saint jean

  • ABOLENS CE SAMEDI TRADITIONNEL GRAND FEU

    8521416-grand-feu.jpg

    samedi 6 avril 2013. > 19:00. > Rue du Vivier Abolens

    Traditionnel Grand feu pour fêter le retour du Printemps.

    On se retrouver à la place du monument aux morts à 19h00 pour une chasse au bonhomme Hiver pour les enfants. Ensuite rendez-vous rue du vivier pour le grand feu proprement dit. Enfin, on termine sous le chapiteau pour déguster un bonne crêpe et boire un petit verre ensemble.

    Source > https://www.facebook.com/#!/events/345893695531489/

    Traditions de Wallonie

    Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

    II existe de nombreuses sortes de feux collectifs au cours de l'année folklorique:

    • des feux cycliques: de carnaval-carême (tel celui de Parfondruy- Stavelot) ; de Pâques (Auvelais, Merbes-Sainte-Marie) ; de mai (Neufvilles) ; du solstice d'été (Borinage, Mons Les Feux de saint Jean) ; d'automne (la Saint-Hubert à Montegnée ; la Saint-Martin de l'est de la province de Liège) ; du cycle des douze jours (Liège, autrefois, à l'Épiphanie) ;
    • des feux calendaires non cycliques: à la Saint-Nicolas (région de Tournai), à la Sainte-Gertrude (Trembleur) ; le feu d'artifice des ducaces;
    • des feux agraires, alIumés pour faire périr magiquement mauvaises herbes ou vermine; le brandonnage borain pourrait y être rattaché ;
    • des feux épisodiques : les feux de joie, souvent remplacés par des feux d'artifices ; les feux de mariage dans la vallée du Geer; les feux de charivari ;
    • les feux utilitaires, comme le brûlage des fanes de pommes de terre, cérémonialisées en cûtenées ou cûhenées au pays de Stavelot-Malmedy.

    Les feux ont divers pouvoirs: de purifier, fertiliser, protéger (réellement ou par magie), d'associer la collectivité, d'honorer, de jalonner le temps.

    Les « Grands Feux » sont communautaires et fixes, et les rites des feux ou brandons mobiles sont individuels. Tels sont les écouvillons de Wasmes qui ont lieu avant la pousse des feuilles, comme les brandons de Saint-Martin (dans l'Est de la Wallonie) se font après la chute des feuilles. Il ne viendrait en effet à l'idée de personne d'aller jeter des brandons dans des arbres déjà ou encore feuillus. Les écouvillons (escouvions, escouviages) sont des petits morceaux de câble que les enfants ont mendié dans les charbonnages voisins. À l'origine, ce devait être des étoupes ou des bouchons de paille ou des brindilles (comme à la Saint-Martin, en Wallonie de l'Est). La brandonnage a évidemment pour but de chasser les mauvais esprits qui peuvent entraver la pousse des bourgeons. On allumait de grands feux dans les courtils, et chacun, garçons et filles, allait arracher au foyer un brandon flambant; puis, en avant, on s'élançait et on le jetait dans les ramures des arbres, surtout les vieux pommiers tordus.

    Les feux de Printemps se déroulent généralement le premier dimanche de Carême (donc quatre jours après les Cendres) et, plus rarement, à la Laetare qui est la Mi-Carême. Surplombant Namur, Bouge possède le Grand Feu le plus célèbre de Wallonie. Cette tradition se perpétue depuis plus de mille ans. Après une période de désuétude, la tradition revit depuis le début des années 60.

    L'origine des feux de la Saint-Jean est très ancienne. Primitivement, la coutume se rattachait à la célébration du solstice d'été, fixée au 24 juin. L'événement était marqué par de grandes solennités chez tous les peuples et dans toutes les religions. De grands feux étaient allumés à la fois en signe de reconnaissance pour les bienfaits prodigués par le Soleil à son zénith et pour mettre en fuite démons, mauvais génies, dragons et autres êtres malfaisants. La coutume a été récupérée par le christianisme. En Wallonie, Chièvres et grâce à un comité formé pour la circonstanceMons ont rétabli la tradition qui s'était perdue.

    Source de l’historique > http://fr.wikipedia.org