tribunal

  • RENTRÉE JUDICIAIRE : LES GROS DOSSIERS QUI VONT ÊTRE JUGÉS

    L’affaire Valentin et le meurtre de la pédicure de Hannut pourraient être renvoyés en Assises

    La rentrée de l’arrondissement judiciaire de Liège sera marquée par l’absence de procès d’assises planifiés au cours des prochains mois.

    Après la réforme «Pot-Pourri», la majorité des affaires criminelles sera jugée par le tribunal de première instance et ensuite par la cour d’appel de Liège. Plusieurs dossiers d’homicides seront jugés en septembre et octobre devant les tribunaux correctionnels de Liège

    Seules quelques rares affaires criminelles sont susceptibles de faire encore l’objet d’un renvoi devant la cour d’assises de Liège mais elles sont encore actuellement à l’instruction et leurs procédures de renvoi n’ont pas encore été initiées. Parmi les affaires qui pourraient encore être fixées pour un examen en 2018 figure celle de Philippe Roufflaer, un trentenaire liégeois suspecté d’avoir assassiné ses deux filles âgées de 8 et 11 ans le 30 décembre 2016 à Soumagne

    Hannut > Ce sera aussi le cas de Stéphane Médot, un ancien braqueur de 37 ans, suspecté du meurtre de Chantal Humblet (53 ans) commis à Lens-Saint-Rémy (Hannut) en mars 2016.

    ……………………………

    La suite des autres dossiers sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 01/09/2017

    Source > journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 01/09/2017

    Photo > Feu Madame Chantal Humblet

    Le dossier complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/120212

  • HANNUT > DES BUFFETS DE DROGUES À SES FÊTES

    Face au tribunal, il risque 18 mois de prison

    Durant plus d’un an, Bryan (30) a vécu de multiples fêtes où l’alcool et la drogue coulaient à foison. Souvent même, c’est lui qui apportait les stupéfiants et les « partageait » avec ses amis.

    C’est l’air plutôt décontracté, au ton familial, que Bryan, un hannutois de 30 ans, a fait face au tribunal correctionnel de Huy, ce mercredi matin. Pourtant, les faits qui lui sont reprochés ne sont pas des moindres… comme le lui a, d’ailleurs, signalé le juge Marchal à plusieurs reprises.

    « C’est un peu comme quand on apporte une bouteille d’alcool chez quelqu’un, ou qu’on invite des amis à boire un verre… les gens font comme chez eux, ils peuvent se servir ! » Sauf que Bryan, lui, mettait en place des « buffets » de… drogues (!) à disposition de ses invités lors des fêtes qu’il organisait chez lui, entre octobre 2013 et décembre 2014. Speed, coke, cannabis, ecstasy… La justice lui reproche une liste impressionnante de consommation de stupéfiants.

    « Mais je n’en ai jamais vendu », affirme le trentenaire. « J’en avais pour ma consommation personnelle et mes amis avaient le droit de se servir… En échange, quand on sortait après en discothèque, on m’y payait l’entrée ou on m’offrait des verres. On était comme une grande famille », explique-t-il.

    Le juge a néanmoins des doutes quant à la véracité de son témoignage. « On a retrouvé chez vous, lors d’une perquisition en 2014, 40 grammes de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 29/06/2017

    Source > E.D. Sur votre journal LA MEUSE H/W de ce jeudi 29/06/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/98089

  • HANNUT « DANS LES YEUX JE VOUS LE DIS > JE SUIS INNOCENT »

    Ce Hannutois ne comprend pas pourquoi il s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel ce jeudi.

    Il affirme ne rien avoir avec l’odieux acte de violence commis à Hannut par une bande de jeunes le 18 octobre 2013. Ce soir-là, un homme a été roué de coups par au moins cinq jeunes.

    Selon un témoin, ils lui ont donné des coups de poing et de pied avant de l’abandonner sur le trottoir…

    Trois protagonistes ont déjà été condamnés à des peines de travail pour ces faits, Karim (prénom d’emprunt), lui a été jugé par défaut et a été condamné à une peine de prison. Jeudi, il faisait opposition à ce jugement et a soutenu n’avoir pas participé au passage à tabac : « Karim a été accusé par les autres protagonistes parce qu’ils le connaissaient et qu’ils s’étaient disputés au foot, affirme Me Heintz, son avocate, mais il ne se trouvait pas à l’endroit où s’est produit le passage à tabac, deux témoins l’affirment. »

    Du sang de… poules ! … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 12/05/2017 ou le journal en ligne > http://journal.sudinfo.be/journal.php

    Source > A.BT sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi 12/05/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/80981

    ARCHIVES > L’article de base de l’affaire sur ce blog > UN HANNUTOIS DE 58 ANS TABASSÉ PAR PLUSIEURS AGRESSEURS sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2013/10/23/un-hannutois-de-58-ans-tabasse-par-plusieurs-agresseurs-84562.html

  • WAREMME: DÉCOUVREZ POURQUOI CE COUPLE DE QUINQUAGÉNAIRES SE RETROUVE DEVANT LE TRIBUNAL

    Un ex-couple de Waremmiens risque gros devant le tribunal correctionnel de Huy.

    Prévenu pour trafic de stupéfiants auprès de nombreux mineurs (âgés de 14 à 18 ans, en moyenne), des peines de 3 et 5 ans de prison sont requises à leur encontre.

    C’est à la suite d’une information qui lui a été communiquée que la police a mené une enquête autour d’un Waremmien de 50 ans.

    Ce dernier était soupçonné de dealer du cannabis à des mineurs, en région de Waremme, Huy et Hannut.

    Source > Rédaction en ligne sur site libre > http://www.sudinfo.be/1837987

    Un article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/77988

  • UN HANNUTOIS POURSUIVI POUR FAUX EN ÉCRITURE AU TRIBUNAL (FAUSSE DEMANDE D’IMMATRICULATION)

    Eddy T., cet ancien Hutois qui avait voulu se présenter aux élections régionales au sein du FDF en 2014, est poursuivi par le tribunal correctionnel de Huy.

    Celui-ci reproche à Eddy (47) qui vit aujourd’hui à Hannut, des faits de faux en écriture.

    Il s’est présenté ce mercredi matin devant le juge pour répondre de ces préventions. Entre le 1er septembre et le 14 septembre 2011, Eddy a fait un faux en écriture afin d’effectuer une demande d’immatriculation pour une Mercedes au nom de son fils.

    « Après ma faillite (Eddy tenait autrefois une sandwicherie à Huy, NDLR ), j’ai reçu de l’argent mais je ne voulais pas qu’on saisisse ma voiture. » Il aurait utilisé le même modus operandi pour souscrire auprès de Lampiris.

    Par ailleurs, les 3 femmes qu’Eddy fréquentait à l’époque se sont également constitué partie civile et réclament un remboursement. « Je lui ai demandé de me rendre ou de me rembourser mon appareil photo. Il m’a dit ok pour 400 euros ou 500 et on b… », a expliqué l’une des parties civiles.

    Le dossier est remis pour laisser le temps à l’un des avocats consulté ce mercredi par l’un des préjudiciés de prendre connaissance du dossier.

    Source > C.L. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 20/10/2016

  • HANNUT > UN CHIEN AU CŒUR D’UN CONFLIT DE VOISINAGE

    Insultes, appels téléphoniques de nuit ont miné leurs relations

    Un couple de Hannutois d’une cinquantaine d’années est poursuivi à Huy pour avoir harcelé entre 2012 et 2015 ses voisins.

    Près de 33 appels téléphoniques ont ainsi été passés, indifféremment, le jour comme en pleine nuit. Au cœur du conflit : un chien de chasse.

     « Notre volonté n’a jamais été de nuire à nos voisins mais de dialoguer », se défend Stéphane pour expliquer au juge Marchal comment les relations avec ses voisins se sont détériorées. Au point qu’il se retrouve aujourd’hui poursuivi avec Françoise, son épouse, pour harcèlement devant le tribunal correctionnel de Huy.

    L’origine de ce conflit de voisinage remonte à 2012, « lorsque j’ai acquis un chien, un braque allemand, pour aller à la chasse », explique Francis. Très vite, Stéphane et Françoise se plaignent du comportement de l’animal. « La journée, il hurlait et la nuit il aboyait, c’était l’enfer », dénoncent-ils. « Plusieurs fois, nous lui avons demandé que ça cesse. Mais sa seule réponse était de dire : ce n’est pas mon chien ».

    Ce que confirme Francis devant le tribunal où, sur citation directe de la défense, il est aussi poursuivi pour harcèlement. « Je reconnais qu’au début, le chien aboyait et gémissait. Mais c’est normal, il était encore en sevrage. Par la suite, comme je le nourrissais le soir pour des raisons sanitaires, effectivement, il aboyait lorsqu’il m’entendait rentrer du travail. C’était sa manière de manifester qu’il voulait manger mais cela ne durait pas. »

    En 2014, Françoise et Stéphane déposent plainte pour maltraitance animale à la SRPA. « Le pauvre animal était en permanence enfermé dans sa cage, au fond du jardin, à hurler à la mort. Cela me fendait le cœur », se souvient Françoise.

    En visite sur les lieux, la SRPA ne constate aucune maltraitance. « C’est une race qui est prévue pour rester à l’extérieur », informe Francis en rappelant aussi que l’animal a une fonction de « travailleur ».

    Bien qu’ils soient déboutés, Françoise et Stéphane redéposent plainte à la SRPA un an plus tard. À plusieurs reprises ils appellent aussi la police. Sans parler des appels téléphoniques, jour et nuit, 33 pour être précis que Stéphane reconnaît. « C’était pour conscientiser mes voisins à la nuisance sonore », avance-t-il.

    Ces aveux mais aussi les … La suite sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 28/09/2016

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET sur votre journal LA MEUSE de ce mercredi 28/09/2016

  • HUY-HANNUT: JUSQU'A 4 ANS DE PRISON REQUIS POUR LES TRAFIQUANTS DE VOITURES

    Jusqu’à 4 ans de prison : voilà ce que risquent trois des 19 prévenus dans le procès des voitures volées et maquillées.

    Une affaire qui débute à Hannut, en 2011, avec la disparition d’une Audi et d’une BMW. Une enquête sur des vols garages « classique » qui va finalement déboucher vers un gros trafic international et sur la saisie de 21 véhicules de luxe d’une valeur totale d’environ un million d’euros.

    Nous vous l’annoncions la semaine passée : durant trois semaines, la salle d’audience du … Lire la suite ICI

    Source > Rédaction en ligne& illustration en ligne de DR sur > http://www.sudinfo.be/1477307

  • WASSEIGES: IVRE, ELLE ACCROCHE UN VEHICULE SANS S'EN APERCEVOIR

    258336121_B974925988Z_1_20150304073051_000_G6C43AAIP_1-0.jpg

    Voilà une course à la supérette de Wasseiges dont elle se serait bien passée.

    Le 19 avril dernier, alors qu’elle va y effectuer quelques achats, Annick, une Wasseigeoise d’une cinquantaine d’années, accroche un véhicule.

    Ivre, elle ne s’en rend pas compte et poursuit sa route. Elle comparaissait hier au tribunal de police de Huy.

    L’accrochage n’avait pas échappé à des témoins. Lorsqu’Annick a repris le chemin inverse, elle a été arrêtée par eux. Elle s’est excusée aussitôt auprès …Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de DR sur > http://www.sudinfo.be/1227274