responsable

  • HANNUT: DES ENFANTS CRÉENT DES VÊTEMENTS RESPONSABLES

    Voilà plusieurs semaines que six filles de 10 à 13 ans travaillent sur la création de vêtements à la Maison des jeunes de Hannut.

    Elles sont épaulées de professionnels du secteur.

    Depuis le mois de janvier, une des pièces de la Maison des jeunes de Hannut est recouverte de croquis de mode. Un groupe de six filles entre 10 et 13 ans s’affaire en effet à créer des vêtements dans une approche responsable.

    Avec une maîtrise plus ou moins grande de la couture, elles s’apprêtent ainsi à réaliser des pièces à partir de vêtements de seconde main, avec l’aide de Zineb Benchemsi.

    «  C’est la première fois que nous mettons cet atelier en place  », explique Charlotte Maquet, chargée de communication de la Maison des jeunes de Hannut. «  Plus qu’un atelier de stylisme, on a voulu constituer un projet qui sensibiliserait aux travers des grandes marques, aux mauvaises conditions de travail et à l’exploitation des enfants.  »

    Chaque mardi soir, l’équipe des stylistes en herbe se réunit pour réfléchir à ce projet. «  Elles récoltent d’abord de l’inspiration, notamment sur internet. Mais elles peuvent aussi piocher dans des livres qu’apportent des stylistes.  »

    C’est l’un des points forts de cette initiative : les jeunes filles rencontrent des … La suite * …

     

    Un défilé en mai

    L’issue du projet est double. D’abord, un défilé à la fin du mois de mai, lors des journées portes ouvertes de la Maison des jeunes. … La suite * …

    ** La suite pour les abonnés à la version digitale sur > http://huy-waremme.lameuse.be/48946

    Source > PAR J.G. | L'ACTU DE HUY WAREMME sur > http://huy-waremme.lameuse.be

  • HANNUT > L’ASBL LA PASSERELLE RECHERCHE UN RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER

    Profil recherché, Compétences, Formations, Expérience :

    - Diplôme : o Enseignement supérieur non universitaire dans le domaine sciences économiques et de gestion

    Contrat : Temps partiel - CDI

    Compétences et conditions :

     o Gestion financière : capacité d’analyse

     o Élaboration de budgets, de projets

     o Gestion administrative : tenue et suivi des dossiers

     o Compétence en informatique (logiciels comptables, suite Office)

     o Construction d’outils de communication, de tableaux de bord

     o Autonomie, capacité d’initiatives

     o Prise de décision

     o Travail en équipe

     o Flexibilité horaire

    - Atouts :

     o Connaissance des modalités de subsides AViQ.

     o Ouverture au monde du handicap.

    Comment postuler :

    Envoyer lettre de motivation et curriculum vitae détaillé par courrier postal :

     Jean Dufour, La Passerelle ASBL, rue de Wasseiges 12, 4280 Hannut ou par courriel : jean.dufour@lapasserellehannut.be

     Date limite : 15 février 2016.

    Merci de faire référence à Sweeli lors de votre sollicitation.

    Le formulaire de contact sur le site source > ICI

    Source > http://sweeli.guidesocial.be Photo > donorinfo

  • A HANNUT > CONFÉRENCE « APPRENONS À SURFER RESPONSABLE » JEUDI 12/03

    Projet122.jpg

    Une conférence pour tenter de répondre aux questions que vous vous posez.

    Le jeudi 12 mars à 20h dans la salle de spectacle du Collège Sainte-Croix et Notre-Dame

    Les ados et leurs parents sont-ils conscients des comportements à risques sur internet ? Comment les aider ?

    Que font les jeunes sur internet ?

    • 98 % des collégiens ont un profil « Facebook »,
    • 77 % des jeunes se connectent à Internet via leur GSM,
    • 26 % des 8-9 ans ont déjà eu involontairement accès à des images pornographiques,
    • 10 % disent avoir déjà été harcelé sur le net. *

    * Etude réalisée de février à mai 2012 sur l’ensemble de la Wallonie auprès de 2670 filles et garçons âgés de 12 à 15 ans

    Le sujet de la sécurité de nos enfants sur internet nous a tous interpellé. Cette conférence est une réelle opportunité d’apprendre à les aider à se protéger et à se comporter de manière responsable dans cette espace de la communauté.

    Merci donc de diffuser largement les informations relatives à cette activité à votre réseau et d’y convier vos connaissances intéressées afin d’assurer le succès de cette conférence.

    Contact > Benoît CARTILIER > benoit@cartilier.com > Gsm : 0476/79.19.48

  • A HANNUT > APPRENONS À SURFER RESPONSABLE > UNE CONFÉRENCE POUR TENTER DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ.

    Projet122.jpg

    Le jeudi 12 mars à 20h dans la salle de spectacle du Collège Sainte-Croix et Notre-Dame

    Les ados et leurs parents sont-ils conscients des comportements à risques sur internet ? Comment les aider ?

    Que font les jeunes sur internet ?

    • 98 % des collégiens ont un profil « Facebook »,
    • 77 % des jeunes se connectent à Internet via leur GSM,
    • 26 % des 8-9 ans ont déjà eu involontairement accès à des images pornographiques,
    • 10 % disent avoir déjà été harcelé sur le net. *

    * Etude réalisée de février à mai 2012 sur l’ensemble de la Wallonie auprès de 2670 filles et garçons âgés de 12 à 15 ans

    Le sujet de la sécurité de nos enfants sur internet nous a tous interpellé. Cette conférence est une réelle opportunité d’apprendre à les aider à se protéger et à se comporter de manière responsable dans cette espace de la communauté.

    Merci donc de diffuser largement les informations relatives à cette activité à votre réseau et d’y convier vos connaissances intéressées afin d’assurer le succès de cette conférence.

    Contact > Benoît CARTILIER > benoit@cartilier.com > Gsm : 0476/79.19.48

  • METIER D’AVENIR AVEC LE FOREM: DEVENEZ... RESPONSABLE PEB !

    PEB.jpg

    La performance énergétique des bâtiments (PEB) fait évoluer les exigences et les métiers 

    Une réglementation wallonne impose la présence de responsables PEB sur les chantiers. Cette exigence a eu pour conséquence que le métier se développe et fait figure de profession d’avenir.

    Depuis 2010, en Wallonie, la performance énergétique des bâtiments (PEB) est devenue un élément incontournable lors de la construction ou de la rénovation d’une maison ou d’un bâtiment, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’évolution des métiers et des compétences du secteur de la construction. Par ailleurs, de nouveaux produits sont apparus sur le marché afin de répondre aux exigences d’isolation, d’étanchéité et de ventilation du bâti. Sans compter que la future évolution de la réglementation PEB aura aussi un impact sur les travaux au sol. Des couches d’isolant, de plus en plus épaisses, s’imposeront avant la pose du carrelage, parquet….

    Dans ce contexte, un nouveau métier est apparu, celui de responsable PEB. « C’est un professionnel qui doit être agréé par le gouvernement et qui est chargé de concevoir et de décrire les mesures à mettre en oeuvre pour atteindre les exigences PEB. Il contrôle aussi l’exécution des travaux relatifs à la PEB », explique Christine Dalla Valle, analyste au Forem. Le responsable PEB devra agir en étroite concertation avec l’architecte et ce, dès dans la phase conceptuelle. Il s’agit clairement d’une nouvelle fonction créée depuis la mise en oeuvre de la réglementation sur les performances énergétiques. Ce métier est lié au secteur de la construction, dans la catégorie « encadrement».
    Son profil ? Pour exercer cette fonction, il faut être détenteur de l’un des diplômes suivants : architecte, ingénieur civil-architecte, ingénieur civil, ingénieur industriel, ingénieur technique ou bio-ingénieur. Le responsable PEB ne peut être agréé que s’il établit que sa responsabilité professionnelle, en ce compris sa responsabilité décennale, est couverte par une assurance. Notons qu’un chantier ne peut plus commencer sans qu’un responsable PEB n’ait été désigné. La réglementation PEB permet à tout architecte d’être le responsable PEB des projets dont il est auteur. Pour les autres projets, il doit introduire une demande d’agrément en tant que responsable PEB.
    Comme il doit contrôler l’exécution des travaux, notamment en matière de techniques spéciales (chauffage, sanitaire, ventilation), le responsable PEB se rendra sur chantier aussi souvent qu’il est nécessaire et devra y avoir accès à chaque moment. Il a également le pouvoir de donner des directives aux entrepreneurs afin que la PEB soit respectée.

    L.B.
    À NOTER A lire : « Métiers d’avenir. Etats des lieux sectoriels et propositions de futurs. Recueil prospectif », publié par le Service d’Analyse du Marché de l’Emploi et de la Formation du Forem, en septembre 2013.

    COMMENT SE FORMER ?

    Aucune formation spécifique n’est imposée pour devenir responsable PEB. Il faut remplir le formulaire de demande d’agrément (voir sur le site energie.wallonie.be), celui-ci est octroyé pour 5 ans et peut être renouvelé.
    Des formations relatives à l'utilisation du logiciel PEB sont organisées par l'IFAPME dans les différents centres de la Région wallonne. Ces formations sont généralement accessibles via le mécanisme des chèques formation.
    Toutefois, certains organismes organisent des formations PEB et plus particulièrement à l'utilisation du logiciel PEB, indépendamment de ce partenariat. Ces formations sont payantes et les contenus ne sont pas validés par l'administration, qui décline toute responsabilité quant à leur impact sur l'octroi des agréments.

    A titre d’exemple, il existe une formation à destination des professionnels de la construction. Sur 28 heures, elle propose d’évoquer le cadre réglementaire, le logiciel, l’encodage, la déclaration PEB finale… Son coût ? 420 euros ou 28 chèques formation.

    Source > http://www.jobsregions.be

     

  • DEVENIR RESPONSABLE D’EXPLOITATION DANS LE TRANSPORT ROUTIER

    transport.jpg

    Fonction critique dans le transport

    Ce profil est très recherché par les entreprises du secteur surtout à Liège et dans le Hainaut

    Le responsable d’exploitation dans le transport routier de marchandises supervise et coordonne l’activité d’un site ou d’un service d’exploitation de transport routier de marchandises. Les équipes sont sous sa direction : dispatchers, gestionnaire d’exploitation, conducteurs, ou encore personnel administratif et commercial.

     «Donner du service au client, c’est primordial », explique un professionnel du secteur, Mario Franchi,  administrateur délégué des Transports Frisaye, à Ivoz-Ramet. «Être joignable 24h/24, c’est notre force et le service peut faire la différence. Il faut voir si le client veut un transport de marchandises en temps normal ou plus rapide, auquel cas on met deux chauffeurs. Tout ça, ça fait partie du job du responsable d’exploitation. » Parmi les avantages du métier, Mario souligne la variété des clients et l’aspect relationnel. Du côté des points plus négatifs, il pointe la nécessité d’être résistant nerveusement. «On peut vous appeler pendant la nuit s’il y a un souci avec un camion, par  exemple », ajoute-t-il, précisant que le job est «bien payé, avec des avantages comme une voiture de société ou le fait d’aller de temps en temps au restaurant avec un client ».

    Pour devenir responsable d’exploitation dans le transport, la filière d’études vous poussera vers l’enseignement supérieur de type court, c’est-à-dire un baccalauréat de 3 ans en gestion des transports et logistique d’entreprises.  Différentes écoles le dispensent, notamment dans le Hainaut, à Liège et à Bruxelles. Les débouchés pour ce diplôme sont, comme la profession, variés : gestionnaire des opérations de transport et des prestations logistiques dans une entreprise de transport ou encore affréteur, agent de planification et responsable logistique.

    UN SECTEUR D’AVENIR

    Le Forem classe ce métier parmi la liste des fonctions critiques, et ce pour la première fois depuis 2006. Contrairement à la pénurie qui stigmatise un manque de candidats, la fonction critique signale davantage une difficulté pour les employeurs à trouver des candidats. «Pour le métier de responsable d’exploitation des transports routiers de marchandises, il n’y a que 7 offres d’emploi sur un an et 27 demandeurs d’emploi. La criticité porte davantage sur le métier de gestionnaire des opérations de transport et des prestations logistiques qui lui comporte 577 offres d’emploi par an pour seulement 328 demandeurs d’emploi », explique Samuel Martin, pilote Job Focus au Forem. Par ailleurs, l’analyse des postes montre que les candidats ayant des connaissances en néerlandais et/ou, dans une moindre mesure, en anglais sont régulièrement recherchés par les employeurs. Le Hainaut et la province de Liège concentrent près de huit opportunités d’emploi de responsable d’exploitation des transports routiers de marchandises sur dix.

    Il n’en reste pas moins que le job de responsable d’exploitation fait partie d’un secteur d’avenir : en Europe, deux tiers du tonnage global sont transportés par la route (source : www.europa.eu ).

    SALAIRE ET AVANTAGES

    Pour retrouver le barème du responsable d’exploitation dans le transport routier de marchandises, on se penche sur celui du superviseur de types 3 ou 4 qui gagne 13,11 euros bruts de l’heure pour un temps plein, ce qui équivaut à un salaire mensuel brut d’environ 2.158 euros. « Généralement, ils sont hors barèmes car plus haut au niveau du salaire », explique-t-on du côté du service juridique de l’Union des Classes Moyennes. Pour du personnel non roulant, le taux horaire monte à 13,37 euros bruts. On peut y ajouter diverses primes comme la prime de nuit (12,5% du salaire horaire) ou la prime d’ancienneté (0,2660 euro par heure pour 10 années d’ancienneté). Par ailleurs, comme pour d’autres professions, le responsable d’exploitation peut bénéficier d’autres avantages: des chèques-repas, des écochèques, un véhicule de société, un gsm de société, le prêt d’un ordinateur ou encore des primes liées au chiffre d’affaires de l’entreprise (même si ces dernières sont très encadrées par l’ONSS et doivent être prévues dans un plan « bonus »).

    Source > http://www.jobsregions.be

  • RESPONSABLE LOGISTIQUE: UN EMPLOI GARANTI "ANTI-ROUTINE"

    logistique.jpg

    Négociations, démarches, systèmes d’approvisionnement... Il est multitâche

    Maillon essentiel de la chaîne, le responsable logistique assure un métier riche, varié et aux contacts humains très nombreux.
    Exigeante, sa fonction requiert rigueur et flexibilité.

    Le responsable logistique, également appelé logisticien, est la personne qui s’occupe du transport des marchandises. Il est donc au coeur de toutes les opérations nécessaires à l’arrivée d’un produit en rayon ou à l’approvisionnement des entreprises en matières premières pour la production. C’est à lui qu’il revient de trouver les moyens les plus efficaces pour le transit et le stockage afin qu’ils soient les plus économiques possible pour l’entreprise (Source: Siep).

    Concrètement, ses activités principales ont trait aux négociations avec les transporteurs et fournisseurs, aux relations avec les services des douanes et des assurances, au choix du mode d’acheminement des produits et de la méthode de gestion, à l’établissement des programmes d’approvisionnement ou encore à l’implantation des produits et à l’encadrement d’un service. Il veille à ce que toutes les démarches soient effectuées : contrats de transport, d’assurance, envoi et paiement des factures, documents d’expédition et de douane.

    UN AGENDA DISPONIBLE

    Il peut aussi, par exemple, proposer des aménagements de nouveaux systèmes (stockage, transport, communication...). Sa marge de manœuvre peut être importante, ce qui est à la fois un avantage et un inconvénient. Sachez qu’au rayon des inconvénients, la communication interne, essentielle dans le domaine de la logistique, est parfois insuffisante dans certaines entreprises et ne facilite pas le travail du logisticien, qu’à cela ne tienne!
    Ce métier demande également une grande disponibilité. En cause? Un agenda qui peut souvent être rapidement chamboulé par des impératifs économiques.
    Du côté des avantages, on épinglera le fait de pouvoir rencontrer des profils très différents (ouvriers, patrons, employés…). Le job est aussi varié et complètement “ anti-routine ”. Il a fortement évolué ces dernières années, notamment en raison d’une professionnalisation.
    Par ailleurs, de nombreux centres de formation ont été créés pour aider au développement des métiers du transport et de la logistique. Rappelons que ces deux filières sont différentes mais aussi et surtout complémentaires. «
    + LAURENCE BRIQUET

    LES FORMATIONS DANS VOTRE REGION

    LIEGE

    > Enseignement supérieur de type court en Hautes Ecoles: bachelier professionnalisant en gestion des transports et logistique d’entreprise à Jemeppe-sur-Meuse (HEPL-04/237 95 87) et Liège (HECH-04/254 76 00); spécialisation en management de la distribution/ retail management à Jemeppe-sur-Meuse (HEPL).
    > Promotion sociale de niveau secondaire: assistant(e) en logistique en unités de soins et/ou services d’urgence à l’IPEPS de Jemeppe-sur-Meuse (tél: 04/237 94 14).
    > Promotion sociale de niveau supérieur: bachelier professionnalisant en gestion des transports et logistique d’entreprise à l’IPEPS de Jemeppe-sur-Meuse (tél: 04/237 94 14).
    > Centres de compétence: technicien logistique d’achats, d’approvisionnement et de planification; technicien logistique d’entrepôt; technicien logistique en industrie alimentaire; technicien logistique transport; technicien logistique coordinateur IT au Forem Formation Logistique Liège à Grâce-Hollogne (Infos: 0800 93 947).
    > Les écoles privées: CFD: formation à distance en transport et logistique/exportation (Infos: 03 292.33.36).

    Les autres régions > ICI

    Infos: www.siep.be via > http://www.jobsregions.be

  • RESPONSABLE QUALITÉ > LE RENOM D'UNE SOCIÉTÉ, C'EST LUI

    responsable.jpg

    Ce cadre technique gère tous les aspects liés à la qualité du produit de la société

    Fonction souvent méconnue et dont on ne perçoit pas toujours efficacement les missions, le responsable qualité est, dans une PME, un maillon essentiel de la vie de l’entreprise. Il en assure même, en partie, la notoriété et la gestion.

    Au sein d’une entreprise, le responsable qualité fait généralement partie des cadres techniques de l’entreprise, au même titre que le responsable R & D, le responsable de production ou encore le cadre technico-commercial. Concrètement, il conçoit, définit et met en œuvre la politique qualité de l’entreprise afin de garantir et d’optimaliser la qualité de ses processus et de ses produits.

    Parmi ses nombreuses activités, la gestion des plaintes des clients liées aux aspects “qualité”, l’établissement des causes de dysfonctionnements et les actions à mettre en œuvre ou encore la participation à l’élaboration des contenus d’information et déformation relatives à la qualité. Son travail est primordial: il œuvre à assurer une notoriété durable à l’entreprise ainsi qu’à une gestion efficace de celle-ci.

    Pour cela, on lui demande de cumuler une série de qualités et de missions: être en mesure de respecter la déontologie et appliquer la réglementation et les instructions en vigueur dans l’entreprise, présenter une image positive de cette même entreprise, se tenir informé de l’évolution du métier mais aussi faire preuve de mobilité, être autonome et réactif aux évolutions et aux attentes qualité des clients.

    On attend également de lui qu’il soit organisé, convaincant, réactif et avec le sens des relations humaines. Il est en effet souvent en relation avec la direction mais également avec les responsables de chantiers et les clients.

    L’INDUSTRIE EN RÉCLAME

    Les avantages du métier sont nombreux: on apprend continuellement et on évite la routine. Par contre, l’investissement doit être tel que le responsable qualité reste convaincu par son produit et convaincant pour le personnel, les clients ou la direction. Le Forem remarque que les secteurs de l’industrie alimentaire et de la chimie, par exemple, sont davantage en recherche d’ingénieurs spécialisés dans le contrôle-qualité. Alors, si vous hésitez encore, sachez que les fonctions de cadre technique de l’industrie sont en perpétuelle évolution de par la nature changeante des produits. La connaissance d’une, voire de plusieurs, langue (s) étrangères est souvent requise. Autant le savoir...«

    + LAURENCE BRIQUET

    LES FORMATIONS DANS VOTRE REGION

    LIEGE

    > Remarque: Outre le fait qu’un responsable qualité est quelqu’un qui connaît son secteur (et qui, donc, a suivi à la base des études/formations dans son domaine), il existe des formations complémentaires pour prétendre au métier.

    > Enseignement supérieur en Hautes Ecoles : DES (Diplôme d’Etudes Spécialisées) en gestion de la qualité dans les entreprises agricoles, horticoles et agro-alimentaires à l’HECH de Huy.

    > Enseignement supérieur dans les Universités : Pas à Liège. Master complémentaire en gestion totale de la qualité à l’UMons (Charleroi); certificat interuniversitaire en management de la qualité dans les établissements de soins co-organisé par l’UCL (Cellule formation continue) et l’ULB (Ecole de Santé Publique).

    > Organismes divers: CQLL (Centre pour la gestion de la Qualité Liège-Luxembourg) à Liège (www.cqll.be - 04/340.35.00) et Formation PME (qualiticien) à Liège.

    > Centres de compétence : plusieurs filières au Centre de Compétence Polygone de l’Eau à Verviers; FormAlim à Verviers; Formation Biotechnologies à Liège.

    > Organismes divers : initiation à la qualité dans le secteur de la construction et critères de qualité selon la norme NBN en ISO 9001 au CSTC (Centre Scientifique et Technique de la Construction); formation d’auditeurs internes - système qualité à l’ESAP à Bruxelles.

    Les autres régions  > ICI

    Infos: http://www.siep.be via > http://www.jobsregions.be