transport

  • LES PREMIERES EOLIENNES POUR GINGELOM SONT PASSEES PAR HANNUT

    11750646_1422060268123574_2157455059470922846_n.jpg

    Prévu entre le 7 juin et le 7 juillet, le transport des sept éoliennes de Greensky à destination de Gingelom a débuté finalement ce lundi

    Soit avec un mois de retard sur le planning prévu initialement. Venant d’Anvers, les premiers camions du transporteur hollandais Ter Linden ont traversé Lincent puis le rond-point de l’Intermarché à Hannut ce 13 juillet en soirée. Direction la Flandre.

    Ce lundi, l’échevin des travaux Jean-Claude Jadot et son chef des … Lire la suite ICI

    Source > Rédaction en ligne de DR sur > http://www.sudinfo.be/1332643

  • HANNUT: L'ITINERAIRE DU CONVOI EOLIEN REVU, LES VILLAGES EVITES!

    1893190461_B975829049Z_1_20150616191321_000_GVQ4MO4PM_1-0.jpg

    Dans le bras de fer qu’elle a engagé contre Greensky et le transporteur Ter Linden, la commune de Hannut vient d’obtenir gain de cause.

    L’itinéraire pour la livraison des sept éoliennes dites du Parc Eolien « Gingelom E40 » a été revu. «  Nous avons entendu les inquiétudes et des remarques formulées par les autorités communales », commente la porte-parole d’Electrabel, Anne-Sophie Hugé.

    L’itinéraire alternatif a été proposé aux autorités communales ce mardi. Il devrait être … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de DR sur > http://www.sudinfo.be/1312176

    Lire à ce sujet le communiqué de presse de la ville de Hannut > ICI

  • PARC ÉOLIEN « GINGELOM E40 » - TRANSPORT EXCEPTIONNEL (Communiqué - Ville de Hannut)

    Projet01.jpg

    Le Collège communal a effectué de nombreuses démarches (réunions de travail, contacts avec les autorités régionales ainsi que l’Union des Villes et Communes, prise d’un règlement instaurant une caution pour les convois exceptionnels en vue de préserver nos voiries et surtout, proposition d’itinéraires alternatifs) depuis plus d’un mois dans ce dossier pour préserver au maximum la quiétude de nos habitants et l’état de nos voiries. La persévérance du Collège communal a payé.

    Le Collège tient à préciser que le poids de ces transports était supérieur à ce que pouvait accepter nos voiries communales et que ce transport, passant initialement devant le Service Régional d’Incendie, risquait de poser un problème pour la sortie des véhicules de secours.

    Lors d’une réunion avec les responsables d’Electrabel, ces derniers ont trouvé justifiés les arguments avancés par les autorités communales. Electrabel reconnait également le manque de concertation par le transporteur vis-à-vis des autorités de la Ville dans ce dossier.

    Nous tenons à remercier Electrabel pour son écoute et sa collaboration.

    La Ville de Hannut souhaite annoncer à ses habitants, et particulièrement aux habitants de Poucet, Trognée et Cras-Avernas, que le promoteur revoit l’itinéraire pour la livraison des éoliennes dites du Parc Eolien « Gingelom E40 ».

    Le transporteur empruntera un des trajets proposés par la Ville de Hannut. Le convoi évitera nos villages, empruntant les nationales (rue de Tirlemont, contournement et rue de Landen) et passera par Gingelom pour arriver sur le site.

    Source > Communiqué de presse - Ville de Hannut

    Florence DEGROOT Echevine de la mobilité

    Jean-Claude JADOT Echevin des Travaux

    Emmanuel DOUETTE > Bourgmestre faisant fonction

    Historique :

    140 TONNES D'ÉOLIENNES EFFRAYENT LES RIVERAINS D'HANNUT: "ON NE COMPREND PAS" > ICI

    HANNUT IMPOSE UNE CAUTION DE 466.000 EUROS AU TRANSPORTEUR D'EOLIENNES > ICI

  • HANNUT IMPOSE UNE CAUTION DE 466.000 EUROS AU TRANSPORTEUR D'EOLIENNES

    607283448_B975735224Z_1_20150605200747_000_GKG4KJJVR_2-0.jpg

    Jeudi soir, à Hannut, la majorité MR-PS a approuvé en urgence le nouveau règlement communal visant le passage de convois exceptionnels sur les voiries communales, la minorité

    Ecolo-cdH s’est abstenue. Ce règlement prévoit une caution qui doit permettre la réparation de la chaussée en cas de dommages.

    On en sait plus sur le transport exceptionnel de sept éoliennes à destination de Gingelom. L’itinéraire proposé par le promoteur … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/1304413 Photo > V.Rohcer

  • LE BELGE CONSACRE 67 MINUTES PAR JOUR AUX NAVETTES

    Embouteillages_logo_shutterstock_203182111%20copy_0.jpg

    Les Belges ne quittent pas facilement leur région pour s'installer près de leur lieu de travail.

    Cela se reflète dans le temps qu’ils investissent dans les navettes.

    Ce temps consacré aux navettes s'élève à 67 minutes par jour en moyenne, aller-retour.

    62,1 % des employés consacrent 1 heure maximum aux navettes. 17,9 % des employés ont la chance de ne pas consacrer plus de 20 minutes par jour aux navettes.

    Temps réel de navette > % des employés >> cumulatif %

    • 0-20 minutes > 17,9 % >> 17,9 %
    • 21-40 minutes > 21,5 % >> 39,4 %
    • 41-60 minutes > 22,7 % >> 62,1 %
    • 61-90 minutes > 16,8 % >> 78,9 %
    • 91-120 minutes > 10,2 % >> 89,1 %
    • 121-180 minutes > 8,5 % >> 97,5 %
    • 181 minutes ou plus > 2,5 % >> 100

    Source > http://www.references.be

  • HANNUT: UN TAXI JUNIOR UNIQUE EN BELGIQUE POUR CONDUIRE LES JEUNES

    TaxiJunior_Affiche2014-2015.jpg

    Avec la collaboration du Centre d’Information Jeunesse «Cool Zone», la Ville de Hannut lancera le 5 janvier prochain un taxi juniors, a indiqué jeudi le bourgmestre faisant fonction, Manu Douette (MR), lors d’une conférence de presse.

    Financée par des sponsors et un subside communal, la camionnette transportera les Hannutois qui ont entre 12 et 26 ans et qui désirent se rendre quelque part du lundi au samedi.

    Ce n’est pas toujours évident de se déplacer depuis les villages de l’entité communale de Hannut jusqu’au centre-ville, et vice versa. C’est ce qu’a …  Lire la suite ici ...

    Les photos de JCD sont visibles > ICI

    La vidéo sur RTC Lg > http://www.rtc.be/reportages/262-general/1464389-un-taxi-juniors-a-hannut

    Source > Belga par JM sur > http://www.sudinfo.be/1173168

  • DEVENIR RESPONSABLE D’EXPLOITATION DANS LE TRANSPORT ROUTIER

    transport.jpg

    Fonction critique dans le transport

    Ce profil est très recherché par les entreprises du secteur surtout à Liège et dans le Hainaut

    Le responsable d’exploitation dans le transport routier de marchandises supervise et coordonne l’activité d’un site ou d’un service d’exploitation de transport routier de marchandises. Les équipes sont sous sa direction : dispatchers, gestionnaire d’exploitation, conducteurs, ou encore personnel administratif et commercial.

     «Donner du service au client, c’est primordial », explique un professionnel du secteur, Mario Franchi,  administrateur délégué des Transports Frisaye, à Ivoz-Ramet. «Être joignable 24h/24, c’est notre force et le service peut faire la différence. Il faut voir si le client veut un transport de marchandises en temps normal ou plus rapide, auquel cas on met deux chauffeurs. Tout ça, ça fait partie du job du responsable d’exploitation. » Parmi les avantages du métier, Mario souligne la variété des clients et l’aspect relationnel. Du côté des points plus négatifs, il pointe la nécessité d’être résistant nerveusement. «On peut vous appeler pendant la nuit s’il y a un souci avec un camion, par  exemple », ajoute-t-il, précisant que le job est «bien payé, avec des avantages comme une voiture de société ou le fait d’aller de temps en temps au restaurant avec un client ».

    Pour devenir responsable d’exploitation dans le transport, la filière d’études vous poussera vers l’enseignement supérieur de type court, c’est-à-dire un baccalauréat de 3 ans en gestion des transports et logistique d’entreprises.  Différentes écoles le dispensent, notamment dans le Hainaut, à Liège et à Bruxelles. Les débouchés pour ce diplôme sont, comme la profession, variés : gestionnaire des opérations de transport et des prestations logistiques dans une entreprise de transport ou encore affréteur, agent de planification et responsable logistique.

    UN SECTEUR D’AVENIR

    Le Forem classe ce métier parmi la liste des fonctions critiques, et ce pour la première fois depuis 2006. Contrairement à la pénurie qui stigmatise un manque de candidats, la fonction critique signale davantage une difficulté pour les employeurs à trouver des candidats. «Pour le métier de responsable d’exploitation des transports routiers de marchandises, il n’y a que 7 offres d’emploi sur un an et 27 demandeurs d’emploi. La criticité porte davantage sur le métier de gestionnaire des opérations de transport et des prestations logistiques qui lui comporte 577 offres d’emploi par an pour seulement 328 demandeurs d’emploi », explique Samuel Martin, pilote Job Focus au Forem. Par ailleurs, l’analyse des postes montre que les candidats ayant des connaissances en néerlandais et/ou, dans une moindre mesure, en anglais sont régulièrement recherchés par les employeurs. Le Hainaut et la province de Liège concentrent près de huit opportunités d’emploi de responsable d’exploitation des transports routiers de marchandises sur dix.

    Il n’en reste pas moins que le job de responsable d’exploitation fait partie d’un secteur d’avenir : en Europe, deux tiers du tonnage global sont transportés par la route (source : www.europa.eu ).

    SALAIRE ET AVANTAGES

    Pour retrouver le barème du responsable d’exploitation dans le transport routier de marchandises, on se penche sur celui du superviseur de types 3 ou 4 qui gagne 13,11 euros bruts de l’heure pour un temps plein, ce qui équivaut à un salaire mensuel brut d’environ 2.158 euros. « Généralement, ils sont hors barèmes car plus haut au niveau du salaire », explique-t-on du côté du service juridique de l’Union des Classes Moyennes. Pour du personnel non roulant, le taux horaire monte à 13,37 euros bruts. On peut y ajouter diverses primes comme la prime de nuit (12,5% du salaire horaire) ou la prime d’ancienneté (0,2660 euro par heure pour 10 années d’ancienneté). Par ailleurs, comme pour d’autres professions, le responsable d’exploitation peut bénéficier d’autres avantages: des chèques-repas, des écochèques, un véhicule de société, un gsm de société, le prêt d’un ordinateur ou encore des primes liées au chiffre d’affaires de l’entreprise (même si ces dernières sont très encadrées par l’ONSS et doivent être prévues dans un plan « bonus »).

    Source > http://www.jobsregions.be