rotisserie

  • Imprimer

    HANNUT – ÉCONOMIE > LA « COCOTTE DORÉE » FERMÉE APRÈS 1 AN D’ACTIVITÉ

    Dans le cadre de Créashop, elle avait obtenu une prime de 6.000 €. Devra-t-elle la rembourser ? 

    Moins d’un an après son ouverture en janvier 2018, la rôtisserie La Cocotte dorée, rue Albert Ier à Hannut, a déjà fermé ses portes.

    Problème : dans le cadre du projet Créashop qui vise à redynamiser le commerce au centre-ville, ses exploitants avaient bénéficié d’une prime à l’installation de 6.000 euros. Ils risquent de devoir la rembourser. 

    Pour des raisons d’ordre familial, la Cocotte Dorée a été contrainte il y a quelques semaines de fermer ses portes. Les exploitants ont déjà remis en vente leur fonds de commerce (au prix de 69.000 euros pour une surface de 690 m² équipée). Mais à notre connaissance, il n’y a pas encore de repreneur à ce jour, l’annonce est d’ailleurs toujours en ligne sur le site d’Immoweb.

    Cette rôtisserie artisanale avait été le premier établissement de la ville de Hannut à bénéficier de la prime octroyée dans le cadre du projet Créashop. Ce projet initié par la Région wallonne vise à contrecarrer la désertification des centres villes en soutenant financièrement les commerçants dans leur installation. L’aide s’élève à 60 % des frais d’aménagement avec un montant plafonné à 6.000 euros.

    Pour y prétendre, plusieurs conditions doivent être remplies. Ainsi, l’indépendant doit notamment s’installer dans une cellule commerciale vide, apporter une offre complémentaire et garantir une certaine pérennité. Un minimum d’exploitation de deux ans est imposé.

    En fermant ses portes après à peine un an d’exploitation, la Cocotte dorée n’a donc pas respecté cette dernière condition. Conséquence, elle risque de devoir rembourser l’aide de 6.000 euros. La menace est en tout bien réelle. « Le cas s’est déjà présenté à Charleroi et le commerçant a effectivement dû rembourser l’aide », confirme Martine Cornelis, la gestionnaire de l’asbl Gestion Centre-ville.

    Le jury chargé d’analyser les candidatures des commerçants doit se réunir début février. En font partie, outre Martine Cornelis, Daniel Vanderslycken (des affaires économiques), Nicolas Corthouts (président de l’UCCH), Olivier Leclercq (échevin des affaires économiques), Estelle Nicolay (Région wallonne), Jean-Louis Lemestré (l’Essor hannutois), Mariam Kabbou et Philippe Mottet (experts comptables) et Lara Henquet (Meuse Hesbaye Condroz).

    Le cas de la rôtisserie figure à l’ordre du jour. Les membres du jury devront alors décider s’il y a lieu ou pas de contraindre les exploitants à rembourser ou non les 6.000 euros qui leur ont été accordés pour ouvrir leur magasin-restaurant. Dans l’immédiat, Martine Cornelis se dit attristée par la fermeture de ce commerce « qui était bien parti. C’est dommage car c’était un projet auquel on croyait beaucoup ».

    Source > Marie-Claire Gillet en ligne libre sur > https://huy-waremme.lameuse.be