stress

  • COMMENT GÉRER LE STRESS DES E-MAILS ?

    Les e-mails, et surtout leur mauvaise gestion, peuvent constituer une source importante de stress, tout au long de la journée et jour après jour.

    Il faut savoir prendre ses distances.

    Des psychologues britanniques se sont à leur tour penchés sur le sujet. Ils ont interrogé quelque 2.000 salariés émanant de divers secteurs professionnels.

    Que constate-t-on ?

    • un employé sur deux reçoit des notifications systématiques lors de la réception des e-mails, quel que soit l’appareil (smartphone, tablette, PC…)
    • 60% consultent leur boîte de réception à de très nombreuses reprises tout au long de la journée
    • ceux qui vérifient leurs e-mails tôt le matin et en soirée affichent un degré de pression et de stress (bien) plus élevé que ceux qui s’en abstiennent

    Les personnes les plus exposées à l’influence néfaste de cette « sur-connexion » (tant sur le plan personnel que professionnel) sont celles qui disposent de peu d’autonomie et d’un faible contrôle sur leur environnement de travail.

    Quels conseils ? >>> Lire la suite ici ...

    Source > http://www.passionsante.be

  • LES SOLDES ONT COMMENCE: VOICI COMMENT VOUS DEVEZ VOUS ORGANISER POUR EVITER LE STRESS

    2125281030_B973054967Z_1_20140701133831_000_GGQ2OD30M_1-0.jpg

    Voici quelques astuces pour bien s'organiser durant la période des soldes, et en particulier pour ne pas succomber au stress, à l'énervement et à la fatigue.

    >Sélectionnez à l'avance les magasins où vous devrez vous rendre et notez les heures d'ouverture. Impossible d'écumer toutes les boutiques en un après-midi : soyez sélectif.

    >Effectuez un repérage des objets et des vêtements qui seront soldés et qui vous intéressent. Cela facilitera votre recherche le jour J en pleine cohue. Le cas échéant, essayez à l'avance certains vêtements ou demandez les explications au vendeur en cas par exemple d'achat d'un appareil électroménager.

    La suite sur Passion Santé

    Source > Rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be

  • LE STRESS PEUT VOUS FAIRE BEAUCOUP DE BIEN

    Stress.jpg

    Dans une situation qui génère de l’anxiété, chercher à tout prix à se calmer n’est peut-être pas la bonne solution pour surmonter ses angoisses.

    On ne parle évidemment pas ici de stress chronique ou de trouble anxieux, qui relèvent d’un état pathologique, mais d’un contexte ponctuel. Beaucoup réagissent alors en essayant de se calmer, ce qui conduit à s'attarder ce qui pourrait aller de travers et donc sur ses craintes. Or, explique cette équipe de l’université Harvard (Etats-Unis), profiter de l’excitation pourrait constituer une approche bien plus efficace : cela crée un sentiment positif contribuant à la résolution du problème. Les psychologues ont conduit une série d’expériences regroupant plusieurs centaines de personnes, des étudiants et des membres du personnel de l’université.

    Le discours. Les participants devaient rédiger et lire un texte sur leurs compétences scolaires ou professionnelles. Il leur avait été signalé qu’ils allaient être évalués par un jury. Avant l’exposé, les uns devaient se répéter qu’ils étaient ravis d’y participer, alors que les autres devaient chercher à se calmer. Le résultat indique que ceux qui ont surfé sur leur stress se sont finalement montrés plus efficaces, plus convaincants et même plus détendus.

    Le karaoké. Avant de monter sur scène, les volontaires ont répondu à un questionnaire sur leur état d’esprit : anxieux, calmes, angoissés, excités… A nouveaux, l’excitation améliore la performance et fait se sentir plus confiant dans ses capacités.

    Le test de mathématiques. Avant de réaliser ces exercices, les participants ont reçu des messages de type soit « Secoue-toi, énerve-toi ! », soit « Reste calme, détends-toi… ». Et une bonne dose d’adrénaline s’accompagne d’un taux de réussite supérieur. Comme l’expliquent les auteurs, « en décidant de se calmer, on se concentre plutôt sur les menaces, alors que l’excitation est davantage orientée vers les opportunités. La façon d’exprimer nos sentiments exerce une forte influence sur la manière dont nous pensons et dont nous réagissons. Il est sans doute plus efficace de gérer le stress en acceptant l’excitation qu’en s’imposant un retour au calme. L’objectif, c’est de transformer en excitation positive l’anxiété liée à la difficulté ».

    Source publié le : 02-04-2014 >  Journal of Experimental Psychology (www.apa.org/pubs/journals/xge)  via > http://www.passionsante.be > Photo > http://www.pickthebrain

  • INFO BOULOT > LES SOURCES DE STRESS AU TRAVAIL

    13_1019.jpg

    Bruit, environnement de travail, relations avec les collègues... Ces paramètres influencent notre bien-être ou mal-être au travail...

    1. Le bruit

    Les recherches démontrent de plus en plus que le bruit ne fait de bien à personne. Il commence pour beaucoup d'entre nous dès le matin dans les embouteillages et ne s'arrête qu'une fois sortis des embouteillages du soir. Si vous devez en plus travailler dans un environnement bruyant, il est normal que vous souffriez d'un certain stress. Un des témoins de cette nuisance est le tourisme. Les gens recherchent de plus en plus des endroits inhabités où ils peuvent se remettre de la vie quotidienne dans le calme.

    L'éclairage > Trop ou trop peu d'éclairage sont également négatifs pour le travail. Par éclairage, nous entendons également la luminosité de l'écran d'ordinateur qui peut être trop fort ou trop faible et peut ainsi provoquer des problèmes.

    La température > Beaucoup d'entreprises sont aujourd'hui équipées d'un système d' air conditionné sophistiqué. Cependant, la mise au point du système pose souvent problème. On ne peut pas obliger les gens à subir un courant d'air constant ni les obliger à s'habiller très légèrement à cause de la chaleur. Sans air conditionné, les gens subissent une surcharge supplémentaire lors de vagues de chaleur.

    Les risques professionnels > Les personnes qui risquent leur vie tous les jours ou qui risquent une infection par des produits chimiques ou nucléaires souffrent bien sûr d'une tension de travail accrue. Si en plus les mesures de sécurité ne sont pas satisfaisantes, la situation devient catastrophique.

    L'ergonomie > Les personnes qui passent la journée devant un ordinateur rentrent souvent chez eux avec des maux de tête ou de nuque. La position de travail a donc son importance lorsque l'on traite de stress. Garder une même position ou faire des mouvements répétitifs sont une chose néfaste pour votre corps.

    Le personnel > Certains secteurs souffrent d'un manque cruel de personnel, obligeant certains employés à effectuer le travail pour deux (ou plus). Les secteurs concernés actuellement sont le secteur des soins de santé, de l'enseignement et le secteur informatique.

    L'environnement > Si une personne ne se rend pas volontiers sur son lieu de travail, cela peut aussi être lié à l’esthétique de son environnement de travail : certaines couleurs agissent comme stimulants et apaisent, d’autres au contraire sont source de stress. La présence de plantes ou de fleurs peut jouer. S’agit-il d’un bureau paysager, ou bien les travailleurs ont leur propre bureau ? Comment est l’environnement de travail ? La place des différents collaborateurs ? Ce sont des facteurs dont il faut tenir compte quand on veut mettre en place une politique de prévention du stress.

    2. Les circonstances de travail

    Le travail irrégulier > Le travail en week-end, le travail de nuit et les heures supplémentaires sont également des causes de stress. Un secteur qui est souvent confronté à ce genre de situations est le secteur des soins de santé. Si une infirmière fait la garde de nuit toute la semaine et doit en plus, par manque de personnel, s'occuper des gardes des deux week-ends consécutifs, vous imaginez les conséquences. La vie familiale et le temps libre en pâtissent aussi. Les horaires "flexibles", c'est-à-dire qui peuvent changer à tout moment de la journée ou de la semaine, sont également des facteurs de stress. Dans les cas les plus extrêmes, il se peut que vous n'entrepreniez plus rien d'autre que d'attendre un coup de fil de votre employeur chez vous.

    La rémunération > Un salaire trop bas n'améliorera pas votre appréhension du travail. Il a de plus été démontré que les rémunérations à la prestation ou à la commission ne sont pas du tout bénéfiques. Ceci peut paraître étrange puisque ces systèmes ont été inventés pour motiver les gens. L'effet est néanmoins inverse : les gens se sentent mis sous pression pour prester le plus possible. 

     Le manque de perspectives > Votre travail n'offre pas la moindre perspective de promotion? Ou ne pourrez-vous même jamais changer de département? Vous courrez le risque d'aller travailler avec des pieds de plomb et de voir apparaître des signes de stress.

    3. Les relations de travail

    • - Vous aimez votre travail, mais vous ne pouvez pas compter sur vos collègues en cas de problème.
    • L'ambiance avec vos collègues est bonne, mais dès qu'arrive le directeur, l'ambiance devient lourde et plus aucune parole amicale n'est prononcée
    • - Vous êtes une des rares femmes dans votre département et comme par hasard, c'est toujours à vous de faire le café.
    • - Vous ne pouvez pas décider vous-même de votre emploi du temps, vous dépendez du rythme de quelqu'un d'autre.
    • - Tous ces éléments sont signe de mauvaises relations sociales. Ils ne faciliteront pas vos journées de travail et vous constaterez que les personnes qui subissent de telles conditions finissent par ne plus supporter la pression.

    Nous pouvons donc en déduire que le stress n'est pas une maladie qui n'affecte que les chefs d'entreprise. En effet, les directeurs ont souvent des délais très courts et beaucoup de travail, mais ils peuvent en général décider eux-mêmes de leurs horaires. Ils ne dépendent pas du rythme de travail de quelqu'un d'autre. De plus, ils ont la possibilité de déléguer, ce qui n'est pas le cas des employés normaux.

    4. Le contenu du travail

    Le contenu de votre travail participe à votre taux de stress. Votre travail est-il trop difficile? Vos délais sont-ils trop courts? Devez-vous faire la même chose tout le temps? Votre chef vous donne-t-il des instructions mais sans jamais dire concrètement ce qu'il attend de vous? Dans ces cas, vous courez le risque d'être stressé.

    Source > http://www.references.be

  • CONTRE LE STRESS, RIEN DE TEL QU'UN SOURIRE

    stress1.jpgDans une situation stressante, sourire (même en se forçant) s’accompagne de réels bienfaits.

    Les bénéfices de la thérapie par le rire sont de mieux en mieux cernés. Ceux du sourire commencent donc à l’être aussi. En l’occurrence, les chercheurs de l’université du Kansas ont procédé à des mesures objectives (au-delà, donc, de l’expression subjective d’un bien-être).

    Comment ? Quelque deux cents étudiants ont été recrutés pour participer à une série de tests, destinés à susciter des réactions de stress (comme par exemple réaliser un dessin avec la main non dominante, et sous pression psychologique constante de l’équipe d’encadrement). Trois groupes ont été formés : expression faciale neutre, sourire forcé (mobilisation de la bouche) et sourire de Duchenne (le sourire authentique, sincère, avec contraction des muscles autour des yeux). Alors qu’ils menaient à bien leurs différentes tâches, les niveaux de stress des volontaires étaient mesurés à intervalles réguliers, avec une attention particulière portée aux variations de la fréquence cardiaque.

    Résultat (publié dans la revue « Psychological Science ») : le sourire, même forcé, permet d’atténuer l’intensité du stress. L’explication n’est pas claire, même si les chercheurs considèrent que le sourire pourrait agir sur la sécrétion de cortisol (« l’hormone du stress »). Ils poursuivent leurs travaux pour mieux comprendre ces mécanismes, tout en conseillant d’ores et déjà d’essayer de garder le sourire dans les moments compliqués.

    Réagir à l’article > ICI

    Source > http://www.passionsante.be