questions

  • BIEN REPONDRE AUX QUESTIONS PIEGES EN ENTRETIEN D’EMBAUCHE

      

    shutterstock_132759020b.jpg

    Vous redoutez les entretiens d'embauche ?

    Vous êtes paralysé à l'idée de devoir répondre à telle ou telle question, parce que vous ne savez tout simplement pas ce que le recruteur veut entendre ? Votre plus grande hantise est de rester bouche bée devant une question ? Il ne vous reste qu’une chose à faire : préparez les questions pièges !

    Voici un petit dossier récapitulatif qui vous aidera à mieux préparer les questions de votre entretien d’embauche. (Les textes en bleu sont des liens vers des sites explicatifs)

    Les questions pièges

    "Quels sont vos points faibles ?"

    "Où vous voyez-vous dans 5 ans ?"

    "Pourquoi devrais-je vous engager ?"

    "Parlez-moi un peu de vous..."

    "Quelle est votre religion ? Voulez-vous des enfants ? Avez-vous des problèmes de santé ?" Et autres questions illégales...

    Que faites-vous de votre temps libre?

    Les questions les plus souvent posées en entretien d’embauche, par type de fonction

    Ressources Humaines

    ICT et Internet

    Comptabilité et Administration

    Achat

    Marketing et communication

    Juridique

    Ingénieurs et techniciens

    Sales

    Plus de questions ?

    Source et Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

     

  • COMMENT REPONDRE AUX QUESTIONS ILLEGALES EN ENTRETIEN ?

    Embauche_shutterstock_183184385_0.jpg

    Quand vous vous préparez à un entretien d’embauche, vous vous attendez à devoir répondre à des questions concernant vos compétences ou vos expériences professionnelles passées.

    Mais parfois, vous devez répondre à des questions bien plus personnelles.

    Les recruteurs n’ont pas tous les droits et il existe beaucoup de questions qu’ils ne peuvent légalement pas vous poser. En voici quelques-unes :

    • Êtes-vous marié ?
    • Quand pensez-vous fonder une famille ?
    • Où êtes-vous né ?
    • Êtes-vous syndiqué ?
    • Êtes-vous croyant ?
    • Pour qui votez-vous ?
    • Avez-vous des problèmes de santé ?
    • Quelle est votre orientation sexuelle ?

    L’article 11 de la Convention collective de travail 38 stipule qu’aucune question concernant la vie privée ne peut être posée lors d’un entretien si l’information n’est pas directement liée à l’offre d’emploi. Le recruteur en face de vous n’a donc pas le droit de vous poser ces questions. Seulement voilà : vous voulez obtenir ce job... Comment faire pour répondre en gardant votre dignité mais sans perdre vos chances ?

    Ferme mais pas agressif

    Une réponse trop agressive ou frontale peut vexer le recruteur et ruiner vos chances de décrocher le poste. Deux solutions s’offrent à vous…

    1. Répondre par une question

    C’est une question intéressante. On ne me l’a jamais posée en entretien… Pouvez-vous m’expliquer en quoi elle est liée au poste ?

    Dans certains cas, ces questions peuvent être justifiées : le recruteur peut par exemple demander à un candidat qui postule pour travailler dans l’enseignement catholique s’il est croyant, ou à une personne qui souhaite travailler dans un cabinet politique si elle vote pour le parti de son potentiel futur employeur. Ce type de réponse offre donc la possibilité au recruteur de se justifier… s'il le peut. Si ce n’est pas le cas, le recruteur retombera sur des questions moins privées.

    2. Répondre à l’inquiétude qui se cache derrière la question

    Imaginons que le recruteur vous pose la question illégale : Avez-vous des enfants ?  On peut imaginer qu’à travers sa question, il s’inquiète de savoir si vous serez souvent absent à cause de la santé de vos enfants par exemple, parce que la société a dû faire face à un haut taux d’absentéisme à cause de ce problème. Répondez alors quelque chose comme : Ma vie de famille ne s’interposera jamais entre mon travail et moi.

    Que vous choisissiez l’une ou l’autre réponse, ne perdez pas vos moyens et restez concentré sur l'entretien d'embauche.

    Tirez-en des conclusions

    Le fait d'être confronté à ce genre de questions privées en entretien n'est pas anodin. Posez-vous les bonnes questions : cette question illégale est-elle intentionnelle ou juste l'erreur d’un recruteur inexpérimenté ? Si elle était intentionnelle, avez-vous vraiment envie de travailler pour une entreprise qui pratique cette forme de discrimination à l’embauche ?

    Source > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • A HANNUT > APPRENONS À SURFER RESPONSABLE > UNE CONFÉRENCE POUR TENTER DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ.

    Projet122.jpg

    Le jeudi 12 mars à 20h dans la salle de spectacle du Collège Sainte-Croix et Notre-Dame

    Les ados et leurs parents sont-ils conscients des comportements à risques sur internet ? Comment les aider ?

    Que font les jeunes sur internet ?

    • 98 % des collégiens ont un profil « Facebook »,
    • 77 % des jeunes se connectent à Internet via leur GSM,
    • 26 % des 8-9 ans ont déjà eu involontairement accès à des images pornographiques,
    • 10 % disent avoir déjà été harcelé sur le net. *

    * Etude réalisée de février à mai 2012 sur l’ensemble de la Wallonie auprès de 2670 filles et garçons âgés de 12 à 15 ans

    Le sujet de la sécurité de nos enfants sur internet nous a tous interpellé. Cette conférence est une réelle opportunité d’apprendre à les aider à se protéger et à se comporter de manière responsable dans cette espace de la communauté.

    Merci donc de diffuser largement les informations relatives à cette activité à votre réseau et d’y convier vos connaissances intéressées afin d’assurer le succès de cette conférence.

    Contact > Benoît CARTILIER > benoit@cartilier.com > Gsm : 0476/79.19.48

  • 3 QUESTIONS QU'UN RECRUTEUR POSE A VOS ANCIENS EMPLOYEURS

    Manager_phone_shutterstock_183352361.jpg

    Pour un recruteur, poser des questions aux références du candidat est souvent la dernière étape du processus du recrutement. Mais pas la moindre… Quel genre de questions sont posées ?

    Vous avez postulé pour un nouvel emploi, envoyé CV, lettre de motivation, peut-être même passé des entretiens. À la fin du processus de recrutement, la plupart des entreprises passent systématiquement un coup de fil aux anciens employeurs du candidat. Le but : vérifié qu'il est bien la personne qu’il prétend être.

    Il vaut donc mieux bien se préparer à cette étape. Quelles questions sont posées en général ?  

    Bien choisir sa référence

    Tout d’abord, il est important de bien choisir votre personne de référence.  Il est plus apprécié de renseigner un ancien manager plutôt qu’un collègue. Son avis aura plus de poids et son opinion est censée être plus objective. Attention toutefois à choisir une référence pour qui vous avez travaillé au moins un an, qui connaît vos compétences et peut certifier de leurs aspects positifs au sein de l’entreprise.

    Que va demander le recruteur à votre ancien patron ?

    1. A-t-il effectivement travaillé chez vous ? Pourquoi est-il parti ?

    C'est la question standard posée par les recruteurs à une personne de référence. Il s’agit juste pour le recruteur de vérifier que vous avez bien travaillé pour votre employeur, aux dates que vous avez mentionnées, et de vérifier votre situation au sein de l’entreprise. Mentir sur son CV n’est donc jamais une bonne idée. D’autant plus que le recruteur demandera probablement aussi pourquoi vous ne travaillez plus là : il vaut mieux que la version de la personne de références corresponde à elle du candidat.

    2. Comment travaille-t-il ?

    Le deuxième type de question tourne souvent autour des compétences professionnelles du candidat. Capacités, lacunes, travail en équipe, challenges relevés au cours de sa carrière...

     - Quels sont ses atouts ?

     - Comment décririez-vous ses capacités relationnelles ?

     - Qu’est-ce qui le motive ?

     - Le réengageriez-vous ? Recommanderiez-vous à quelqu'un de l'engager ?

    3. Comment est-ce, de travailler avec lui ?

    Les questions précédentes auront éclairé le recruteur sur les capacités professionnelles du candidat. Mais comment connaître celui-ci un peu mieux en tant que personne ? Un recruteur peut poser des questions de ce genre : - Confieriez-vous vos enfants à ce candidat ? - Inviteriez-vous le candidat au restaurant en présence de votre conjoint ou de vos parents ? Ces questions peuvent sembler étranges. Le but ici n'est pas vraiment d'avoir une réponse : plutôt de faire parler la référence du candidat, d'observer la manière avec laquelle elle répondra ou choisira de ne pas répondre.

    N'oubliez pas de prévenir votre référence !

    Cela va sans dire, pourtant, certains candidats l'omettent encore : n’oubliez pas de prévenir votre référence que vous l’avez renseignée comme telle. La pire des choses serait qu'elle vous descende devant le recruteur. Prenez toujours contact avec votre personne de références avant de la renseigner dans votre candidature.

    Source: jobs.aol.com > Texte: Magali Henrard sur > http://www.references.be

  • ENTRETIEN D'EMBAUCHE: 5 QUESTIONS POUR IMPRESSIONNER LE RECRUTEUR

    shutterstock_191026316b.jpg

    Vous avez bien préparé votre entretien d’embauche et vous êtes prêt à répondre à toutes les questions : vous êtes incollable.

    Mais si tel est aussi le cas de vos concurrents, vous ne vous distinguerez pas réellement et vous serez vite oublié. Pour faire la différence, vous devez montrer au recruteur que vous aussi, vous savez poser des questions. Un bon entretien d’embauche, c’est tout simplement une conversation productive. C’est pourquoi vous devez préparer une série de questions à débattre avec le recruteur. Voici 5 questions qui feront mouche.

    1. Quels sont les problèmes auxquels votre compagnie doit faire face en ce moment ? Que fait votre département pour les résoudre ?

    Pourquoi ça marche : Ce genre de questions lance directement la conversation. Votre recruteur aura certainement son avis sur la question. Sa réponse vous en apprendra aussi sur sa personnalité et ses ambitions. Elle vous donnera matière à rebondir.

    2. Quelles sont les qualités les plus importantes pour avancer dans l’entreprise ?

    Pourquoi ça marche : Cette question montre que vous vous souciez de votre avenir au sein de l’entreprise et vous aidera aussi à décider si vous êtes taillé pour le poste.

    3. J’ai vu que vous donniez des cours du soir à l’IHECS. Depuis combien de temps enseignez-vous ?Qu’avez-vous appris de cette expérience ?

    Pourquoi ça marche : Vous soulignez le fait que le recruteur est un expert dans son domaine avant qu’il ne le fasse lui-même.

    4. Quels sont vos plans pour combattre la concurrence japonaise sur le marché de l’import-export ?

    Pourquoi ça marche : En posant cette question, vous montrez que vous avez bien préparé votre dossier. Posez des questions simples, directes et montrez que vous avez fait votre boulot sans excès de zèle non plus. Votre recruteur sera impressionné et prendra votre candidature au sérieux.

    5. Sous les ordres de qui travaillerais-je ? Serais-je encadré par une équipe ?

    Pourquoi ça marche : En posant des questions sur la structure interne d’une entreprise et sur les tenants et aboutissants d’une fonction, vous pourrez aussi mieux orienter votre stratégie pour vous présenter comme le candidat idéal. Si vous travaillerez sous la direction de plusieurs patrons, il est bon de savoir exactement pour qui. Si vous dirigerez une équipe, il est également utile d’essayer de rencontrer vos futurs employés.

    Source : Business Insider > Texte: Céline Préaux via > http://www.references.be

  • ENTRETIEN D’EMBAUCHE : 5 EXPERTS REVELENT LEUR QUESTION FETICHE

    shutterstock_128647328b_0.jpg

    Les entretiens d’embauche sont rarement une partie de plaisir.

    Aussitôt la bonne nouvelle annoncée (yeayy, les premières épreuves de sélection sont réussies, nous allons pouvoir rencontrer le recruteur en personne et mettre tout en œuvre pour le convaincre), des questions se bousculent dans notre esprit (ouch, nous allons rencontrer le recruteur en personne et ne savons pas vraiment comment le convaincre finalement !). Nous nous demandons comment nous habiller, comment nous présenter, comment nous asseoir, comment nous tenir, comment ne pas tomber dans les pièges que nous tendra forcément le recruteur qui se transforme momentanément en un ennemi potentiel, susceptible de nous fermer définitivement les portes du sésame tant convoité.

    Qu’est-ce qui fera la différence entre vos concurrents et vous ? L’un des éléments qui tranchera certainement en votre faveur est la préparation.

    Vous gagnerez en crédibilité si vous n’êtes pas surpris(e) par les questions que l’on vous pose et que vous savez avancer des réponses pertinentes.

    Nous avons sélectionné pour vous 5 questions d’experts, qui expliquent pourquoi ces charades constituent le pilier de toutes leurs interviews. Un(e) candidat(e) averti(e) en vaut deux !

    1. Qui admirez-vous le plus et pourquoi ?

    — Michael Yormark, Président, Florida Panthers

    « La réponse révèle un tas de choses sur la personnalité du candidat, sur ce qu’il veut devenir. Elle nous dit aussi s’il s’accorde à la culture de l’entreprise. Cette question force également le candidat à choisir entre une réponse honnête et une réponse plus en phase avec ce qu’il pense correspondre aux attentes du recruteur. » 

    2. Lors de votre dernier entretien d’évaluation, quels domaines devaient-ils être améliorés ?

    — Andrew Shapin, CEO, Long Tall Sally

    « Quand les candidats sont honnêtes, ils démontrent qu’ils ont se connaissent bien et qu’ils ont conscience de leurs défauts potentiels. Ils peuvent profiter de l’occasion pour prouver qu’ils visent à s’améliorer. Je leur demande d’ailleurs quels progrès ils ont réalisés depuis leur dernier entretien. »  

    3. Pourquoi êtes-vous ici ?

    — Andrew Alexander, President, Red Roof Inn

    « Je pose toujours cette question dès que le candidat s’assied. Une fois l’effet de surprise passé, je veux que le candidat se montre passionné par l’industrie des services et qu’il témoigne d’un profond respect envers le service client. Je trouve que c’est le moyen le plus efficace de juger si le candidat a réellement envie de travailler pour nous, ou s’il est simplement à la recherche d’un emploi. »

    4. Vous êtes donc un fan des Yankees. Si vous étiez le propriétaire du club, que feriez-vous pour améliorer l’équipe ?

    — Bonnie Zaben, CEO, AC Lion Recruiting

    « Je demande toujours aux candidats quels sont leurs centres d’intérêt. Nous faisons ensuite un jeu de rôles. Je veux voir s’ils sont vifs d’esprit et s’ils savent me soumettre une présentation cohérente. Proposent-ils des changements spécifiques de joueurs ? Peuvent-ils citer des statistiques pour appuyer leurs affirmations ? Peuvent-ils m’exposer un argumentaire convaincant en 5 minutes sans temps morts ? Vous seriez étonnés ! »

    5. Si vous pouviez faire ce que vous voulez, quel serait votre job idéal ?

    — Liz Bingham, Associée, Ernst & Young

    « Un CV peut nous enseigner des choses au sujet de l’expérience passée des candidats. Mais cette question nous révèle leurs passions et leurs atouts. La réponse nous dit s’ils sont faits pour le job. »

    Source : Mashable.com via > http://www.references.be

  • INFO BOULOT > 5 QUESTIONS À NE JAMAIS POSER EN ENTRETIEN

    entretien_question.jpg

    Il existe plusieurs types de questions en entretien d’embauche.

    Les questions bateau, les questions-pièges, les questions folles, les questions illégales, les questions que vous devrez poser au recruteur, celles qu’eux poseront à vos références et celles spécifiques à chaque secteur.

    Mais certaines questions n’ont pas leur place lors d'un premier entretien. Celles-là, mieux vaut éviter de les poser pour ne pas ruiner vos chances d’accéder à l’étape supérieure du processus de recrutement. Quelles sont-elles ?

    1. « Quel salaire proposez-vous ? »

    Le but d’un premier entretien est de permettre au recruteur de mieux évaluer si vous convenez ou pas au poste, et de vous expliquer celui-ci plus en profondeur. Pas déjà l'occasion de discuter salaire, un sujet encore tabou en Europe… A moins que le recruteur ne vous demande directement quelles sont vos prétentions salariales, n’abordez pas ce sujet avant le deuxième entretien. D'ici-là, focalisez-vous sur la valorisation de vos compétences.

    2. « Quels sont les avantages extra-légaux offerts ? »

    Evoquer le sujet des avantages au premier entretien est délicat, surtout s’il concerne des détails comme la valeur des chèques-repas. Encore une fois, ne perdez pas de vue que vous êtes là avant tout pour convaincre le recruteur de votre valeur.  Ne lui donnez pas l’impression que ces avantages sont déterminants dans votre motivation pour le poste.

    Si l’entretien s’est bien déroulé et que le courant passe avec votre recruteur, vous pouvez habilement poser la question en fin d’entretien. Focalisez-vous sur un seul avantage « Les employés bénéficient-ils d’une assurance groupe ? » ou posez-la de façon détournée : « Voyez-vous des points particuliers à me signaler en termes d'avantages extra-légaux ? »

    3. « Combien de jours de congé offrez-vous ? »

    Evitez de parler de congé lors du premier entretien, ou de prévenir que vous avez déjà prévu des vacances plus tard dans l’année. Les congés sont un sujet encore plus sensible que le salaire, car ils vous feront passer pour un candidat non motivé voire fainéant auprès de certain recruteurs.

    A moins que le recruteur ne vous demande directement si vous avez des vacances prévues (auquel cas mieux vaut être honnête), attendez systématiquement la prochaine étape de recrutement pour vous enquérir de votre nombre de jours de congé.

    4. « Il est sympa, mon chef ? »

    Vous avez eu des échos comme quoi votre supérieur direct était un control freak ? Evitez de poser ce genre de question, car elle peut être prise pour une critique.

    En revanche, il est naturel de vouloir se renseigner un minimum sur la façon de manager de votre potentiel futur boss, et de marquer votre intérêt pour vos collaborateurs. Préférez poser une question plus vague, comme « Qui seront mes interlocuteurs les plus proches ? Que pouvez-vous me dire sur eux ? »

    5. « Excusez-moi, vous pouvez répéter ? J’étais distrait. »

    Le recruteur parle depuis dix minutes des chiffres de l’entreprise et des défis à relever, vous avez du mal à suivre et vous commencez à penser à votre repas du soir, quand il vous pose une question. Vous voilà obligé de répondre « Pardon ? Je n’ai pas compris, vous pouvez répéter ? » Ce qui est impoli, prouve votre distraction et votre manque de motivation.

    Ecouter attentivement tout ce que le recruteur dit est essentiel, car c’est en vous intéressant à l’entreprise que vous montrerez votre désir d'y travailler.

    Source : Terrafemina.com > Via > http://www.references.be

  • INFO BOULOT >COMMENT REPONDRE AUX QUESTIONS ILLEGALES EN ENTRETIEN ?

    référence.jpg

    Quand vous vous préparez à un entretien d’embauche, vous vous attendez à devoir répondre à des questions concernant vos compétences ou vos expériences professionnelles passées. Mais parfois, vous devez répondre à des questions bien plus personnelles.

    Les recruteurs n’ont pas tous les droits et il existe beaucoup de questions qu’ils ne peuvent légalement pas vous demander. En voici quelques-unes :

    • Etes-vous marié ?
    • Quand pensez-vous fonder une famille ?
    • Où êtes-vous né ?
    • Etes-vous syndiqué ?
    • Etes-vous croyant ?
    • Pour qui votez-vous ?
    • Avez-vous des problèmes de santé ?
    • Quelle est votre orientation sexuelle ?

    L’article 11 de la Convention Collective de Travail 38 stipule qu’aucune question concernant la vie privée ne peut être posée lors d’un entretien si l’information n’est pas directement liée à l’offre d’emploi. Le recruteur en face de vous n’a donc pas le droit de vous poser ces questions. Seulement voilà: vous voulez obtenir ce job... Comment faire pour répondre en gardant votre dignité mais sans perdre vos chances?

    Ferme mais pas agressif

    Une réponse trop agressive ou frontale peut vexer le recruteur et ruiner vos chances de décrocher le poste. Deux alternatives s’offrent à vous…

    1. Répondre par une question

    "C’est une question intéressante. On ne me l’a jamais posée en entretien… Pouvez-vous m’expliquer en quoi elle est liée au poste ?"

    Dans certains cas, ces questions peuvent être justifiées : le recruteur peut par exemple demander à un candidat qui postule pour travailler dans l’enseignement catholique s’il est croyant, ou à une personne qui souhaite travailler dans un cabinet politique si elle vote pour le parti de son potentiel futur employeur. Ce type de réponse offre donc la possibilité au recruteur de se justifier… si il le peut. Si ce n’est pas le cas, le recruteur retombera sur des questions moins privées.

    2. Répondre à l’inquiétude qui se cache derrière la question

    Imaginons que le recruteur vous pose la question illégale "Avez-vous de enfants ?"  On peut imaginer qu’à travers sa question, il s’inquiète de savoir si vous serez souvent absent à cause de la santé de vos enfants par exemple, parce que la société a dû faire face à un haut taux d’absentéisme dû à ce problème. Répondez alors quelque chose comme "ma vie de famille ne s’interposera jamais entre mon travail et moi."

    Que vous choisissiez l’une ou l’autre réponse, ne perdez pas vos moyens et restez concentré sur l'entretien d'embauche.

    Tirez-en des conclusions

    Le fait d'être confronté à ce genre de questions privées en entretien n'est pas anodin. Posez-vous les bonnes questions: cette question illégale est-elle intentionnelle, ou juste l'erreur d’un recruteur inexpérimenté ? Si elle était intentionnelle, avez-vous vraiment envie de travailler pour une entreprise qui pratique cette forme de discrimination à l’embauche ?

    Lire aussi

    8 questions interdites en entretien d'embauche

    Les questions les plus souvent posées en entretien, par fonction

    Quelles questions poser au recruteur en entretien d'embauche?

    10 questions que le recruteur doit absolument poser pour identifier le candidat idéal

     

    Source > http://www.references.be