remise a niveau

  • INFO BOULOT > ANNÉE 2013: PRIORITÉ AUX COMPÉTENCES

    debat-formation.jpg

    Les opérateurs de formations s’allient pour une remise à niveau de celles-ci.

    Renforcer les compétences: un impératif reconnu par les participants au débat, partenaires pour la plupart de “ 2013, année des compétences”.

    “C’est en Belgique que le fossé est le plus grand entre les compétences attendues et le niveau réel de celles-ci ”, annonce, en se basant sur une étude européenne, Éric Bossart (Ores). “Cet écart est d’ailleurs l’une des raisons qui nous poussent à entretenir, pour notre personnel,des partenariats avecl’IFAPME et le Forem ”.“C’est aussi notre philosophie.

    Il nous semble même essentiel de pouvoir gérer ses compétences durant toute la vie ”,préconise Maryse Honorez (IFAPME). Le Cefora, lui, est passé à l’action. Il propose auxentreprises de faire une“photo” des capacités et compétences du personnel de plus de45 ans et, en fonction des besoins du marché, de lancer différentes mesures. “C’est un projet pilote que nous avons commencé en octobre ”, explique Laurence Gonze. “Nous proposons des modules théoriques le matin et pratiques l’après-midi. Cette remise à niveau s’étale sur quatre journées réparties sur quatre mois. ”

    PUBLIC PEU SCOLARISÉ

    “C’est également l’une de nos préoccupations majeures ”, opine Marc Thommès.“Le niveau général baisse, mais les réformes de l’enseignement ne porteront pas leurs fruits avant 5 ans. Ce bilan des compétences est surtout essentiel pour le public fragilisé. ” Le directeur adjoint du Bruxelles Formation sait de quoi il parle, puisqu’en partenariat avec les organismes d’insertion socioprofessionnelle, l’opérateur organise annuellement 1,7 millions d’heures de formation à l’attention de personnes sans emploi faiblement scolarisées ou qui ont vécu différents types d’exclusion. Certains demandeurs ont bien compris l’enjeu puisqu’ils cherchent à augmenter leur portefeuille de compétences via des formations successives, par exemple entre deux intérims. Mais cette forme de reconversion n’est pas facile à faire admettre aux patrons d’entreprises. ”

    “Je me réjouis de voir que les opérateurs de la formation en Wallonie et à Bruxelles sont convaincus que l’un des éléments clés du redressement économique est d’augmenter le niveau de compétences de la population active ”, signale Éric Bossart en brandissant la brochure intitulée “2013, année des compétences”. “Ils ont décidé de s’unir dans une série d’actions afin d’aborder les compétences et les moyens de les acquérir et les développer. ” En lançant cette année spéciale, les différents partenaires (le Forem, Bruxelles Formation, l’IFAPME, l’enseignement, la Région wallonne, la Région de Bruxelles- Capitale...) partent du constat que “la population wallonne continue de se désintéresser des filières techniques et scientifiques alors qu’elles constituent une des meilleures garanties d’accès à l’emploi ”.

    Ils ont ainsi déterminé douze thématiques illustratives de l’apprentissage tout au long de la vie: l’esprit d’entreprendre, les connaissances de base, les nouvelles technologies...Sans oublier, la première, ce 28février:“La formation des... formateurs”.

    Source > http://www.jobsregions.be