sos village d'enfants

  • HANNUT/WAREMME > LES COMMERÇANTS DES DEUX VILLES UNIS DANS UNE ACTION COMMUNE

    Une idée de Pascal Fauville.

    Fait assez rare : pour la première fois, les deux fédérations des commerçants de Hannut et de Waremme se sont associées pour mener une action commune en faveur de SOS Villages d’enfants, une ONG qui accueille des enfants placés sous protection de l’aide à la jeunesse.

    L’initiative revient à Pascal Fauville, le fromager hannutois dont on connaît la générosité. « L’idée m’est venue en écoutant la radio pendant mes livraisons » . Ce jour-là, l’invité de l’émission la Vie est Bel d’Ingrid Franssen (Bel RTL) était Denis Bastin de SOS Villages d’Enfants Belgique. « Ce qui m’a frappé, c’est le fait qu’ils laissent les enfants d’une même famille ensemble alors que bien souvent ils sont classés par tranche d’âge et donc séparés les uns des autres. J’ai trouvé ça vraiment chouette » , s’enthousiasme le commerçant qui a toute de suite été sensible à l’appel aux dons lancé par l’ONG. « Je me suis dit, pourquoi ne pas faire quelque chose. J’ai proposé que lors d’une journée, pour chaque client entrant dans mon magasin, de remettre un euro à l’association. ».

    La proposition a tout de suite été bien reçue. « Mais dans les jours qui ont suivi, j’ai pensé : pourquoi ne pas proposer à mon voisin de faire la même chose » . L’idée a continué à faire son petit bonhomme de chemin dans la tête de Pascal Fauville, « jusqu’au jour où je me suis dit, soyons fous ! Et si je montais ce projet avec les deux associations de commerçants de Hannut et de Waremme. »

    De mémoire de commerçant, Pascal Fauville ne se souvient pas d’une action commune menée par les deux associations. Il a contacté Nicolas Corthouts pour l’UCCH et Michel Hardenne (UCIEW). L’accueil a tout de suite été enthousiaste.

    Actuellement, soixante commerçants (30 pour chaque ville), de tous secteurs (alimentation, Horeca, papeterie, chausseurs, textile) ont déjà accepté de participer à cette action qui aura lieu le samedi 4 décembre. Une date qui n’a pas été choisie au hasard. À l’approche de St-Nicolas mais aussi des fêtes, c’est généralement un bon jour commercialement. Ce qui suppose … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 23/11/2016

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET dans votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 23/11/2016