utiliser

  • 8 MOTS A NE JAMAIS UTILISER POUR VOUS DECRIRE EN TOUTE CIRCONSTANCE !

    mirror.jpg

    Si certains mots peuvent paraître flatteurs dans la bouche des autres, ils vous font passer pour un(e) prétentieux (/se) imbuvable lorsqu’ils sont prononcés par vous.

    Voici donc 8 mots à ne jamais utiliser pour vous décrire.

    1. Autorité

    Si vous devez préciser que vous êtes une autorité dans votre domaine, c’est que vous ne l’êtes probablement pas. Montrez plutôt en quoi vous êtes un(e) expert(e). « Présentateur sur La Première» ou « agent de presse de Stromae » sont des indicateurs d’un certain niveau d’autorité.

    En revanche, à moins que vous ne sachiez le prouver, « autorité dans le marketing des réseaux sociaux » signifie seulement que vous passez trop de temps sur Twitter. 

    2. Fournisseur mondial

    La grande majorité des entreprises sont capables de vendre des biens et des services au niveau mondial. Pour celles qui ne peuvent pas le faire, la restriction géographique des activités proposées est évidente. Nous pensons notamment aux restaurants. Dès lors, n’utilisez « fournisseur mondial » que si cette qualité n’est pas évidente. Sinon, on vous prendra pour une petite entreprise qui essaie de se faire passer pour une grosse boîte. 

    3. Motivé(e)

    Voilà un mot à ne jamais utiliser pour vous décrire. Vous êtes censé(e) être motivé(e), quoi qu’il arrive. Le préciser ferait passer cet attribut automatique comme une qualité exceptionnelle. C’est comme si vous souligniez le fait que vous faites « bien » votre boulot.

    4. Innovant(e)

    De nombreuses entreprises se présentent comme innovantes. Beaucoup de gens se veulent avant-gardistes. La plupart ne le sont pas.

    Si vous êtes novateur (/trice), ne le dites pas. Prouvez-le. Décrivez les produits que vous avez développés. Décrivez les processus que vous avez modifiés. Parlez de concret, présentez votre innovation comme tacite et évidente…

    5. Créatif (/ve)

    Certains mots sont si souvent utilisés qu’ils en perdent leur sens. « Créatif (/ve) » fait partie de ces termes galvaudés. (Vérifiez les profils de vos contacts sur LinkedIn, ils reprennent presque tous ce qualificatif). 

    Créatif (/ve) n’est qu’un exemple. On pourrait aussi citer « efficace », « dynamique », « influent(e) », « aime travailler en équipe »… Certains de ces termes peuvent peut-être véritablement vous décrire. Mais étant employés par tout le monde, ils ont perdu leur impact.  

    6. Passionné(e)

    La passion ne se marie pas forcément bien avec tous les métiers. Si elle convient parfaitement à une position dans le secteur de l’art, elle vous fait passer pour un(e) dingue dans le milieu de l’administration. Si vous postulez un emploi d’encodeur(/se) de données, vous devriez plutôt opter pour des termes comme « concentration » ou « spécialisation ».

    7. Unique

    Les empreintes sont uniques. Les flocons de neige sont uniques. Vous êtes unique. Mais votre entreprise ne l’est probablement pas. Ne prétendez pas être unique. Les clients n’attachent pas réellement d’importance à l’unicité. Ils veulent le « meilleur ». Montrez comment vous êtes le/la meilleur(e) et vous serez unique dans l’esprit de vos clients.

    8. Incroyablement

    En faisant un petit tour d’horizon des profils sur LinkedIn, vous retrouverez aussi quelques adverbes censés donner une description plus précise de la personne. Certains se présentent ainsi comme « incroyablement passionné(e) », « profondément perspicace », « extrêmement captivant(e) ». N’est-il pas suffisant d’être perspicace ou captivant(e) ? Êtes-vous vraiment obligé(e) d’être incroyablement passionné(e) ? 

    Si vous tenez absolument à utiliser des adjectifs excessifs pour vous décrire, épargnez-nous au moins les adverbes superlatifs. Croyez-nous, on a compris.

    Source : Inc.com > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • 4 FAÇONS D’UTILISER VOS ECO-CHEQUES AU PRINTEMPS

    ecocheques1.jpg

    Avantage extra-légal très répandu, les éco-chèques laissent parfois les travailleurs perplexes…

    Que pouvez-vous en faire si vous ne prévoyez pas de gros achats, comme une nouvelle machine à laver ou un nouveau frigo ?  

    Voici quelques idées inspirantes pour vous faire plaisir avec vos éco-chèques au retour des beaux jours !

    1. Lancer votre petit potager

    Vous avez envie de cultiver vous-même vos légumes ? Les éco-chèques vous permettent de lancer votre potager en vous procurant des outils de jardinage, du terreau, de l’engrais, des semences… Et si vous habitez en ville, vous pouvez aussi les utiliser pour acheter un bac potager en bois PEFC ou FSC (labels environnementaux), chic et pratique pour cultiver si on ne dispose que d’une petite terrasse ! Vous rêvez plutôt de fleurs colorées ? Plantes, bulbes, arbustes et arbres à planter sont également payables par éco-chèques.

    2. Organiser des barbecues

    La saison des barbecues recommence, et les éco-chèques peuvent y participer. Les éco-chèques permettent en effet d’acheter des combustibles en bois FSC ou PEFC qui remplaceront votre charbon de bois traditionnel. Vous pouvez également vous offrir de jolis meubles de jardins en bois marqués de ces mêmes labels : tables, chaises, abris de jardin, dalles de jardin… Et pour manger ? Grâce aux éco-chèques, régalez vos invités d’aliments bios : viande, pain, légumes, fruits et même vin… De quoi faire de votre barbecue une réussite.

    3. Gâter vos enfants

    Pour Pâques, offrez-leur des œufs en chocolat bio et des jeux de jardin en bois FSC et PEFC : balançoire, bac à sable, tour de jeu… Ou encore des jeux d’intérieurs tels que des puzzles ou des jeux de construction ! C’est un grand enfant que vous voulez gâter ? Pourquoi ne pas acquérir un bel écran plat LED éco labellisé…

    4. Partir à l’aventure

    Vous avez besoin d’une vraie pause, et d’un peu de dépaysement ? Utilisez vos éco-chèques pour vous offrir un trajet en train (SNCB mais aussi Eurostar et Thalys) et pourquoi pas une nuit dans un hôtel éco-labellisé. Et si vous préférez vous détendre en faisant un peu de sport, n’oubliez pas que les éco-chèques permettent également d’acheter un vélo et tous les accessoires qui l’accompagnent : vêtements, casques, pompes, compteur

    Les enseignes 

    Ikea, Delhaize, Brico, Decathlon, Fnac, Habitat, Makro, Krëfel... Les enseignes qui acceptent les éco-chèques sont très nombreuses.

    Si vous cherchez un produit précis, mais que vous ne savez pas où l'acheter avec vos éco-chèques, allez faire un tour sur le très pratique moteur de recherche d'Edenred.

    Source Texte > Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • INFO BOULOT > 3 EXCUSES À NE JAMAIS UTILISER AU BOULOT

    excuses.jpg

    S’excuser à tout bout de champ n’est pas très recommandé dans le monde de l’entreprise. Mais au travail, il est inévitable qu’à un moment où a un autre, vous deviez vous justifier pour l’une ou l’autre erreur de votre part (retard, mauvais travail, comportement…)

    Explication ou excuse, une chose est sûre : il existe quelques prétextes universels qui ne convaiquent jamais personne.

    Voici trois excuses que l’on entend très fréquemment dans les open space, et les raisons pour lesquelles vous devriez éviter d’y avoir recours, même si elles sont (plus ou moins) véridiques.

    1. "C’est à cause du train"

    L’excuse la plus banale, et pourtant il y a peu de chance que l’on vous prenne au sérieux. Il est de notoriété publique que la SNCB est facétieuse, et les embouteillages belges réservent eux aussi leur lot de surprises. Malgré tout, vous pourriez être à l’heure neuf fois sur dix car vous savez pertinemment que votre temps de trajet est aussi influencé par votre moyen de transport, et que pour être à l'heure il vous suffit de partir plus tôt.

    Votre patron appréciera que ses collaborateurs soient assez responsables pour intégrer cette incertitude à leur calcul du temps de trajet.

    2. "J’attends un appel de Luc de la compta"

    Les gens de la comptabilité (ou des RH, ou de la poste) ont vraiment bon dos. Ils sont fréquemment accusés lorsqu’il s’agit de justifier une deadline manquée. C'est certes tentant, mais votre patron ne sera certainement pas dupe. Entendre que la deadline est dépassée, mais que c’est la faute de quelqu’un d’autre est sûrement la dernière chose qu’il veut entendre.

    N'oubliez pas que projet était sous votre responsabilité, c’est donc également de votre faute si des personnes ne vous ont pas rappellé(e). En plus d’être un peu minable, cette excuse ne vous fera pas beaucoup d’amis dans le département comptabilité. Ce qui est dommage, car c'est parfois très utile de l'avoir dans sa poche...

    3. "Je ne sais pas comment faire"

    L’excuse à ne jamais sortir lorsque vous avez échoué sur une mission ou un dossier! Admettre que vous ne savez pas comment vous y prendre au tout début d’un projet (en ajoutant aussitôt "expliquez-moi") est bien sûr essentiel pour progresser dans sa carrière. Mais rendre de mauvais projets en invoquant votre ignorance vous fera perdre toute crédibilité.

    Si vous êtes coincé(e), faites des recherches, contactez des experts, ou interrogez des collègues plus expérimentés. Et la prochaine fois, acceptez la responsabilité mais demandez à votre boss de vous fournir des ressources. Il est sans doute conscient que vous ne savez pas tout, mais appréciera votre honnêteté.

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be