sourd

  • LES ANTIDOULEURS PEUVENT-ILS RENDRE SOURD ?

    imagesCA5FIGUF.jpg

    La consommation régulière d’antidouleurs semble affecter, sur le long terme, les capacités auditives. Une association surprenante, qui ne trouve pas (encore) d’explication.

    Deux molécules – et pas n’importe lesquelles ! - sont citée ici : l’ibuprofène et le paracétamol. Des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital (Boston) ont analysé une banque de données particulièrement vaste, puisqu’elle concerne quelque 60.000 femmes, suivies durant une quinzaine d’années. A l’entame de l’étude, et périodiquement par la suite, elles ont été invitées à remplir un questionnaire sur leurs habitudes en matière de consommation d’analgésiques (ibuprofène, paracétamol et aspirine). A la fin, elles ont évalué leurs capacités auditives, et leur évolution dans le temps.

    Les résultats (publiés dans la revue « American Journal of Epidemiology ») sont éclairants : la consommation régulière (au moins une fois par semaine) d’ibuprofène ou de paracétamol accroît de 34% le risque de dégradation auditive (à des degrés divers), par rapport à une non utilisation. Ce constat a été posé après neutralisation d’autres facteurs (âge, diabète, indice de masse corporelle, hypertension artérielle, tabagisme, activité physique, apports alimentaires…). L’association n’a pas été établie avec l’aspirine.

    Trois remarques

    • • L’évaluation auditive est de type auto-déclarée. Autrement dit, elle n’est pas appuyée par des mesures cliniques objectives.
    • • On ignore le lien de cause à effet.
    • • Qu’en est-il des hommes ?

    En tout état de cause, ces recherches donnent l’occasion de rappeler que les antidouleurs ne sont pas des médicaments banals, et qu’il convient, pour de nombreuses raisons, de les utiliser avec prudence.

    Réagir à cet article > ICI

    Source > http://www.passionsante.be