techniques

  • Imprimer

    HANNUT > PLOSAQUA > TOUT LES DÉTAILS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS, LES PISCINES & LES ATTRACTIONS

    Nous y sommes ! Après l’énorme succès de Plopsaqua De Panne, Plopsa ouvre en 2020 son second parc aquatique récréatif à Hannut.

    En collaboration avec les villes de Hannut et Landen, tout près de la frontière linguistique et en un point central de la Belgique, un parc aquatique de pas moins de 4.800 mètres carrés sera construit, lequel sera situé le long de l’autoroute en vue d’une accessibilité optimale et fluide.

    Dans le complexe aquatique, il y aura de la place à la fois pour la détente et la récréation et pour le sport et l’apprentissage. Pour les sportifs et le nombre important d’écoles et groupes attendu, outre un bassin de 25 mètres à 8 couloirs, un bassin d’apprentissage de 16 mètres à 4 couloirs est également prévu.

    On a par ailleurs aussi pensé à la détente et à l’adrénaline tellement indispensable.

    Il y aura ainsi une vaste zone récréative regroupant 3 piscines différentes et 4 grands toboggans. Dans ce paradis aquatique, on trouvera par ailleurs des bains-bulles, des canons à eau, une aire de jeu (playhouse) avec divers effets aquatiques et une rivière sauvage, partiellement extérieure.

    La thématisations unique avec différents effets sonores et lumineux garantira une expérience magique pour chaque visiteur.

    Collaboration avec les villes de Hannut et Landen

    La construction de Plopsaqua Hannut-Landen représente un investissement de 22,5 millions d’€. Les villes de Hannut et Landen contribuent également au financement du nouveau complexe aquatique qui vient remplacer les piscines actuelles. De ce fait, les riverains bénéficieront d’un tarif d’accès spécial et démocratique. Plopsaqua Hannut-Landen s’est révélée être pour elles la meilleure option dans leur quête d’une nouvelle piscine municipale.

    Thématisation unique

    Plopsa est réputée pour sa thématisations poussée et son originalité et il en sera de même dans le second parc aquatique récréatif. Ainsi, le complexe aquatique sera doté d’une zone totalement aménagée autour du personnage de Bumba et de son monde du cirque haut en couleurs.

    Dans la zone sécurisée pour les plus petits, où le chouchou du public, Bumba, occupe une place centrale, le bassin réservé aux bambins sera entouré de terrasses, afin de permettre aux parents de ne pas perdre leur enfant de vue. Maya l’Abeille, énormément populaire à la fois auprès des Francophones et des Néerlandophones, aura sa propre zone dans laquelle la nature dans toute sa magnificence occupera une place centrale.

    À Plopsaqua Hannut-Landen, il n’y aura pas de lanterneau, mais on travaillera avec un éclairage scénographique qui sera adapté selon le décor. De cette manière, les visiteurs seront plongés dans différents thèmes et univers, et l’expérience sera totalement différente de ce qu’on peut vivre dans un paradis aquatique subtropical classique.

    Équipements aquatiques

    Sur une surface totale de 4.800 mètres carrés, il y en aura pour tous les goûts à Plopsaqua Hannut- Landen et il y aura suffisamment d’espace à la fois pour le sport et la détente. Outre les deux bassins dans lesquels les sportifs pourront donner le meilleur d’eux-mêmes, une gigantesque partie récréative est prévue, avec d’innombrables effets sonores et lumineux, qui sauront captiver les jeunes et les moins jeunes. Ainsi, à intervalles réguliers, un orage - avec de la pluie, du tonnerre et des éclairs - sera imité au-dessus du bassin à vagues, mais dans la vaste zone extérieure aussi, à chaque instant, il y aura quelque chose de captivant à vivre.

    De plus, le complexe tout entier sera adapté aux personnes handicapées.

    Récréation et détente

    3 toboggans spectaculaires assureront une expérience sans précédent: Compte tenu de l’immense popularité du célèbre Sky Drop à Plopsaqua De Panne, on a ici à nouveau opté pour un toboggan similaire avec plateforme de lancement à une hauteur de pas moins de 19 mètres.

    Par ailleurs, Plopsaqua Hannut-Landen sera équipé d’un toboggan plus large permettant aux nageurs de descendre à la vitesse de l’éclair sur une bouée, seuls ou en binôme.

    Outre les descentes spectaculaires décrites ci-dessus, de la place a également été prévue pour un toboggan unique sur lequel les visiteurs glisseront sur les beats de la musique qu’ils auront eux-mêmes choisie.

    Le bassin à vagues, totalement dans le thème de Maya l’Abeille avec un gigantesque rideau de pluie et des effets spéciaux lumineux et sonores.

    Une Wild River spectaculaire à 3 circuits possibles, dont un partiellement en extérieur.

    Un toboggan familial, dans lequel les visiteurs pourront faire la course les uns contre les autres.

    Une aire de jeu, qui en période estivale s’étend jusqu’à l’extérieur pour doubler en superficie, avec 3 toboggans et différents jeux et effets aquatiques.

    Le bassin des bambins adopte la forme du chapiteau de cirque de Bumba avec différents petits toboggans, petites fontaines et même des écrans vidéo sur lesquels les aventures de Bumba et ses amis seront projetées.

    3 bains-bulles situés au point culminant du complexe de piscines, offrant une vue unique sur l’ensemble du parc aquatique récréatif.

    La piscine extérieure avec bancs à bulles et jets d’eau.

    Un gazon de repos extérieur qui rencontrera un vif succès dès les premiers rayons du soleil.

    Un Sauna avec une capacité de 20 personnes.

    Sport et apprentissage

    Un bassin de 25 mètres avec pas moins de 8 couloirs.

    Un bassin d’apprentissage à 4 couloirs, composé d’une zone plus basse de 60 cm et d’une zone plus profonde de 120 cm.

    Comme on s’attend à ce qu’un grand nombre d’écoles feront usage du nouveau complexe aquatique dans le cadre de la natation scolaire, 6 vastes cabines de groupe sont prévues, ainsi que 12 immenses casiers communs.

    Enfin, deux points de petite restauration seront également présents, dont un situé dans le complexe aquatique lui-même, où des snacks et boissons seront servis. Le second ‘snack point’ est la cafétéria dans la partie sèche à l’étage supérieur, où les parents pourront se restaurer et boire un verre, avec vue sur le bassin de 25 mètres et sur le bassin d’apprentissage, tout en suivant les leçons de natation de leurs enfants, ou en surveillant leur progéniture en train de nager.

    Technologies écologiques et innovantes

    Plopsaqua Hannut-Landen est un formidable exemple de la mise en œuvre des toutes dernières technologies. Afin de garantir l’excellence de la qualité de l’eau, on fera appel à une installation AOS. Celle-ci veille à ce que l’irritation par le chlore soit limitée à un niveau minimum en comparaison avec les autres piscines disposant de systèmes moins avancés. L’hygiène de l’eau est assurée par l’utilisation d’électrolyse du sel. Enfin, une installation RO sera également mise en place et permettra de réaliser des économies d’eau de pas moins de 50%.

    Outre des techniques uniques optimalisant la qualité de l’eau, avec son second parc aquatique récréatif, Plopsa misera également sur diverses technologies écologiques.

    Une propre station d’épuration de l’eau sera construite, laquelle purifiera toutes les eaux usées du parc aquatique de sorte que celles-ci puissent être récupérées et réutilisées.

    Des panneaux solaires seront également installés et contribueront à la poursuite d’une neutralité énergétique.

    L’éclairage scénographique sera réalisé à 95% au moyen de lampes led.

    Un système de cogénération (PCCE) veillera à ce que de la chaleur et de l’électricité soient continuellement et simultanément produites, ce qui permet des économies et une efficacité énergétiques optimales.

    L’évaporation de l’eau dans le bassin extérieur sera limitée par le stockage de l’eau, la nuit, dans d’immenses réservoirs d’eau.

    Le bâtiment sera de surcroît totalement isolé suivant les normes PEB 2018.

    De cette manière, Plopsa met tout en oeuvre pour assurer une exploitation la plus écologique et durable possible du nouveau complexe aquatique. La durabilité est d’ailleurs un fil rouge dans toutes ses activités professionnelles.

    Enfin, Plopsaqua Hannut-Landen prévoira sur toute la superficie un chauffage par le sol, qui rendra le séjour des visiteurs particulièrement agréable.

     Mobilité

    Plopsaqua Hannut-Landen sera accessible à la fois à pied, à bicyclette, en bus (ligne 127 Landen-Hannut-Huy), en voiture (393 places de stationnement, dont un nombre suffisant de places pour personnes handicapées) et en autocar (12 places de stationnement pour bus).

    Bon à savoir

    • Capacité: 1.200 personnes simultanément
    • Capacité journalière max.: 3.600 personnes
    • Zone Kiss & Ride
    • 5 piscines
    • 4 grands toboggans
    • Surface totale: 24.400 m2

    Source > Dossier de Presse Plopsaqua

    Illustration > Photos Plopsaqua/Montage > J-C.D

    hannut,blog,jcd,plopsaqua,détails,techniques,tout avoir

  • Imprimer

    CE SAMEDI 17/09 À HANNUT > LA NATURE AU TRAVERS DE VOTRE APPAREIL PHOTO ! INSCRIPTIONS !

  • Imprimer

    FORMATION SPÉCIFIQUE SUR > TECHNIQUES DE VEGETALISATION TOITURES & MURS AVEC L’ASBL COF !

    2 sessions en 2016 • Février & Octobre > Pour tout renseignement 0493/09 83 55 • flathouwers@cof.be

    TECHNIQUES DE VEGETALISATION Toitures & Murs

    BASES DE L'HORTICULTURE > Floriculture d'extérieur > Nomenclature des plantes

    ACCOMPAGNEMENT PSYCHO-SOCIAL

    • Avoir un titre de séjour en ordre de validité
    • Avoir entre 18 et 24 ans

    Toutes les infos pour cette formation sur > http://www.cof.be/index.php/secteurs-activite

    Le site générique > http://www.cof.be/

  • Imprimer

    VERS UN MÉTIER TECHNIQUE VALORISANT

    Les professionnels ont du mal à trouver des candidats alors que la demande ne cesse de croître

    De l’emploi, il y en a ! Il suffit de jeter un coup d’oeil du côté des entreprises industrielles pour comprendre qu’une réelle demande existe.

    Dévolarisés dans le passé, les métiers techniques sont de plus en plus gratifiants et enrichissants. Une belle perspective d’emploi donc, si l’on surmonte les préjugés.

    C’est officiel : la Belgique enregistre une vraie reprise du marché dans les domaines techniques. Même si cette réalité est davantage observable en Flandre, elle est aussi présente dans le sud du pays. Voilà donc une bonne nouvelle pour les demandeurs d’emploi… à condition qu’il y en ait suffisamment. Et c’est là que le bât blesse. «Nous avons beaucoup de difficultés à trouver des profils techniques, témoigne Françoise Bayart, HR director chez Lutosa. On n’arrive même plus à satisfaire les demandes commerciales.»

    Ce problème de recrutement se ressent partout. «Il y a un réel souci de vivier à la base, précise Michèle Geoffroy, HR manager chez VINCI Energies. Les parents poussent vers d’autres études car le technique n’est pas la voie rêvée pour leurs enfants. Il faut changer les mentalités !»

    D’après les acteurs du secteur, les formations techniques souffrent encore aujourd’hui d’une étiquette noire qui leur colle à la peau. «L’enseignement qualifiant est trop souvent un second choix, regrette Sophie De Coninck, recruitment and mobility manager chez Cofely Fabricom. Si on ne réussit pas en général, on passe en technique. » Un regret d’autant plus grand que les métiers techniques sont «l’avenir ». «Ils font appel à différentes connaissances, différentes facettes enrichissantes. Ce sont des métiers très passionnants et valorisants !», s’exclame Eric Bossart, change manager RH stratégie opérationnelle chez Ores. Il est rejoint par André Leclercq, directeur des ressources humaines à la FN Herstal : «Ces métiers ne sont en rien dégradants. La beauté d’une pièce complexe apporte énormément de satisfaction à celui qui l’a réalisée.»

    DES MÉTIERS MÉCONNUS

    À cette vision culturelle s’ajoute aussi une méconnaissance des  Lire la suite ici ...

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    BASKET (PROVINCIAL): LE POINT SUR LES TRANSFERTS (+ TECHNIQUES) ET A HANNUT ??

    444100865_B975400228Z_1_20150428164223_000_G9N4DEG67_2-0.jpg

    Les équipes ont déjà clôturé leur équipe pour le prochain championnat.

    Seul Ampsin est encore et toujours à la recherche de renforts. Petit tour d’horizon des différents clubs de P2.

    Le mois de mai arrivant à grand pas et, avec lui, l’ouverture de la période officielle des transferts, la plupart des équipes ont déjà … Lire la suite ici ...

    Techniques

    P2A

    BC Hannut A - Ans 60-83

    QT : 18-25 ; 15-17, 15-18, 12-23

    BC Hannut : Dejaiffe 3, Lambert 5, Goffin 16, Bielen 7, Halin 9, Mouillard 0, Dibenedetto 16, Jassogne 1, Sauvenier 3

    P3A

    BC Hannut B - Belleflamme 72-66

    QT : 21-18, 16-24, 18-13, 17-11

    BC Hannut B : Doigni 0, Duvivier 9, Munten 7, Pirard 6, Plomteux 12, Rowet 4, Dubois T. 11, Vandeput 9, Fontaine 0, Humblet 14

    Source > Rédaction en ligne de SG Sur > http://www.sudinfo.be/1273223

  • Imprimer

    LES MÉTIERS TECHNIQUES: LE DÉBAT SECTORIEL DE JOBSRÉGIONS

    technique1.jpg

    Les métiers techniques ont évolué, ces dernières années. L’image du métier sale, effectué en bleu de travail, au milieu de la graisse, est révolue.

    Pourtant, les mentalités peinent à changer, comme ont pu le constater nos témoins qui vantent la diversité de profils techniques que les entreprises recherchent régulièrement.

    Sur le plan économique, d’abord, les engagements de métiers techniques semblent se poursuivre malgré la crise. Chez Cofely Fabricom, installateur et intégrateur technique pour l’industrie (plus de 5.000 emplois), on reconnaît que 2014 n’a pas été une année facile. « La concurrence est rude mais il y a de l’activité », confirme Sophie De Coninck, HR Development Manager.

    Même constat chez Lutosa, l’entreprise agro-alimentaire de Leuze (Hainaut). « Nous avons traversé la crise de manière sereine. Nos effectifs sont resté stables, voire ont même progressé », confirme Françoise Bayart, HR Director chez Lutosa, une PME de 530 personnes qui travaille la pomme de terre (pour en faire des frites fraîches ou surgelées et des flocons) « Nous avons recruté une trentaine de personnes, en 2014, et nous envisageons la même chose cette année ». L’entreprise, qui appartient désormais au groupe McCain, dispose de deux sites : un à Leuze, en Hainaut, et un autre près de Waregem.

    RECHERCHE COMPÉTENCES TECHNIQUES

    Les profils sont évidemment variés. « La perception que l’on a, généralement, du secteur agro-alimentaire, c’est qu’on n’imagine pas la multitude de métiers techniques qui y sont liés.

    Dans les départements techniques, nous occupons une centaine de personnes : dans l’automation, la mécanique mais aussi dans l’énergie (le chaud et le froid, très importants dans un secteur comme le nôtre) et les projets.

    A titre d’exemple, les systèmes de stockage sont entièrement automatisés. Chacun reçoit quelque 25.000 palettes. Il faut également des compétences techniques pour conduire nos lignes de production. Une ligne sort 15 tonnes par heure. Pour emballer nos produits nous avons besoin d’opérateurs d’emballage car il y a des réglages à faire. Pour ce genre de job, on cherche des A2 électro-mécaniciens avec une 7e en automation. Ajoutons à cela les aspects hygiène », explique-t-elle.

    Vu la concurrence internationale, nos entreprises sont tenues de se démarquer, comme le confirme la société d’origine française Segula Technologies Belux qui fait de la consultance en ingénierie. Elle a démarré ses activités en Belgique, durant le second semestre 2014. Elle emploie 10 personnes et espère arriver à 30, fin d’année, avant peut-être 50 à 100 personnes sur le long terme.

    Elle mise aussi beaucoup sur les profils techniques. « Nous faisons des services à l’industrie, de la consultance, nous réalisons des projets… Nous essayons de nous démarquer par un savoir-faire. Les prix sont tendus. On voit, par exemple, dans l’ingénierie, du off-shoring. Alors qu’en Europe, on fait beaucoup d’études de base, ce sont des bureaux d’études en Tunisie, au Maroc ou même en Inde qui effectuent les études de détails.

    Nous devons être plus en local, plus proche du client », précise Jérôme Visentin, responsable du bureau d’études chez Segula Technologies Belux (Villers-le-Bouillet). 

    Source > L.B. sur > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    FOOTBALL (JEUNES): VERS UN NOUVEAU LABEL JEUNE (+TECHNIQUES)

    189919912_B974944054Z_1_20150305191053_000_GCO43KNUD_2-0.jpg

    L’Association des Clubs Francophones de Football (ACFF) veut instaurer un nouveau label jeune pour la saison 2016-2017.

    Le système de montée et descente entre les différents championnats ne sera pas touché.

    La rumeur se propage depuis déjà quelques jours sur les réseaux sociaux et elle se confirme : un nouveau label devrait … Lire la suite ici ...

    Source > Olivier Joie sur > http://www.sudinfo.be/1229280 Photo > YA

  • Imprimer

    BASKET (DAMES): "JE COLLAIS A L'ESPRIT BARBIES", DIXIT LA HANNUTOISE VANESSA BAEN (+TECHNIQUES)

    782569719_B974635486Z_1_20150128131358_000_GS03SFDCF_2-0.jpg

    Cela fait seulement trois ans que Vanessa Baens, 33 ans, pratique le basket chez les Barbies.

    Un démarrage sur le tard, certes, mais elle y a pris tellement goût qu’elle ne compte pas lâcher le morceau.

    Vanessa Baens travaille beaucoup pour tenter de rattraper son retard au niveau de sa technique.

    Qu’est-ce qui vous a poussé à faire du basket votre sport principal ?

    C’est un sport que j’ai toujours apprécié en assistant aux Lire la suite & les Techniques ici ...

    Source > Frédéric Peretto sur > http://www.sudinfo.be/1200142