télétravail

  • 5 ASTUCES POUR DU TELETRAVAIL EFFICACE

    Teletravail_2015_shutterstock_191101091.jpg

    Le télétravail attire de nombreux employés qui y voient des avantages indéniables.

    Il permet d’avoir plus de temps pour soi (on peut se lever plus tard et finir plus tôt), de bien se concentrer (pourvu que l’on s’organise) et, surtout, de gagner du temps en termes de trajet travail-domicile. Mais il renferme aussi une série de pièges. Sans encadrement bien défini, il est en effet aisé de se laisser déconcentrer. Par ailleurs, on court le risque de devenir un outsider dans la boîte. Voici donc 5 astuces pour du télétravail efficace.

    1. Focalisez-vous sur votre to-do list

    Lorsque vous êtes au bureau, vous êtes habitué à un certain rythme de sociabilité : entre les réunions, les pauses café, les discussions de couloir et les pauses lunch, il peut être difficile de se concentrer véritablement sur une tâche sans s’interrompre. Ne prenez pas les mêmes réflexes quand vous travaillez chez vous : ne vérifiez pas vos e-mails toutes les 5 minutes. Au contraire, profitez-en pour accomplir les tâches qui demandent plus de concentration et fixez-vous des moments précis pour répondre à vos e-mails. Vous pouvez les vérifier une fois par heure. Si la demande est urgente, vos collaborateurs vous téléphoneront.

    2. Imposez-vous des pauses

    Le télétravail peut aussi être un piège à vos dépens : vous pouvez en oublier de prendre des pauses. Car au bureau, les pauses vous sont imposées malgré vous : vous êtes interrompu par vos collègues et vous sortez manger sur l’heure du midi. En revanche, chez vous, vous pourriez être tenté de sauter la pause de midi (à quoi bon aller manger seul ?) ou de la négliger (en mangeant rapidement un sandwich devant votre écran d’ordinateur). Les pauses sont toutefois cruciales pour la productivité : elles permettent de recharger les batteries et, dès lors, de rebooster votre concentration. Allez faire un tour. Cuisinez-vous un petit plat. Appelez un ami. Prenez un peu de temps pour vous.

    3. Prévenez vos collègues

    Avertissez vos collègues du jour de votre télétravail. Notez-le dans l’agenda commun le cas échéant. Laissez clairement les coordonnées auxquelles vous êtes joignable.

    4. Restez en contact avec vos collègues

    Veillez à ne pas vous isoler de vos collègues. Il est important de vous manifester et de rester présent et actif dans la vie de l’entreprise. Si vous avez un système de chat interne, utilisez-le. Sinon installez Skype, Viber ou WhatsApp, ou échangez des e-mails. Tenez-vous au courant des dernières nouvelles de la boîte.

    5. Informez vos collègues

    Lorsque vous avez achevé une tâche, tenez vos collègues au courant. Notifiez-le dans votre planning partagé (s’il y en a un). Envoyez-leur un e-mail. Ils verront que vous continuez de travailler en équipe, même si vous êtes physiquement absent.

    Source : Trends-Tendance > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    télétravail / Travailler & vivre / Equilibre travail & vie / SantéTravail à domicile

  • TELETRAVAIL : DU REVE A LA REALITE

     

    Teletravail_1_shutterstock_177775691_0.jpg

    Travailler en dehors du bureau quelques jours par semaine : le rêve de nombreux salariés !

    Un rêve auquel certains employeurs se montrent réceptifs, soucieux de leur attractivité, mais conscients aussi de l'impact positif sur la motivation et la productivité de leurs collaborateurs.

    Géraldine est une employée heureuse. Particulièrement le mercredi et le jeudi, à savoir les deux jours pendant lesquels elle peut travailler de chez elle. J’en ai fait la demande il y a un an, après la naissance de mon deuxième enfant, raconte-t-elle. La recherche d’une meilleure adéquation entre vie professionnelle et vie privée étant inscrite en toutes lettres parmi les valeurs de mon employeur, je n’ai donc pas hésité à discuter de mon projet. Je ne dirais pas qu’il a été accueilli d’emblée avec enthousiasme, mais enfin il a été accepté et c’est ce qui compte à mes yeux.

    Combien sont-ils, ces travailleurs qui peuvent choisir où ils travaillent ? Selon une récente enquête menée par Securex en partenariat avec l'Université de Gand, près d'un tiers seraient peu ou prou dans ce cas. Mais l'échantillon recèle des disparités importantes : les principaux bénéficiaires seraient avant tout des cadres (47 % d'entre eux peuvent choisir leur lieu de travail), âgés de moins de 50 ans, et davantage masculins (33 %) que féminins (27 %).

    Quant aux organisations qui accordent de la flexibilité (d'horaire ou de lieu), la taille de l'entreprise jouerait peu, à l'inverse de l'endroit où elle se situe (la propension étant plus élevée où les problèmes de mobilité sont plus sensibles) et, surtout, à l'inverse de son secteur d'activité (les entreprises actives dans les TIC et les pouvoirs publics paraissent les plus ouverts).

    Des employés plus productifs

    Les effets de cette flexibilité ? Très positifs, selon cette étude qui constate que les travailleurs qui en bénéficient font état d'une plus grande vitalité, ressentent moins de stress, sont plus motivés, et s'estiment sensiblement plus productifs. Leur implication est également plus élevée : 80 % des travailleurs pouvant choisir leur lieu de travail se sentent tellement liés à l’organisation qu’ils n’ont pas l’intention de changer d’employeur, notent les auteurs.

    Quant aux employeurs qui proposent le télétravail, ils font aussi état de meilleures performances et d'une satisfaction plus élevée des bénéficiaires. Pourquoi, dès lors, ne sont-ils pas plus nombreux à le proposer ? Parce qu'ils ne sont pas encore tous convaincus de ses avantages et parce qu'ils ne sont pas encore tous organisés dans ce but. La question à se poser est dès lors : « sous quelle forme cela marche-t-il pour notre entreprise ? », relève l'étude qui incite les employeurs à se poser préalablement les bonnes questions, notamment sur le plan de l'organisation du travail et de la culture d'entreprise.

    Car, de fait, cela ne fonctionne pas toujours. J'ai foncé tête baissée dans le télétravail et n'y ai vu que des avantages au début, relate Didier, employé dans une société informatique. Cela correspondait à ma vision du travail : à l'aise chez moi, en phase avec mes horaires (je me concentre mieux le matin et le soir), et m'ouvrant des plages à consacrer à d'autres activités en journée. Mon employeur était lui aussi satisfait, mais je me suis rendu compte au final que je n'entrais plus en ligne de compte pour les promotions. Comme si on considérait que, ayant privilégié mon confort, j'avais rangé mes ambitions de côté. Résultat ? J'ai renoncé à la formule : je me rends à nouveau tous les jours ou presque au bureau, mais dans le cadre d'horaires décalés pour échapper aux bouchons.

    Pour celles et ceux qui n'ont pas cette possibilité, il reste la solution des bureaux partagés. C'est dans ce cadre que s'inscrit par exemple le récent accord conclu entre Regus et la SNCB. Objectif ? Proposer des espaces de travail flexibles aux clients du train. Nos nouveaux centres dans les gares disposeront de business lounges, de salles de réunion et de réseaux Wi-Fi à haute vitesse, assure Regus. Les voyageurs pourront en profiter pour travailler sur leurs dossiers ou tenir des réunions avec des clients, tout cela à quelques mètres à peine de leur quai d'embarquement.

    L'ouverture de tels centres est prévue à Liège, Anvers, Bruges, Louvain et Bruxelles, notamment. Ce nouveau partenariat s'inscrit dans le cadre de notre initiative européenne visant à installer des espaces de travail flexibles dans des lieux fort fréquentés liés aux transports, comme les gares, les aéroports ou les stations-service situées le long des autoroutes, commente William Willems, directeur régional de Regus pour la Belgique et le Luxembourg. Comme leurs voisins en France et aux Pays-Bas, les usagers belges vont pouvoir exploiter leur temps de manière plus efficace quand ils prennent le train. Ce partenariat peut transformer leur façon de se déplacer et de travailler.

    Source > Benoît July > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be

  • TRAVAIL À DOMICILE : COMMENT RESTER CONCENTRÉ ?

    Teletravail_shutterstock_197492402.jpg

    Quelques astuces pour ne pas se disperser dans son travail à domicile.

    La recette ? S'octroyer des interruptions bien définies et éviter les nombreuses tentations. Que vous soyez indépendant, freelance, entrepreneur ou employé ayant obtenu l'autorisation de bosser à domicile, vous avez certainement déjà été confronté au souci de rester concentré. Sans être dérangé par votre environnement. Travailler à la maison, un vrai plaisir... Ce serait dommage de ne plus pouvoir le faire.

    La tentation est grande

    Par définition, travailler sur son ordinateur et sur internet augmente considérablement la dose de tentations de s'écarter de sa tâche initiale. Sans le regard des collègues, les limites que l'on se met habituellement ont tendance à reculer. Vous passez par la salle de bains et remarquez que la robineterie fuit, vous serez tenté d'aller chercher votre caisse à outils. La vaisselle de la veille n'est pas encore faite, pourquoi ne pas s'y mettre entre deux mails à la clientèle ?

    Une situation qui peut, dans le cas de certains profils professionnels, mener à une baisse de la qualité des prestations et, pourquoi pas, des rentrées financières. Il ne faut surtout pas laisser cette situation se muer en problème global de travail à domicile.

    Que faire pour rester concentrer ?

    - Discipline : C'est le premier conseil ! Placez votre téléphone sur silencieux, ne lancez aucune application de type Outlook, Twitter, Facebook... Bref, évitez toutes ces choses qui vous détournent de votre objectif : travailler.

    - De petits softwares gratuits vous donnent un coup de main. Writemonkeysous Windows et Darkroom pour Mac sont deux programmes qui aident ceux et celles qui rédigent des présentations, des textes... En gros, mis à part le mot que vous êtes en train d'écrire sur votre clavier, le reste de l'écran est... noir. Peu ou pas de distraction au programme, c'est l'avantage de ce choix un peu radical, mais efficace apparement.

    Il y a aussi Think sur Mac qui propose le même concept mais étendu au seul programme que vous êtes censé utiliser pour travailler. Pour le reste, c'est le néant sur votre ordinateur.

    Rescue time (Mac et PC) jouera, selon les paramètres que vous aurez vous-mêmes encodés, le rôle de sésame, ouvre-toi pour accéder ou non à certains sites. À vous de programmer trois heures sans Facebook !

    - Enfin, placez quelques alarmes sonores sur votre ordinateur ou dans votre lieu d'habitation, censées vous rappeler le suite du programme du jour.

    Source > Texte: Laurent Depré sur > http://www.references.be

  • LE TÉLÉTRAVAIL COMME FORME DE TRAVAIL À DOMICILE : QUELLES SONT LES RÈGLES DU JEU ?

    imagesHVBFTP67.jpg

    La Belgique dispose-t-elle d’un cadre juridique applicable au travail à domicile ? Cet article est consacré aux conséquences juridiques du travail à domicile, et plus particulièrement du télétravail.

    Françoise Leus, Legal expert chez HDP-Partena

    Le 22 novembre 2014 sera la journée nationale du travail à domicile. Cette initiative vise à attirer l’attention sur le travail à domicile. En effet, le travail à domicile offre un grand nombre d’avantages. Selon une enquête, les travailleurs à domicile sont des travailleurs satisfaits. Ils trouvent un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et échappent aux déplacements stressants à effectuer pendant les heures de pointe. En outre, le travail à domicile constitue une condition de travail intéressante dans la quête de nouveaux travailleurs.

    Existe-t-il différentes formes de travail à domicile ?

    Le travail à domicile n’est pas un phénomène nouveau. Dans certains secteurs, il existe déjà depuis longtemps. Au début, il s’agissait généralement d’ouvriers qui effectuaient un travail manuel à domicile (exemple : secteur du textile).

    Suite à l’informatisation, le travail à domicile a également fait son introduction au niveau des employés. A tel point qu’aujourd’hui, la notion de travail à domicile est généralement associée au télétravail.

    Que faut-il entendre par télétravail ?

    Un télétravailleur est un travailleur qui travaille régulièrement à domicile ou en un lieu en dehors de l’entreprise désigné par ses soins, utilisant pour ce faire les technologies de l’information.

    Le télétravail revêt toujours un caractère volontaire et ce, tant pour le travailleur que pour l’employeur.

    Les travailleurs mobiles, c’est-à-dire les travailleurs qui, en raison de la nature de leur travail, n’ont pas de lieu de travail fixe (exemples : représentants de commerce, techniciens qui effectuent des réparations chez les clients, …) ne sont pas considérés comme des télétravailleurs. Il en va de même pour les collaborateurs qui travaillent dans un bureau satellite de l’employeur, c’est-à-dire un local décentralisé de l’employeur ou un local mis à la disposition du travailleur par l’employeur.

    La CCT n° 85 du 9 novembre 2005 conclue au sein du Conseil National du Travail régit le statut du télétravailleur. La loi sur les contrats de travail demeure toutefois d’application pour tout ce qui n’est pas prévu par cette CCT (exemple : licenciement).

    Le télétravail doit-il faire l’objet d’un contrat de travail spécifique ?

    Le contrat de télétravail est un contrat de travail ordinaire d’ouvrier ou d’employé (généralement, contrat de travail d’employé) qui doit contenir un certain nombre de mentions spécifiques. En cas de passage au télétravail en cours d’exécution du contrat de travail, ces dispositions spécifiques doivent être reprises dans un avenant au contrat de travail.

    Les mentions suivantes sont obligatoires : la fréquence du télétravail (nombre de jours par semaine), les moments ou périodes pendant lesquels le télétravailleur doit être joignable et suivant quels moyens, le lieu où le télétravailleur travaillera, les moments auxquels le télétravailleur peut faire appel à un support technique, le montant du remboursement de certains frais engagés par le travailleur (indemnité de frais) et la façon dont il peut être mis fin au télétravail.

    Par ailleurs, l’employeur doit fournir au télétravailleur un certain nombre d’informations, comme la description du travail à réaliser dans le cadre du télétravail, la façon dont le télétravailleur doit éventuellement rapporter à l’employeur et la personne à qui le télétravailleur peut s’adresser en cas de questions.

    Le télétravailleur bénéficie-t-il d’une indemnité de frais ?

    Si le télétravailleur utilise son propre ordinateur, sa propre connexion internet, son propre téléphone, …, l’employeur doit lui payer une indemnité. L’annexe au contrat de travail doit fixer le montant de cette indemnité, qui ne peut dépasser 10% de la rémunération brute du télétravailleur et qui, en outre, doit être calculé au prorata du nombre d’heures de télétravail.

    Quels sont les jours/heures auxquels le télétravailleur peut travailler ?

    Le télétravailleur n’est pas soumis à toutes les dispositions légales relatives au temps de travail. Il peut, par exemple, travailler le dimanche ou prester des heures supplémentaires sans que cela n’ouvre le droit à un repos compensatoire ou à un supplément, ou encore travailler le soir (après 20h00). En outre, il n’est pas tenu de respecter les dispositions légales en matière de pauses et de temps de repos.

    D’autre part, il est expressément prévu que le télétravailleur doit organiser son travail dans le cadre de la durée de travail en vigueur dans l’entreprise. Cela signifie que la durée de travail contractuel hebdomadaire du télétravailleur ne peut pas être supérieure à la durée de travail hebdomadaire des autres travailleurs.

    Quid en cas de panne d’un équipement utilisé ?

    En cas de panne d’un équipement utilisé par le télétravailleur, celui-ci doit immédiatement en informer l’employeur. Si le télétravailleur est dans l’impossibilité de fournir des prestations de travail en raison de cette panne, l’employeur est tenu de lui payer la rémunération normale jusqu’à ce que la panne soit réparée.

    Quid en cas d’accident de travail survenu pendant le télétravail ?

    Le télétravailleur travaillant à domicile, il n’est pas toujours facile de faire la distinction entre un accident du travail et un accident privé. C’est pourquoi le législateur a introduit une présomption dans la loi sur les contrats de travail. En effet, un accident est présumé être un accident du travail s’il se produit sur le lieu désigné dans le contrat de travail comme étant le lieu où le télétravailleur travaille et durant la période désignée dans le contrat de travail comme étant la période durant laquelle le télétravailleur travaille.

    Les règles en matière de sécurité et de santé s’appliquent également aux télétravailleurs. Le conseiller en prévention a accès au domicile du travailleur afin de vérifier l’application des règles concernant la sécurité et la santé.

    Le télétravailleur ne travaillant pas sous la supervision directe de l’employeur, il est important que le contrat de travail fixe explicitement ce que l’employeur et le travailleur sont convenus. Cela permet d’éviter des malentendus et contribue à la promotion du télétravail comme instrument intéressant pour disposer de travailleurs satisfaits et attirer de nouveaux travailleurs. 

    Source > http://www.references.be

  • 5 ASTUCES POUR DU TELETRAVAIL EFFICACE

    shutterstock_113205877b.jpg

    Le télétravail attire de nombreux employés qui y voient des avantages indéniables : il permet d’avoir plus de temps pour soi (on peut se lever plus tard et finir plus tôt), de bien se concentrer (pourvu que l’on s’organise) et, surtout, de gagner du temps en termes de trajet travail-domicile. Mais il renferme aussi une série de pièges. Sans encadrement bien défini, il est en effet aisé de se laisser déconcentrer. Par ailleurs, on court le risque de devenir un outsider dans la boîte. Voici donc 5 astuces pour du télétravail efficace.

    Focalisez-vous sur votre to-do list 

    Lorsque vous êtes au bureau, vous êtes habitué(e) à un certain rythme de sociabilité : entre les réunions, les pauses café, les discussions de couloir et les pauses lunch, il peut être difficile de se concentrer véritablement sur une tâche sans s’interrompre. Ne prenez pas les mêmes réflexes quand vous travaillez chez vous : ne vérifiez pas vos e-mails toutes les 5 minutes. Au contraire, profitez-en pour accomplir les tâches qui demandent plus de concentration et fixez-vous des moments précis pour répondre à vos e-mails. Vous pouvez les vérifier une fois par heure. Si la demande est urgente, vos collaborateurs vous téléphoneront.

     Imposez-vous des pauses

    Le télétravail peut aussi être un piège à vos dépens : vous pouvez en oublier de prendre des pauses. Comme nous le disions, au bureau, les pauses vous sont imposées malgré vous : vous êtes interrompu(e) par vos collègues et vous sortez manger sur l’heure du midi. En revanche, chez vous, vous pourriez être tenté(e) de sauter la pause de midi (ah quoi bon aller manger seul(e) ?) ou de la négliger (en mangeant rapidement un sandwich devant votre écran d’ordinateur). Les pauses sont toutefois cruciales pour la productivité : elles permettent de recharger les batteries et, dès lors, de rebooster votre concentration. Allez faire un tour. Cuisinez-vous un petit plat. Appelez un(e) ami(e). Prenez un peu de temps pour vous.

    Prévenez vos collègues

    Avertissez vos collègues du jour de votre télétravail. Notez-le dans l’agenda commun le cas échéant. Laissez clairement les coordonnées auxquelles vous êtes joignable.

     Restez en contact avec vos collègues

    Veillez à ne pas vous isoler de vos collègues. Il est important de vous manifester et de rester présent(e) et actif(/ve) dans la vie de l’entreprise. Si vous avez un système de chat interne, utilisez-le. Sinon installez skype ou échangez des e-mails. Tenez-vous au courant des dernières nouvelles de la boîte.

    Informez vos collègues

    Lorsque vous avez achevé une tâche, tenez vos collègues au courant. Notifiez-le dans votre planning partagé (s’il y en a un). Envoyez-leur un e-mail. Ils verront que vous continuez de travailler en équipe, même si vous êtes physiquement absent(e).

    Source : Trends-Tendances via > http://www.references.be

  • LES 5 PROBLÈMES DU TÉLÉTRAVAILLEUR BELGE

    shutterstock_74656324.jpg

    Hier, journée de manifestation syndicale, peut-être avez-vous choisi de rester travailler chez vous? Le télétravail est très pratique pour éviter les ennuis de circulation et mieux concilier vie privée et vie professionnelle. Il est d'ailleurs de plus en plus populaire auprès des travailleurs à la recherche de flexibilité.

    Mais selon l'entreprise Regus, le travail à domicile peut aussi empiéter sur la concentration et la productivité. Regus a interrogé un panel mondial de 24.000 travailleurs en septembre 2012, dont 300 belges. D'après cette enquête, voici les 5 principaux problèmes auxquels sont confrontés les télétravailleurs belges :

    • Etre régulièrement dérangé par les enfants ou les autres membres de la famille qui réclament de l’attention =59 %
    • Difficulté d’accès aux équipements de bureau = 39 %
    • Interruption des conversations téléphoniques professionnelles par des membres de la famille ou des animaux de compagnie = 36 %
    • Pas d’accès aux documents confidentiels de l’entreprise = 31 %
    • Difficulté de se concentrer sur son travail = 27 %

    Ces préoccupations diffèrent légèrement au niveau mondial. Il semble notamment que les belges ont plus de facilités à se concentrer sur leur travail, même à domicile, que la moyenne mondiale (43%).

    • Les enfants ou autres membres de la famille réclamant de l’attention = 59 %
    • Difficulté de se concentrer sur son travail = 43 %
    • L'interruption des conversations téléphoniques professionnelles par des membres de la famille ou des animaux de compagnie = 39 %
    • Des difficultés d’accès aux appareils de bureau = 32 %
    • Une connexion Internet trop lente ou peu fiable = 26 %

    D’après Regus, 14 % des travailleurs à domicile belges se plaignent aussi de problèmes de santé liés à une mauvaise posture.

    "Le travail à domicile peut avoir un effet négatif sur la concentration et la productivité. La vie privée doit être adaptée à la vie professionnelle ce qui n’est pas toujours évident!" a déclaré William Willems, Directeur général de Regus Belgique et Luxembourg. Des propos à nuancer, quand on sait que l’entreprise Regus met justement à disposition de ses clients des espaces de travail sur mesure.

    Lire aussi

    Source > http://www.references.be