reconnaissance

  • Imprimer

    HANNUT > CENTRE CULTUREL > DEMANDE DE RECONNAISSANCE (CONTRAT-PROGRAMME 2020-2024).

    Ce vendredi, nous recevions la visite des experts et des inspecteurs de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Province de Liège.

    L'objet de la réunion était la présentation et la défense de notre dossier de demande de reconnaissance (contrat-programme 2020-2024).

    L'enthousiasme des inspecteurs et experts était tel que le renouvèlement de notre reconnaissance me parait, à vrai dire, incontournable. Vendredi, nous n'avons reçu que des éloges et des compliments. Aucune demande de devoir complémentaire n'a été formulée.

    Je voudrais remercier mes chers collègues qui ont réalisé un travail incroyable et formidable. Je remercie notre président pour sa confiance et son soutien permanent, les membres de notre ASBL, la Ville de Hannut et aussi l'ensemble de nos conseillers d'orientation qui ont participé à notre autoévaluation, à notre analyse partagée du territoire et à la création de nos futurs enjeux.

    Un merci particulier à notre président, Jean-Claude Jadot, à Nathalie Landauer et Claude Piette pour leur présence lors de cette rencontre.

    Mille mercis à toutes et à tous!

    Que votre journée soit belle.

    Bien cordialement, > Alain Bronckart (Directeur CCH)

  • Imprimer

    HANNUT > RECONNAISSANCE DE L’ASBL « LA PARTICULE » EN TANT QUE A.M.O.

    La Ville de Hannut tient à féliciter l’ASBL « La particule » qui a reçu sa reconnaissance en tant que service A.M.O. (Aide en milieu ouvert).

    C’est une bonne nouvelle pour la jeunesse, il faut savoir que les communes de Braives et de Hannut se battaient depuis des années pour obtenir cette reconnaissance et que cela faisait 14 années qu’elles soutenaient un projet pilote.

    Ce sont quatre travailleurs sociaux qui vont pouvoir s’investir de manière pérenne dans le domaine de la jeunesse aux côtés des associations déjà existantes et des écoles.

    Merci au Conseil d’administration de cette ASBL, à son Président Etienne Struys, à Raphaelle Lacanne de notre centre Infor jeunes, à Mme Françoise Raoult, conseillère de l’aide à la jeunesse au SAJ de Huy et présidente du Conseil communautaire de l’Aide à la jeunesse (CCAJ) pour son soutien inconditionnel envers ce projet.

    « Merci aux différents travailleurs qui ont œuvrés sur le terrain et à la reconnaissance de cette association par le Ministre Rachid Madrane. »

    En plus de Hannut et de Braives, cette A.M.O., élargira ses activités aux communes de Lincent, de Wasseiges et de Burdinne.

    Les A.M.O. >> qu'est-ce que c'est ?

    L'objectif prioritaire d'une A.M.O. est d'aider les jeunes à s'épanouir dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec l’environnement social (notamment à l’école, dans la famille, les quartiers…), en leur apportant une aide individuelle, en soutenant leurs projets et en les aidant à résoudre leurs difficultés, qu’elles soient familiales, scolaires, administratives ou juridiques.

    C’est un service d’aide pour les jeunes de 0 à 18 ans et leur famille qui est gratuit, se fait à la demande du jeune et qui garantit l’anonymat.

    Il y a deux grands axes de travail :

    * Le travail individuel : écoute, orientation, intervention socio-éducative par rapport aux problématiques sociales, familiales, administratives, scolaires, juridiques, financières et soutien à la parentalité.

    * Le travail communautaire : implication de jeunes dans des projets, organisation d’activités ponctuelles et de camps durant les vacances scolaires, présence en rue à Hannut centre et dans les petits villages de Braives, mise en place d’animations à la demande et en partenariat au sein des écoles primaires et secondaires.

    Source > Communiqué de Presse de la ville de Hannut

  • Imprimer

    COMMENT PUIS-JE OBTENIR PLUS DE RECONNAISSANCE DE MON PATRON ?

    sans-titre.jpg

    J’ai l’impression que je ne reçois aucune reconnaissance ni aucune approbation de la part erik_leenders.jpgde mon patron. J’aime mon job, mais cela entache ma motivation. Comment faire ? 

    La réponse d’Erik Leenders, managing partner chez Itinera 

    Je suis un grand partisan de la communication ouverte parce que selon moi, cela permet à une relation entre deux personnes de passer à l'étape suivante. Mais une communication ouverte, cela ne signifie pas non plus que vous devez vous planter en face de votre patron et lui sortir ses quatre vérités. Je ne sais pas si cela va se révéler efficace dans votre situation.

    Je conseillerai plutôt d’aborder le problème comme ceci :

    • Fixez un rendez-vous et annoncez à votre patron que vous voulez lui parler d’une chose importante. Précisez également de combien de temps vous pensez avoir besoin. De cette manière, vous augmentez vos chances de capter totalement son attention.
    • Préparez cette entrevue en la répétant si besoin avec une personne de votre entourage.
    • Décrivez la situation comme vous pouvez l’observer et insistez sur le fait qu’il s’agit juste de votre propre vision des choses, de votre ressenti de la situation. De cette manière, vous prenez la responsabilité de votre expérience et diminuez les chances que votre patron se sente attaqué ou culpabilisé.
    • Racontez-lui quel impact votre vision des faits a sur vous et votre travail pour qu’il comprenne que cette situation a un effet concret (et négatif) sur vous. Expliquez-lui pourquoi c’est important pour vous et ce que vous attendez de lui.
    • Demandez à votre patron comment il vit la situation personnellement, et demandez-lui de vous donner un feedback sur votre façon de travailler.
    • En fonction de son feedback, vous pouvez l’invitez à passer à une seconde phase, qui aura pour but de faire évoluer la collaboration de façon plus positive. Si votre patron trouve que vous ne fonctionnez pas de façon optimale sur certains points, vous pouvez lui demander de dégager plus de temps pour procéder à un entretien de fonctionnement. S'il est satisfait de votre travail et qu’il n’était simplement pas conscient de votre ressenti, vous pouvez réfléchir ensemble à un moyen de résoudre cette situation dans le futur. Vous pouvez par exemple lui proposer de régulièrement lui demander du feedback sur votre façon de travailler.

    Si vous préparez l’entretien de cette façon, vous donnez l’occasion à votre patron de développer son propre point de vue et il sera ainsi plus accessible et plus enclin à écouter vos arguments.

    Alors, vous le contactez demain pour lui demander de fixer une date ?

    Source > http://www.references.be

  • Imprimer

    INFO BOULOT > L’IMPORTANCE DE LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL

    burn.jpg

     

    Au boulot, on a tous besoin de reconnaissance, d’un feedback de ce qu’on a fourni.

    Cela porte sur le plan personnel mais aussi sur la manière dont on travaille, l’investissement que l’on y met et les résultats. « On peut avoir des signes de reconnaissance de manière régulière, ponctuelle, selon le cas et la personne. Tout le monde a besoin de reconnaissance mais chacun à des niveaux différents », explique Carine Deville, consultante RH qui a créé FlexiHR, un bureau de management des ressources humaines.

    La reconnaissance, d’après l’analyse scientifique, se manifeste au niveau humain, au niveau des compétences, de l’investissement et des résultats.  Le collaborateur est avant tout une personne à part entière.  Il a des compétences autant métier que comportementales.  Il met de l’énergie et de l’effort pour arriver à un résultat. Il faut bien évidemment pouvoir conjuguer ces 4 dimensions qui sont complémentaires et interdépendants car chaque personne a des besoins différents de reconnaissance.

    Sur le terrain, comment est-ce que ça se passe ? La reconnaissance passe d’abord par les attitudes. Cela doit s’inscrire dans les valeurs de l’entreprise et être vécues (pas seulement affiché au mur).  Ensuite, c’est mettre les moyens pour y arriver.  Par le respect, le feedback, la formation, les gratifications, …

    hannut,blog,reconnaissance,travailUn patron qui demande du respect dans l’entreprise doit commencer par se poser la question de savoir s’il y a déjà du respect entre lui-même et ses collaborateurs. « Tout commence avec les 5 mots magiques : bonjour, au revoir, merci, pardon et s’il vous plaît », ajoute Carine Deville, précisant que ces mots ne sont pas assez souvent utilisés. « Est-ce que le patron dit bonjour en arrivant ? Est-ce que les collaborateurs se disent merci ? C’est reconnaitre le collaborateur en tant qu’être humain », ajoute-t-elle. Du côté des feedbacks, on notera l’importance de reconnaitre et donc de communiquer ce qui va bien mais aussi ce qui ne va pas et cela, dans un but d’amélioration en donnant à ses collaborateurs la possibilité de se former.

    En dernier lieu, on peut récompenser, fêter des succès, attribuer une médaille (meilleur collaborateur du mois), ….  « Beaucoup de choses peuvent être mises en place mais je pense que la base, c’est l’empathie (se mettre à la place de l’autre) et l’écoute active.  Sans cela, ce n’est pas la peine d’aller plus loin. Les effets de la reconnaissance via les 4 dimensions sont nombreux comme le bien-être en interne (relations interpersonnelles) et en externe (avec le client) qui favorise l’engagement et l’implication et, au final, la compétitivité de l’entreprise », conclut Carine Deville.

    L.B.

    Source > http://www.jobsregions.be

  • Imprimer

    SOURIEZ, VOUS AVEZ ÉTÉ RECONNU SUR TOUTES LES PHOTOS (reconnaissance faciale)

    48435_to-match-feature-internet-socialmedia-privacy.jpgLes logiciels de reconnaissance faciale ont évolué ces dix dernières années. Et les réseaux sociaux nous ont appris à vivre avec cette technologie

    Et puis il y a Facebook. Il y a dix ans, l’idée que les autorités puissent mettre au point une base de données mondiale de nos visages nous angoissait. En 2004, un étudiant de Harvard a inventé un site où les gens mettent eux-mêmes leurs noms et leurs visages, et des centaines de millions de personnes autour du globe l’ont joyeusement suivi. Tous, nous postons des photos, et nous mettons des noms sous ces photos, à une vitesse folle: à en croire Facebook,100millions de noms sont mis en légende sous des visages chaque jour.

    Les outils de reconnaissance faciale des agences gouvernementales n’ont plus qu’à croiser vos photos avec celles de leur bases de données—celle des permis de conduire ou des passeports, ou celle des personnes recherchées par le FBI—mais la technologie accessible aux consommateurs sera capable de faire aussi bien en comparant votre visage aux clichés mis en ligne. Le gouvernement n’aurait pas pu élaborer une meilleure base de données faciale (voyez la vidéo en anglais du site d’informations parodique The Onion, «Le programme “Facebook” de la CIA lui permet de faire de spectaculaires économies»).

    Pour en savoir plus > Cliquer ICI

    Facebook critiqué pour sa fonction de reconnaissance faciale >Cliquer ICI

    Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook ?> Cliquer ICI

    Cette fonction est activée par défaut, sans le consentement explicite des utilisateurs...