les sociétés de jeux d'argent comme la Française des jeux, dont les jeux de type loterie proposent des gains (« cagnottes ») plus élevés lors de chaque vendredi 13.

    En savoir plus ici ...

    Source > Wikipedia > Illustration > faismoipeur

  • VENDREDI 13 !!! BONHEUR OU MALHEUR ? > L’HISTORIQUE DU MYTHE ICI

    imagesC0O6DD77.jpg

    ORIGINES DU MYTHE VENDREDI 13 > Christianisme & autres …

    Sur la base de la Bible, les croyances chrétiennes soutiennent ce qui suit:

    • Lors de la Cène, dernier repas de Jésus-Christ avec ses apôtres, ils étaient 13 à table. Le 13e convive, Judas le trahira et Jésus subira la Passion. Depuis lors, on croit que le fait être 13 invités à table porte malédiction.
    • Le vendredi, ou le sixième jour de la semaine selon la Bible, est le jour de la Crucifixion de Jésus Christ.
    • Ce serait un vendredi que Caïn tua son frère Abel.
    • Hérode massacra les innocents un vendredi.
    • Un vendredi, le Diable tenta Ève et Adam mangea le fruit défendu.
    • Adam et Ève furent par la suite expulsés du Jardin d'Eden un vendredi.
    • Le Temple de Salomon aurait été détruit un vendredi.
    • C'est un vendredi que commença la grande inondation, et que l'Arche de Noé fut lancée sur les flots.
    • Selon les Chrétiens, lors de cérémonies sataniques, il y a 13 présences: douze sorcières (dont Frigga) et un diable. Après l'invasion des peuples nordiques et germaniques, et leur conversion au Christianisme, Frigga, la déesse nordique de l'amour et de la fertilité, fut bannie, envoyée au sommet d'une montagne et considérée comme une sorcière. Depuis, chaque vendredi, la déesse pleine de rancune convoquerait onze sorcières et le diable pour comploter de mauvais tours à jouer au cours de la semaine suivante.
    • C'est dans le 13ième chapitre du dernier livre de la Bible [chapitre de l'Apocalypse, celui de l'Antéchrist], au dernier verset qu'on retrouve la mention du nombre de la Bête, 666 (Révelation 13:18). Notons que l'insertion de deux zéros donne 60606 = 7 x 37 x (13 x 18), d'où la coïncidence avec le passage biblique Rév. 13:18 qui traite du 666 ! ...
    • Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible, ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament; on y utilise plutôt l'expression "sixième jour". Le lecteur incrédule pourrait en faire la vérification ou procèder à toute autre recherche de mot ou expression biblique au moyen de ce moteur de recherche, fourni gratuitement par Bibliquest.org.

    Paradoxalement, ou mieux ironiquement, dans l'Ancien Testament (en Hébreu), avant sa mission d'expiation, les codes numériques de Jésus sont tous des multiples de 13 (voir notre Annexe 6). Par contre, dans le Nouveau Testament (en Grec), alors que le sacrifice expiatoire est déjà accompli, les noms divins deviennent tous des multiples de 8. Cette conception biblique du nombe 13 est donc conforme à son traitement kemetique dans l'Égypte antique et aux phénomènes spirituels d'"Immaculée Conception", de renaissance et de résurrection, tels que codifiés dans le mythe égytien d'Horus et son œil (copie du mythe fournie à ce lien).

    La suite sur le site d’édition > ICI

    Source > http://cosmos2000.chez.com Photo > http://petitemimine