spécialiste

  • LE SECTEUR « IT » CHERCHE DES EXPERTS > LES FLEURONS WALLONS À LA TABLE DE JOBSRÉGIONS:

    DEBATIT_0.jpg

    Vous êtes branchés en informatique ? Les entreprises de pointe engagent constamment des profils variés

    EVS, NRB, NSI. Derrières ces lettres opaques se cachent trois fleurons wallons spécialisés dans les technologies de l’information et  la communication. Trois sociétés qui démontrent que si le taux de chômage dans le secteur est préoccupant, les offres restent nombreuses pour ceux et celles qui voudront bien affiner leur formation en fonction du marché. Et pour cause : les nouvelles technologies ne cessent de révolutionner notre mode de vie.

    Septante personnes chez EVS, une trentaine chez NRB et une vingtaine chez NSI : à elles seules les trois sociétés liégeoises prévoient de recruter quelque 120 collaborateurs en 2014. Principalement des chefs de projets informatiques, des analystes fonctionnels, des développeurs… Ou, en termes de métiers, des ingénieurs, des informaticiens, des infographistes et même des chimistes!

    « Nous recherchons des informaticiens pour les trois axes majeurs de notre entreprise : le développement d’applications, la gestion des ressources de l’entreprise (ERP) et la gestion et le déploiement d’infrastructures informatiques et de solutions de Cloud », précise Manuel Pallage (NSI). «Nos besoins sont d’autant plus importants que notre société a doublé de taille en trois ans. » Comme NSI, NRB s’intéresse à tous les profils IT, et leurs regards se tournent égalementvers des compétences plus pointues. « En tant que société de service ICT, nous nous devons d’être en avance en matière de technologies et d’innovations », souligne Gil Henry. «Nos collaborateurs doivent donc être de véritables spécialistes. Mais on se les arrache car il y en a peu sur le marché. »

    LES EXPERTS NE COURENT PAS LES RUES

    Et chez EVS ? L’audio-visuel étant un marché de niche, l’entreprise reconnue internationalement pour ses rediffusions instantanées d’images et ses ralentis est à la recherche d’experts également. En réseaux, en bases de données, en stockage… « Mais ils ne courent pas les rues, sont peu mobiles et ne se trouvent pas nécessairement en Wallonie », estime Pascale Detry. « Chez NSI, nous préférons investir en formant nous-mêmes des éléments jugés prometteurs plutôt que de payer très cher des experts », réagit Manuel Pallage. «Nous engageons aussi des baccalauréats qui sont venus faire leur stage chez nous. Ils s’intègrent très bien… Ceci dit, il ne faut pas se focaliser sur ces super spécialistes. Dans les secteurs bancaires et industriels, par exemple, on travaille encore sur des technologies moins récentes ».

    LA CONTINUITE DANS LE CHANGEMENT

    Gil Henry confirme : « Les technologies comme le Mainframe sont toujours présentes et fiables. Nous sommes donc amenés à les maintenir, les faire évoluer afin de veiller à l’optimisation de leurs performances face aux nouvelles technologies ».

    TESTEUR : UN MÉTIER PEU CONNU

    Une particularité chez EVS : l’entreprise vendant des produits et non des projets, ceux-ci doivent donc être validés avant de partir sur le marché. « Un tiers de nos ingénieurs est testeurs», explique Pascale Detry. « Or, il n’existe aucune formation de ce type en Belgique! »

    C’est là que des centres de compétence peuvent intervenir à la demande. « Outre son catalogue de modules, Technobel propose des formations sur mesure », réagit Frédéric Dinon. «Nous formons des développeurs pour travailler sur des standards éprouvés, mais également sur des produits devant être testés. Il est vrai que c’est un métier peu connu."

    CHRISTIAN SONON

    Connaitre les intervenants > ICI

    Source > http://www.jobsregions.be