ruinner

  • 5 CHOSES SURPRENANTES QUI RUINENT VOTRE CREDIBILITE

    shutterstock_159798710b.jpg

    Le coach carrière Nick Morgan vient de publier un ouvrage sur le leadership.

    Légitimité, force de persuasion et crédibilité semblent incarner le triptyque de base de tout leadership solide. Ce sont aussi des qualités essentielles à tout qui n’exerce pas de fonction de leader et qui désire simplement jouir du respect et de l’estime de ses collègues. Nick Morgan revient sur 5 choses surprenantes qui ruinent votre crédibilité.

    1. Ne pas être préparé pour les réunions

    Lorsque vous vous préparez pour une réunion importante, combien de temps consacrez-vous à imaginer ce que vous allez dire et combien de temps passez-vous à penser à la façon dont vous allez le dire, à travers votre intonation et vos gestes ? Selon Nick Morgan, la plupart des travailleurs négligent totalement ce deuxième aspect, pourtant fondamental pour l’image qu’ils renvoient à leurs collègues.

    Il explique : « Chaque conversation est en réalité constituée de deux conversations : le message et le langage corporel. Si vous négligez ce second aspect, vous pouvez être autant préparé que vous le voulez, vous raterez votre effet si vous arrivez empoté et que vous parlez d’une voix monocorde. Votre auditoire se concentrera probablement davantage sur votre manque d’énergie que sur les idées que vous défendez. » 

    2. Adopter la posture de la tête

    Nick Morgan met en garde : vous pouvez remporter ou perdre l’estime de vos collègues simplement à cause de la manière dont vous vous tenez. L’une des pires postures est ce qu’il appelle la « posture de la tête », où vous épaules sont arrondies et votre tête légèrement penchée vers l’avant. Cette position est très courante chez ceux qui passent beaucoup de temps devant leur écran d’ordinateur, mais elle renvoie une image de soumission.

    3. Se mettre en retrait des conversations

    La plupart d’entre nous a appris à contrôler ses expressions faciales pour garder un air intéressé et calme dans les conversations ennuyeuses ou énervantes. Mais d’autres signes trahissent notre volonté de nous retirer de ce genre de conversations, dont le plus important est le fait d’adopter une position de retrait, légèrement incliné vers l’arrière, les pieds orientés dans une autre direction que celle de notre interlocuteur. Ces signes ne laissent aucun doute sur notre désintérêt et sont rapidement décelés.

    4. Ne pas contrôler sa voix

    Pour Nick Morgan, nous sous-estimons le pouvoir de la voix. Les gens qui ont une voix riche et ronde sonnent plus autoritaires et ont plus de chances de devenir les leaders d’un groupe. En revanche, ceux qui s’expriment d’une voix nasillarde et aiguë sont moins attirants et plus irritants.

    La plupart des travailleurs ne pensent pas à leur voix et n’ont jamais appris à la contrôler. Une situation stressante, comme une présentation importante ou un meeting, les pousse souvent à sortir de leur tonalité habituelle, rendant leur voix plus faible. Les femmes ont alors tendance à adopter une voix trop aiguë, tandis que les hommes tombent dans l’autre travers et parlent d’une voix trop grave. Morgan vous conseille de vous asseoir ou de vous tenir droit, de prendre de profondes inspirations ventrales et de laisser votre voix monter avec passion et retomber avec autorité : ce serait la technique de la « voix du leader ».

    5. Divaguer

    Une autre façon de saper votre crédibilité et votre influence est de ne pas maîtriser l’art de raconter de bonnes histoires. Les « conteurs » sont potentiellement très puissants. Ils savent susciter un sentiment d’anticipation auprès de leurs auditeurs, pendus à leurs lèvres, et synchronisent leurs esprits sur le leur.

    Mais Nick Morgan déplore que la plupart des gens ne savent pas raconter des histoires. Ils divaguent, s’attardent sur trop de détails et tournent autour du pot au lieu d’aller droit au but et de viser directement ce qui intéresse vraiment les gens. « Les gens pensent souvent qu’ils sont bien plus intéressants qu’ils ne le sont en réalité », avance-t-il. Les bonnes histoires sont faites de rebondissements, de faits auxquels les auditeurs peuvent s’identifier et s’accrocher et elles touchent immédiatement le cœur du sujet. 

    Source: Business Insider > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be