réaménagement

  • Imprimer

    HANNUT > VERDISSEMENT D’UN ESPACE PUBLIC > RÉAMÉNAGEMENT DU PARC DE LA HALETTE (Droit de réponse)

    Dans le cadre de l’appel à projet « verdissement des places publiques », nous avons soumis à la région Wallonne un dossier concernant le réaménagement du Parc de la Halette.

                    L’appel à projet invitait à « verdir » une place publique à travers la mise en place d’un espace végétal constitué principalement d’espèces comestibles. Le but étant de « faire entrer la nature en ville et d’offrir à la population wallonne tous les avantages que cela représente en matière de qualité de vie ».

                    De nombreuses études ont démontré les bienfaits de la nature en ville sur la santé, l’épanouissement, la cohésion sociale, la qualité de l’air ou encore l’attractivité des quartiers. »

                    La Ville de Hannut a obtenu un subside de 6.922,50€ pour son projet.

                    Le projet initial comportait uniquement la plantation de quelques arbres fruitiers et la pose de dalles de béton engazonné. Au fur et à mesure des réunions, il est apparu indispensable que si nous voulions que les travaux d’aménagement aient un réel impact sur la qualité de vie des habitants et qu’ils soient durables, alors l’investissement devait être plus important.

                    C’est donc un budget final de 60.000€ qui a été dégagé pour l’aménagement du Parc.

    Pourquoi avoir choisi le parc de la Halette ?

                    L’administration communale reçoit régulièrement des plaintes des riverains. Au fils des mois nous avons listé plusieurs problématiques dans ce parc :

    • le parc est insécurisant pour ses usagers
    • les limites des allées en dolomies sont devenues inexistantes
    • le terrain de foot n’est pas utilisé
    • le mobilier urbain est vétuste (mis à part les nouvelles poubelles)
    • une grande partie du parc est ombragée rendant certains arbres en mauvaise santé
    • le sol est à nu dans plusieurs endroits du parc
    • le parc est déserté par une partie de la population vivant pourtant à proximité
    • peu d’activités sont organisées dans le parc
    • le parc est globalement inesthétique.

                    Afin de remédier à ces différentes problématiques le Collège communal a approuvé le 23 janvier 2018 le phasage suivant :

    Phase 1 - L’arrachage des haies, des arbustes et de sapins

                    La majorité des usagers du parc estiment celui-ci insécurisant. Particulièrement à cause des nombreuses haies qui masquent beaucoup d’endroits du parc. La zone du rond-point en est l’exemple le plus flagrant. De n’importe où dans le parc il est difficile de voir si les bancs sont occupés ou non.

                    Environ un tiers du parc est ombragé et nu.

                    La plupart des essences ne sont pas indigènes ou mellifères.

                    C’est pourquoi avant de planter de nouvelles essences comestibles, il nous semble opportun de supprimer toutes les haies ainsi que tous les buissons. Les haies offrent trop de possibilité de se cacher, la plupart des buissons n’ont pas d’intérêt esthétique ou écologique et enfin certains arbres se gênent les uns les autres. Enfin nous espérons que la visibilité gagnée entraine l’arrivée d’un contrôle social et donc la diminution de la délinquance dans le parc.

                    Afin de ne pas donner une impression de vide nous laisseront le massif qui jouxte le terrain de sport pendant environ 2 ans jusqu’à ce que les arbres fruitiers aient pris de l’ampleur.

                    Aucun arbre remarquable ne sera abattu. Les seuls arbres de grande taille abattus seront des sapins qui ne présentent aucun intérêt écologique ou esthétique. Ceux-ci provoquent de l’ombre et nuisent à la santé des autres arbres adjacents.

                    Le choix d’arracher des plantations a été fait en accord avec la région Wallonne et les architectes paysagistes mandatés par celle-ci pour nous apporter des conseils techniques.

                    Les chemins actuellement en dolomie sont problématiques. D’une part ils demandent un entretien conséquent à cause de sa perméabilité aux mauvaises herbes. D’autre part les limites des chemins s’effacent et la dolomie couvre une surface de plus en plus grande.

                    Les chemins vont être redessinés et le reste du parc sera ré engazonné.

    1.jpg                Nous avons opté pour des dalles alvéolées en béton car celles-ci sont les plus adaptées à nos critères. Elles sont solides et dureront dans le temps, c’est donc un investissement à long terme. Elles peuvent supporter le poids des camionnettes et du matériel d’entretien qu’elles contiennent. Elles permettront aux nombreux piétons qui traversent le parc pour se rendre dans les supermarchés du centre de ne pas être emboués en cas de pluie. Enfin elles demandent un entretien réduit et correspondent aux critères de la gestion différenciée.

                    Le placement des dalles et le ré engazonnement entraineront la fermeture du parc durant quelques jours. Nous communiquerons via des panneaux d’information, les réseaux sociaux et un toute-boite avant la fermeture du parc.

                     Un pré fleuri sera planté au centre du rond-point.

                    Celui-ci sera délimité par un cercle de miscanthus.

                    Le long des propriétés de l’Avenue Achille Sonck une haie de Millepertuis sera plantée, des baies sauvages comestibles seront intégrées à cette haie.

                    Dans le coin Nord du Parc, une haie champêtre comprenant, du hêtre du Saule et des fruitiers de mi- ombre (cassissier, noisetier, murier etc…) sera plantée. Du mobilier urbain et des pots d’herbes aromatiques ou de légumes seront placés au centre du parc.

    Des pieds de fruits rouges seront plantés à l’entrée de l’avenue Achille Sonck de façon à inviter les usagers du parc à se servir.

                    Le terrain de foot inutilisé (étendue d’herbe proche des modules de jeux et du terrain de sport) sera transformé en verger, des bulbes de fleurs mellifères y seront plantés.

                    Une ligne de miscanthus sera placée entre le terrain de sport et le chemin  de dalles engazonnées afin de délimiter les deux espaces sans pour autant réduire la visibilité.

                    Deux types de mobilier seront placés. Un marché public pour acquérir un troisième type de bancs plus artistiques sera prochainement lancé.

                    Autour des modules de jeux (qui resteront intacts) le mobilier de la gamme Rio sera adapté aux jeux des enfants. Les bancs imiteront des galets. Les assises seront basses et les couleurs vives. Ils seront disposés autour des jeux et légèrement dans le verger afin d’inviter les enfants à poursuivre leurs jeux sous les arbres.

    Dans le reste du parc du mobilier de la gamme twiist seront disposés.

    3.jpg

    Cette gamme est composée de banc, de fauteuils et de tablettes. Les assises sont prévues2.jpg pour permettre à tout le monde de se relever facilement. Des accoudoirs seront installés sur la majorité des bancs et fauteuils dans le même but. Certains bancs seront placés en vis-à-vis afin de favoriser la rencontre et l’échange entre les usagers du parc. Enfin des tablettes seront disponibles afin d’y déposer un sac, un pic-nic, un jeu des sociétés ou encore sa récolte de fruit effectuée dans le parc.

    Des jardinières colorées contiendront des herbes aromatiques en libre-service. Les jardinières seront de grande taille afin de permettre à tous de cueillir les herbes sans avoir besoin de se baisser.

    4.jpg

    Enfin afin de permettre à chacun de comprendre le projet ainsi que les différentes espèces comestibles proposées dans le parc, un totem sera installé à chacune des trois entrées du parc et des pupitres seront disposés de par le parc à proximité des jardinières et des plantes comestibles. Ces éléments didactiques seront fabriqués sur mesure.

    L’aire de sport

                    En 2019 l’aire goudronnée qui forme actuellement une zone de sport sera refaite à neuf. Le marquage au sol sera lui aussi renouvelé.

    Contact :

    Vous avez des questions ? Vous souhaitez voir les plans en grand format ?

    Service cadre de vie – environnement : environnement@hannut.be

    Tel : 019/63.05.18

    Source > Administration communale de Hannut

    Lire l’annonce précédente > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2018/09/23

    Parc1.png

  • Imprimer

    HANNUT - ENVIRONNEMENT > « NON À L’ARRACHAGE DES ARBRES ! » AU PARC DE LA HALETTE

    Réhabilitation du parc de la Halette: les riverains se mobilisent pour sauver les arbres

    Depuis quelques jours, de nombreux arbres sont arrachés dans le parc de la Halette à Hannut.

    Les riverains dénoncent ce projet de réhabilitation du parc initié par la commune d’Hannut.  

    Certains riverains du parc de la Halette à Hannut se mobilisent contre l’arrachage des arbres et des haies dans le cadre du projet de réaménagement du parc. Des travaux qui sont entrepris actuellement par la Commune.

    Face à cela, certains Hannutois expriment leur mécontentement. « A notre grand étonnement, des arbres et des haies ont été arrachés pour cet aménagement du parc. Beaucoup auraient souhaité que l’on entretienne certaines choses, certes, mais que le parc ne perde pas son agencement actuel et surtout que les arbres qui étaient soi-disant malades ne soient pas arrachés » explique Brigitte Ronvaux, riveraine du parc.

    Quelques mois auparavant, des formulaires émanant de la Commune ont été envoyés aux riverains du parc afin de connaître leurs avis sur le futur réaménagement qui prévoit notamment la plantation d’arbres fruitiers. Mais pour Brigitte Ronvaux, « il n’a jamais été question d’arracher des arbres dans ce formulaire. Ensuite début septembre, nous avons reçu un courrier nous expliquant que la ville de Hannut avait pris la décision de réaménager le parc en arrachant des arbres « malades » et des haies ».

    La riveraine a alors, de sa propre initiative, distribué une lettre à ses voisins afin de les interpeller sur le sort du parc. Un bon nombre d’entre eux n’ont pas hésité à se joindre à Brigitte Ronvaux. « Entre 15 et 20 personnes m’ont témoigné de leur soutien. Le parc existe depuis des décennies. Il s’agit là d’une destruction de notre patrimoine naturel. C’est le parc de notre enfance ».

    Projet de réaménagement

    Les riverains regrettent de ne pas avoir été consultés pour ces abattages. « On nous a dit que le parc était devenu insécurisant, qu’il fallait le réaménager. Mais en quoi l’abattage d’arbres rend-il le parc plus sécurisant ? » s’interrogent Brigitte et ses voisins.

    Ce vendredi 21 après-midi, un toute-boîte émanant de l’administration a été distribué dans les boîtes-aux-lettres du quartier. Les autorités y détaillent les raisons de ce déboisement : suite à des plaintes de riverains, ce réaménagement était nécessaire. Le fait qu’une bonne partie du parc soit ombragé renforçait le sentiment d’insécurité et nuisait à la santé des arbres.

    Subsidié en partie par la Région wallonne, le projet de réhabilitation se réalisera en trois phases : l’arrachage des haies, des arbres, ce qui a déjà été fait. Plus tard, des dalles engazonnées vont être placées. La dernière phase consiste à planter des fleurs et des haies mais également à placer du mobilier urbain et des pots d’herbes aromatiques. Pour l’échevine de l’environnement, Florence Degroot, « Avec ce projet de réhabilitation, on veut donner au parc davantage de verdure mais également lui redonner de la jeunesse. Les arbres, vieillissants, étaient malades et ont été expertisés en accord avec la Région wallonne».

    Source libre d’Amélie Dubois sur > http://huy-waremme.lameuse.be/281909

    NB : Voir à ce jour les nombreuses réponses du Bourgmestre de Hannut sur le sujet principalement sur les réseaux sociaux !