renouvelable

  • ELECTROTECHNICIEN DU RENOUVELABLE > LES MÉTIERS D’AVENIR AVEC LE FOREM:

    Technicien.jpg

    La mise en œuvre d’énergies alternatives et l’évolution des modes de consommation donnent naissance à de nouveaux métiers.

    L’épuisement des ressources actuelles d’énergie et l’augmentation des coûts changent les pratiques de consommation et entraînent la mise en œuvre d’énergies alternatives. Par ailleurs, les modes de consommation risquent d’évoluer encore au bénéfice de la production de l’énergie provenant des sources intermittentes (soleil, vent, eau…). Electrotechnicien en énergies renouvelables : un métier d’avenir !

    On observe également une sensibilité croissante du public au développement durable et aux énergies renouvelables. Dans ce contexte, on voit arriver sur le marché de l’emploi de nouveaux métiers comme celui d’électrotechnicien en énergies renouvelables. Ces nouveaux métiers sont à l’étude au Forem qui a publié une brochure donnant plus de détails sur ces métiers et leur potentiel.(*). Concrètement, l’électrotechnicien est le garant de la sécurité et de la bonne marche des coffrets et des armoires électriques entrant dans la composition d’un générateur d’un système d’énergie renouvelable. Il réalise des tests sous tension et effectue des simulations. Il détecte les anomalies et répare les avaries. Pour faire bref, quand vous avez, par exemple, une installation photovoltaïque sur le toit de votre habitation, vous devez avoir une installation électrique dans un garage, par exemple. C’est à cette installation que l’électrotechnicien en énergies renouvelables va s’intéresser, en la testant, en faisant des simulations, en cherchant à détecter d’éventuels problèmes ...

     GESTION ET FAISABILITE

    Il a aussi la responsabilité d’une étape clé dans la réalisation d’un projet éolien ou photovoltaïque. Il vérifie la faisabilité d’un point de vue technique, réalise la partie de génie électrique, l’installation et la mise en service et assure parfois le suivi avec les clients. Son profil ? « Il lui faut bien évidemment des compétences en électricité, en tant que technicien, pour pouvoir assurer la maintenance du système », explique Cécile Roelandt, analyste au Forem. « D’ailleurs, vu que les installations en énergies renouvelables prennent petit à petit de l’âge, il est probable que le poste « maintenance » prenne de l’ampleur dans les années à venir. Enfin, il doit également bien connaître les règles de sécurité pour éviter les incendies », ajoute-t-elle. LAURENCE BRIQUET À NOTER (*) Source : « Métiers d’avenir. Etats des lieux sectoriels et propositions de futurs. Recueil prospectif », publié par le Service d’Analyse du Marché de l’Emploi et de la Formation du Forem, en septembre 2013.

    OÙ PEUT-ON SE FORMER ?

    Le Centre de compétences Technifutur (Liège) en forme 14 par an et comble la demande d’un technicien par 10 éoliennes. Le métier dans l’éolien demande une grande mobilité : il faut aimer bouger et se déplacer. La base de la formation est l’anglais. La maîtrise de cette langue est par conséquent indispensable car les fabricants sont étrangers. La formation proposée par Technifutur est qualifiante pour demandeurs d’emploi. Elle accueille 8 participants pendant 80 jours. Il est demandé de disposer d’un diplôme d’humanités secondaires supérieures techniques de transition ou d’un graduat en électricité, électronique ou électromécanique ou encore d’une formation en électricité. Autres prérequis, ne pas être sujet au vertige, préférer un emploi de terrain à un emploi de bureau et être intéressé par l’écologie et les énergies renouvelables. Plusieurs modules constituent cette formation : électricité, mécanique, hydraulique ou encore matériaux composites,  management, informatique, anglais et secourisme. Plus d’infos : www.technifutur.be

    Source > http://www.jobsregions.be