récital

  • SAMEDI 16 A HANNUT > LA CHORALE « LES MÉNÉTRIERS » EN CONCERT

    affiche concert aznavour.jpg

    Forte d’une soixantaine de choristes, cette chorale à quatre voix mixtes de l’académie de Hannut, sous la direction de Benoit Gilot, a le souci de présenter des spectacles de qualité qui alternent des harmonisations de chansons modernes (Berger, Goldman, Beatles, Seventies) et des œuvres classiques (Vivaldi, Fauré, Rossini).

    Cette année, ils interprèteront, une Suite Aznavour composée de 4 mouvements formant un ensemble de 23 chants : Les comédiens, Je m’voyais déjà, Les deux guitares, La bohème, Emmenez-moi, …

    La première partie du concert sera assurée par la chorale d’ados de l’académie de Hannut, l’ensemble Cantad, sous la direction de Julie Mairy.

    Le 16 mai à 20h30 > Eglise Saint Christophe

    PAF 8€, 6€ pour les 12 à 25 ans et membres à Cœur Joie, gratuit pour les moins de 12 ans.

    Contact: Pascale Dubois

    Email: lesmenetriers.hannut@gmail.com

  • JEUDI > UN RECIT – RECITAL > MANNICK ET GABRIEL RINGLET

    Projet262.jpg

     « Entre toutes les femmes »

    Ce spectacle EST en lien avec le livre qu'ils ont co-écrit et qui met à notre portée des sujets tels que l'amitié, l'amour, la foi, la mort ou la vie.Ils le font avec beaucoup de clarté, de simplicité et de sincérité.

    • Réservation Possible : Secrétariat du Collège de 8h30 à 16h  - 019/519 450
    • Entrée : 12 € - Prévente & étudiants 10 €

    Mannick

    Grande dame de la chanson française, près de mille chansons, 50 ans de métier, plus d’un million d’albums vendus, des tubes (les bateaux, la berceuse pour un enfant à naître, la chance d’être femme…)

     

    Mannick a tous justes 16 ans quand elle fonde son premier groupe, « Les collégiennes de la chanson ». Elle rejoint ensuite les quatre garçons du groupe Crëche. Parallèlement elle a entamé une carrière solo avec un premier album qui déjà annonce les suivants, Parole de femme, disque d’or en 1977 (150 000 exemplaires). Elle n’arrêtera pas de composer et de chanter, durant toute sa carrière, avec le musicien Jo Akepsimas. Tout d’abord une série d’albums pour enfants (Prix de la Sacem) et des enregistrements d’inspiration plus « spirituelle ». Mais le cœur de son œuvre, ce qu’elle a longtemps porté en elle, ce sont  les onze albums de grande qualité dans lesquels elle offre à son public plus d’une centaine de chansons réunis dans « l’intégrale » soit 117 chansons plus : Le temps de l’amour, Mannick Autrement, et sur une autre tonalité : Femmes de la Bible, La passion des passions.. Les paroles ciselées au fil du texte parlent de la vie, de la mort et plus encore de l’amour.

    Elle aime Ferrat, Brassens, Piaf…Mais surtout le « grand Jacques » Brel dont elle fredonne tout le répertoire par cœur. A son école elle a appris à fréquenter les sentiers de la poésie, où texte ne rime pas avec prétexte à des musiques de confection. Elle aime ciseler ses images, elle joue avec les mots et les sonorités. Dans ses musiques, aussi, se profile souvent l’architecture brésilienne, ample comme une vague.

    « Mannick fait partie d’une espèce rare : auteur-compositeur-interprète au féminin. Elle touche avec ses mots, avec ses notes. Difficile de résister à l’émotion. Mannick ? Une grande dame de la chanson française. » (Franck Ténot, Le Nouvel Observateur)

     

    Gabriel Ringlet,

    Penseur fécond, ardent et hardi au parcours atypique, poète, journaliste, écrivain, homme du partage, du dialogue et de la main tendue, le tout vécu comme un sacerdoce.

    Professeur et vice-recteur émérite à l’Université catholique de Louvain, il est membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique. Prêtre, écrivain et théologien, son  œuvre publiée est abondante (notamment chez Albin-Michel), explorant les territoires défrichés par le regard des artistes, des poètes et des théologiens. Il a reçu en 1999 le prix des libraires religieux pour l’essai « L’Evangile d’un libre penseur. Dieu serait-il laïque? », livre qui lui a donné une notoriété internationale. Un autre de ses livres, “Ma part de gravité”, a reçu le prix des Écrivains croyants en 2002.

    «Ceci est ton corps», publié en 2008 avec en sous-titre « Journal d’un dénuement », rapporte les sentiments et les pensées – notés quotidiennement durant huit mois – d’un homme accompagnant une femme qui va mourir d’un cancer. Sa vocation est intimement liée à l’écriture à travers, surtout, la rencontre entre l’actualité, l’Evangile et l’imaginaire. Il encourage un dialogue approfondi entre les libres pensées. Il s’investit aussi dans l’accompagnement de fin de vie.

    Il aime la chanson et n’hésite pas à en souligner la richesse et l’à-propos pour mieux parler de soi et du monde. Son éditeur signale enfin que depuis son lieu de « résistance poétique », au prieuré de Malèves-Sainte-Marie en Brabant wallon, Gabriel Ringlet encourage de nouveaux rendez-vous entre chrétiens et laïques, accueille des artistes et des écrivains et invite chacun « à parcourir les chemins de l’imaginaire ». A

    68 ans cette année.

     

    Un livre et un spectacle

    Gabriel Ringlet et Mannick ont coécrit un dialogue à deux voix égales intitulé « Entre toutes les femmes » (Desclée de Brouwer, 336 p., 18 €). A partir de textes de chansons de Mannick, leurs esprits vagabondent et se confrontent, entre utopies et constats plus ou moins rudes. Souvent branché sur l’actualité, le duo s’implique et ne mâche pas ses mots. A la première personne.

    « Elle chante et il écrit », précise la notice de cet essai peu commun. Elle cumule des titres et des « tubes » (Les bateaux, Berceuse pour un enfant à naître, La chance d’être femme…). Lui, ce sont les articles, les livres et les best-sellers. Elle n’a pas sa langue dans sa poche. Il aime les débats et les interrogations.

     

    Pourquoi nous avons écrit ce livre

    « Peut-être parce que, même à notre insu, nous le portions en nous.

    Parce qu’il y avait urgence à rencontrer certaines questions brûlantes de l’actualité. Mais à les rencontrer d’une manière un peu particulière, à partir de la chanson.

    Et surtout parce que, dans ces questions-là, la femme joue souvent un rôle déterminant.

    Regardez donc ce qui se passe en ce moment dans le monde…

    Quand il faut croire, quand il faut oser, quand il faut résister, quand il faut lutter, quand il faut espérer… la femme, souvent, se trouve au rendez-vous.

    Entre toutes les femmes – et on aurait pu en évoquer bien d’autres encore – nous avons demandé aux printanières, aux rebelles, aux brûlantes, aux souffrantes, aux subversives, aux désirantes, aux prêtresses, aux accouchantes… de nous et de vous accompagner. N’ayez crainte : vous êtes en de bonnes mains ! »

    (Mannick et Gabriel Ringlet)

    Qu’est-ce qu’un « récit récital » ?

    Ce n’est pas un récital de chansons avec un commentaire. La chanson n’a pas besoin d’explication. Elle a besoin d’écoute, car elle bouscule, elle provoque. Gabriel est le témoin qui nous aide, non à comprendre mais à ressentir. Alors que l’artiste a travaillé longtemps sur son œuvre, celle-ci, la chanson, est fugace. Il faut vite la saisir car elle n’a qu’un temps, c’est un condensé émotionnel qui nous rappelle d’ailleurs, par son côté éphémère, que les choses passent. Le penseur est là pour un arrêt sur musique, pour proposer un temps d’écho, de partage. Il est là aussi pour se mettre et nous mettre en cause en soulevant les questions qui dérangent.

    « Donner la parole à une femme c’est la faire exister » (document ACF).C’est dans un climat de poésie que nous écoutons ces femmes venues de partout, que nous conjuguons avec elles les grands thèmes de l’existence : naitre, vivre, aimer, souffrir, désirer, devenir, partir, résister, mourir. C’est aussi ce même climat de poésie qui imprégnera nos interrogations et nos réponses.

    Ce spectacle EST en lien avec le livre qu'ils ont co-écrit et qui met à notre portée des sujets tels que l'amitié, l'amour, la foi, la mort ou la vie.Ils le font avec beaucoup de clarté, de simplicité et de sincérité.

    Réservation Possible : Secrétariat du Collège de 8h30 à 16h  - 019/519 450

    Entrée : 12 € - Prévente & étudiants 10 €

     Source > http://www.collegehannut.be/

     Réactions en vrac sur la page suivante

    Lire la suite

  • AUJOURD’HUI RÉCITAL SÉBASTIEN DUPUIS À L’ACADÉMIE

    Sébastien Dupuis2.jpg

    Sébastien Dupuis, candidat au reine Elisabeth 2013, en concert à Hannut ce jeudi 6 décembre 20h

    Sébastien Dupuis débute son apprentissage du piano à l’âge de 13 ans. Lauréat du concours de piano André Charlier à Waterloo, il reçoit le  prix pour la meilleure interprétation d’une œuvre belge. A 18 ans il suit une formation pianistique plus poussée au Centre de Maîtrise pianistique Eduardo Del Pueyo, avant de rentrer à 19 ans au Conservatoire Royal de Bruxelles pour y travailler trois ans avec Jean-Claude Vanden Eynden.

    Il décide ensuite de terminer son Master de Piano à l’Erasmus Hogeschool de Bruxelles avec Daniel Blumenthal. Deux ans plus tard, Sébastien obtient son diplôme de Master de Piano en juin 2007. Depuis 2009, Sébastien se produit dans les plus grandes villes d'Europe et progressivement dans le reste du monde.

    Son interprétation de Liszt est particulièrement étonnante. "Sébastien Dupuis comprend parfaitement cette musique d'un poète qui fait résonner la tendresse autant que la violence; une technique pianistique remarquable, des élans généreux, subtils ou parfois sauvages, au service d'une oeuvre brillamment excessive qui passe de la mélancolie à l'exubérance par les détours du génie Liszt.  Dupuis connaît Liszt comme un frère et lui CCH.jpgredonne vie dans un jeu sincère, dévoué au compositeur." Pierre Solot. Mais pour l’heure, c’est comme candidat au Reine Elisabeth 2013 que Sébastien Dupuis se présente.

    Droit d’entrée : 10€/7€ (-26 ans)/1.25€ (article 27). Contact : CC de Hannut - Tel : 019/51.90.63 - Email : mailto:info@cchannut.be