rencontres

  • CE WE DES 6 & 7/02 > LES RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES DE WAREMME !

    Bref il est temps de faire parler la photographie...

    Les 6 et 7 février à Oleye, une longue, vertigineuse et bénéfique plongée en photographie avec des artistes au talent éblouissant.

     Attention, il n'y a pas ici que des photographes mais de réels poètes de l'image. Soyez au rendez-vous!

    Salle "un jour ailleurs", Rue d'Elmette 37, 4300 Waremme (Oleye)

    Venez découvrir nos 20 photographes pour cette édition des "rencontres photographiques de Waremme",

    https://www.facebook.com/rencontreswaremme

    Source > Aris S-d Koudaya > Sur. https://www.facebook.com

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS PAR BRUNO HEUREUX > RETROUVAILLES, RENCONTRES...

    Retrouvailles, rencontres...

                    Depuis, onze ans déjà, mes chansons me font franchir l’Atlantique et découvrir de nombreuses facettes du Québec. Et chacune de ces tournées est l’occasion de retrouvailles toujours chaleureuses, parfois empreintes de profonde émotion. C’est ainsi qu’il y a trois semaines, j’ai retrouvé, le coeur serré, Denise Lafrenière, la veuve de mon ami Pierre Therrien, sa famille et ses amis ; nous avons passé tous ensemble des moments riches en souvenirs et en amitié, que la distance qui nous sépare ne nous avait pas permis de partager lors du décès de mon « tchum »[1] de là-bas.

                    Chaudes retrouvailles également avec certains membres et enfants de la Fondation en Coeur ; celle-ci, au Québec, s’est donné pour mission d’aider les familles où sont nés des bébés avec des malformations cardiaques importantes nécessitant des interventions chirurgicales lourdes et très onéreuses. Il y a six ans, après avoir assisté à un de mes spectacles au profit de leur association, les dirigeants de celle-ci m’avaient demandé d’écrire une chanson qui serait, en quelque sorte, leur emblème médiatique. C’est ainsi qu’est née « Un peu plus d’amour ». Il y est question non seulement d’enfants et de coeur, mais aussi de notre société et de notre monde actuels qui souffrent également de « déficience cardiaque » dangereuse. Permettez-moi d’en rappeler l’introduction et le texte dont le refrain est chanté par des enfants.

    Un peu plus d’amour

         Notre époque est bien malade et, selon moi, pour le sauver, la greffe d’un coeur s’impose, d’urgence.

       Et puisque nous sommes tous compatibles, pourquoi ne nous ferions pas donneurs ?

       Ainsi, une fois la transplantation réussie, les enfants du monde entier pourront grandir, sourire, guérir          aussi, sans peur et à la poursuite de leurs rêves.

         Les grands, quant à eux, pourront cultiver leur enfance tout au long de leur vie, dans la paix et la      dignité.

           A ce monde plus beau, plus généreux, plus humain, donnons des fondations solides, des fondations en cœur. »

    Refrain :

    Un peu plus d’amour dans les rouages,

    De fraternité dans la voilure,

    Un peu plus d’accueil et de partage,

    Et la terre tournerait mieux, c’est sûr ;

    Un peu plus de rêve dans les nuages

    Et plus de tendresse dans la froidure,

    Un peu plus d’accueil et de partage,

    Et les hommes s’entendraient mieux, c’est sûr.

    Couplet 1 :

    Comme des oiseaux tombés du nid

    Qui attendant qu’une main les ramasse,

    Il y a tant d’enfants cloués au lit

    Qui espèrent que des bras les enlacent…

    Refrain …

    Couplet 2 :

    Tant qu’un cœur bat, il y a d’ la vie,

    Tant qu’un cœur donne, il sème l’espoir,

    Quand des cœurs pardonnent, ils créent l’envie

    De guérir le monde de ses déboires…

    Refrain

    Final :   Et plus d’enfants seraient heureux, c’est sûr.

                    Occasion aussi de rencontres improbables. Par exemple, l’organisateur d’un spectacle, dans une boîte à chansons typiquement québécoise, me signale qu’il y aura un Belge dans le public. De fait, cet homme m’est présenté à la fin du spectacle. Nous échangeons quelques mots sur ce qui l’a amené à vivre au Québec et sur ses origines belges : « Je proviens d’Ecaussinnes. » me dit-il, à ma plus grande stupéfaction. En effet, ce village du Hainaut est celui où plongent mes racines et mes souvenirs d’enfance !!! Quelle coïncidence : être à 5.600 km de chez soi et y retrouver, dans une salle de spectacle, un compatriote né dans le même village !!! Que le monde est petit !

                    La même réflexion m’est venue à l’esprit, à l’issue d’un spectacle donné à Malonne, quatre jours après mon retour du Québec. Là aussi, j’ai interprété la chanson dont il est question ci-avant, « Un peu plus d’amour » après en avoir expliqué l’origine et les motivations. En quittant la scène, je suis interpellé par un couple de personnes apparemment de mon âge qui me félicitent pour ma prestation et me remercient pour la chanson dédiée à la Fondation en Coeur. Et de m’expliquer, les larmes aux yeux, que leur fille habite le Québec où elle a donné naissance à un enfant qui a bénéficié de l’aide de cette fondation pour être né avec une grave malformation cardiaque !!! Vous avez dit « Coïncidence !!! » Et une fameuse.

                    A côté de cela, mes dernières retrouvailles paraîtront anecdotiques, à juste titre ; mais elles feront sourire. A la fin du spectacle, une dame s’avance vers moi, bras grands ouverts, et m’interpelle d’un vibrant « Bruno ! » Immédiatement, je la reconnais et nous nous étreignons avec plaisir. Yolande, c’est son prénom, habitait la même rue que moi à La Louvière dans les années 50 ; j’avais alors 10 ans, elle 8 ; nous étions un peu amoureux l’un de l’autre ! Par après, nous avions tous les deux quitté cette rue avant de nous retrouver, vers 1965, à l’université où j’avais fait la connaissance de son futur mari. Puis, plus rien, nous avions tracé notre propre route, chacun de notre côté. Et pourtant, le 26 septembre dernier, après plus de 45 ans de « séparation », cette vieille connaissance me fait la surprise d’une rencontre fortuite mais franchement sympathique, ramenant à la surface un tas de souvenirs, tout à la fois empoussiérés et drôlement savoureux.

                     Si chaque rencontre ouvre un nouveau chemin que l’on peut suivre ensemble, brièvement ou plus longuement, chaque carrefour peut séparer ou faire se croiser les destinées... Ainsi est faite la vie !

    Source & Texte > Bruno Heureux.



    [1] « Tchum », en québécois, signifie « ami ».

  • A HANNUT > ETRE PARENT > ET SI ON EN PARLAIT ? À L’OASIS FAMILIAL

    Projet1.jpg

    Echanges autour de la parentalité des 0-3 ans.

    Lorsqu’on est parent, on est tous les jours face à de nouvelles questions.

    Que ce soit au sujet de l’alimentation, de l’éducation ou du développement de nos enfants, ce n’est pas toujours facile de trouver les informations qui pourront nous aider à y répondre. Parfois, on voudrait l’aide d’un professionnel qui nous donne des repères. Parfois, on voudrait juste échanger avec d’autres parents pour savoir si eux aussi sont face aux mêmes interrogations.  

    Pour y voir plus clair, l’Oasis Familiale asbl proposera, en 2015, 3 matinées à thème autour de la parentalité des 0-3 ans. Ces matinées seront l’occasion pour les parents de discuter avec d’autres parents et avec des professionnels, de partager des informations, d’échanger des trucs et astuces qui les aideront au quotidien. Ces rencontres sont gratuites et ouvertes à tous les parents qui le souhaitent. Elles auront lieu les mercredis 11 février, 18 mars et 6 mai 2015 de 9h30 à 11h30dans les locaux de l’Oasis familiale d’Hannut.

    Ce nouvel espace proposé aux parents est né d’un partenariat entre différents services : « 9 mois et après ?... », un projet d’accompagnement de la période périnatale soutenu par la Fondation Roi Baudouin et la Loterie Nationale, la Baby-papote, une halte-accueil spécialisée dans l’accueil des enfants de 0-3 ans, le centre de planning familial de l’Oasis Familiale ainsi que l’ONE.

    L’équipe du centre planning familial et de la Baby-papote se tiennent  à disposition des personnes intéressées par ces matinées rencontres ou par un de ces services aux numéros suivants 019/51.11.10 (planning familial) ou 019/51.17.71 (halte-accueil).