taux

  • LA REGION DE HUY-WAREMME ENREGISTRE UNE HAUSSE DU NOMBRE DE DEMANDEURS D'EMPLOI

    1364510352_B972946984Z_1_20140617144408_000_GFC2LK1I0_1-0.jpg

    Le Forem a présenté mardi l’état des lieux socio-économique 2014 du bassin de Huy-Waremme qui se caractérise, depuis le début de la crise économique, par une hausse importante du nombre de demandeurs d’emploi.

    Par rapport à 2008, leur nombre a augmenté de 8,4% contre 3,7% au niveau wallon, soit un total de 11.284 demandeurs d’emploi inoccupés.

    Les catégories les plus touchées sont les jeunes de 25 à 30 ans et les personnes de plus de 50 ans.

    Le taux d’emploi connaît cependant une situation relativement stable ces dernières années. Il est de 62,1%, au-dessus de la moyenne régionale.

    Plusieurs secteurs du bassin de Huy-Waremme se démarquent du reste de la Wallonie, en particulier celui de la santé et de l’action sociale qui est synonyme de plus de 5.900 emplois dans la région. Le commerce, l’industrie manufacturière et la construction regroupent quant à eux 32% des postes de travail salarié du bassin.

    Le travail indépendant continue également de se développer dans le bassin de Huy-Waremme. L’augmentation est de 10,4% entre 2007 et 2012.

    En outre, la croissance démographique du bassin de Huy-Waremme est deux fois plus élevée que celle observée en Wallonie. La population est actuellement moins concernée par le vieillissement. Les prospectives laissent cependant craindre à une pénurie de travailleurs durant les prochaines années dans les domaines de la santé et de l’action sociale, de l’administration publique, des activités financières, de l’enseignement, du transport et de la logistique mais aussi dans des professions libérales.

    Tous les détails dans La Meuse de Huy-Waremme d’hier mercredi

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.lameuse.be/1033277 Photo > mgz

  • LA BELGIQUE, CHAMPIONNE DES IMPOTS

    taxes.jpg

    D’après le rapport annuel "Taxing Wages", la Belgique a la plus grande pression fiscale de tous les pays membres de l’OCDE(Organisation de Coopération et de Développement Économique).

    Le travailleur belge a été confronté l’année passée à une taxation de 55,8 % sur son salaire. Selon les calculs de l’OCDE, la Belgique connaît avec ce chiffre le plus haut taux d'imposition de tous les pays membres de l’Organisation (pour un célibataire sans enfant).

    À la deuxième place on retrouve l’Allemagne (49,3 %) suivie de l’Autriche (49,1 %) et de la Hongrie (49 %). La moyenne des pays de l’OCDE est de 35,9 %. Bien que la Belgique reste la première du classement, la pression fiscale y a malgré tout chuté de 0,2 % depuis l’année passée.

    Un travailleur célibataire avec deux enfants consacre 36,4 % de son salaire aux charges sociales et fiscales. Pour une famille avec deux enfants et un seul travailleur actif, cela revient à 41 %. Et pour une famille avec deux enfants ou les deux parents travaillent, 48,7%.

    Taux d'imposition pour salarié célibataire avec salaire moyen

    • 1. Belgique > 55,8%
    • 2. Allemagne > 49,3%
    • 3. Autriche > 49,1%
    • 4. Hongrie > 49,0%
    • 5. France  > 48,9%
    • 6. Italie > 47,8%
    • 7. Finlande > 43,1%
    • 8. Suède > 42,9%
    • 9. Tchéquie > 42,4%
    • 10. Slovénie > 42,3%
    • 11. Grèce > 41,6%
    • 12. Portugal > 41,1%
    • 13. Slovaquie > 41,1%
    • 14. Espagne > 40,7%
    • 15. Estonie > 39,9%
    • 16. Turquie > 38,6%
    • 17. Danemark > 38,2%
    • 18. Norvège > 37,3%
    • 19. Luxembourg > 37,0%
    • 20. Pays-Bas  > 36,9%
    • 21. Pologne > 35,6%
    • 22. Islande  > 33,4%
    • 23. Japon  > 31,6%
    • 24. Royaume-Uni > 31,5%
    • 25. Etats-Unis > 31,3%
    • 26. Canada > 31,1%
    • 27. Australie > 27,4%
    • 28. Irlande > 26,6%
    • 29. Suisse  > 22,0%
    • 30. Corée du Sud > 21,4%
    • 31. Israël  > 20,7%
    • 32. Mexique > 19,2%
    • 33. Nouvelle-Zélande > 16,9% >
    • 34. Chili > 7,0%

    Source: OCDE via > http://www.references.be