travail étranger

  • PARTIR ET TRAVAILLER A L’ETRANGER ! Comment l’envisager ?

    A partir de ce jour, une nouvelle rubrique intitulée > INFO BOULOT dans laquelle, je m'efforcerai de temps a autre de vous donner quelques conseils utiles & des informations pertinentes !

    travailler-étranger.jpgPartir et travailler… hors de son pré carré

    La mondialisation donne des ailes. Pour venir tenter sa chance en Belgique, terre d’accueil de nombreux expatriés, ou pour battre les sentiers du monde, à la recherche d’un défi professionnel qui dopera un CV. Bonne nouvelle : les entreprises offrent de plus en plus d’opportunités.

    Près d’un employeur sur quatre dans le monde recrute désormais au-delà de ses frontières nationales. En Belgique, selon la dernière enquête de Manpower sur la migration des talents, 21 % des employeurs sont contraints de chercher des profils à l’étranger. Certains d’entre eux se retrouveront à l’International Day 2012, le salon dédié à l’implantation professionnelle à l’international qui se tiendra ce 13 février au Stade Roi Baudouin à Bruxelles *.

     « La mobilité des personnes est de nos jours de plus en plus internationale. Le Belge n’hésite plus à partir travailler quelques années aux États-Unis ou en Chine et inversement, de plus en plus de ressortissants de pays étrangers cherchent du travail en Belgique », commentent les organisateurs de cet événement. « En tant que capitale de l’Europe et siège de différentes organisations et entreprises internationales, Bruxelles pourrait devenir le carrefour de contacts internationaux entre acteurs du monde de l’emploi. »

    Le propos est confirmé par Damien Van Thielen, en charge de l’unité Borderless Talent Solutions chez Manpower, qui aide précisément les entreprises à dénicher ces perles rares à l’étranger. « D’un côté, notre travail est facilité par le fait que le nombre de candidats ouverts à une carrière à l’international augmente. Mais il est tout aussi clair que, pour certains profils, la pénurie est telle que notre travail de mise en concordance de l’offre et la demande s’est complexifié. Il n’est pas exceptionnel aujourd’hui d’aller chercher un technicien pour une PME en Roumanie, en Slovaquie ou en Pologne, même si ces pays commencent eux aussi à être plus attentifs à la rétention de leurs propres talents… »

    Lire la suite