travail

  • Imprimer

    JAMAIS TROP TARD POUR SE FORMER! > LE DOSSIER DE JOBSRÉGIONS - FORMATION

    31 000 postes vacants mais un chômage toujours élevé en Wallonie! Le problème: une pénurie de main-d’œuvre adéquate 

    Tant l’UWE (Union Wallonne des Entreprises) que la FEB (Fédération des Entreprises de Belgique) l’a réaffirmé haut et fort en ce début d’année en guise de mise en garde, la pénurie de main-d’œuvre, qui bride la croissance, sera l'un des grands défis de 2018. Un constat qui replace inévitablement la question de l’(in)adéquation entre la formation et les besoins du marché de l’emploi au centre des débats. 

    Une reprise économique

    Selon l’UWE, la Wallonie comptait 31.329 postes vacants à la fin du troisième trimestre 2017. « La reprise économique est là mais la croissance est freinée en Wallonie par une pénurie de main-d’œuvre alors que … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    Freinée par la pénurie de main-d’œuvre wallonne

    Les économistes de l’UWE l’assurent : « le taux de croissance de la Wallonie serait d’office supérieur [à 1,8% en 2018] si ce problème d’emplois vacants était résolu. Les entreprises se plaignent de voir leur croissance freinée. Elles ont aujourd’hui la possibilité de … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    Une offre de formation conséquente en Wallonie

    La Wallonie ne manque pourtant pas de possibilités et d’offres de formation. En effet, en plus des filières d’enseignement dites classiques (Universités, Hautes-Écoles,etc..), il en existe d’autres, souvent très pragmatiques et très porteuses, car en connexion directe avec le marché du travail : Centre de Compétences (25), Centres d’Insertion Socio-Professionnelle (CISP), formations en alternance, formations professionnelles et qualifiantes, des Centres de validation des compétences, etc... Au moment où le chômage des jeunes restes structurels et importants, il convient de se poser la question de l’orientation à donner à ceux-ci. Celle-ci doit évidemment rencontrer l’intérêt du … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    … / … Un pas de plus pour la formation en alternance

    En dotant, lundi 15 janvier dernier, l’Office Francophone de la Formation en Alternance (l’OFFA) de son premier contrat de gestion, le monde politique a défini des priorités claires : optimiser l’offre de places de stage en entreprises, poursuivre les synergies entre le monde de l’enseignement et celui de la formation, assurer la promotion de l’alternance, et mettre en place un monitoring de l’alternance. Une nouvelle très positive pour ce type d’enseignement parfois dit dual , qui a déjà largement fait ses preuves notamment chez nos voisins allemands et suisses, deux pays à la vitalité économique incontestable.

    Pas d’âge pour se former !

    La formation concerne bien évidemment la jeunesse, mais pas seulement. Il n’y a pas d’âge pour continuer à apprendre, s’instruire, évoluer et développer de nouvelles compétences. Si vous souhaitez rester compétitifs et attractifs sur le marché du travail, rien de tel que de compléter et d’aiguiser votre panel de compétences, tout au long de votre carrière. Vous verrez que l’offre de formation continue est suffisamment variée pour rencontrer toutes les aspirations. Il n’y a pas … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce lundi 22/01/2018

    Source > Youri Demianoff sur votre journal 7 dimanche de ce 22/01/2018

    LE SITE > https://jobsregions.sudinfo.be/

  • Imprimer

    AU TRAVAIL > FAITES L’HUMOUR, PAS LA GUERRE...

    Associé par certains à la distraction, à la dispersion et au manque de sérieux, l’humour au travail semble au contraire améliorer nos performances individuelles et collectives.

    Que ce soit au niveau de la motivation, de la concentration, de la productivité ou de l’ambiance générale au sein d’un groupe, il n’aurait en fait que des effets positifs.

    Une étude, réalisée sur 341 travailleurs, par le psychologue David Abramis de l’Université de Californie, révèle que ceux qui se laissent aller à rire au travail sont les plus productifs. «Les employés qui ont le sens de l’humour apparaissent aussi plus motivés, plus créatifs au bureau, et moins susceptibles d’être en retard ou absents», ajoute le chercheur. D’autres études, comme celle menée par la psychologue Anja Van Den Broek et ses collègues de l’Université de Leuven, confirment cette tendance: 

    Il crée de l’enthousiasme

     « Les gens qui font de l’humour au boulot sont beaucoup plus enthousiastes vis-à-vis de leur fonction que ceux qui ne le font pas. Les blagues au travail augmentent le plaisir de travailler et réduisent les risques d’un épuisement professionnel.» explique la chercheuse. Beaucoup de personnes, employées ou employeurs, sont pourtant encore réticentes à l’idée de pratiquer  Lire la suite ici ...

    Source Youri Demianoff sur > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    UN EMPLOYEUR PEUT SURVEILLER LES COMMUNICATIONS INTERNET DE SES EMPLOYES

    Un employeur à le droit de surveiller les communications internet de ses salariés pendant leur temps de travail, a estimé mardi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui a débouté un Roumain licencié pour avoir «chatté» au travail.

    Le requérant, un jeune ingénieur roumain, s’estimait victime d’une atteinte à sa vie privée: il avait été licencié en août 2007, après que son employeur eut repéré qu’il utilisait un service de messagerie instantané pour dialoguer non pas seulement avec ses contacts professionnels, mais aussi avec son frère et sa fiancée.

    Le règlement intérieur de l’entreprise «interdisait l’usage des ressources de celle-ci à des fins personnelles», précise la Cour.

    L’internaute avait contesté en Lire la suite

    Source > Belga sur > http://www.sudinfo.be/1463940 > Illustration > Reporters / Face to Face

  • Imprimer

    ETUDE JOB CRAFTING. UN BELGE SUR DEUX PERSONNALISE SON JOB.

    Le job crafting, soit la « personnalisation de son job » est en vogue.

    D’après une étude, 47% des travailleurs belges y ont recours. Une des principales raisons est la combinaison de ses vies privée et professionnelle. 

    Qu’est-ce que le job crafting ? D’après Securex, le spécialiste des services RH, «le job crafting consiste à ce que le travailleur personnalise son travail, que ce soit en apportant des modifications ou des glissements dans ses tâches, en étendant celles-ci (comme les contacts avec la clientèle), mais aussi en faisant l’acquisition de certaines aptitudes. Le job crafting est donc une initiative individuelle du travailleur, prise en concertation avec le supérieur et les collègues». 

    Une étude menée dans le cadre de la Chaire Securex (Université de Gand) auprès de 1754 travailleurs révèle que près de la moitié (47 %) des travailleurs belges disent personnaliser leur job : 43 % des ouvriers, 47,9 % des employés et même 58 % des cadres. «Le job crafting n’est donc pas uniquement réservé aux cadres, même si la fréquence et la forme peuvent varier comparativement aux ouvriers et aux employés. En effet, les cadres bénéficient généralement de plus de possibilités et d’autonomie pour apporter des changements dans leur travail, contrairement aux ouvriers qui ont souvent moins l’impression de pouvoir influencer le contenu de leur fonction», explique Securex. 

    POUR LA VIE PRIVÉE 

    Toujours selon cette étude, plus de 75 % des travailleurs qui s’adonnent au job crafting cherchent ainsi à ce que leur job corresponde mieux à leurs attentes. Parmi les autres raisons, les travailleurs citent également la recherche d’un meilleur équilibre entre vie privée et  Lire la suite de l'article ici ...

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    CES 9 CHOSES QUI VOUS AGACENT AU BOULOT

    Le prestataire de services RH Attentia a repris sur son site un classement dans lequel vous vous retrouverez peut-être...

    Il concerne toutes ces choses qui vous agacent lorsque vous êtes au travail. 

    1. Personne ne remplit l'imprimante lorsqu’il n'y a plus de feuilles. Vous êtes toujours celui ou celle qui doit en remettre, après quoi l'imprimante crache une quinzaine de travaux d'impression en retard (dont parfois un livre entier). Ce n'est qu'une demi-heure plus tard que vous pouvez enfin retirer votre document de la machine.
    2. Être obligé(e) d'entendre des conversations téléphoniques ou privées. En soi, ce n'est pas un réel problème, mais personne n'a besoin savoir que le chien d'un collègue a de l'urticaire ou qu'une personne ne veut plus fréquenter tel ou tel restaurant parce que la nourriture était infecte la dernière fois qu’elle y est allée. N'hésitez pas à vous isoler.
    3. Les collègues qui refusent d'admettre qu'ils ont commis une erreur, ce qui vous oblige à résoudre le problème vous-même. Ou ceux qui ne prennent tout simplement pas leurs responsabilités et qui laissent certaines tâches inachevées justes avant le week-end, pour que vous vous en occupiez le lundi matin.
    4. Les odeurs désagréables. Celle du fumeur de l’autre côté du bâtiment, par exemple, qui laisse derrière lui des relents de tabac froid à chaque fois qu’il revient d'une pause-cigarette. Ou celle du collègue qui, tous les jours à quinze heures, avale une Cup a Soup, au curry de préférence. Ou encore celle du collègue qui retire ses chaussures en dessous de son bureau.
    5. Les collègues qui s'expriment en clichés commerciaux. Évitez ce genre de jargon, nous sommes tous des êtres humains.
    6. Les délais que personne ne respecte. L'équipe de projet a établi des délais précis mais, à la date convenue, vous ne voyez rien arriver. La première réponse à votre courriel de rappel suit deux jours plus tard, et ce, uniquement pour vous annoncer que le projet va arriver. Demain.
    7. Les bruits agaçants. Les gens qui tapent sur leur clavier comme s'il s'agissait d'une machine à écrire ancestrale : cela devrait être interdit. Idem pour les personnes qui dévorent avidement leur pomme ou leur carotte.
    8. Les courriels incompréhensibles. Vous recevez un courriel et vous vous demandez ce qu'a bien pu vouloir dire l'expéditeur. Vous renvoyez alors un courriel afin de demander des éclaircissements. La réponse se fait attendre et vous n'avancez pas. Et que dire des collègues qui vous mettent en copie d'un message sans que vous ne sachiez pourquoi.
    9. Les appareils qui ne fonctionnent pas. Impossible de transférer un appel. Google Drive refuse de procéder à la synchronisation. Un programme ne démarre pas. Le serveur est grillé. Le help desk vous répond calmement : "Nous avons signalé le problème." Et, bien entendu, cela arrive TOUJOURS quand vous avez quatre délais à respecter simultanément.

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) : classement / boulot

    Source: Arbo sur > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    7 PRODUITS DOPANTS AUTORISES AU TRAVAIL

    La vie active est parfois épuisante.

    Pas étonnant donc que certains employés ne puissent plus s’en sortir sans l’aide de substances stimulantes.

    Un certain nombre d’entre elles sont inoffensives, mais d’autres le sont nettement moins… Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elles sont illégales : à côté de la cocaïne etc., il existe beaucoup d’autres substances autorisées par les employeurs. Voici 7 exemples…

    1. Le café

    Une sévère addiction pour beaucoup de bourreaux de travail. Le produit est très facile d’accès, puisque beaucoup d’employeurs mettent gratuitement la boisson à disposition. Dans le meilleur des cas, le café est bon et dynamisant. Mais il n’est pas tout à fait inoffensif. Ainsi, consommé à hautes doses, il peut endommager votre foie et augmenter votre tension artérielle. Ne buvez donc jamais plus de huit tasses par jour !

    2. Les boissons énergétiques

    Une autre grande source de caféine : les boissons énergisantes de type Red Bull, Burn, Monster, Nalu… La plupart d’entre elles contiennent également de la taurine. La taurine, déjà présente naturellement dans le corps humain, libère une impression d’énergie. Ici aussi, mieux vaut tout de même faire attention. En boire fait disparaître la sensation de soif, le risque de déshydratation est donc réel. Le maximum : 2 cannettes par jour.

    3. Les cigarettes

    On ne peut plus fumer au bureau bien sûr, mais la plupart des entreprises accordent des pauses cigarette à leurs employés. Il est prouvé que les cigarettes apaisent, stimulent, libèrent de l’adrénaline et augmentent la concentration et la mémoire. Il est aussi prouvé que la nicotine est extrêmement nocive pour la santé et que fumer tue plus de 5 millions de personnes chaque année.

    4. Le chocolat

    Le chocolat contient beaucoup de magnésium, très efficace contre les coups de fatigue, le stress et l’anxiété. Il est en plus excellent pour le moral. Malheureusement, en consommer trop peut faire mal à l’estomac (sans oublier que c'est mauvais pour la ligne).

    5. Le ginseng

    Les Chinois vantent depuis des siècles les vertus de cette racine. Le ginseng asiatique (Panax ginseng) est censé tonifier l'organisme des personnes fatiguées ou affaiblies, rétablir la capacité de travail physique et de concentration intellectuelle. On trouve le ginseng dans certains compléments alimentaires.

    6. Le guarana

    Le guarana est une plante d’Amazonie dont les graines pilées et compressées en pilules de type complément alimentaire auraient des vertus énergisantes. Il s’agit de la plante contenant le plus haut taux de caféine au monde. Ses graines contiennent en effet 4,5 g de caféine par 100 g. De ce fait, sa consommation à haute dose est également néfaste.

    7. Les fruits

    Le choix le plus sain en termes de « produit dopant »  au travail reste un fruit frais, source naturelle de vitamines. Kiwi, mangue, orange et fruits rouges contiennent de la vitamine C. Les fruits rouges et les abricots sont également riches en provitamine A. On trouve la vitamine B dans les noix, le cassis et les raisins. Le cassis et les noix sont également une source de vitamine E. Si vous ne comptez que sur ces énergisants naturels pour vous rebooster au bureau, votre santé ne craint rien.

    Source > Texte: Steven Heyse sur > http://www.references.be

    Liens utiles > productivité / Travailler & vivre / Alcool, drogues et fumer au travail / Equilibre travail & vie /Santé /Stress

  • Imprimer

    LES AVANTAGES DU TRAVAIL A TEMPS PARTIEL

    Avec la crise, le travail à temps partiel tend à devenir une pratique de plus en plus répandue.

    Il faut l’admettre, en général, ce n’est pas un choix que les travailleurs font de gaieté de cœur.

    Les désavantages du travail à temps partiel sont bien connus et parfois rebutants (salaire moindre, pension difficile, etc.)

    Et si le travail à temps partiel présentait aussi des avantages ? Zoom sur le revers brillant de la médaille.

    Combler un vide dans votre CV

    Un emploi à temps partiel montre à votre futur employeur potentiel que vous n’hésitez pas à vous retrousser les manches pour entrer dans la vie active et à faire quelques sacrifices.

    Accepter un tel emploi prouve aussi que vous êtes motivé et que vous avez envie de vous investir dans le monde du travail. Si vous refusez par principe le travail à temps partiel et que vous vous réservez pour le job de vos rêves, en temps plein et en CDI, vous risquez de rester un moment sans emploi. Les recruteurs pourraient alors vous poser des questions sur les vides dans votre CV, surtout s’ils s’étalent sur de longues périodes. Montrez aux employeurs que vous êtes quelqu’un de responsable en acceptant un travail à temps partiel tout en continuant activement votre recherche d’un emploi à temps plein.

    Acquérir de l’expérience dans votre domaine

    Lorsque vous cherchez un emploi à temps partiel, essayez de dégoter celui qui vous permettra d’acquérir de l’expérience dans le domaine dans lequel vous aimeriez poursuivre votre carrière par la suite. Profitez-en pour travailler votre réseau social et vous présenter auprès de gens qui pourraient vous être utiles plus tard.

    Pour de nombreux employeurs, l’expérience d’un candidat constitue un critère important et les références données par les anciens employeurs demeurent l’une des méthodes les plus fiables et les plus répandues pour les recruteurs qui cherchent le candidat idéal pour un poste vacant. Un travail à temps partiel dans un domaine lié à ce poste est souvent plus pertinent qu’un emploi à temps plein dans un domaine tout à fait différent.

    Même si votre travail à temps partiel ne relève pas de votre domaine de prédilection, il reste un bon moyen de remplir votre CV et de prouver que vous êtes un travailleur et que vous en voulez. Il peut aussi vous permettre d’obtenir des lettres de recommandation qui vous soutiendraient lors de votre recherche d’emploi.

    Améliorer votre gestion du temps et vos compétences organisationnelles

    Accepter un travail à temps partiel vous permettra aussi de développer des compétences qui vous seront utiles sur le long terme, dans le cadre d’un futur emploi. Vous apprendrez ainsi à mieux gérer votre temps. Si vous restez longtemps sans emploi et que vous n’avez rien d’autre à faire que de postuler à quelques postes et passer un ou deux coups de fil, vous perdrez rapidement le sens de l’organisation. Vous risqueriez de devenir vite distrait et désorganisé. Un job à temps partiel vous permettra de garder une certaine structure, qui rythmera votre vie et vous préparera pour un horaire à temps plein.

    Un travailà temps partiel constitue une bonne transition entre les études ou le chômage et l’effervescence de la vie active à plein temps. Donc, même si ce n’était pas votre premier choix, vous devriez considérer toute occasion de travailler, de remplir votre CV et d’acquérir de l’expérience comme une opportunité à saisir.

    Source : Career Builder > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    Liens utiles > chômage / gestion du temps / Temps partiel / Evoluer / Contrat / Fonctions / Premier emploi

  • Imprimer

    47 BELGES VONT VIVRE LEUR RÊVE "DISNEY"

    Euro Disney a retenu 47 Belges pour travailler à Disneyland Paris à l’issue d’une campagne de recrutement effectuée à travers l’Europe au début du mois de septembre, a indiqué mardi à l’agence Belga Daniel Dreux, vice-président des Ressources humaines du célèbre parc d’attractions français.

    Une dizaine d’entre eux ont été engagés sous contrat à durée indéterminée. 

    Euro Disney a reçu quelque 400 CV lors de la phase de pré-sélections, ce qui a abouti à 71 entretiens menés à Bruxelles le 1er septembre dernier. Parmi les 47 Belges retenus, une dizaine bénéficiera d’un contrat à durée indéterminée, les autres étant, selon leurs profils, engagés sous CDD.

    La plupart des contrats incluent déjà la période d’Halloween, qui commence le 17 octobre à Disneyland Paris.

    Le célèbre parc recherchait pas moins de 8.000 travailleurs, dont 1.000 en CDI, dans les domaines de l’accueil, la vente, la restauration et l’hôtellerie. La majorité des visiteurs du parc étant issue des pays de l’Union européenne, la connaissance des langues étrangères est essentielle pour la première destination touristique d’Europe, ce qui avait amené ses responsables à venir recruter en Belgique.

    Entre 60 et 80 salariés belges sont embauchés chaque année. Ces nouveaux collaborateurs rejoignent les 15.000 employés du parc, parmi lesquels une centaine de Belges sous contrat à durée indéterminée.

    Source > http://www.jobsregions.be > Crédit Photo: Disney

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) : > Disney / Recrutement / CDI / CDD

    Notre annonce de recrutement du 29/07/2015 > DISNEY RECRUTE LE 1ER SEPTEMBRE À BRUXELLES