tus

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS > LA RUBRIQUE DE BRUNO HEUREUX > TROIS ARTICLES

    Projet7.jpg

                    Mon dernier billet évoquait le manque de respect dans notre société actuelle et la réaction du président du MR après son éviction des négociations pour la formation de coalitions, tant à la Région Wallonne qu’à la Région Bruxelloise.

    J’y reviens quelques instants.

    Manque de respect (1)

                    Se lever à 5h00 du matin, rester à jeun en vue d’un examen médical, attendre un « taxi senior » pour se faire conduire au centre hospitalier - monsieur, malade, ne peut plus conduire et madame n’a pas son permis - , stresser de peur d’arriver en retard au rendez-vous de 7h00 au terme d’un déplacement de 40 km dans les embouteillages matinaux... et, finalement, devoir patienter jusqu’à 8h50 dans une « salle d’attente » - en fait, dans couloir muni de chaises inconfortables au coeur d’un brouhaha permanent - , voilà ce qu’a vécu, il y a quelques jours, un couple de personnes âgées dont j’ai partagé l’attente durant de longues minutes avant d’être moi-même reçu avec retard. Le tout, sans un mot d’excuse... Quel manque de respect du « patient », qui, en pareil cas, mérite bien son nom. Imaginons un seul instant la réaction du personnel et du médecin si ces personnes avaient eu, elles, quelques minutes de retard bien involontaire...

    Manque de respect (2)

                    Certains cours de promotion sociale se donnent en journée, destinés à des jeunes à la recherche d’un premier emploi et/ou à des personnes désireuses de changer d’orientation professionnelle et/ou encore à d’autres venues de l’étranger, soucieuses de s’intégrer à la société belge par le travail.

                    Parmi ces dernières, la plupart sont pères et mères de famille. Poursuivre les cours du jour leur demande une organisation rigoureuse et un investissement important, tant il leur faut jongler avec l’horaire scolaire des enfants et le leur, les tâches ménagères (certes semblables à celles de tous les ménages), la prestation des stages au programme de la formation, la rédaction, dans une langue qui n’est pas la leur, des rapports de stage et de fin de formation, l’étude des cours en vue des examens finaux...

                    Or, tout récemment, une telle école a bouleversé, au dernier moment, l’horaire de fin d’année établi de longue date, suite à la maladie d’un professeur. Motif compréhensible direz-vous ! Sans doute ! Mais si la maladie se prolongeait ou si, hypothèse extrême, ce professeur décédait, que ferait l’école ? N’est-ce pas son devoir de prévoir de tels incidents, de ne pas mettre en péril les efforts de deux ans de formation pour des personnes bien méritantes ? En tant qu’ancien directeur d’école, pour avoir connu pareilles circonstances et les avoir prévues, j’en suis convaincu. Quelles que soient les circonstances, le respect des élèves est tout aussi important que celui, normal, des enseignants.

    Victoire électorale

                    Quelques lecteurs m’ont reproché de mettre en doute la victoire du MR lors des dernières élections. En effet, je constatais que ce parti était certes en progrès mais insuffisamment pour revendiquer d’être automatiquement appelé à la table des négociations pour former une coalition.

                    Pour étayer sur mon point de vue, je leur propose deux simples comparaisons. Le vainqueur d’une course est celui qui franchit la ligne d’arrivée en premier ; les autres sont battus même s’ils ont entamé un sprint remarquable dans la dernière ligne droite pour, finalement, échouer à quelque centimètre. Lors d’un match de sport collectif, le vainqueur est celui qui, au terme de la partie, a marqué le plus de buts, même si l’équipe adverse, menée largement au score à la mi-temps, a résorbé la quasi-totalité de son retard pour, en fin de compte, perdre le match par le plus petit écart. BrunoHeureux 036.jpg

    Dans les deux cas, on peut et doit souligner les mérites et la remontée de ces valeureux concurrents... qui n’en restent pas moins des battus ! Désolé pour eux, mais c’est comme ça ! La seule solution pour ces courageux perdants est de se préparer au mieux pour remporter réellement la victoire lors d’une prochaine confrontation.

    Source & Textes de > Bruno Heureux.

    Photos > http://www.ouest-france.fr & http://www.mycommunitymanager.fr

  • EAU FLUORÉE > MOTS COEURS ET MOTS TUS PAR BRUNO HEUREUX

    Fluoride.jpgEau fluorée

    Un lecteur a réagi à ma réflexion négative sur la volonté des autorités québécoises d’ajouter du fluor dans l’eau on ne peu plus pure du réseau de distribution pour, raison officielle,  améliorer la santé de la dentition des consommateurs. Je trouvais cette idée inadéquate et ajoutais, en substance,  « Pourquoi pas, tant qu’ils y sont, y ajouter aussi du Viagra et du Prosac ? »

                Ce lecteur averti me signalait qu’au moment de la mobilisation des jeunes Américains pour participer à la libération de l’Europe lors de la seconde guerre mondiale, nombre de ces jeunes avaient été réformés vu l’état lamentable de leurs dents incapables de croquer les biscuits de survie, les fameux biscuits militaires trop durs pour leur dentition. Fort de ce constat, le gouvernement américain avaient alors décidé d’ajouter du fluor à l’eau de distribution avec pour conséquence, quelques années plus tard, une nette amélioration de la santé des dents des populations visées. Après vérification de ces faits, je concède aisément le bien-fondé de cette mesure ponctuelle et remercie ce lecteur d’avoir apporté un autre point de vue sur la question.

                Mais un effet collatéral à la décision des autorités américaines est interpellant : « grâce » à elles, beaucoup plus de jeunes GI ont eu la « chance » de découvrir le Vietnam, l’Irak et l’Afghanistan et d’en revenir parfois mutilés et souvent traumatisés à vie, sans parler de ceux qui y ont laissé leur peau. .. Comme quoi, toute médaille, aussi brillante soit-elle, a son revers nettement moins reluisant.

                Je termine ce sujet par une note plus légère : de la même façon que je préfère une crème glacée sans chantilly, un whisky sans soda, des frites sans mayonnaise, je préfère une eau pure non fluorée… quitte à devoir rendre visite à mon dentiste régulièrement et à lui permettre de gagner sa vie honorablement grâce à toutes celles et tous ceux qui ont fait le même choix que moi. Choix judicieux ? A chacun de juger !

    Source > Texte de > Bruno Heureux.

     Un site Canadien à découvrir > http://info-fluor.blogspot.be/2011/06/le-probleme-de-la-fluoration-de-leau-au.html

  • ART ET SPIRITUALITÉ > MOTS COEURS ET MOTS TUS PAR BRUNO HEUREUX >

    y1pM5SrNAq34NSm6Py-McIV-CMUUD88QTUl5LHMol5h8hPPjpEBR_fddp2_d4OLdS5q.jpgArt et Spiritualité

    Dans une de mes chansons intitulée « Les silences » je dis : « Il y a le beau silence des moines et artistes, philosophes et poètes ou simples utopistes, qui cherchent, dans les cieux ou dans les cathédrales, l’existence d’un dieu, l’inspiration géniale, qui changera leur vie en leur faisant connaître un peu de l’infini qui les fera renaître… »

                Art et spiritualité empruntent souvent le même chemin dans leur recherche d’un ailleurs et d’un autrement qui les dépassent et donnent au sens de leur vie un éclairage particulier l  C’est ce que pensent les membres de L' ASBL CeRAS (Centre de recherche artistique et spirituelle).

                « Celle-ci, disent-ils, se veut un lieu de "Recherche Artistique" dont la finalité est de favoriser la recherche de projets créatifs, entre quête spirituelle et expression artistique. Elle soutient et encourage l'unité traditionnelle et féconde de l'art et de la spiritualité ;  mettre en avant l'émerveillement de l'homme à la nature, à la vie, à la beauté, peut être, à travers l'Art, un chemin pour s’ouvrir à plus grand que soi. Il est alors question de Spiritualité. Par ses différentes activités, animations, concerts, expositions, lieux de prière, l’ASBL souhaite ouvrir à tous, un chemin à travers l'Art et la spiritualité chrétienne comme une voie féconde qui amène à se dépasser et à s'exprimer en Beauté. Du texte à l' oreille, de la Parole au coeur, de l'écoute au chant, du regard à la peinture, sculpture....être un instrument offert à la communauté, qui dans la prière, édifie l' homme et l'épanouit. "Seule la beauté dit Dieu, c'est pourquoi l'Art, quand il est inspiré, est toujours habité". »

                Tous ne partageront sans doute pas cette « profession de foi » chrétienne ; mais chacun, à sa façon et selon ses convictions, pourra certainement, comme les membres de l’ASBL CeRAS, tisser ce lien entre l’art et sa source inspiration. C’est pourquoi la participation, en tout ou en partie, à la journée spirituelle « La Beauté selon Saint Jean de la Croix »  à l'église de Petit-Hallet (Hannut), rue Maria Gilles, le 07 juillet prochain, peut-être source de réflexion, d’enrichissement, de rencontres et de partages dans le respect des différences. Vous y êtes cordialement invités.

    Horaire de la journée en l'église de Petit-Hallet :

    • -9h30 : Laudes           
    • -10h : enseignement : Suzy Béramis, docteur en Sciences des religions et licenciée en Théologie de l'Université de Paris
    •  -11 h : adoration
    •  -11h-13h30 : exposition de peintures au Presbytère  à côté de l’Eglise de Petit-Hallet
    •  -12h : repas au Presbytère
    •  -14h : chapelet         
    •  -15h: enseignement             
    •  -16h: adoration        
    •  -17h Eucharistie
    •  -18h : souper au presbytère
    •  -18 à 20h : visite de l'exposition de peintures et verre de l’amitié en l'église de Petit-Hallet (Hannut).

    Toute l'œuvre picturale de Geneviève Beauduin De Brabandère est une contemplation émerveillée et passionnée de la nature. Quant à l'artiste Anne-Marie DUPUIS, elle maîtrise des techniques très diverses, tant anciennes que contemporaines, pour les mettre au service de ses mains quand elle crée. Elle aime vous entraîner dans ses narrations picturales, elle a toujours quelque chose à vous dire. Ses portraits  vous parlent aussi, à travers leurs regards profonds, fenêtres des âmes.

    Source > Texte de > Bruno Heureux.