risque

  • BON À SAVOIR > APPLE RAPPELLE DES ADAPTATEURS EN RAISON D'UN RISQUE D'ELECTROCUTION

    La firme Apple rappelle une série d’adaptateurs vendus en Europe entre 2003 et 2015.

    Il s’agit des adaptateurs vendus avec les chargeurs de Mac, certains chargeurs d’appareils iOS (notamment les iPad) et aussi les kits de voyage vendus par Apple, pour éviter les risques de décharge électrique en cas de rupture.

    Ces adaptateurs présenteraient un risque d’électrocution… Lire la suite ici ...

    Source > AFP avec rédaction en ligne sur > http://www.sudinfo.be/1478054 > PhotoNEWS

  • HESBAYE: «LE DEGEL SE FAIT PLUS LENTEMENT QUE PREVU, IL N'Y A PAS DE RISQUES D'INONDATIONS»

    Ce samedi, après les quelques précipitations de vendredi soir et durant la nuit, on aurait pu craindre un débordement de la Mehaigne et… des inondations !

    Il n’en est finalement rien. « Le niveau de pré-alerte n’est même pas enclenché : le dégel se fait plus lentement que prévu », a rassuré Manu Douette, bourgmestre de Hannut, sous les conseils des professionnels de la Région wallonne.

    « Une équipe de la Région wallonne est encore … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne de A.BT sur > http://www.sudinfo.be/1473597

  • CANICULE: RAPPEL UTILE DES PETITS CONSEILS POUR PROTÉGER LES PERSONNES À RISQUE

    canicule_personne_agee.jpgLa fin de la semaine s’annonce très chaude avec des températures qui dépasseront les 30° selon l’Institut royal météorologique (IRM).

    Certaines catégories de la population souffrent davantage de la chaleur et peuvent courir un risque mortel: les vieilles personnes, les malades et les enfants en bas âge. Il convient de prendre certaines précautions, rappelle le SPF Santé publique.

    Les vagues de chaleur sont régulièrement meurtrières, essentiellement chez les 85 ans et plus. Lors de la canicule de l’été 2006, environ 940 décès avaient été attribués par le SPF à la vague de chaleur.

    Passé, ce mercredi, en phase de pré-alerte ou d’avertissement, le plan “vague de chaleur” du SPF Santé publique prévoit la communication d’une série de conseils vers les maisons de repos et hôpitaux.

    Les personnes âgées ressentent beaucoup moins la chaleur environnante en raison d’un affaiblissement du traitement central de l’information par le cerveau. Qu’elles soient en institutions ou non, elles devront impérativement faire l’objet d’une attention particulière et renforcée.

    Il est donc essentiel de leur faire prendre régulièrement des boissons fraîches (eau, jus, thé, soupe, yaourt) et des repas légers (fruits, crudités). Il faudra aussi s’assurer de la bonne ventilation des pièces et vérifier que ces personnes à risque sont légèrement vêtues.

    Les enfants en bas âge courent aussi certains risques en période de forte chaleur. En effet, leurs réserves de liquide sont insuffisantes, explique le SPF.

    Pour les plus jeunes, les conseils sont assez simples: boire régulièrement et abondamment (éviter les limonades), mettre des tenues légères avec chapeau ou casquette, limiter la durée des activités au soleil (surtout en début d’après-midi) et appliquer toujours une crème solaire haute protection lorsqu’ils vont au soleil.

    Enfin, les personnes en bonne santé devront également observer quelques règles. Évitez les efforts physiques intenses aux heures les plus chaudes, buvez abondamment de l’eau mais évitez alcool et café.

    Si vous résistez à la chaleur, vous devrez néanmoins probablement faire face à un pic d’ozone néfaste pour la santé

    Source >Sudpresse > Publié le Jeudi 16 Août 2012 à 14h58 Photo News

  • LE LIT DES PARENTS, À HAUT RISQUE POUR LE BÉBÉ !

    téléchargement.jpgLe risque de mort subite augmente sensiblement lorsqu’un nourrisson partage le lit de ses parents.

    Une équipe internationale a procédé à une méta-analyse, visant à recouper les résultats de onze études antérieures – irréprochables sur le plan méthodologique - consacrées aux facteurs de risque de mort subite du nourrisson, et en particulier – pour ce qui a intéressé plus spécifiquement ces chercheurs - le partage du lit parental.

    Il en ressort trois constats, développés dans le « Journal of Pediatrics », et qui – au-delà des données statistiques – sont à considérer comme autant de conseils de prévention (qui s’ajoutent, notamment, à la nécessité de coucher l’enfant sur le dos, de ne pas surchauffer sa chambre...). D’abord, le fait que l’enfant partage le lit des parents doit être considéré comme un facteur de risque indépendant de mort subite du nourrisson. Ensuite, ceci est surtout vrai lorsque le bébé est âgé de moins de douze semaines. Enfin, le risque est démultiplié en cas de tabagisme maternel. Prudence, donc.

    Source > Via Sudpresse > http://www.passionsante.be