spi

  • 1500 EMPLOIS EN 2012 > LA SPI VOIR L’AVENIR D’UN BON ŒIL

    spi.jpg

    « Même si 2012 a été difficile financièrement pour la SPI, nous constatons une reprise et un dynamisme des activités économiques : il y a plus d’entreprises et environ 1500 emplois se sont créés dans les parcs de la SPI » C’est sur cette note positive qu’a débuté la conférence de presse organisée par la SPI.

    L’agence de développement pour la province de Liège en a profité pour présenter les locomotives, les entreprises qui embauchent le plus au sein de ses parcs. Dans le top 10, on retrouve la centrale nucléaire de Tihange (Electrabel), BPost, Fiberglass, Norbet Dentressangle ou encore TechSpace Aero qui a annoncé son intention de recruter entre 50 et 100 personnes, tant des ouvriers que des ingénieurs.

    Si les sociétés embauchent, peu s’agrandissent. Mais il y a trois exceptions : Sprimoglass, Hesbaye Frost et Eloy. « Ces entreprises sont porteuses d’avenir notamment parce qu’elles sont gérées par des entrepreneurs, et pas par des financiers », explique Olivier Béart, responsable communication de la SPI.

     « Plusieurs éléments font que les activités de l’entreprise Eloy ont connu une croissance de près 20% du chiffre d’affaires en 2012 », complète Gaëtan Cop, responsable des ressources humaines de la société sprimontoise. Cette croissance, les responsables de l’entreprise la réinvestissent dans l’achat de matériel ou dans l’embauche. « L’an passé, nous avons engagé 60 personnes. Depuis début 2013, nous sommes déjà à 30. »

    Ce qui contribue aussi à la bonne santé d’Eloy, c’est qu’elle a ouvert son activité de traitement des eaux à l’exportation. « Tout cela s’inscrit dans un ensemble cohérent : le modèle familial. Chaque membre de la famille Eloy a une fonction opérationnelle au sein de l’entreprise », conclut Gaëtan Cop.

    Ce dynamisme est également observé à l’East Belgium Park, réparti entre les communes Baelen, Eupen, Lontzen et Welkenraedt ; ou encore àl’Arbre St-Michel à Flémalle où l’entreprise Mithra vient d’acheter une parcelle de terrain afin d’y installer une grande unité de production. « Une centaine d’emplois seront créés et l’entreprise a déjà montré son intérêt pour les terrains aux alentours. »

    Et Olivier Béart de continuer, « un grand chantier arrive à terme au Liège Science Park, à côté du parc scientifique de l’ULg. Nous allons y accueillir des spins offs qui, comme Mithra, ont dépassé le stade de la recherche pour s’étendre à la production. Si on se base sur la densité actuelle, qui est de 35-40 emplois par hectare, nous pouvons estimer que cette extension de 60 hectares permettra de créer entre 2000 et 3000 emplois d’ici trois ans environ. »

    Sans faire preuve d’un optimisme démesuré, la SPI envisage donc l’avenir de façon encourageante !

    Une tendance proche du centre-ville

    Depuis plusieurs années, la SPI s’efforce d’installer les petites entreprises près des centres villes. « Certaines entreprises n’ont pas besoin de s’installer dans un parc économique quand, de par leur activité, elles ont un intérêt à s’installer en bordure de ville. C’est aussi un atout pour leurs employés qui ne doivent plus prendre leur voiture, ainsi que pour le reste du quartier qui est redynamisé », explique Olivier Béart. Pour rappel, la première initiative est la rue Pieper à Liège, un chancre devenu une rue d’entreprises. Le projet Intermills à Malmedy s’inscrit également dans ce contexte.

    Source > http://www.jobsregions.be