téléphone

  • HESBAYE > ATTENTION : DES ARNAQUES PAR TÉLÉPHONE CONSTATÉES !

    Soyez vigilants ! La zone de police de Hesbaye a enregistré, ces derniers jours, plusieurs tentatives d’escroquerie par téléphone. « Plus d’une dizaine au total», nous informe-t-on.

    Selon un modus operandi courant mais que certains pourraient encore ignorer, des personnes téléphonent au domicile de citoyens et se font passer pour des membres de services publics divers.

    Dans ce cadre, ils demandent toute une série de renseignements dont, aussi, les coordonnées bancaires de leur interlocuteur. Le but ici est évidemment de soutirer de l’argent aux victimes via des services bancaires en ligne.

    Soyez donc prudents : ne donnez jamais ces informations par téléphone et à de purs inconnus !

    Source > E.D. sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 25/02/2017

  • 5 CONSEILS POUR ARRETER D'ETRE MAL A L'AISE AU TELEPHONE

    Cela peut sembler un peu risible, voire puéril, et pourtant nombreux sont les travailleurs qui ne sont pas très à l’aise quand ils doivent décrocher le téléphone.

    Que vous soyez un digne représentant de la génération Y, plus habitué à envoyer des SMS et à chatter qu'à communiquer de vive voix, ou simplement très timide, vous hésitez avant d’oser téléphoner ?

    Pourtant, le téléphone n’est pas encore tombé en désuétude, loin de là, et savoir l'utiliser est encore aujourd'hui une compétence simple et essentielle, même si un peu effrayante pour certains.

    Vous avez une légère phobie du téléphone ?

    Voici 5 conseils pour rendre vos coups de fil moins bizarres et plus efficaces.

    1. Préparez-vous

    Établissez rapidement une liste des points que vous devez aborder avant de décrocher le combiné. Sur papier, écrivez les points-clés de votre conversation. En cas d’hésitation pendant le coup de fil, vous pourrez toujours vous reposer sur cette liste.

    2. Commencez la discussion de façon informelle

    Parler un peu de la pluie et du beau temps avant de commencer à parler affaires permet de construire une meilleure relation avec votre interlocuteur téléphonique. Faites cependant attention à ne pas embêter la personne : si vous sentez que celle-ci n’est pas trop ouverte au bavardage, passer directement au but de votre appel. Et même si cela se passe bien, ne tirez pas ce badinage en longueur.

    3. Annoncez clairement pourquoi vous appelez

    Dès que vous arrêtez les badineries, annoncez clairement l’objet de votre appel : Écoute, la raison pour laquelle je t’appelle est que…

    Si vous commencez ensuite à parler vaguement de business sans trop de clarté, votre interlocuteur sera un peu perdu. Le plus tôt celui-ci connaît la raison de votre appel, le mieux ce sera.

    4. Créez une interaction

    Si vous commencez à déblatérer vos histoires pendant de longues minutes sans jamais demander son avis ou des informations à votre interlocuteur, il y a de bonnes chances pour que son attention chute complètement. Après avoir un peu parlé, cherchez un feed-back pour être sûr que la personne est toujours avec vous.

    5. Concentrez-vous sur une seule requête

    Quand vous appelez quelqu’un, il faut que l’objet de votre appel soit très clair pour vous. Si vous demandez trois ou quatre choses différentes à la personne à l’autre bout du fil, aucune ne sera probablement effectuée. Si vous ne connaissez pas trop votre interlocuteur, ne lui demandez pas de vous faire une grosse faveur.

    Enfin, ne parlez jamais à quelqu’un comme si c’était la dernière fois que vous serez en contact avec lui. Essayez toujours de créer une bonne relation sur le long terme avec vos interlocuteurs, et vous serez ensuite beaucoup moins stressé à l’idée de les appeler.

    Source : inc.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    téléphone / Travailler & vivre / Handicap / Stress / Compétences

  • ENTREPRENEURS & INDÉPENDANTS > 1819: LE NUMÉRO GRATUIT D'AIDE DÉCLINÉ ÉGALEMENT SUR LE NET

    independant.png

    Les demandes d’infos pour indépendants ont augmenté de 63%

    En 2014, près de 4000 demandes ont été traitées par le 1819, la porte d'entrée pour tout entrepreneur à Bruxelles, ce qui représente une hausse de 70 % par rapport à 2010, année de création de ce service régional.

    Chaque mois, le « 1819 » traite en moyenne 326 demandes. C'est un beau succès pour ce numéro de téléphone gratuit d'aide à l'entrepreneuriat qui, aujourd'hui, se décline également sur le net et en de nombreux projets communs, grâce à un réseau de plus en plus large de partenaires.

    A l'origine du 1819, une idée simple: offrir une porte d’entrée à toutes les personnes qui entreprennent à Bruxelles. Apporter rapidement une information de première ligne de qualité et réorienter l'entrepreneur vers les bons partenaires sont les clés du succès du 1819. Les personnes qui font appel au 1819 sont principalement des entrepreneurs existants (45% contre 39% en 2010). Les starters représentent 37% des appelants (52% en 2010). En un an, le 1819 a traité près de 1.450 demandes de starters, soit 13% des 11.205 créations d’entreprise que comptent la région de Bruxelles-Capitale en 2014. «Un starter sur deux qui nous appelle est demandeur d'emploi. En trois ans, ce chiffre a doublé. Grâce à un réseau très large de partenaires, nous pouvons au mieux les orienter», explique Annelore Isaac, Directrice du Département Information & Réseaux, impulse.brussels.

    Les entrepreneurs appellent pour des questions relatives aux aides publiques (27% contre 26% en 2011), pour la création d'une nouvelle activité (24% contre 18% en 2011), pour des questions juridiques et fiscales (16% contre 17% en 2011) ou encore des questions liées aux démarches administratives (16% contre 18% en 2011).

    Notons que le 1819 fédère une centaine de partenaires vers qui les demandes peuvent être directement ou indirectement transférées. En 2014, 77% des demandes ont été réorientées. Le top 3 des renvois se compose des fédérations privées (Beci, UCM, Unizo, SDI, ...), des institutions bruxelloises (SPRB, Bruxelles Environnement, Actiris, BIE, Innoviris, ...) et des structures d'accompagnement local (Gels, ACEs, ...).

    Source > L.B. sur > http://www.jobsregions.be

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    Indépendant / entrepreneur / Bruxelles / 1819 / emploi.

  • LA BAISSE DU PRIX DE LA TELEPHONIE MOBILE SE POURSUIT EN BELGIQUE

    806430644_B974585000Z_1_20150122132522_000_GPD3R8JJ1_1-0.jpg

    Les prix de la téléphonie et des données mobiles (postpaid) ont fortement diminué entre 2012 et 2013.

    La position de la Belgique en la matière par rapport à ses pays voisins s’est améliorée en 2013.

    Elle est restée stable l’an dernier, ressort-il de la troisième édition de l’étude comparative des prix des produits telecoms en Belgique et dans les pays voisins de l’Institut Belge des services Postaux et des Télécommunications (IBPT), dévoilée jeudi.

    La Belgique a pu conserver sa position moyenne en 2014. Les prix de tous les … Lire la suite ici ...

    Source > Belga sur > http://www.sudinfo.be/1195713

  • 7 ERREURS FATALES LORS D'UN ENTRETIEN TELEPHONIQUE

    Girl_phone_shutterstock_218124127_0.jpg

    Les temps changent : de plus en plus d’entreprises utilisent l’entretien par téléphone pour opérer une première sélection parmi les candidats, avant de passer à l’étape des entretiens « physiques ».

    Cette étape intermédiaire permet aux recruteurs d’évaluer rapidement votre personnalité et votre motivation. Vous serez sans doute pris au dépourvu lorsque vous recevrez cet appel inopiné, mais prenez garde... La moindre erreur risque de vous exclure du processus de recrutement.

    Le cabinet de recrutement Robert Half a établi une liste de 7 comportements qui vous feront à coup sûr passer à la trappe.

    1. Avoir un répondeur pas du tout professionnel

    En période de recherche d’emploi, oubliez le coup du répondeur farceur qui fait « Allo ? … Je ne suis pas là ! Hihi », l’imitation de Crazy Frog ou le message humoristique a la François Pignon. Imaginez l’opinion qu'auront de vous les recruteurs qui tombent là-dessus… Adaptez votre message d’accueil pour faire en sorte que votre répondeur soit sobre, court, informatif et sérieux.

    2. Attendre trop longtemps avant de rappeler

    Si l’entreprise a laissé un message, n’attendez pas trois jours avant de rappeler : il ne s’agit pas d’un flirt ! Rappelez dès que vous le pouvez, en étant sûr d’avoir en tête toutes les informations nécessaires : le nom de la personne qui vous a contacté, le poste pour lequel vous avez postulé, etc.

    3. Ne pas se souvenir de l’entreprise

    Si vous avez postulé massivement ces derniers temps et jonglé avec vos candidatures, vous serez peut-être un peu confus quand vous serez contacté à l’improviste par un recruteur. Mais « Vous êtes de quelle entreprise encore ? Quel était le job ? » sont des phrases à bannir, bien évidemment.

    Pour ne jamais être pris de court et garder les idées claires, gardez sous la main un document Excel reprenant toutes les offres d’emploi auxquelles vous avez postulé, l’état d’avancement de votre candidature et quelques informations sur le poste proposé et l’entreprise.

    4. La mauvaise communication téléphonique

    Bruit de fond (vous êtes au café), mauvais réseau (vous êtes dans le train), distraction (vous êtes au volant)… Rien de tel pour ruiner un entretien téléphonique. Lorsque vous recevez un appel de recruteur, essayez de vous placer dans un environnement calme. Si ce n’est pas possible, expliquez votre situation au recruteur et dites que vous le rappellerez plus tard, car la communication risque d’être mauvaise ou de se couper. Mieux vaut un délai qu’un dialogue de sourds au téléphone.

    5. Ne pas être préparé

    Cet entretien est un test pour accéder à l’étape supérieure du processus de recrutement : l’entretien face à face. Pour passer la sélection, vous devez au moins pouvoir répondre à des questions basiques comme « Pourquoi pensez-vous être la bonne personne pour ce poste » ou « Qu’est-ce qui vous plaît dans notre entreprise ». Renseignez-vous auparavant, pour être bien préparé quand votre téléphone sonnera.

    6. Parler froidement

    Au téléphone, le risque est grand de paraître froid ou distant. Vous ne pouvez pas utiliser votre attitude et vos expressions pour vous montrer chaleureux et sympathique : tout doit passer par votre voix. Parlez toujours en souriant (le ton de votre voix en sera réellement modifié) et soignez vos intonations. Évitez de répondre par oui par non pour montrer votre intérêt et écoutez bien la question jusqu’au bout avant de répondre, pour avoir le temps de réfléchir.

    7. Quitter la conversation en catastrophe

    Fin des questions, tout s’est bien passé ? Tant mieux, mais ce n’est pas encore fini. Remerciez votre interlocuteur pour son temps et s’il ne dit rien concernant un futur entretien, renseignez-vous sur les étapes suivantes. À quel moment pouvez-vous espérer avoir un retour sur les prochaines étapes du processus de recrutement ? Ne raccrochez pas sans le savoir.

    Source : Challenges.fr > Texte: Magali Henrard > sur > http://www.references.be

  • 5 CONSEILS POUR ARRETER D'ETRE MAL A L'AISE AU TELEPHONE

    Téléphone%20timide_shutterstock_155460773.jpg

    Cela peut sembler un peu risible, voire puéril, et pourtant nombreux sont les travailleurs qui ne sont pas très à l’aise quand ils doivent décrocher le téléphone.

    Que vous soyez un digne représentant de la génération Y, plus habitué à envoyer des SMS et à chatter qu'à communiquer de vive voix, ou simplement très timide, vous hésitez avant d’oser téléphoner ?

    Pourtant, le téléphone n’est pas encore tombé en désuétude, loin de là, et savoir l'utiliser est encore aujourd'hui une compétence simple et essentielle, même si un peu effrayante pour certains.

    Vous avez une légère phobie du téléphone ? Voici 5 conseils pour rendre vos coups de fil moins bizarres et plus efficaces.

    1. Préparez-vous

    Établissez rapidement une liste des points que vous devez aborder avant de décrocher le combiné. Sur papier, écrivez les points-clés de votre conversation. En cas d’hésitation pendant le coup de fil, vous pourrez toujours vous reposer sur cette liste.

    2. Commencez la discussion de façon informelle

    Parler un peu de la pluie et du beau temps avant de commencer à parler affaires permet de construire une meilleure relation avec votre interlocuteur téléphonique. Faites cependant attention à ne pas embêter la personne : si vous sentez que celle-ci n’est pas trop ouverte au bavardage, passer directement au but de votre appel. Et même si cela se passe bien, ne tirez pas ce badinage en longueur.

    3. Annoncez clairement pourquoi vous appelez

    Dès que vous arrêtez les badineries, annoncez clairement l’objet de votre appel : Écoute, la raison pour laquelle je t’appelle est que…

    Si vous commencez ensuite à parler vaguement de business sans trop de clarté, votre interlocuteur sera un peu perdu. Le plus tôt celui-ci connaît la raison de votre appel, le mieux.

    4. Créez une interaction

    Si vous commencez à déblatérer vos histoires pendant de longues minutes sans jamais demander son avis ou des informations à votre interlocuteur, il y a de bonnes chances pour que son attention chute complètement. Après avoir un peu parlé, cherchez un feed-back pour être sûr que la personne est toujours avec vous.

    5. Concentrez-vous sur une seule requête

    Quand vous appelez quelqu’un, il faut que l’objet de votre appel soit très clair pour vous. Si vous demandez trois ou quatre choses différentes à la personne à l’autre bout du fil, aucune ne sera probablement effectuée. Si vous ne connaissez pas trop votre interlocuteur, ne lui demandez pas de vous faire une grosse faveur.

    Enfin, ne parlez jamais à quelqu’un comme si c’était la dernière fois que vous serez en contact avec lui. Essayez toujours de créer une bonne relation sur le long terme avec vos interlocuteurs, et vous serez ensuite beaucoup moins stressé à l’idée de les appeler.

    Source : inc.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 5 CONSEILS POUR ARRÊTER D'ÊTRE MAL À L'AISE AU TÉLÉPHONE

    shutterstock_106653329.jpg

    Cela peut sembler un peu risible voire puéril, et pourtant nombreux sont les travailleurs qui ne sont pas très à l’aise quand ils doivent décrocher le téléphone.

    Que vous soyez un digne représentant de la génération Y, plus habitué à envoyer des sms et à chatter qu'à communiquer de vive voix, ou simplement très timide, vous hésitez avant d’oser téléphoner ?

    Pourtant, le téléphone n’est pas encore tombé en désuétude, loin de là, et savoir l'utiliser est encore aujourd'hui une compétence simple et essentielle, même si un peu effrayante pour certains.

    Vous avez une légère phobie du téléphone ? Voici 5 conseils pour rendre vos coups de fil moins bizarres et plus efficaces.

    1. Préparez-vous

    Etablissez rapidement une liste des points que vous devez aborder avant de décrocher le combiné. Sur papier, écrivez les points-clé de votre conversation. En cas d’hésitation pendant le coup de fil, vous pourrez toujours vous reposer sur cette liste.

    2. Commencez la discussion de façon informelle

    Parler un peu de la pluie et du beau temps avant de commencer à parler affaires permet de construire une meilleure relation avec votre interlocuteur téléphonique. Faites cependant attention à ne pas embêter la personne : si vous sentez que celle-ci n’est pas trop ouverte au bavardage, passer directement au but de votre appel. Et même si cela se passe bien, ne tirez pas ce badinage en longueur.

    3. Annoncez clairement pourquoi vous appelez

    Dès que vous arrêtez les badineries, annoncez clairement l’objet de votre appel : "Ecoute, la raison pour laquelle je t’appelle est que…" Si vous commencez ensuite à parler vaguement de business sans trop de clarté, votre interlocuteur sera un peu perdu. Au plus tôt celui-ci connaît la raison de votre appel, au mieux.

    4. Créez une interaction

    Si vous commencez à déblatérer vos histoires pendant de longues minutes sans jamais demander son avis ou des informations à votre interlocuteur, il y a de bonnes chances pour que l’attention de celui-ci chute complètement. Après avoir un peu parlé, cherchez un feedback pour être sûr que la personne est toujours avec vous.

    5. Concentrez-vous sur une seule requête

    Quand vous appelez quelqu’un, il faut que l’objet de votre appel soit très clair pour vous. Si vous demandez 3 ou 4 choses différentes à la personne à l’autre bout du fil, aucune ne sera probablement effectuée. Si vous ne connaissez pas trop votre interlocuteur, ne lui demandez pas de vous faire une grosse faveur.

    Enfin, ne parlez jamais à quelqu’un comme si c’était la dernière fois que vous serez en contact avec lui. Essayez toujours de créer une bonne relation sur le long-terme avec vos interlocuteurs, et vous serez ensuite beaucoup moins stressé à l’idée de les appeler.

    Source : inc.com via > http://www.references.be

    Lire aussi

  • 7 ERREURS FATALES LORS D'UN ENTRETIEN TÉLÉPHONIQUE

    entretien.jpg

    Les temps changent : de plus en plus d’entreprises utilisent l’entretien par téléphone pour opérer une première sélection parmi les candidats, avant de passer à l’étape des entretiens "physiques".

    Cette étape intermédiaire permet aux recruteurs d’évaluer rapidement votre personnalité et votre motivation. Vous serez sans doute pris au dépourvu lorsque vous recevrez cet appel inopiné, mais prenez garde... La moindre erreur risque de vous exclure du processus de recrutement.

    Le cabinet de recrutement Robert Half a établi une liste de 7 comportements qui vous feront à coup sûr passer à la trappe.

    1. Avoir un répondeur pas du tout professionnel

    En période de recherche d’emploi, oubliez le coup du répondeur farceur qui fait "Allo ? … Je ne suis pas là ! Hihi", l’imitation de Crazy Frog ou le message humoristique a la François Pignon. Imaginez l’opinion qu'auront de vous les recruteurs qui tombent là-dessus… Adaptez votre message d’accueil pour faire en sorte que votre répondeur soit sobre, court, informatif et sérieux.

    2. Attendre trop longtemps avant de rappeler

    Si l’entreprise a laissé un message, n’attendez pas trois jours avant de rappeler : il ne s’agit pas d’un flirt ! Rappelez dès que vous le pouvez, en étant sûr d’avoir en tête toutes les informations nécessaires : le nom de la personne qui vous a contacté, le poste pour lequel vous avez postulé, etc.

    3. Ne pas se souvenir de l’entreprise

    Si vous avez postulé massivement ces derniers temps et jonglé avec vos candidatures, vous serez peut-être un peu confus quand vous serez contacté à l’improviste par un recruteur. Mais "Vous êtes de quelle entreprise encore ? Quel était le job ?" sont des phrases à bannir, bien évidemment.

    Pour ne jamais être pris de court et garder les idées claires, gardez sous la main un document Excel reprenant toutes les offres d’emploi auxquelles vous avez postulé, l’état d’avancement de votre candidature et quelques informations sur le poste proposé et l’entreprise.

    4. La mauvaise communication téléphonique

    Bruit de fond (vous êtes au café), mauvais réseau (vous êtes dans le train), distraction (vous êtes au volant)… Rien de tel pour ruiner un entretien téléphonique. Lorsque vous recevez un appel de recruteur, essayez de vous placer dans un environnement calme. Si ce n’est pas possible, expliquez votre situation au recruteur et dites que vous le rappellerez plus tard car la communication risque d’être mauvaise ou de se couper. Mieux vaut un délai qu’un dialogue de sourds au téléphone.

    5. Ne pas être préparé

    Cet entretien est un test pour accéder à l’étape supérieure du processus de recrutement : l’entretien face à face. Pour passer la sélection, vous devez au moins pouvoir répondre à des questions basiques comme "Pourquoi pensez-vous être la bonne personne pour ce poste" ou "Qu’est-ce qui vous plaît dans notre entreprise". Renseignez-vous auparavant, pour être bien préparé quand votre téléphone sonnera.

    6. Parler froidement

    Au téléphone, le risque est grand de paraître froid ou distant. Vous ne pouvez pas utiliser votre attitude et vos expressions pour vous montrer chaleureux et sympathique : tout doit passer par votre voix. Parlez toujours en souriant (le ton de votre voix en sera réellement modifié) et soignez vos intonations. Evitez de répondre par oui par non pour montrer votre intérêt et écoutez bien la question jusqu’au bout avant de répondre, pour avoir le temps de réfléchir.

    7. Quitter la conversation en catastrophe

    Fin des questions, tout s’est bien passé ? Tant mieux, mais ce n’est pas encore fini. Remerciez votre interlocuteur pour son temps et s’il ne dit rien concernant un futur entretien, renseignez-vous sur les étapes suivantes. A quel moment pouvez-vous espérer avoir un retour sur les prochaines étapes du processus de recrutement ? Ne raccrochez pas sans le savoir.

    Source : Challenges.fr via > http://www.references.be