rénovation

  • FALLAIS (BRAIVES): 100.000€ POUR RÉNOVER LE MOULIN DU STWERDU

    En 2015, après 150 ans d’inactivité, Laurent Van Asselt a redonné vie au moulin du Stwerdu (Fallais) avec comme rêve de rénover la vieille bâtisse et remettre le moulin en marche.

    Depuis, le projet suit son cours. En 2016, une nouvelle passerelle, traversant la Mehaigne, a vu le jour. Par la suite, l’un des murs du bief – petit canal chargé d’amener l’eau à la roue du moulin – détruit par la végétation grandissante, a été reconstruit.

    Pour 2020, à l’occasion du 400ème anniversaire du moulin, Laurent espère pouvoir compléter le moulin par sa roue manquante.

    Le rêve de Laurent, pour rénover et maintenir le moulin en état, a un coût avoisinant les 100.000€, sans compter les frais extérieurs liés à l’ASBL. Pour cela, Laurent a remis en activité l’huilerie en fabriquant sa propre huile, l’huile de colza. «  L’huile de colza est pressée au moulin depuis des siècles. C’est l’huile de la région car elle est cultivée autour de Fallais.

    De plus, elle comporte des très bonnes qualités alimentaires et est enrichie en oméga 3  ». L’huile de colza est vendue au prix de 6,5 € le demi-litre. On retrouve l’huile du moulin de Stwerdu en vente sur place mais également au ... La suite de l’article pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/109774/

    Source > L.M. sur > http://huy-waremme.lameuse.be

  • RÉNOVATION DES LOGEMENTS À LOYER MODÉRÉ À VILLERS LE PEUPLIER (HANNUT)

    Travaux de rénovation des logements à loyer modéré de Villers-le-peuplier

    Dans le cadre de la précédente opération de développement rural, la Ville de Hannut s’est engagée dans une politique de logements à loyer modéré sur son territoire en aménageant en logements un certain nombre de bâtiments communaux et en les louant prioritairement à des jeunes couples hannutois qui ont pour intention d’acheter ou de faire construire à Hannut.

    Le bâtiment qui abrite la salle communale de Villers dispose ainsi de deux appartements.

    La Ville vient d’y effectuer quelques travaux de mise à niveau pour un montant de 105.907,07 €. Nous avons pu bénéficier pour ce faire d’un subside de 65.643,98 € de la part de la région dans le cadre du projet UREBA (Bâtiments durables).

    Les travaux réalisés > Travaux d’isolation thermique (panneaux de cellulose 60 mm et panneaux PUR), revêtement des murs, électricité, chauffage-sanitaire, ventilation.

    Source > Communiqué de presse de la ville de Hannut

  • HANNUT > 65.000 € POUR RÉNOVER LE PATRO LENSOIS

    Wallonia Thisnes obtient un subside de 22.500 €

    Bonne nouvelle pour le Patro Lensois et le Wallonia Thisnes : les deux clubs de foot de Hannut peuvent lancer leur chantier de rénovation. Jeudi soir, les conseillers communaux leur ont octroyé les moyens financiers (sous formes de subsides) pour les mener à bien.  

    À Lens-Saint-Remy, les vestiaires du Patro Lensois (P4) sont à la limite de l’insalubrité. À Thisnes, la situation du club de P3 n’est guère plus réjouissante: « les jours de pluie, il pleut dans la buvette » , se désole Michel Nulluy, le correspondant qualifié de Wallonia Thisnes. « Dans les deux cas, il y a urgence à entreprendre des travaux », confirme l’échevin des sports, Pascal Deprez (MR).

    Jeudi soir, lors de la toute dernière réunion du conseil communal de l’année, il a demandé aux conseillers d’accorder aux deux clubs un subside qui leur permettra de rénover les infrastructures vieillissantes.

    « L’octroi de subsides pour rénover des bâtiments communaux est une formule que nous avons mise pour la première fois au point avec le club de tennis. Elle nous permet d’avancer plus vite, sans entrer dans une procédure plus lourde de mise en concurrence et d’appel d’offres » , argumente l’échevin.

    Le Patro Lensois obtient 65.000 euros ; Wallonia Thisnes : 25.500 euros.

    Dans la majorité, le conseiller MR Luc Paque (MR) s’est inquiété des surcoûts : « Et si les travaux sont finalement plus élevés que la somme allouée, qui payera ? ». L’échevin l’a rassuré : « N o us avons décidé de leur donner une enveloppe fermée. En cas de dépassement du budget, ce sera aux clubs de se débrouiller ».

    Un seul WC

    À Lens-St-Remy, les responsables attendaient ce feu vert pour lancer les travaux de rénovation des sanitaires et des vestiaires. « Nous allons profiter de la trêve hivernale pour démarrer le chantier dans les plus brefs délais » , assure Thierry Wautelet, le correspondant qualifié du Patro Lensois.

    Des travaux d’isolation avec de nouveaux châssis sont prévus lors d’une seconde phase. Les instances dirigeantes espèrent obtenir un subside UREBA, accordé par la Région pour la réduction de consommation énergétique des bâtiments.

    A Thisnes, où la dernière grande rénovation remonte à près de 20 ans, les travaux devraient démarrer au printemps, en mars prochain. Les 22.500 euros seront investis dans la rénovation de la toiture de la buvette et des vestiaires, dans de nouveaux sanitaires. « Ce qui n’est pas un luxe quand on sait qu’il n’y a qu’un WC » , souligne l’échevin Deprez. Divers petits travaux (égouttage, raccordement eau et électricité) seront également menés.

    « Dans les deux cas, les sommes prévues au budget 2017 seront libérées au fur et à mesure des travaux, uniquement sur pièces justificatives », conclut l’échevin.

    Source > M-CL.GILLET sur votre journal LA MEUSE H/W de ce samedi 24/12/2016

  • HANNUT > LE SITE DE « LA SALINE » : LES OCCUPANTS RELOGÉS

    Ce jeudi, les conseillers communaux seront appelés à approuver lhigh_d-20140926-G38QKP.jpges conditions du marché public des travaux de rénovation globale du site de la Saline, à Hannut.

    Selon l’échevin des travaux, Jean-Claude Jadot (MR), les travaux commenceront à l’automne prochain.

    Pendant le chantier, qui devrait durer jusqu’en mai, les différents occupants des lieux seront recasés dans des locaux de la commune. L’ancienne école de Grand-Hallet, la Maison Provinciale du Canton de Hannut, le hall des sports de la rue de Landen sont évoqués.

    « Nous nous voyons la semaine prochaine pour déterminer avec plus de précision les sites où chaque asbl sera logée pendant ces quelques mois » , avance l’échevin.

    Le site de Saline se compose de plusieurs pavillons préfabriqués datant des années 60. À l’origine, ils abritaient les élèves de l’ancienne école moyenne des filles. « En 1970, nous y avons placé l’académie de musique. Lorsque celle-ci a intégré ses nouveaux locaux, le site a été occupé par différentes associations » , se souvient l’échevin. Parmi les asbl toujours présentes, l’Eveil qui est en charge de l’accueil extra-scolaire, l’atelier de peinture Garance, des clubs sportifs comme le Taekwondo ou encore l’atelier de poterie. C’est le relogement des élèves de poterie qui serait le plus problématique. Notamment en raison du four. « Mais nous trouverons une solution, j’en suis certain », rassure Jean-Claude Jadot.

    UN SUBSIDE DE 200.000 €

    En près de 60 ans d’existence, c’est la première fois que les pavillons vont faire l’objet d’une rénovation en profondeur. Électricité, chauffage, sanitaire, tout va être  … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 22/06/2016

    Source > M-CL.G. Dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 22/06/2016

  • HANNUT – VILLERS LE PEUPLIER CRÉATION DE 3 LOGEMENTS POUR FAMILLES NOMBREUSES

    350_FondLog_ 006.jpg

    Bientôt trois familles prendront possession des lieux. A savoir trois jeunes couples, un avec un enfant, le second avec quatre & enfin le troisième avec cinq ! A noter qu’un jardin commun sera aménagé par les locataires.

    Sur la photo deux couples futur locataire l’équipe sociale, le personnel présent du fond de logement de Wallonie & l’architecte

    Sur la commune de Hannut, et plus précisément à Villers le Peuplier, un corps de logis et de dépendances avec des étables vient d’être rénové par le Fonds de Logement de Wallonie pour laisser place à trois logements.

    La propriété se composait d’un grand terrain d’environ 750 m² et d’une maison d’habitation avec dépendances :

    • - un corps de logis de 2 niveaux sur caves avec combles non aménageables ;
    • - une ancienne grange transformée en atelier avec combles aménageables;
    • - une ancienne forge désaffectée;
    • - une ancienne étable avec un petit fenil ;
    • - des appentis et des remises.

    Le corps de logis et la grange sont inscrits dans un même volume construit en briques.

    350_FondLog_ 010.jpg

    Le pignon et la façade arrière du corps de logis étaient protégés par un bardage extérieur en ardoises contenant de l’amiante, et  recouverts à l’intérieur de contre-cloisons constituées de plaques étanches contenant de l’amiante. Les versants de la toiture du corps de logis et le versant avant de la grange étaient aussi  recouverts d’ardoises losangées contenant de l’amiante.

    D’autres travaux s’imposaient : planchers du corps de logis à renforcer, maçonneries de l’étable en briques humides imprégnées de nitrate,  sol de la grange en terreplein….

    Le projet architectural a été réalisé par > L’atelier d’architecture E. Grandmaison, rue Ste Walburge, 309 à LIEGE

    Le projet porte sur la rénovation du corps de logis et la transformation de la grange et de l’étable en vue d’y créer trois logements unifamiliaux avec entrées privatives. Il comprend :

    • - la rénovation du corps de logis comprenant 3 grandes chambres;
    • - la démolition partielle et la transformation de la grange en vue d’y aménager un logement de 2 chambres ; démolition qui a permis la création d’un espace extérieur pour les logements à rue et l’augmentation de l’éclairage naturel de ces logements.
    • - la transformation et l’extension de l’étable en un logement de 3 chambres.
    • Choix techniques et contraintes budgétaires :

    Le prix d’achat était élevé en raison de la situation de l’immeuble en zone de forte pression immobilièreLes efforts ont porté sur l’isolation des logements. Ils ont eu aussi un impact financier  non négligeable dans ce cas de restructuration d’anciens bâtiments agricoles qui doivent à présent répondre aux exigences en matière de performance énergétique des logements.

    Le coût d’évacuation des éléments contenant de l’amiante et celui des travaux nécessaires pour traiter l’humidité ascensionnelle et les nitrates était d’importance également.

    Ainsi, l’ancienne forge désaffectée a été mise en vente afin de contribuer à la viabilité économique du  projet.

    La dimension sociale et partenariale

    Il s’agit pour le service d’aide locative de Liège d’un premier partenariat avec cette nouvelle AIS, qui assurera la gestion locative des trois logements familiaux.

    Le coût

    RENOVATION : 365.494 EUR (dont 60.572 EUR en investissement économiseur d’énergie). Intervention financière régionale : 90.000EUR par logement créé.

    Vous trouverez ci-joint le dépliant du Fond de Logement de Wallonie > DEP_AIS_2013 OK.pdf

    Photo JCD