public

  • HANNUT > LUMINAIRE PUBLIC EN PANNE > QUE FAIRE ….

    DSC01754.jpg

    Si vous constatez un luminaire d’éclairage public en panne il faut parfois plusieurs semaines pour qu’ils soient remis en ordre.

    Nous croyons nécessaire de rappeler les dispositions propres à cet équipement.

    Les luminaires d’éclairage public, sauf leur support, sont de propriété communale.

    Toutefois, comme pour l’ensemble des réseaux électriques, seuls Resa et ses entreprises agréées sont habilitées à travailler sur les appareils en question.

    La démarche est donc la suivante :

    - lorsque vous constatez un luminaire en panne, vous êtes invités à le signaler au Service technique communal, téléphone : 019/51.93.78, adresse e-mail : travaux@hannut.be;

    - le Service technique communal transmet l’information à Resa.

    Il faut savoir que depuis quelque temps, les dépannages ne se font plus au coup par coup mais bien lors de tournées généralisées sur l’entité.

    Pour Hannut et pour 2015, le programme d’intervention est le suivant :

    - semaine n° 37, du 07 au 11 septembre ;

    - semaine n° 46, du 09 au 13 novembre.

    Ces dispositions ne sont pas d’application lorsque tout un quartier est plongé dans le noir, auquel cas Resa procède au dépannage de suite.

    Source > Ville de Hannut > Ch. DELWICHE. Chef du Service technique communal,

  • 8 DETAILS QUI GACHENT VOS PRISES DE PAROLE EN PUBLIC

    Prise_parole_public_shutterstock_146270402.jpg

    La tension commence à monter : la date de la présentation de votre projet devant votre big boss avance à grands pas.

    Vous maîtrisez bien le dossier et vos prospections sont plutôt prometteuses. Et pourtant… vous êtes une boule de nerfs rien qu’à l’idée de vous trouver face à votre patron ! Vous avez peur de balbutier, de trébucher sur vos mots, de devenir rouge pivoine, d’avoir la bouche sèche, les mains moites et de perdre vos moyens, tout simplement. Que ce soit pour une présentation importante, pour une réunion hebdomadaire ou pour un discours de remerciement, rares sont les gens véritablement à l’aise lorsqu’ils doivent prendre la parole en public. Nombreux sont ceux qui craignent de commettre des faux pas.

    Voici 8 détails auxquels vous devriez faire attention...

    1. N’abusez pas de tics de langage

    Avant de prendre la parole en public, enregistrez-vous et répétez votre discours. Cela vous permettra de déceler vos tics de langage éventuels. Nous en avons tous. Nous ponctuons régulièrement nos phrases de « donc », « eh bien », « je dirais », « si on veut », « autrement dit », « voilà », « ainsi », etc. Ces répétitions sont généralement un moyen de nous rassurer et de prendre un temps de réflexion. Mais elles finissent vite par lasser, voire énerver votre auditoire, qui risque de se focaliser plus sur vos tics que sur le contenu de votre message. Tentez dès lors de vous concentrer pour vous en débarrasser et de les remplacer par de brefs moments de silence, au cours desquels vous pourrez donner l’impression que vous reprenez votre souffle ou que vous marquez un moment de réflexion.

    2. Évitez les gestes inappropriés

    Dans un discours, le langage corporel tient une place aussi importante que le message verbal que vous véhiculez. Chaque geste à son importance et sa symbolique. Évitez de croiser les bras, signe de fermeture, de laisser tomber vos épaules, ce qui vous donnera une attitude coupable, ou de froncer les sourcils, geste associé au mécontentement. De même, veillez à ce que vos gestes soient en concordance avec votre auditoire : si vous êtes en petit comité, préférez les gestes sobres, mais amplifiez-les (sans les exagérer) devant un grand auditoire.

    3. Limitez les formules toutes faites

    Nous connaissons tous une série de formules toutes faites, qui reviennent dans chaque présentation en entreprise : « un facteur de succès », « une stratégie ambitieuse », « un plan d’action », « être à la pointe », « devenir un acteur incontournable », « s’imposer comme LA référence du marché », etc. Ces formules, à force d’être répétées, perdent leur sens. Elles minimiseront l’impact de votre discours et risqueront de vider de leur sens les autres affirmations, cruciales, celles-là. Veillez à concentrer votre discours sur des faits et à rester efficace.

    4. Évitez la voix monocorde

    Avant de faire votre discours devant tout le monde, entraînez-vous chez vous. Imaginez un grand auditoire et tâchez de vous faire comprendre du dernier rang. Vous mesurerez ainsi la portée de votre voix. N’hésitez pas à parler fort et à bien articuler. Quitte à ce que votre entraînement soit un peu théâtral. Le stress vous inhibera sans doute quelque peu au moment de votre discours et vous atteindrez ainsi un juste milieu. Changez également de ton, variant entre les graves et les aigus, entre les accélérations et les pauses. Accentuez les mots que vous jugez importants, pour scander votre discours de mots-clés, qui permettront à votre auditoire de ne pas perdre le fil.

    5. Limitez les sous-entendus

    Partez du principe (souvent fondé) que votre auditoire ne maîtrise pas votre dossier aussi bien que vous. Sans le prendre pour un public complètement ignare pour autant, commencez votre discours en rappelant certains faits marquants, qui aideront à la compréhension de votre développement ultérieur. Sachez également vous adapter en fonction de votre auditoire : essayez de vous mettre à la place de vos interlocuteurs et de vous demander à quel point ils ont suivi (ou non) votre dossier. Car, comme le veut l’adage, « si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant ».

    6. Ne vous lancez pas dans un soliloque que vous seul suivez

    Si vous vous rendez compte que l’auditoire fatigue, que les gens commencent à parler entre eux, à chuchoter, à bâiller ou à regarder leur montre ou leur GSM, essayez de regagner leur attention. Vous pouvez changer de ton ou de rythme. Glisser une anecdote redonnera vie à votre récit. Vous pouvez aussi aménager un moment d’interaction directe avec votre auditoire, en lui posant une question, en vous enquérant de son avis ou de témoignages, ou carrément en prévoyant une petite séance de questions-réponses.

    7. Éloignez-vous de vos notes

    Vos notes ne doivent être qu’un moyen de vous rappeler les points que vous devez évoquer. Dans l’idéal, vous devriez préparer des fiches, qui ne reprendront que les éléments essentiels de votre discours et vous aideront à suivre une certaine chronologie. Si vous craignez de perdre le fil, vous pouvez toutefois vous munir du texte de votre intervention. Mais celui-ci ne doit être qu’un moyen de vous rassurer « au cas où ». Il ne doit pas être la source de votre attention. Même chose pour votre PowerPoint. Il est destiné à illustrer votre discours, mais ne doit pas monopoliser votre regard. Dans tous les cas, il est essentiel de garder un contact visuel presque constant avec l’assemblée. En petit comité, jetez un œil régulièrement à tous les membres qui composent celui-ci. Si vous prononcez un discours devant un grand auditoire, balayez-le entièrement, regardant de gauche à droite et de haut en bas, pour passer en revue l’ensemble de l’auditoire.

    8. Évitez le langage écrit

    Le langage écrit est très différent du langage oral. Ce qui passe à l’écrit, ne passera pas forcément devant un auditoire. Veillez dès lors à adapter votre style. Bannissez définitivement le passé simple, les phrases alambiquées, les mots compliqués. Restez concis, utilisez des phrases courtes, avec une syntaxe claire et précise. Pensez efficacité avant tout.

    Source : keljob.com Shutterstock > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

    Retrouver nos articles sur l'emploi >http://hannut.blogs.sudinfo.be/info-boulot/

  • 8 DETAILS QUI GACHENT VOS PRISES DE PAROLE EN PUBLIC

    shutterstock_125063657b.jpg

    La tension commence à monter : la date de la présentation de votre projet devant votre big boss avance à grands pas.

    Vous maîtrisez bien le dossier et vos prospections sont plutôt prometteuses. Et pourtant… vous êtes une boule de nerfs rien qu’à l’idée de vous trouver face à votre patron ! Vous avez peur de balbutier, de trébucher sur vos mots, de devenir rouge pivoine, d’avoir la bouche sèche, les mains moites et de perdre vos moyens, tout simplement. Que ce soit pour une présentation importante, pour une réunion hebdomadaire ou pour un discours de remerciement, rares sont les gens véritablement à l’aise lorsqu’ils doivent prendre la parole en public. Nombreux sont ceux qui craignent de commettre des faux pas.

    Voici 8 détails auxquels vous devriez faire attention :

    1. N’abusez pas de tics de langage

    Avant de prendre la parole en public, enregistrez-vous et répétez votre discours. Cela vous permettra de déceler vos tics de langage éventuels. Nous en avons tous. Nous ponctuons régulièrement nos phrases de « donc », « eh bien », « je dirais », « si on veut », « autrement dit », « voilà », « ainsi » etc. Ces répétitions sont généralement un moyen de nous rassurer et de prendre un temps de réflexion. Mais elles finissent vite par lasser, voire énerver votre auditoire, qui risque de se focaliser plus sur vos tics que sur le contenu de votre message. Tentez dès lors de vous concentrer pour vous en débarrasser et de les remplacer par des brefs moments de silence, au cours desquels vous pourrez donner l’impression que vous reprenez votre souffle ou que vous marquez un moment de réflexion.

    2. Évitez les gestes inappropriés

    Dans un discours, le langage corporel tient une place aussi importante que le message verbal que vous véhiculez. Chaque geste à son importance et sa symbolique. Évitez de croiser les bras, signe de fermeture, de laisser tomber vos épaule, ce qui vous donnera une attitude coupable, ou de froncer les sourcils, geste associé au mécontentement. De même, veillez à ce que vos gestes soient en concordance avec votre auditoire : si vous êtes en petit comité, préférez les gestes sobres, mais amplifiez-les (sans les exagérer) devant un grand auditoire.

    3. Limitez les formules toutes faites

    Nous connaissons tous une série de formules toutes faites, qui reviennent dans chaque présentation en entreprise : « un facteur de succès », « une stratégie ambitieuse », « un plan d’action », « être à la pointe », « devenir un acteur incontournable », « s’imposer comme "la" référence du marché », etc. Ces formules, à force d’être répétées, perdent leur sens. Elles minimiseront l’impact de votre discours et risqueront de vider de leur sens les autres affirmations, cruciales, celles-là. Veillez à concentrer votre discours sur des faits et à rester efficace.

    4. Évitez la voix monocorde

    Avant de faire votre discours devant tout le monde, entraînez-vous chez vous. Imaginez un grand auditoire et tâchez de vous faire comprendre du dernier rang. Vous mesurerez ainsi la portée de votre voix. N’hésitez pas à parler fort et à bien articuler. Quitte à ce que votre entraînement soit un peu théâtral. Le stress vous inhibera sans doute quelque peu au moment de votre discours et vous atteindrez ainsi un juste milieu. Changez également de ton, variant entre les graves et les aigus, entre les accélérations et les pauses. Accentuez les mots que vous jugez importants, pour scander votre discours de mots-clés, qui permettront à votre auditoire de ne pas perdre le fil.

    5. Limitez les sous-entendus

    Partez du principe (souvent fondé) que votre auditoire ne maîtrise pas votre dossier aussi bien que vous. Sans le prendre pour un public complètement ignare pour autant, commencez votre discours en rappelant certains faits marquants, qui aideront à la compréhension de votre développement ultérieur. Sachez également vous adapter en fonction de votre auditoire : essayez de vous mettre à la place de vos interlocuteurs et de vous demander à quel point ils ont suivi (ou non) votre dossier. Car, comme le veut l’adage, « si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant ».

    6. Ne vous lancez pas dans un soliloque que seul(e) vous suivez

    Si vous vous rendez compte que l’auditoire fatigue, que les gens commencent à parler entre eux, à chuchoter, à bâiller ou à regarder leur montre ou leur gsm, essayez de regagner leur attention. Vous pouvez changer de ton ou de rythme. Glisser une anecdote redonnera vie à votre récit. Vous pouvez aussi aménager un moment d’interaction directe avec votre auditoire, en lui posant une question, en vous enquérant de son avis ou de témoignages ou carrément en prévoyant une petite séance de questions-réponses.

    7. Éloignez-vous de vos notes

    Vos notes ne doivent être qu’un moyen de vous rappeler les points que vous devez évoquer. Dans l’idéal, vous devriez préparer des fiches, qui ne reprendront que les éléments essentiels de votre discours et vous aideront à suivre une certaine chronologie. Si vous craignez de perdre le fil, vous pouvez toutefois vous munir du texte de votre intervention. Mais celui-ci ne doit être qu’un moyen de vous rassurer « au cas où ». Il ne doit pas être la source de votre attention. Même chose pour votre powerpoint. Il est destiné à illustrer votre discours, mais ne doit pas monopoliser votre regard. Dans tous les cas, il est essentiel de garder un contact visuel presque constant avec l’assemblée. En petit comité, jetez un œil régulièrement à tous les membres qui composent celui-ci. Si vous prononcez un discours devant un grand auditoire, balayez-le entièrement, regardant de gauche à droite et de haut en bas, pour passer en revue l’ensemble de l’auditoire.

    8. Évitez le langage écrit

    Le langage écrit est très différent du langage oral. Ce qui passe à l’écrit, ne passera pas forcément devant un auditoire. Veillez dès lors à adapter votre style. Bannissez définitivement le passé simple, les phrases alambiquées, les mots compliqués. Restez concis(e), utilisez des phrases courtes, avec une syntaxe claire et précise. Pensezefficacitéavant tout.

    Source : keljob.com > Texte: Céline Préaux sur > http://www.references.be

  • SPECTACLE JEUNE PUBLIC ETC CE DIMANCHE 19 A AVENNES

    hannut,blog,jcd,spectacle,jeunes,public,enfants,avennes

    Spectacle ETC... du théâtre de la Guimbarde à partir de 18 mois 

    Ce dimanche 19 à 15 :30 > Maison de Village d’Avennes 

    Une fillette et un garçonnet explorent un jardin arboré. L'un le voit comme un espace de rêverie, l'autre comme le terrain de tous les jeux. Leur relation se tricote et se détricote au fil de la découverte, la laine devenant presque un personnage. Petits riens, fragments de vie, pointes de rivalité, colère, tendresse... Des liens se tissent, un univers se construit. 

    A partir de 18 mois.. 

    Source > https://www.facebook.com

     

  • CCBB > CONCERT JEUNE PUBLIC« MOI ET LE THÉO – IK EN DEN THÉO »

    Projetcc1.jpg

    A partir de 3 ans > Proposé par les Jeunesses Musicales de Liège

    Le mercredi 23 octobre 2013 > Cercle Saint Remy de Marneffe > À 14h30 > Paf : 6,5€

    Deux langues, un même spectacle, c’est bon de tout mélanger…

    Ik, c’est Piet Maris qui parle plutôt néerlandais mais chante dans les deux langues et Théo, c’est son ami, à la batterie, qui parle plutôt français et cymbales !

    Ces deux adultes un peu timbrés ont assurément conservé une âme d’enfant et nous entraînent dans un univers coloré peuplé d’abracadabrantes histoires contées tantôt en français, tantôt en néerlandais. Entre super héros alternatifs, marchés qui-ont-tout-en-stock-à-volonté et fusées intersidérales, la fantaisie est partout, débridée à souhait.

    Les compositions, simples mais efficaces, un brin rock’n’roll, soutenues par une batterie, un accordéon et une guitare électrique reviennent longtemps titiller les mémoires et font éclore de divertissantes connexions linguistiques.

    Avec « Moi et le Théo / Ik en den Theo », les enfants seront invités à frapper, sauter, danser, inutile d’invoquer la fatigue… Ce n’est que quand toutes les gorges seront enrouées et tous les membres engourdis que les lumières se rallumeront !

    Bienvenue dans le monde des « scraboudja » et des « yakapa » nullement perturbé par une quelconque frontière linguistique. Une quoi ?

    Piet Maris et Theophane Raballand : chant, accordéon, batterie

    Réservations souhaitées : Centre culturel Braives-Burdinne 019/54.92.52 – ludi.bourgeois@skynet.be

    En collaboration avec l’accueil extrascolaire des communes des Braives et de Burdinne.

  • SPECTACLE JEUNE PUBLIC (7-12 ANS) À L’ACADÉMIE DE HANNUT CE DIMANCHE 06

    24_c_Toine_Thys.jpg

    « La mélodie philosophale », avec Toine Thys, Jens Bouttery et Eric Bribosia

    Spectacle Jeune Public (7-12 ans) Dimanche 6 octobre à 15h30

    Trois musiciens explorateurs entraînent les plus jeunes dans une rocambolesque épopée à la recherche d’une mystérieuse et mythique « mélodie philosophale » réputée pour ses vertus curatives mais aussi pour sa propension à neutraliser les conflits et à convertir le plomb en or. Ce projet fait partie du catalogue des Jeunesses Musicales.hannut,blog,spectacle,enfants,académie,toine thys,spctacle,jeunes,public

    Salle Rosoux (Académie), rue des Combattants 1 à 4280 Hannut Droit d’entrée : 6€ par personne

  • SECTEUR PUBLIC: RECRUTEMENT DE L'ADMINISTRATION FÉDÉRALE

    selor.jpgSelor est le bureau de sélection de l’administration fédérale dont la mission est de sélectionner, orienter et certifier les nouvelles recrues pour 70 organismes:

    les services publics fédéraux (SPF) et les services publics de programmation (SPP), mais aussi les établissements scientifiques et les organismes d’intérêt public comme l’Office national des pensions, l’INAMI, la Régie des bâtiments, l’Institut géographique national ou le Ministère de la Défense (personnel civil).

    “Quand l’un de ces services a besoin de recruter, il s’adresse à Selor qui publie les profils recherchés sur son site ”, explique Aurélie Damster. “Les postulants répondent en créant leur C.V. en ligne (“MonSelor ”) et, si leur profil correspond, ils sont généralement conviés à passer un test informatisé dans nos bureaux, puis, s’ils réussissent, à un entretien. La plupart des jobs sont à Bruxelles, sauf si les services ont des bureaux régionaux, comme l’Onem ou le SPF Finances. ”

    Des opportunités ? Selor constitue, via son site, une réserve de recrutement de 250 postes pour les établissements pénitenciers de Wallonie et de Bruxelles. “Et d’importantes campagnes de recrutement sont prévues pour les Douanes (SPF Finances), des profils génériques pour le SPF Finances, des calltakers pour le SPF Intérieur."  Sans oublier Selor lui-même, qui emploie 151 personnes et qui recrute principalement des…experts en sélection.

    + C.S.

    Fonctionnaire: ce vieux cliché qui ne faiblit pas

    Huit mille postulants par an à La Défense, près de 20.000 CV envoyés à la STIB, environ 100.000 candidats pour les jobs dans l’administration fédérale et le site de la SNCB qui “explose” quand l’opérateur annonce 1.500 recrutements!

    Qu’est-ce qui fait courir tous ces candidats vers le secteur public ? “La stabilité de l’emploi, certainement”, répondent nos interlocuteurs. “Mais il reste beaucoup de clichés. La sécurité, par exemple, n’est pas garantie. Ceux qui croient qu’ils pourront se tourner les pouces une fois engagés, risquent d’être fort surpris. C’est un vieux cliché.” “Chez nous, le stéréotype le plus fréquent, c’est de croire qu’une carrière à La Défense est incompatible avec la vie de famille.

    C’est faux ! ” Note Marc Levenbergh. “Après la période de formation, les militaires mènent une vie comme les autres. Sauf quand ils partent en mission, mais ça fait partie de l’aventure.”

    Site > http://www.selor.be/fr

    Source > http://www.jobsregions.be

  • HANNUT > CE DIMANCHE > SPECTACLE JEUNE PUBLIC, DÈS 6 ANS

    Et ta soeur 2.jpg

    « Et ta Sœur ? », une création des Royales Marionnettes

    « Côté Jardin, Petit Louis, neuf ans pour trois kilos et quarante-deux centimètres, champion du monde de décapitation de poupées, vice-champion du monde de lancement de crottes de nez. Côté Cour, sa sœur Marguerite : sept ans pour deux kilos et demi et trente-sept centimètres, championne toutes catégories de pleurnicherie, et de perçage de tympans. Et c'est parti chers auditeurs ! Crochet du gauche, crochet du droit, tentative de communication,...

     

    Il faudrait un arbitre, mais où sont les parents ? Que fait la police ? Le combat tourne mal, cela va trop loin... Attention chers auditeurs, fait incroyable : les spectateurs de 7 à 77 ans s'y mettent, cela tourne à l'émeute ! ». Voilà le programme que nous proposent avec humour les Royales Marionnettes. Les Royales Marionnettes, c'est une vieille dame née en 1941, mais pas de panique!

    Disons qu'elle est plus comparable à Anny Cordy qu'à la reine Fabiola. Dans ces spectacles vous retrouverez des marionnettes traditionnelles, mais pas de panique ! On l'aime bien notre héros traditionnel, il gueule contre les injustices, il cogne sur le méchant, il s'inquiète pour ses gosses, il a envie que le monde change, que le public se bouge un peu l'arrière train, .CCH.jpg

     

    Hannut, Salle Rosoux, (Académie) dimanche 20 janvier à 15h30

    Infos sur place > Droit d’entrée : 6€ par personne.