regrets

  • LES 5 REGRETS PROFESSIONNELS LES PLUS FREQUENTS

    Mener une carrière, c'est aussi prendre des décisions.

    Parfois ce sont les bonnes, mais parfois on les regrette amèrement.

    Une carrière sans erreur ou déception n'existe pas, mais que changeriez-vous, si vous pouviez retourner en arrière ?

    Le Harvard Business Review a mené une enquête informelle sur les regrets professionnels les plus fréquents. Pour cela, Daniel Gulati a interrogé 30 personnes entre 28 et 58 ans à propos de ce qu'elles regrettent le plus dans leur carrière.

    1. Je regrette d'avoir accepté le job pour l’argent

    De loin, le regret le plus souvent émis était d’avoir choisi un travail bien payé plutôt qu’un travail épanouissant.

    2. Je regrette de ne pas avoir démissionné plus tôt

    Presque tous ceux qui ont quitté leur travail pour poursuivre leurs rêves et passions auraient voulu avoir le courage de le faire plus tôt.

    3. Je regrette de ne pas avoir osé lancer ma propre affaire

    70 % des travailleurs espèrent que leur job actuel va les aider à lancer leur propre affaire plus tard, mais seulement 15 % ont dit avoir ce qu'il fallait pour se lancer vraiment.

    4. Je regrette de ne pas avoir été plus productif à l’école

    Bien que de plus en plus de personnes fassent des études, beaucoup d'interrogés regrettent de ne pas avoir fait plus attention à profiter de leurs années d'études pour trouver un premier emploi vraiment satisfaisant.

    5. Je regrette de ne pas avoir suivi mes intuitions

    Plusieurs interrogés regrettent de ne pas s'être lancés lors de moments décisifs, que Daniel Gulati appelle "now-or-never moments". Alors que s'ils avaient suivi leur instinct, ils auraient sauté sur l'opportunité, même si l'offre semblait risquée.

    On regrette plus son éducation que ses amours

    Par ailleurs, une étude américaine de Neal Roese de la Kelogg School of Management a établi un classement des choses que les gens regrettent le plus dans leur vie. Avant leurs choix de carrière, ce sont leurs choix durant leurs études que les gens déplorent davantage.

    Voir les tableaux des % parmi la population & lire la suite ici ...

    Source > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

    Liens utiles > carrière / fin de carrière / opportunités de carrière / Evoluer / Equilibre travail & vie / Evaluation / Promotion / Choisir/ Conseils carrière

  • CE QUE LES JEUNES DIPLOMES REGRETTENT !

    shutterstock_178311599b.jpg

    Que peut faire un étudiant en vue de s’assurer de trouver un emploi après ses études ? La réponse s’impose comme une évidence : choisir la bonne section, aux débouchés prometteurs.

    Les débouchés des sciences humaines plus compliqués

    Si vous avez fait des études d’ingénieur ou de sciences, vous ne devriez pas vous faire trop de mouron pour trouver un travail. En revanche, si vous avez préféré les arts ou les sciences humaines, vous êtes condamné(e) à l’errance perpétuelle. Heureusement, c’est là un grossier cliché, car ces orientations offrent aussi des débouchés parfois surprenants. Mais il n’en demeure pas moins vrai que la course à l’emploi emprunte généralement un tracé plus sinueux pour les diplômés en sciences humaines que pour les ingénieurs.

    Un cliché qui a la vie dure

    Une vidéo a récemment fait le buzz sur Internet en poussant ce cliché à l’extrême : une bande de diplômés en sciences humaines, sous-payés et désespérés, utilise la manière forte pour dissuader des jeunes étudiants de reproduire leurs erreurs.

    Les jeunes veulent acquérir de l’expérience

    Le think tank américain Pew Research Center vient de publier une étude qui complexifie un peu cette image. L’enquête confirme qu’un tiers des jeunes diplômés en sciences humaines, en arts ou en sciences de l’éducation regrette son choix. (À titre comparatif, 24% des ingénieurs ou des diplômés en sciences auraient aimé faire d’autres études). Mais de manière générale, lorsqu’il leur fut demandé ce qu’ils auraient fait différemment à l’université, « choisir une autre orientation » n’était pas la première réponse.  

    La première réponse, donnée par la moitié des interviewés, est « acquérir plus d’expérience de travail. » 

    « Choisir une autre orientation » n’apparaît qu’en quatrième réponse (29%), après « étudier plus » (38%) et « chercher de l’emploi plus tôt » (30%).

    Voici ce que nous pourrions en retenir : nous accordons peut-être trop d’importance aux débouchés liés à une orientation, du moins aux yeux des diplômés eux-mêmes.

    Ce que réclament surtout les étudiants, c’est de l’expérience, qui leur permettrait de mettre leur savoir théorique en pratique tant qu’ils sont encore à l’école.

    Source > Theatlantic.com via > http://www.references.be