sabine laruelle

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS > SABINE LARUELLE

    boujourcopro_sabinne_laruelle.jpgSABINE LARUELLE

                    Qu’une ministre de 48 ans annonce, en pleine maturité politique et humaine, son prochain départ de la politique est rare. Soulignons le courage et la lucidité de sa décision.

                    Personnellement, j’ai peine à oublier que Sabine Laruelle a trahi le parti de ses premiers pas politiques pour en rejoindre un autre qui lui promettait, en échange de son ralliement, l’accès plus rapide aux mandats et postes que son ambition lorgnait avec envie. En effet, pour moi, la fidélité est la seule base possible du tissage de relations de confiance et de crédibilité.

                    Ce faux pas n’a pourtant pas empêché Sabine Laruelle d’être une excellente ministre ; tant ses collègues que les responsables des départements qu’elle a eu à gérer et que les petites gens dont la qualité de vie dépendaient de ses combats et décisions sont unanimes sur ce point.

                    De la déclaration de la future ex-ministre émanait une certaine amertume par rapport à la sphère politique, ce monde de privilégiés où rivalités exacerbées, ambitions démesurées et compromissions éhontées font et défont les carrières et, plus grave encore, empêchent trop souvent que de bonnes décisions soient prises et concrétisées au service de la population.

                    La politique est parfois une drogue dont il est difficile de se désintoxiquer. Par peur de la perte de sa part de pouvoir, du vide après la carrière publique, de la perte d’aura, de l’incapacité à faire autre chose, du changement de vie, tout simplement ? Pourtant, changer de métier, de statut, de condition sociale est imposé à de nombreux compatriotes lors de licenciements, restructurations, délocalisations, dans des circonstances bien moins avantageuses et sécurisantes que celles de nos élus. Alors, puissent ces derniers, comme Sabine Laruelle, oser se dire, en temps opportun et sans pression imposée de l’extérieur, qu’on ne vit qu’une fois et qu’il ne faut pas quitter ce monde en ayant raté l’essentiel, le rayonnement dans la proximité et pas seulement sous les spots des palais du pouvoir… Madame Laruelle, votre courage et votre lucidité m’incitent à vous pardonner votre erreur de jeunesse.

    Source & texte > Bruno Heureux.