secteur santé

  • EMPLOIS > SECTEUR DE LA SANTÉ: PROFILS RECHERCHÉS

    sante_2.jpg

    La mobilité et la flexibilité des horaires, freins à l’emploi

    Les profils recherchés dans le secteur de la santé concernent, bien souvent, des profils très ciblés. « Chez Trace, on peut très bien avoir une demande d’un directeur de nursing qui recherche une infirmière pour faire quelques nuits en réanimation. Ce sont des profils bien précis. Nous cherchons alors dans nos réserves quelqu’un avec les compétences requises ou alors quelqu’un qui a une expérience là-dedans », note Vincenza Iandolina, ajoutant que « 60% de nos recherches concernent du personnel spécialisé comme des sages-femmes, des infirmières en pédiatrie ou en SIAMU (réanimation et urgence) ».

    A la Maison Marie Immaculée, on note que la mobilité reste un frein à l’emploi. « On cherche souvent des infirmiers/ières et on n’a pas trop de mal à en trouver. La pénurie semble derrière nous et je pense que les gens sont davantage prêts à être plus mobiles.

    Par contre, c’est plus dur de trouver du personnel soignant. Là, il y a un gros souci avec la mobilité. Sans compter que parfois il peut y avoir un conflit de générations entre le personnel plus ancien et le plus jeune, le plus ancien estimant que le personnel plus jeune est moins bien formé et moins bien préparé ».

    A la CSD, on a un besoin permanent de recrutement. « Une des difficultés du domicile est d’apprendre à travailler seul chez le bénéficiaire, mais nous mettons en place des procédures et des méthodes de travail pour renforcer le travail et l’esprit d’équipe, notamment par le soutien de l’encadrement ».

    Une autre difficulté est l’exigence de mobilité qu’il faut avoir pour pouvoir servir tous les bénéficiaires. « On ne peut garantir de faire ses prestations que strictement dans un secteur géographique déterminé. Un véhicule est d’ailleurs indispensable dans la plupart des cas », note Christel Delcour. « On doit garantir en permanence un niveau de service, quelle que soit la période ».

    On note d’ailleurs un pic de recrutement en avril et en mai pour assurer la continuité des prestations durant les mois d’été. « Et,  majoritairement, ces personnes intégreront définitivement l’organisation », conclut la CSD.

    Source > L.B. sur > http://www.jobsregions.be