prostitution

  • BRAIVES: ELLE FORCE SON EX-COMPAGNON A SE PROSTITUER SUR L'AIRE D'AUTOROUTE DE FERNELMONT

    1161854834_B973520177Z_1_20140908232135_000_G1O33CD5L_1-0.jpg

    Stéphanie va passer 15 mois derrière les barreaux. Cette prostituée, originaire de Braives, a été reconnue coupable d’avoir forcé son ancien petit ami, Grégory, à se prostituer pour lui donner de l’argent. L’homme a vidé ses comptes, fait un prêt, extorqué ses parents, sa sœur, pour donner 150.000 euros à la jeune femme. Ça ne lui suffisait pas. Elle a donc poussé Grégory à se vendre à des hommes sur le parking de l’E42 à Fernelmont.

    Grégory, un ouvrier communal de 36 ans, était un homme sans histoire. Gentil, il vivait simplement dans son village natal de Braives. Jusqu’au jour où il a eu la mauvaise idée de trouver de la compagnie via les petites annonces « massages » d’un journal gratuit.

    C’est ainsi qu’il a rencontré Stéphanie. Braivoise elle aussi, à 28 ans, elle se prostituait pour subvenir à ses besoins. Très vite, les relations tarifées se sont transformées en véritable histoire d’amour, du moins c’est ce que croyait Grégory. Les deux Braivois se sont mis en couple.

    Mais Stéphanie avait besoin d’argent. Elle avait expliqué à Grégory qu’elle avait des dettes, que son chômage avait baissé. Ce dernier, fou amoureux, n’a pas hésité à vider son compte épargne, sur lequel se trouvaient 50.000 euros.

    Stéphanie a reconnu qu’il lui avait donné 40.000 euros de la somme. Il a ensuite contracté un prêt personnel, d’un montant de 25.000 euros dont la quasi-totalité est arrivée dans l’escarcelle de Stéphanie.

    Finalement quitté, le jeune Braivois n’est pas parvenu à renoncer à la femme de ses rêves. Les contacts entre les deux ont continué. Et Stéphanie demandait toujours de l’argent. Le salaire de Grégory ne suffisait plus. Il a donc sollicité de l’argent à sa famille. Au départ, ses parents ont accepté de lui en prêter un peu. Mais ce n’était jamais assez. Désespéré, Grégory est allé beaucoup trop loin.

    Il en est venu à menacer, puis frapper ses parents et sa sœur pour de l’argent. Des choses qu’il n’aurait jamais faites avant sa rencontre avec Stéphanie. Le calvaire de la famille a pris fin quand Grégory a été arrêté après une crise de violence avec son père. Les enquêteurs ont compris qu’il y avait un souci avec le Braivois. En inspectant son téléphone, ils ont découvert les incessantes demandes d’argent de Stéphanie. Ils ont aussi compris qu’elle le forçait à se prostituer. Lassée des petites annonces, elle avait commencé à racoler sur le parking de l’autoroute à Fernelmont. Elle y a vite entraîné Grégory. Le Braivois est allé jusqu’à se vendre à des hommes, dans des voitures, pour quelques dizaines d’euros. En échange d’une bonne soirée, Stéphanie lui offrait un petit moment avec elle, un repas au Quick, un cinéma, si Grégory lui ramenait 400 euros.

    Perverse et manipulatrice

    Le substitut du procureur, lors de l’audience, n’avait pas hésité à qualifier Stéphanie de personne perverse et manipulatrice. Il avait demandé une peine de prison contre la jeune femme. Il a été suivi, mais la Braivoise pourra bénéficier d’un sursis pour ce qui excède 15 mois.

    Grégory, quant à lui, a été condamné en même temps que Stéphanie, pour les coups qu’il a portés à ses parents. Il pourra néanmoins bénéficier d’un sursis pour tout ce qui excède sa détention préventive, à condition qu’il suive un traitement psychologique. Ses parents ont décidé de l’entourer pour qu’il s’en sorte.

    Source > Rédaction en ligne de Noémie Boutefroy sur > http://www.sudinfo.be/1098183 Photo > Vincent Lorent/DR