puéricultrices

  • VOICI LA SOLUTION QUAND VOTRE ENFANT EST MALADE

    mutualite_1.jpg

    Aucun enfant n'échappe aux microbes. Angine, trachéite, bronchiolite, gastro-entérite… ou encore grippe contraignent votre bambin à rester à la maison. Mais qui va rester auprès de lui au pied levé ? La Mutualité Chrétienne a la solution avec son service de garde d'enfants malades à domicile. De plus, les 10 premiers jours de garde sont gratuits pour ses affiliés.

    Les enfants sont la joie des parents mais ils occasionnent aussi quelques soucis lorsqu'ils sont malades. Depuis 14 ans, Christelle travaille à Aide et Soins à Domicile comme puéricultrice. Durant deux jours, elle a eu la garde de la petite Elise. Ce petit bout de chou, âgé d'un an, a contracté quelques vilains microbes : elle tousse, elle a de la fièvre… Mais papa et maman doivent aller travailler. Qui va bien pouvoir garder ce bébé ?

    Satya, la mère de la petite Elise, a téléphoné au 043 428 428, le service de garde d'enfants malades d'Aide et Soins à Domicile. Une puéricultrice est venue s'occuper, comme une mère poule, d'Elise.

    Quelles conditions faut-il remplir pour profiter de ce service de garde d'enfants malades à domicile ?

    L'enfant doit avoir entre 3 mois et 12 ans et doit être couvert par un certificat médical. Les affiliés à la Mutualité chrétienne bénéficient de 10 jours gratuits de garde d'enfants malades par an et par enfant à condition que l'enfant soit inscrit à la MC (au-delà de ces 10 jours, la journée de garde leur sera facturée maximum 12€).

    Une pré-inscription est recommandée (mais pas indispensable) afin de bénéficier directement d'une puéricultrice lorsque votre enfant sera malade. Ce dossier consiste à archiver des informations utiles comme des problèmes d'allergies, un numéro de contact, une date de naissance des enfants… De telles informations sont indispensables pour assurer un accompagnement de qualité.

    Qui vient garder votre enfant ?

    Vous ne confieriez pas votre enfant malade à n'importe qui, rassurez-vous ! Les vingt puéricultrices d'Aide et Soins à Domicile Liège – Huy – Waremme sont de vraies professionnelles. Outre leur diplôme de puéricultrice, elles suivent régulièrement des formations comme premiers secours, bricolage, lecture de conte…

    Les puéricultrices aiment jouer

    Les puéricultrices ont le pouvoir de s'adapter à toutes les situations. Chaque enfant est différent et chaque enfant a des préoccupations différentes.

    «Notre but est de faire passer une bonne journée à l'enfant malade, explique Christelle. Nous jouons avec eux à des jeux de sociétés, des jeux d'éveil, des jeux éducatifs, ludiques… ou encore, parties de cache-cache ou football… Avec les plus grands, nous leur faisons faire leurs devoirs. Dernièrement, un petit garçon de 11 ans m'a appris à jouer aux échecs. Il m'arrive aussi à l'occasion, avec l'accord des parents, d'ouvrir mon livre de cuisine. Quelques œufs, de la farine, du lait… et la pâte à crêpes est prête. Ensemble, nous cuisons les crêpes qu'ils mangent dans la foulée en guise de goûter. J'ai déjà réalisé un gâteau au chocolat. Les recettes varient en fonction des envies de l'enfant malade. Cela les amuse et leur redonne l'envie de manger et donc, de reprendre des forces».

    Mais qu'en pensent les parents ?

    Pour Satya, ce service de garde des enfants malades est rassurant pour les parents qui doivent aller au travail. «J'ai été agréablement surprise du professionnalisme de la puéricultrice qui a gardé Elise, affirme la maman. A 7h30 précise, elle sonnait à la porte. Nous avions convenu d'aller ensemble réveiller Elise pour mieux la faire accepter. Pour la toilette, le biberon, les médicaments… la puéricultrice m'a accompagnée dans ce rituel du matin. Et, cette technique a bien fonctionné. Il y a aussi des petits détails qui ont toute leur importance pour une mère qui rentre du travail. Par exemple, les biberons étaient lavés, la vaisselle de la panade était faite… Si Elise retombait malade, je n'hésiterais pas à faire appel au service de garde d'enfants malades. Avec ce service, je ne dépends pas de quelqu'un de la famille. Surtout que, si elle est disponible, je peux redemander la même puéricultrice».

    Détails pratiques :

    Le service de garde d'enfants malades est accessible à tous au 043 428 428, 24h/24 et 7j/7. Vous recevez une réponse dans l'heure sur la disponibilité du service. La 1re garde commence la demi-journée suivante. Les gardes peuvent avoir lieu du lundi au samedi entre 7h30 à 18h30 (max. 9h de prestation). Les puéricultrices d'Aide et Soins à Domicile (ASD) sont qualifiées et encadrées.

    La Mutualité chrétienne offre à ses membres 10 jours de garde d'enfants malades par an et par enfant inscrit à la MC. Au-delà de ces 10 jours, la journée de garde leur est facturée à 12 €. En cas d'indisponibilité du service auprès de notre prestataire ASD, les membres MC reçoivent une intervention de max. 25€ par jour (10 jour/an) sur présentation d'une facture. Pour les non-membres, le service est accessible mais payant.

    Plus d'infos au 0800 10 987

    Site internet : www.mc.be/garde-enfant-malade

    Source > http://www.sudinfo.be

  • INFO BOULOT > PUÉRICULTRICE: TRAVAILLER AVEC LES PLUS PETITS ET POUR EUX

    Les puéricultrices et accueillasans-titre.jpgntes d’enfants sont nombreuses. Pourtant, très peu optent pour l’accueil à domicile. En cause: le statut et les démarches à effectuer.

    Pour accueillir des enfants, petits ou moyens, il faut aimer les p’tits bouts, mais il faut aussi des compétences, une formation et des locaux aux normes. Le Forem, en collaboration avec l’ONE s’est penché sur ce secteur. “La puéricultrice effectue les tâches nécessaires à l’accueil, à la garde et à l’éveil des enfants. Elle s’occupe des repas et siestes, organise des activités appropriées au développement de chacun, tout en veillant à la sécurité et en établissant une relation privilégiée avec les parents. L’accueillante d’enfants réalise les mêmes tâches, mais à son domicile”, explique Samuel Martin du Forem.

    En plus des connaissances liées au développement de l’enfant (psychique, physique, affectif et cognitif), des compétences sont indispensables pour pouvoir réaliser les tâches quotidiennes. “Mais il est aussi nécessaire de s’investir personnellement et émotionnellement, sans prendre la place des parents. Il faut cumuler ces qualités pour exercer ce métier, que ce soit en crèche ou à domicile, insiste le Forem. La législation sur les conditions d’accès aux emplois dans ce secteur est complexe. C’est à l’employeur de déterminer le degré de qualification nécessaire, en fonction de son besoin et de la réglementation.”

    Statut peu attractif

    “Il n’y a aucune pénurie de puéricultrices, précise Samuel Martin. C’est d’ailleurs le meilleur taux de satisfaction des offres jamais analysé chez nous. Par contre, pour les accueillantes à domicile, c’est le taux le plus bas!” Il y a pourtant plus de demandeurs d’emploi que d’offres, pour le métier d’accueillante. Mais bon nombre d’entre eux n’ont pas la formation nécessaire ou ne remplissent pas les conditions pour accueillir des enfants chez eux, comme par exemple un logement aux normes. “Et surtout, la plupart n’ont pas envie d’exercer ce métier, vu la difficulté du statut, regrette le Forem. Il ya deux voies possibles: accueillante autonome ou conventionnée. La première s’exerce sous statut d’indépendante. Cela peut faire peur, d’autant plus qu’il faut investir pour rendre le lieu d’accueil conforme. L’autre possibilité est de signer une convention avec un service qui vous soutient et vous accompagne: il prend en charge les inscriptions des enfants et la facturation aux parents.”

    Selon Samuel Martin, même si ce statut a évolué, il est encore incomplet: “Pas de congés payés, pas de revenu garanti si l’un des enfants à garder ne vient pas et le fait d’exercer ce job ne permet pas de retrouver son droit au chômage.” Forem et ONE espèrent que ce statut sera amélioré, afin d’attirer davantage de candidats à l’accueil des petits.

    Source > http://www.jobsregions.be