stib

  • EMPLOIS > « LA STIB, QUAND ON Y A GOÛTÉ, ON NE SAIT PLUS S’EN PASSER ! »

    La société de transport bruxelloise a l’intention d’engager quelque 800 personnes cette année

    La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles a récemment franchi le cap des 8.000 collaborateurs.

    Avec quelque 800 postes à pourvoir en 2016, elle confirme son statut de premier employeur de la Région bruxelloise. 

    Pour parler de la STIB et des évolutions de carrière possible, Gabriel Balieu est bien placé. Entré dans la société en 2008 comme commis techniques, il est ensuite passé par le poste de gestionnaire de coordination de maintenance, avant de devenir project manager à la direction bus. L’employé connaît donc bien la société, que ce soit sa partie « bureau » ou le terrain. «À l’origine, je ne pensais rester qu’un an. Après 7 ans, je suis encore là. Et dans 10 ans, je le serai probablement toujours … Lire la suite ici ...

    Source > SABRINA BERHIN sur > http://www.jobsregions.be

  • STIB : UN JOB DAY DEDIE AUX INGENIEURS ET BACHELIERS SPECIALISES

    Les recrutements de la Stib (un millier de nouveaux collaborateurs cette année) ne se limitent pas au personnel de conduite.

    La société bruxelloise de transport public veut aussi attirer des diplômés spécialisés dans le cadre, notamment, des travaux d’extension de son réseau.

    La Stib (Société des transports intercommunaux de Bruxelles) est non seulement, avec plus de 7 800 collaborateurs, le premier employeur en Région bruxelloise mais aussi le plus gros recruteur. L’an dernier, l’entreprise avait un millier de postes de travail à pourvoir… et les a tous pourvus. Début 2015, la Stib annonçait qu’elle avait à nouveau un millier de jobs à proposer, tous métiers confondus: chauffeurs, conducteurs, techniciens, ouvriers, ingénieurs, entre autres. Le contrat est déjà rempli à plus de 70 % : quelque 750 recrutements ont été actés entre janvier et fin septembre 2015.

    De tels besoins se justifient de manière structurelle: hausse de la fréquentation, extension du réseau via la création de nouvelles lignes, comme le projet Bordet-Albert ou le tram 9, par exemple. «Tous ces projets, du plus petit comme le remplacement de rails de tram au plus important comme la future ligne de métro Bordet-Albert, impliquent une foule de métiers différents, dont des ingénieurs et bacheliers spécialisés dans les métiers techniques», souligne l’entreprise qui épingle notamment des domaines tels que le dessin industriel, l’électronique, l’électromécanique, l’informatique, les télécommunications, l’électricité ou encore la construction.

    Si la moitié environ des recrutements sont liés au personnel de conduite, la Stib tient donc à faire savoir qu’elle recèle en réalité en son sein plus de 300 métiers différents qui, pour nombre d’entre eux, correspondent à des profils peu ou prou spécialisés. C’est la raison pour laquelle l’entreprise a décidé de s’adresser, le 29 octobre prochain, à un public particulier: ingénieurs civils et industriels, bacheliers spécialisés dans les domaines de l’électricité, de l’électronique, de la mécanique et de l’électromécanique, de l’ICT et de la construction.

    Lors de cette soirée, seront notamment présentés à ce public spécifique les défis techniques du projet «Bordet-Albert» d’extension du métro, en présence d’un panel d’expert qui répondra à toutes leurs questions. «La Stib est une entreprise exigeante, qui recherche des personnes performantes,qualifiées et engagées, avec une certaine rigueur, qui ont envie de faire avancer les choses, mais c’est aussi une entreprise qui a beaucoup à offrir», estime Pierre Massant, responsable du recrutement. «Donc je n’ai qu’un conseil, informez-vous, prenez contact, faites le premier pas et vous ne serez pas déçus!»

    Envie de travailler à la Stib ? Toutes nos offres ici !

    Source > Texte: Benoît July sur > http://www.references.be

    Liens utiles > ingénieur civil / technicienict / Postuler / Electronique & Electromécanique

  • SECTEUR PUBLIC: À LA STIB "IL Y A MOYEN DE S'ÉCLATER" DANS SON MÉTIER

    stib3.jpg

    Avec 7625 personnes inscrites sur son pay-roll au premier janvier 2015, la STIB peut se targuer d'être le premier employeur à Bruxelles et un acteur clé en matière de mobilité avec 365 millions de voyages par an.

    Et, malgré la crise et une certaine forme d'austérité au niveau des politiques publiques, la STIB engage ! En 2015, plus de 1000 postes seront vacants. 

    « La STIB ne fait que progresser», explique Johan Claes, Employer Branding & Sourcing Manager à la STIB. « Le coût de la voiture, les embouteillages, un choix écologique,... tous ces éléments font que les transports en commun à Bruxelles ont la cote. Ce qui augmente notre clientèle, le besoin de desservir de nouvelles lignes, d'augmenter le nombre de bus, trams, etc... »

    Il faut notamment pourvoir au remplacement de la « génération métro », engagée dans les années 70 et qui part maintenant à la retraite, mais aussi répondre à de nouveaux besoins : 172 bus supplémentaires entrent en service en 2014 et 2015. « Or, pour chaque bus, nous avons besoin de 2,7 chauffeurs. Il faut aussi un technicien pour 5 bus, des carrossiers, des peintres, des informaticiens pour l'informatique embarquée et pour le contrôle du réseau... »

    Ce qui ne veut pas dire que tous ces postes seront proposés en externe. La STIB privilégie la mobilité interne, qui est de l'ordre de 42% au niveau de ses employés et cadres. Concrètement, la STIB a besoin de 320 chauffeurs de bus, 160 conducteurs de tram, mais aussi des profils techniques : techniciens, bacheliers, ingénieurs et masters dans les domaines de l'électricité, l'électronique, la mécanique, l'électro-mécanique, l'informatique, les métiers de la construction.

     « Les transports en commun, c'est aussi toute une infrastructure et une logistique. Si mettre en route de nouvelles lignes de bus est relativement facile à mettre en place, il en va autrement des trams, avec la création de sites propres, la pose de rails, etc. Pour la construction de nouveaux dépôts, nous avons besoin de chefs de chantier en contact avec les fournisseurs, les sociétés de construction. »

    La STIB, nationalisée à la faveur de l'Expo 58, se targue de jouir des avantages du public dans la stabilité de l'emploi et du privé dans son fonctionnement, avec ses exigences de qualité. 

    « Mais surtout, à la STIB, les métiers techniques peuvent s'épanouir dans des projets de longue durée qui, s'ils étaient menés dans le privé, pourraient être contrariés par des coupes budgétaires.

    Un ingénieur peut vraiment s'éclater avec des chantiers comme le tunnel Nord-Sud ou l'automatisation du métro... Avec 300 métiers différents, chacun peut trouver sa place à la STIB, y trouver de bonnes conditions salariales et autres avantages, et des perspectives d'évolution de carrière. »

    Le recrutement se fait lui via le site www.jobs.stib-mivb.be. En 2014, 37.000 dossiers de candidatures ont été traités en ligne.

    Source > C.LO.Sur > http://www.jobsregions.be

  • SUPERVISEUR STIB: BUS ET MÉTRO ROULERONT-ILS MARDI? RÉUNION CHEZ JOËLLE MILQUET TOUJOURS EN COURS

    81294814_ID7582425_web-stib_170737_H3RTW1_0.JPGSuperviseur Stib: 900 personnes dans les rues de Bruxelles en hommage à Iliaz Tahiraj

    Le meurtrier présumé du superviseur de la Stib: "je regrette mon geste"

    Une réunion consacrée à la sécurité dans les transports en commun bruxellois rassemblant responsables politiques, dirigeants et l syndicats de la STIB a débuté chez la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet.

    En ce qui concerne les responsables politiques, cette réunion rassemble, outre Mme Milquet, le ministre-président bruxellois, Charles Picqué, et un représentant de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom.

    Cette rencontre fait suite à l’agression mortelle commise samedi aux petites heures sur un superviseur de la STIB. Elle a provoqué un arrêt de travail dans tous les transports bruxellois. Les syndicats exigent des mesures avant la reprise du travail.

    Sur la table figurent notamment les propositions faites par deux administrateurs de la société bruxelloise de transport en commun, Philippe Touwaide (cdH) et Ridouane Chaïd (PS). Ils suggèrent une présence policière immédiate de la réserve de la police fédérale sur tout le réseau, y compris en surface et pas uniquement dans les stations de métro.

    Auparavant, les travailleurs de la STIB ont tenu, pendant environ une heure une réunion en front commun syndical. La réunion s’est déroulée dans une ambiance tendue, a constaté.

    Source > Sudpresse > Publié le Lundi 9 Avril 2012 à 17h09 > Belga