transhumance

  • POUR UNE ST VALENTIN HORS DU COMMUN ! A LA DIME (WASSEIGES)

    site41.jpg

    Seul, à deux, à trois ou en famille, venez passer la soirée du 14 février à la Dîme, Il y aura un buffet, même pour ceux qui ne mangeront pas. > Il y aura un employé des pompes funèbres.

    Et un céleri.

    Un ballon, peut-être, ou deux ou trois...

    Stéphane Géoris (le Polichineur de tiroirs, d'écritoire et de laboratoire) vous accueillera comme en  famille. Il sera seul en scène, avec les sandwiches.

    Vous serez dans la salle, après la blanquette du chef (pour ceux qui auront mangé sur place).

    Et ce sera bien. Plein de sourires.

    La veille, le vendredi 13 à 20h30, après avoir rempli votre grille Lotto, vous avez encore une occasion de voir  Pourquoi j'ai tué Pierre.

    Dime Projet3.jpg

     

     

    Spectacle de notre compagnie Transhumance à voir a Hannut, dans la salle de l'Académie > Les détails sur > http://hannut.blogs.sudinfo.be

    Et pour les gourmands de théâtre qui veulent assister aux deux soirées, une réduction sur le prix d'entrée à la Dîme : 8€ au lieu de 10 ou 12€, qu'on se le dise!

     L'HOMME CONTENT DE RIEN > SAM 14 FÉVRIER 20H30

     

    Dime.jpg

     

    Par la Compagnie des Chemins de terre

    Que trouver de plus incongru à programmer en cette soirée de St Valentin qu'un spectacle qui met en scène un employé des pompes funèbres accueillant la famille de "son" défunt?

    Mais quel employé! René nous raconte la vie de ce décédé avec, pour uniques masques et marionnettes... le buffet dans son entièreté. Tout y passe : un pain devient vieille dame, un céleri, une main à serrer... Et René parle avant tout de la vie et se moque de la mort comme d'une vieille ennemie. Cet homme est mort, n'ayant plus rien, oui, mais n'avait-il pas raison de partir si léger de ce sacré monde où l'on cherche à posséder tout?

    Alors finalement, un grand bain de simplicité loufoque, de tendre autodérision et de pure poésie agrémentée de leurs rires et sourires, c'est sans doute un bon choix pour une St Valentin.

    Un spectacle de la Compagnie des Chemins de Terre, avec Stéphane Géoris, mis en scène par Jean Lambert.

    • Entrée : 12€
    • Pré-vente : 10€
    • Etudiant - 25 ans : 4€
    • Article 27 : 1,25€
    • Repas : 12€ (facultatif et sur réservation - servi dès 19h)

    Ferme de la Dîme - 250 rue du Baron d'Obin (Nouvelle numérotation, mais le 194 reste utile pour les gps...) 4219 Wasseiges > 081/85.63.74 > ferme@deladime.net

  • CE VENDREDI 13 > AU CCHANNUT > THÉÂTRE > « POURQUOI J’AI TUÉ PIERRE ? »

    Théâtre 13-2.jpg

     « Pourquoi j’ai tué Pierre ? » par la Compagnie Transhumance.

    « Pourquoi j’ai tué Pierre » est une puissante pièce théâtrale, un récit autobiographique, inspiré de la BD d'Olivier Ka (Editions Delcourt 2006) et qui dénonce les conséquences de la pédophilie, du silence, de la culpabilité et des incohérences éducatives.

    La trame ? Olivier est un garçon sans histoires. Elevé dans une ambiance baba-cool au sein d’un milieu libertaire et permissif, c’est un enfant peu farouche. A douze ans il part en colonie de vacances. Là, Pierre, un curé drôle et sympa avec qui il s’est lié d’amitié, lui demandera de toucher son corps. Cet événement marquera profondément son existence...

    A 35 ans, avec son ami Alfred, Olivier décide de relater son histoire. Ils créent une bande dessinée. Ce sera un magnifique outil de reconstruction et de résilience. Cette bd obtiendra deux prix au Festival d’Angoulême en 2007, dont celui du public. La pièce a reçu un « coup de cœur de la presse » aux rencontres théâtrales de Huy en 2013.

    On y découvre trois formidables comédiens : Julie Duroisin, Sylvain Daï et François-Michel Van der Rest dans une mise en scène de Jean Vangeebergen.

    La presse

     « Si la pièce envoûte à ce point, c’est qu’elle est portée par une mise en scène diablement construite. Jean Vangeebergen a la bonne idée d’éclater le monologue du jeune garçon en trois comédiens, Julie Duroisin, François-Michel van der Rest et Sylvain Daï, tous excellents. Du coup, l’histoire rebondit sans relâche… » écrit Catherine Makereel  dans Le Soir. « On ne perd pas une miette de la pièce, qui, par l’alternance dynamique des acteurs, son rythme soutenu, son langage acéré, le travail rigoureux des déplacements, des postures, nous fait penser à une vibrante partition musicale à trois voix.

    Aborder la pédophilie n’est pas chose facile. Ce témoignage authentique, drôle et poignant, est rendu avec une telle force artistique, une telle vérité de jeu, que la délicatesse, la pudeur et la sobriété prennent le dessus. Au-delà du fait particulier, c’est de toutes les blessures rencontrées que ce spectacle nous parle. Comment elles conditionnent toute une vie, comment on peut s’en relever. Juste, honnête et puissant » relate Sarah Colasse dans Le Ligueur.  « (…) Poignant, jamais pesant, le récit s’octroie même quelques notes d’humour et chansonnettes chronologiques (…)  commente Laurence Bertels dans La libre Belgique.

    A voir à Hannut, Salle Rosoux,  le vendredi 13 février à 20h

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63 ou 0475/533.461) ou sur info@cchannut.be.

    Droit d’entrée : 14€/10€ (-26)/1.25€/art 27. La pièce se jouera à l’auditorium Jean Rosoux (Académie), rue des Combattants 1 à 4280 Hannut.

  • A VENIR AU CCHANNUT > THÉÂTRE > « POURQUOI J’AI TUÉ PIERRE ? »

    Théâtre 13-2.jpg

     « Pourquoi j’ai tué Pierre ? » par la Compagnie Transhumance.

    « Pourquoi j’ai tué Pierre » est une puissante pièce théâtrale, un récit autobiographique, inspiré de la BD d'Olivier Ka (Editions Delcourt 2006) et qui dénonce les conséquences de la pédophilie, du silence, de la culpabilité et des incohérences éducatives.

    La trame ? Olivier est un garçon sans histoires. Elevé dans une ambiance baba-cool au sein d’un milieu libertaire et permissif, c’est un enfant peu farouche. A douze ans il part en colonie de vacances. Là, Pierre, un curé drôle et sympa avec qui il s’est lié d’amitié, lui demandera de toucher son corps. Cet événement marquera profondément son existence...

    A 35 ans, avec son ami Alfred, Olivier décide de relater son histoire. Ils créent une bande dessinée. Ce sera un magnifique outil de reconstruction et de résilience. Cette bd obtiendra deux prix au Festival d’Angoulême en 2007, dont celui du public. La pièce a reçu un « coup de cœur de la presse » aux rencontres théâtrales de Huy en 2013.

    On y découvre trois formidables comédiens : Julie Duroisin, Sylvain Daï et François-Michel Van der Rest dans une mise en scène de Jean Vangeebergen.

    La presse

     « Si la pièce envoûte à ce point, c’est qu’elle est portée par une mise en scène diablement construite. Jean Vangeebergen a la bonne idée d’éclater le monologue du jeune garçon en trois comédiens, Julie Duroisin, François-Michel van der Rest et Sylvain Daï, tous excellents. Du coup, l’histoire rebondit sans relâche… » écrit Catherine Makereel  dans Le Soir. « On ne perd pas une miette de la pièce, qui, par l’alternance dynamique des acteurs, son rythme soutenu, son langage acéré, le travail rigoureux des déplacements, des postures, nous fait penser à une vibrante partition musicale à trois voix.

    Aborder la pédophilie n’est pas chose facile. Ce témoignage authentique, drôle et poignant, est rendu avec une telle force artistique, une telle vérité de jeu, que la délicatesse, la pudeur et la sobriété prennent le dessus. Au-delà du fait particulier, c’est de toutes les blessures rencontrées que ce spectacle nous parle. Comment elles conditionnent toute une vie, comment on peut s’en relever. Juste, honnête et puissant » relate Sarah Colasse dans Le Ligueur.  « (…) Poignant, jamais pesant, le récit s’octroie même quelques notes d’humour et chansonnettes chronologiques (…)  commente Laurence Bertels dans La libre Belgique.

    A voir à Hannut, Salle Rosoux,  le vendredi 13 février à 20h

    Infos et réservations au Centre Culturel de Hannut (019/51.90.63 ou 0475/533.461) ou sur info@cchannut.be.

    Droit d’entrée : 14€/10€ (-26)/1.25€/art 27. La pièce se jouera à l’auditorium Jean Rosoux (Académie), rue des Combattants 1 à 4280 Hannut.

  • LA COMPAGNIE TRANSHUMANCE & « POURQUOI J’AI TUÉ PIERRE »

    Projet5.jpg

    Notre dernier spectacle tout public (14 et +) Pourquoi j'ai tué Pierre est à voir lors du Festival Noël au Théâtre à Bruxelles, à ne pas manquer...

    Ce 30 décembre à 15h30 au Botanique

    Réservations 02 218 79 35 - Entrée 7,5€

    Au départ une formidable bd autobiographique d'Olivier Ka et Alfred, prix du public à Angoulême 2007, et aujourd'hui une puissante adaptation sur scène, coup de coeur de la presse.

    Chers amis de Transhumance,

    Vous pensez peut-être: "Pourquoi se mettent-ils à monter des spectacles pour ados maintenant? Et en plus un sujet bateau et un titre à faire peur!". Vous nous connaissez un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout..., notre compagnie a toujours fonctionné à l'engagement passionné et c'est bien de cela qu'il s'agit ici. Dans le texte de la BD et la proposition d'adaptation qu'en faisait Jean Vangeebergen, j'ai trouvé l'écho tellement proche des sentiments, doutes, tâtonnements relationnels de mon adolescence et de celle de chacun de nous, qu'il m'a semblé essentiel que ce projet existe et puisse être montré au plus grand nombre. Et ceci, bien au delà de la problématique de l'abus sexuel, que je ne voudrais pas minimiser, qui est ici traitée de façon remarquable, mais qui ne concerne effectivement pas tout le monde. Ce spectacle s'adresse vraiment à tous.

    Si nous avons jugé pertinent de le proposer pour le public adolescent alors que c'est un spectacle qui s'adresse aussi bien aux adultes, c'est que cette histoire aussi personnelle qu'universelle trouve ses racines dans l'enfance et l'adolescence, que c'est vraiment à ces âges-là que tout se noue ou se dénoue, se crispe ou se construit, et qu'il faut parfois une vie entière pour réparer ce qui a été mal vécu alors. Pourquoi donc ne pas essayer d'allumer de petites veilleuses dans l'esprit des jeunes?

    Mais un spectacle pour ado: personne n'en veut: ni les ados qui se pensent adultes, ni les adultes qui pensent avoir passé l'âge, ni les programmateurs pour qui le risque est grand de se trouver devant une salle vide et pour couronner le tout, les enfants ne sont pas admis avant 14 ans: bonjour pour les fratries! Et pourtant, même la presse est unanime: c'est drôle, émouvant, énergique, décoiffant. Il me semble donc que ce spectacle s'adresse à VOUS. Mais aussi à vos amis, voisins, familles, amis... Venez nombreux et faites du bruit!

    De plus, ce 30 décembre au Botanique, il y aura après la représentation un moment convivial d'échange autour du spectacle avec l'équipe artistique et les personnes ressources qui l'ont entourée.

    Source > Catherine Blanjean > transhumance@deladime.net

  • AGENDA > CINE TRANSAT > Ferme de la Dîme à Wasseiges

    affiche couleur 2.jpg

    Ferme de la Dîme à Wasseiges Les lundis > 20:00.

    Tous les lundis de l'été (sauf le 13 août, relâche), projection d'un film dans la salle de la Dîme.

    On amène son transat, son pouf, son fauteuil de jardin, sa petite couverture si le temps est au frais, et on partage se plaisir de regarder un film sur grand écran. Des chaises sont disponibles sur place, mais c'est moins confortable.

    Tous les films choisis ont "du belge": film belge, acteur belge, orchestre belge pour la musique, co-production belge...

    Le bar est ouvert avant et après la projection