recruteur

  • COMMENT CONVAINCRE UN RECRUTEUR EN 30 SECONDES ?

    Convaincre un employeur en 30 secondes, dans un ascenseur ou un salon de l'emploi.

    C'est l'art du pitch, une technique narrative issue de l’industrie du cinéma. Comment développer votre sens de l’à-propos et du timing, pour une séduction éclair ?

    1. De 30 à 45 secondes

    Un bon pitch, c'est un peu le principe des poupées russes. Utilisez d'abord une image forte, un hameçon, en une phrase courte, pour éveiller la curiosité de l'interlocuteur. Puis, avancez progressivement des arguments qui susciteront son intérêt, lui feront poser des questions et vous amèneront à développer davantage. L'astuce est de ne pas trop en dire pour susciter l'attention.

    2. Soyez bref, mais constructif

    Sur la forme, évitez un ton obséquieux ou de remiser sans cesse cravate ou costume : les patrons aiment les personnalités qui sortent de l'ordinaire. Décrivez l’état présent, l’entreprise aujourd’hui, et suggérez l’état désiré, ce que vous pourriez lui offrir. Adoptez un langage spontané, une syntaxe vivante, avec des mots-clés contrôlés. Évitez les termes alambiqués, trop techniques ou obsolètes.

    3. Distillez une anecdote

    Utilisez le perceptif : décrivez des sensations et des ressentis. Jouez sur votre ton : mettez-y de la tension, de l’humour. Vous avez une anecdote ? Insufflez-la dans votre histoire. Ce filtre affectif est un levier qui opère directement sur l’inconscient du recruteur. L’objectif est de créer une affinité : ce n’est qu’après qu’il se construira un argumentaire.

    4. Provoquez la question

    En revanche, ne dites pas tout de vous. Car celui qui a tout dit n’a plus rien à dire. Laissez en suspens un élément qui va intriguer le recruteur. En storytelling, c’est ce que l’on nomme le cliffhanger. Il s’agit de laisser l’auditeur sur sa faim en suscitant sa curiosité. Avec une trame : en pointillés, la solution – c'est vous – apparaîtra.

    Source > Texte: Rafal Naczyk sur > http://www.references.be

    Liens utiles > salon de l'emploi / Postuler / Recruter soi-même / Entretien d'embauche

  • 3 QUESTIONS QU'UN RECRUTEUR POSE A VOS ANCIENS EMPLOYEURS

    Manager_phone_shutterstock_183352361.jpg

    Pour un recruteur, poser des questions aux références du candidat est souvent la dernière étape du processus du recrutement. Mais pas la moindre… Quel genre de questions sont posées ?

    Vous avez postulé pour un nouvel emploi, envoyé CV, lettre de motivation, peut-être même passé des entretiens. À la fin du processus de recrutement, la plupart des entreprises passent systématiquement un coup de fil aux anciens employeurs du candidat. Le but : vérifié qu'il est bien la personne qu’il prétend être.

    Il vaut donc mieux bien se préparer à cette étape. Quelles questions sont posées en général ?  

    Bien choisir sa référence

    Tout d’abord, il est important de bien choisir votre personne de référence.  Il est plus apprécié de renseigner un ancien manager plutôt qu’un collègue. Son avis aura plus de poids et son opinion est censée être plus objective. Attention toutefois à choisir une référence pour qui vous avez travaillé au moins un an, qui connaît vos compétences et peut certifier de leurs aspects positifs au sein de l’entreprise.

    Que va demander le recruteur à votre ancien patron ?

    1. A-t-il effectivement travaillé chez vous ? Pourquoi est-il parti ?

    C'est la question standard posée par les recruteurs à une personne de référence. Il s’agit juste pour le recruteur de vérifier que vous avez bien travaillé pour votre employeur, aux dates que vous avez mentionnées, et de vérifier votre situation au sein de l’entreprise. Mentir sur son CV n’est donc jamais une bonne idée. D’autant plus que le recruteur demandera probablement aussi pourquoi vous ne travaillez plus là : il vaut mieux que la version de la personne de références corresponde à elle du candidat.

    2. Comment travaille-t-il ?

    Le deuxième type de question tourne souvent autour des compétences professionnelles du candidat. Capacités, lacunes, travail en équipe, challenges relevés au cours de sa carrière...

     - Quels sont ses atouts ?

     - Comment décririez-vous ses capacités relationnelles ?

     - Qu’est-ce qui le motive ?

     - Le réengageriez-vous ? Recommanderiez-vous à quelqu'un de l'engager ?

    3. Comment est-ce, de travailler avec lui ?

    Les questions précédentes auront éclairé le recruteur sur les capacités professionnelles du candidat. Mais comment connaître celui-ci un peu mieux en tant que personne ? Un recruteur peut poser des questions de ce genre : - Confieriez-vous vos enfants à ce candidat ? - Inviteriez-vous le candidat au restaurant en présence de votre conjoint ou de vos parents ? Ces questions peuvent sembler étranges. Le but ici n'est pas vraiment d'avoir une réponse : plutôt de faire parler la référence du candidat, d'observer la manière avec laquelle elle répondra ou choisira de ne pas répondre.

    N'oubliez pas de prévenir votre référence !

    Cela va sans dire, pourtant, certains candidats l'omettent encore : n’oubliez pas de prévenir votre référence que vous l’avez renseignée comme telle. La pire des choses serait qu'elle vous descende devant le recruteur. Prenez toujours contact avec votre personne de références avant de la renseigner dans votre candidature.

    Source: jobs.aol.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • 9 FAÇONS D’ENERVER LES RECRUTEURS …. A NE PAS FAIRE !

    shutterstock_204413071b.jpg

    Vous avez passé le premier round des sollicitations et êtes convié à un entretien d’embauche.

    Votre CV a plu, votre lettre de motivation a convaincu. Le plus dur est derrière vous, vous dites-vous. Détrompez-vous. Il s’agit désormais de séduire le recruteur et d’éviter les faux pas. Le jobsite Savvysugar a interrogé quelques recruteurs sur le sujet. Voici ce qui les énerve le plus :

    1. Quand vous ne comprenez pas l’entreprise ou le produit

    Rien n’énerve plus un recruteur que le sentiment de perdre son temps. Et vous donnerez l’impression de lui faire perdre son temps si vous ne comprenez pas l’entreprise ou le produit. Vous montrerez ainsi que vous ne vous donnez pas même la peine de faire des recherches basiques pour l’entretien. Pourquoi devrait-il vous donner une chance si vous n’êtes pas prêt à vous investir un minimum ?

    2. Quand vous ne posez pas de questions

    En ne posant pas de questions, vous montrez à nouveau que vous n’êtes pas vraiment intéressé par le poste et que vous ne faites pas d’effort. Un recruteur témoigne : « Ça me donne l’impression que ces candidats cherchent juste un job, n’importe lequel. Tout le monde peut répondre correctement à des questions d’entretien, mais moi je veux cerner la façon de penser des gens et comprendre ce qui les motive. »  

    3. Quand vous êtes trop insistant

    La persévérance est une qualité. Mais gare aux excès de zèle. « Un peu d’insistance, c’est bien – j’ai souvent réagi positivement à des mails de suivi d’entretien », confie un recruteur. « Mais envoyer plusieurs mails dans la semaine, passer au siège de l’entreprise et prendre contact avec tous les employés que vous pouvez trouver sur LinkedIn, c’est aller trop loin. De telles démarches sont celles de quelqu’un de désespéré et d’harceleur. Elles ne peuvent en aucun cas plaider en votre faveur et vous faire engager. »  

    4. Quand vous ne suivez pas les directives

    Si l’annonce d’emploi précise que vous devez envoyer un e-mail et ne pas appeler ou que vous devez accompagner votre candidature d’une lettre de motivation, suivez ces instructions à la lettre. Si vous vous montrez incapable de suivre des directives aussi simples, il est peu probable que le recruteur daigne jeter un œil à votre candidature.

    5. Quand vous faites une faute d’orthographe en épelant le nom de l’entreprise

    Vous seriez étonné de la fréquence de ce genre de fautes dans les lettres de motivation. Si vous envoyez votre candidature à plusieurs entreprises, vous pourriez faire une malencontreuse erreur en copiant-collant votre texte à chaque fois et en oubliant d’adapter le nom de la société ! Un recruteur avoue : « Rien ne m’horripile plus que de recevoir une lettre de motivation destinée à une autre entreprise. Ces lettres vont directement dans ma poubelle. » 

    6. Quand vous ne facilitez pas le travail de recherche des recruteurs

    Les recruteurs apprécient qu’on leur facilite leur travail de recherche. Un recruteur conseille : « Si vous mentionnez votre portfolio, votre site internet ou vos profils sur les réseaux sociaux, mettez ces sources en évidence et accordez-leur de la visibilité en leur associant un hyperlink. J’ai envie d’en savoir plus sur vous et de voir ce que vous êtes capable de faire, mais je n’ai pas envie de perdre mon temps en cherchant par moi-même des infos que vous n’incluez pas. » 

    7. Quand vous n’assurez pas le suivi d’un entretien

    Cette étape paraît évidente et pourtant beaucoup de gens la négligent. De nombreux candidats n’osent pas recontacter le recruteur après un entretien d’embauche. Un recruteur vous recommande d’au moins envoyer un petit mot de remerciement, un petit mail d’une phrase pour exprimer votre reconnaissance. Les véritables suivis, faisant allusion à un sujet qui a été débattu au cours de l’entretien, sont encore mieux.

    8. Quand vous répliquez par une réponse toute faite

    Vous vous êtes entraîné à répondre aux questions classiques des entretiens d’embauche. Aussi, quand le recruteur vous pose l’une de ces questions, vous répondez fièrement du tac-au-tac ce qu’il faut répondre. Faites attention, les recruteurs remarquent très vite que vous avez préparé le coup et que vous leur présentez une réponse toute faite. Privilégiez l’honnêteté et la spontanéité.

    9. Quand vous vous la jouez trop détendu

    Vous sentez que le contact passe bien avec le recruteur. Prenez garde toutefois à ne pas vous montrer trop familier. Restez professionnel, même si la culture de l’entreprise semble très cool. « Restez professionnel dans vos e-mails, commencez toujours par une apostrophe et terminez par une salutation. Évitez les phrases d’une ligne envoyées de votre iPhone et présentez-vous comme quelqu’un de posé et de confiant à l’interview », conseille un recruteur. 

    Source & Texte: Céline Préaux via http://www.references.be

  • "LES RECRUTEURS PEUVENT-ILS EXAMINER MON PASSE?"

    sans-titre.jpg

    "Un employeur peut-il, sans mon assentiment, vérifier mes références ou contacter d'anciens employeurs pour leur demander des informations ? Existe-t-il un code déontologique que les entreprises doivent respecter ?"

    Non, ce n'est pas autorisé

    Un recruteur ne peut opérer un contrôle auprès de vos anciens employeurs que si vous l'y avez autorisé. De plus, les informations que le futur employeur va obtenir doivent obligatoirement avoir trait exclusivement à la nouvelle fonction, et l'employeur potentiel n'est en aucune manière autorisé à empiéter de quelque façon que ce soit sur la vie privée du candidat.

    Si le candidat remet spontanément ses références à un employeur potentiel, ce dernier peut partir du principe qu'il peut vérifier ces références (ou contacter d'anciens employeurs).

    Strictement confidentiel

    Il existe d'ailleurs un texte légal relatif à cette problématique. En 1983, les partenaires sociaux ont conclu une CCT au Conseil National du Travail, à savoir la CCT n°38 qui concerne l'engagement et la sélection du personnel. Les partenaires sociaux y ont prêté une attention particulière au respect de la vie privée et au traitement confidentiel des données relatives au candidat.

    Texte: SD Worx sur > http://www.references.be Photo > http://www.nikopik

  • ENTRETIEN D'EMBAUCHE: 5 QUESTIONS POUR IMPRESSIONNER LE RECRUTEUR

    shutterstock_191026316b.jpg

    Vous avez bien préparé votre entretien d’embauche et vous êtes prêt à répondre à toutes les questions : vous êtes incollable.

    Mais si tel est aussi le cas de vos concurrents, vous ne vous distinguerez pas réellement et vous serez vite oublié. Pour faire la différence, vous devez montrer au recruteur que vous aussi, vous savez poser des questions. Un bon entretien d’embauche, c’est tout simplement une conversation productive. C’est pourquoi vous devez préparer une série de questions à débattre avec le recruteur. Voici 5 questions qui feront mouche.

    1. Quels sont les problèmes auxquels votre compagnie doit faire face en ce moment ? Que fait votre département pour les résoudre ?

    Pourquoi ça marche : Ce genre de questions lance directement la conversation. Votre recruteur aura certainement son avis sur la question. Sa réponse vous en apprendra aussi sur sa personnalité et ses ambitions. Elle vous donnera matière à rebondir.

    2. Quelles sont les qualités les plus importantes pour avancer dans l’entreprise ?

    Pourquoi ça marche : Cette question montre que vous vous souciez de votre avenir au sein de l’entreprise et vous aidera aussi à décider si vous êtes taillé pour le poste.

    3. J’ai vu que vous donniez des cours du soir à l’IHECS. Depuis combien de temps enseignez-vous ?Qu’avez-vous appris de cette expérience ?

    Pourquoi ça marche : Vous soulignez le fait que le recruteur est un expert dans son domaine avant qu’il ne le fasse lui-même.

    4. Quels sont vos plans pour combattre la concurrence japonaise sur le marché de l’import-export ?

    Pourquoi ça marche : En posant cette question, vous montrez que vous avez bien préparé votre dossier. Posez des questions simples, directes et montrez que vous avez fait votre boulot sans excès de zèle non plus. Votre recruteur sera impressionné et prendra votre candidature au sérieux.

    5. Sous les ordres de qui travaillerais-je ? Serais-je encadré par une équipe ?

    Pourquoi ça marche : En posant des questions sur la structure interne d’une entreprise et sur les tenants et aboutissants d’une fonction, vous pourrez aussi mieux orienter votre stratégie pour vous présenter comme le candidat idéal. Si vous travaillerez sous la direction de plusieurs patrons, il est bon de savoir exactement pour qui. Si vous dirigerez une équipe, il est également utile d’essayer de rencontrer vos futurs employés.

    Source : Business Insider > Texte: Céline Préaux via > http://www.references.be

  • LANGAGE CORPOREL: 5 CONSEILS POUR SÉDUIRE LE RECRUTEUR

    Dimanche26.jpg

    C’est le grand moment : un entretien d’embauche pour un job dont vous rêvez. Gardez en tête ces 5 conseils pour améliorer votre communication non verbale et tout ira bien.

    1. La poignée de main

    La façon dont vous serrez la main de quelqu’un en dit énormément sur vous. Trois éléments constituent une bonne poignée de main:

    - Vos mains doivent être  propres et soignées.

    - Des mains chaudes donnent une sensation plus agréable que des mains froides.

    - Votre poignée de main doit être professionnelle: ferme et accompagnée d’un sourire aimable.  

    Lire aussi : Langage corporel: que révèle votre poignée de main

    2. Les yeux dans les yeux

    - Lorsque vous rencontrez votre éventuel futur patron, regardez-le dans les yeux et pensez ‘Waw, c’est fantastique de vous rencontrer!’ Un sourire apparaîtra automatiquement sur votre visage et sera communicatif.  

    - Pendant l’entretien, concentrez votre regard sur une petite surface du visage de votre interlocuteur. Faites glisser votre regard du sourcil gauche au nez puis revenez au sourcil droit.

    Attention: fixer les lèvres de quelqu’un peut avoir une connotation sexuelle, tandis que fixer le front peut être perçu comme condescendant.

    Lire aussi : Sourire: le début du succès

    3. Le dos droit

    Votre confiance en vous s’exprime dans la façon dont vous vous tenez. Si vous êtes ‘ratatiné’, vous ne transmettez de toute évidence pas énormément de confiance en vous. Tenez donc votre dos droit et votre menton légèrement vers le haut pendant votre entretien.

    4. Le langage des bras

    La façon dont vous utilisez vos bras révèle au recruteur à quel point vous êtes ouvert(e). Tenez vos bras le long du corps. Vous montrez ainsi que vous n’avez pas peur de saisir ce qui se présente.

    Lorsque vous faites des gestes, maintenez-les dans la sphère de votre corps, sinon vos mimiques sembleront incontrôlées.

    Evitez de croisez les bras, mais tenez plutôt les paumes légèrement vers le haut, un geste qui vous montrera ouvert et sympathique.

    Lire aussi : Les secrets du langage corporel en 7 images

    5. Les jambes au repos

    Lorsque l’on est nerveux ou tendu, on a tendance à gigoter les jambes. Ne vous trahissez pas et gardez donc les jambes le plus immobiles possible. Les jambes croisées peuvent aussi former une barrière entre vous et votre interlocuteur.  

    Lire aussi : Langage corporel: vos pieds et vos jambes vous trahissent

    Source: Careerbuilder via > http://www.references.be

  • LANGAGE CORPOREL: 5 CONSEILS POUR SÉDUIRE LE RECRUTEUR

    27_1470.jpg

    C’est le grand moment : un entretien d’embauche pour un job dont vous rêvez. Gardez en tête ces 5 conseils pour améliorer votre communication non verbale et tout ira bien.

    1. La poignée de main

    La façon dont vous serrez la main de quelqu’un en dit énormément sur vous. Trois éléments constituent une bonne poignée de main:

    - Vos mains doivent être  propres et soignées.

    - Des mains chaudes donnent une sensation plus agréable que des mains froides.

    - Votre poignée de main doit être professionnelle: ferme et accompagnée d’un sourire aimable.  

    Lire aussi : Langage corporel: que révèle votre poignée de main

    2. Les yeux dans les yeux

    - Lorsque vous rencontrez votre éventuel futur patron, regardez-le dans les yeux et pensez ‘Waw, c’est fantastique de vous rencontrer!’ Un sourire apparaîtra automatiquement sur votre visage et sera communicatif.  

    - Pendant l’entretien, concentrez votre regard sur une petite surface du visage de votre interlocuteur. Faites glisser votre regard du sourcil gauche au nez puis revenez au sourcil droit.

    Attention: fixer les lèvres de quelqu’un peut avoir une connotation sexuelle, tandis que fixer le front peut être perçu comme condescendant.

    Lire aussi : Sourire: le début du succès

    3. Le dos droit

    Votre confiance en vous s’exprime dans la façon dont vous vous tenez. Si vous êtes ‘ratatiné’, vous ne transmettez de toute évidence pas énormément de confiance en vous. Tenez donc votre dos droit et votre menton légèrement vers le haut pendant votre entretien.

    4. Le langage des bras

    La façon dont vous utilisez vos bras révèle au recruteur à quel point vous êtes ouvert(e). Tenez vos bras le long du corps. Vous montrez ainsi que vous n’avez pas peur de saisir ce qui se présente.

    Lorsque vous faites des gestes, maintenez-les dans la sphère de votre corps, sinon vos mimiques sembleront incontrôlées.

    Evitez de croisez les bras, mais tenez plutôt les paumes légèrement vers le haut, un geste qui vous montrera ouvert et sympathique.

    Lire aussi : Les secrets du langage corporel en 7 images

    5. Les jambes au repos

    Lorsque l’on est nerveux ou tendu, on a tendance à gigoter les jambes. Ne vous trahissez pas et gardez donc les jambes le plus immobiles possible. Les jambes croisées peuvent aussi former une barrière entre vous et votre interlocuteur.  

    Lire aussi : Langage corporel: vos pieds et vos jambes vous trahissent

    Source: Careerbuilder via > http://www.references.be

  • COMBIEN DE TEMPS CONSACRE LE RECRUTEUR À LA LECTURE DE VOTRE CV ?

    shutterstock84.jpg

    Les recruteurs sont des gens très occupés, tout particulièrement ceux des grandes entreprises... Submergés par un très grand nombre de candidatures, ils ne disposent en général que de très peu de temps pour lire un CV. De combien de temps au juste?

    Le cabinet de recrutement Robert Half a mené une étude sur le sujet auprès de près de 1.500 recruteurs de huit pays différents.

    A peine 23 % des recruteurs belges consacrent plus de 10 minutes à la lecture d’un CV

    En Belgique, la plupart des recruteurs prennent de 4 à 5 minutes pour lire un CV. En tout, 74 % le font en 10 minutes ou moins.

    • ·         26 % = 4 à 5 minutes
    • ·         20 % = 9 à 10 minutes
    • ·         16 % = 1 à 3 minutes
    • ·         12 % = 6 à 8 minutes
    • ·         11 % = 11 à 15 minutes
    • ·         6 % = 16 à 20 minutes
    • ·         6 % = plus de 20 minutes

    De loin, les responsables RH les plus pressés sont les Néerlandais : 61% des recruteurs des Pays-Bas lisent un CV en 5 minutes ou moins !

    Comment capter l’attention du recruteur ?

    "Mettez-vous à la place du recruteur : il est INDISPENSABLE que votre CV soit simple, précis et percutant. Le recruteur doit comprendre au premier coup d’œil pour quelle fonction vous postulez, ce que vous pouvez apporter à son entreprise" explique Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half International France.

    Pour faire sortir son CV du lot et faire en sorte qu’il retienne l’attire l’attention du recruteur, appliquez-vous à créer une mise en page agréable et une présentation originale mais claire et structurée. Un autre atout peut être d’y ajouter un titre bien choisi.

    Lire aussi

    Source > http://www.references.be