réforme

  • RÉFORME DU PERMIS DE CONDUIRE: PASSEZ VOTRE PERMIS AVANT LA FIN DE L'ANNÉE … !!!

    En 2018, «le taux d'échec va exploser»

    Conséquence de la régionalisation, la Wallonie réforme les conditions d’accès au permis de conduire B. Le principe de la faute grave réintègre l’examen théorique… et est nettement élargi par rapport aux quatorze infractions précises en considération par le passé.

    « Cela va être la catastrophe ! », prédit David Barattucci, vice-président de la FAA.

    La Flandre a réformé l’accès au permis de conduire au printemps. En janvier prochain, ce sera au tour de la Région wallonne.

    Plusieurs changements sont prévus (à lire dans nos éditions digitales). L’un des principaux concerne l’examen théorique et le retour de la faute grave. «  Actuellement, il faut obtenir au minimum 42 sur 50 et chaque erreur coûte 1 point. À partir du 1er janvier 2018, une faute grave entraînera la perte de cinq points. Et donc, le candidat échouera s’il se trompe deux fois pour ces catégories d’infractions », explique Marie De Backer, porte-parole du Goca, la Fédération des centres d’examens au permis.

     « La catastrophe »

     « Le taux d’échec au théorique va exploser. Cela sera la catastrophe », prédit David Barattucci, vice-président de la Fédération des auto-écoles agréées (FAA). « Pour autant qu’elles soient prêtes, je conseille aux personnes de présenter l’examen selon l’ancienne formule et de ne pas attendre le 2 janvier prochain. Mais il est important de bien connaître son code car on ne peut pas compter sur la chance pour réussir ».

    Pour les abonnés à la version digitale

    > Voici les 50 infractions qui vous coûteront 5 points à l’examen  !

    > Tous les détails dans nos éditions digitales.

    Source libre de l’article > Y.H. Sur > http://www.sudinfo.be/1967134

  • LE MR HUY-WAREMME VEUT UNE RÉFORME CONCERTÉE DES ZONES DE SECOURS.

    HJ.jpg

    Le Mouvement Réformateur de Huy-Waremme, réuni en comité politique ce 11/06/13, a abordé très minutieusement la problématique, tant passée que future, des zones d’incendie.

    Tout d’abord, et concernant l’apurement de la situation passée, le MR prend acte de la proposition qui a été soumise par le Gouverneur à l’ensemble des responsables communaux. Nonobstant des critiques possibles quant à certains aspects très techniques, cette proposition semble pouvoir permettre à chacun de s’y retrouver et d’ainsi solder une situation passée.

    Ensuite concernant la réforme en cours de discussion MR de Huy-Waremme tient à rappeler certains principes qui sont essentiels pour aboutir à la meilleure solution possible :

    • Assurer le meilleur service possible pour l’ensemble des citoyens.
    • Veiller à la viabilité financière de la réforme pour les pouvoirs locaux déjà fortement mis à contribution.
    • Renforcer les coopérations locales afin de réduire au maximum les coûts fixes tout en assurant aux responsables locaux de conserver un contrôle suffisant sur la structure mise en place.

    Enfin, le MR de Huy-Waremme n’est pas opposé à un débat visant à réduire le nombre de zones de secours actuellement prévu en Province de Liège (6 pour l’instant). Toutefois, si réduction il devait y avoir, ce serait sur base d’une analyse chiffrée en démontrant l’utilité à tous égards : sécurité, gouvernance, coûts,… L’étude commandée par la Coordination provinciale devrait permettre d’éclairer ce débat.

    En conclusion, le MR de Huy-Waremme plaide pour une concertation la plus large possible afin que tous les acteurs concernés (pompiers, communes, Etat fédéral,…) soient pleinement associés à cette réforme. C’est à cette condition que ceux-ci pourront pleinement se l’approprier et pouvoir continuer à travailler ensemble à assurer la sécurité de l’ensemble de nos concitoyens !

     

    Source > Pour le Comité politique,

    Hervé Jamar, Président d'arrondissement.