programmateur

  • PROGRAMMEUR : UN METIER QUI REND FOU ? !

    shutterstock_91417532b.jpg

    En tant que programmeur, vous bénéficiez d’une certaine sécurité d’emploi et de revenu.

    Mais ce métier n’est pas sans risques pour votre santé mentale. Les programmeurs souffrent en effet de deux affections mentales particulières : le syndrome de l’imposteur et celui du « Vrai Programmeur ».

    Le syndrome de l’imposteur

    Les programmeurs atteints du syndrome de l’imposteur sont convaincus que les autres programmeurs sont plus intelligents, plus talentueux et plus qualifiés qu’eux-mêmes. Ils vivent dans la peur d’être découverts : ils craignent que leurs collègues ne réalisent qu’ils feignent leurs capacités ou leurs réalisations. 

    Les femmes souffriraient davantage de ce syndrome que leurs homologues masculins. Il a été diagnostiqué pour la première fois par les psychiatres Dr. Pauline Rose Clance et Dr. Suzanne Imes comme étant une souffrance affectant particulièrement les femmes actives, jouissant d’une belle carrière. Mais un nombre croissant de programmeurs masculins se déclarerait également atteint de ce syndrome. Lequel serait relativement répandu parmi les métiers où l’évaluation par les pairs est jugée importante, comme c’est le cas dans le milieu des programmeurs.

    D’« imposteur » à « vrai programmeur »

    Les programmeurs frappés du syndrome de l’imposteur pensent souvent qu’ils doivent mettre les bouchées doubles pour égaler leurs compères. Ils passent dès lors plus de temps à programmer – à chaque heure de la journée – et prennent sur eux plus de projets. C’est ce que l’on appelle le syndrome du « Vrai Programmeur », d’après une publication qui a récemment fait le buzz sur Reddit, le site web communautaire de partage de signets. Le vrai programmeur ne vivrait que pour programmer. Le « redditeur » big_al11 explique :

    « Un vrai programmeur, c’est quelqu’un qui adore programmer! Il aime tellement ça qu’il y passe tout son temps… Le vrai programmeur ne considère pas vraiment ça comme du "travail"… Un programmeur n’est pas un Vrai Programmeur s’il ne travaille pas au moins 60 à 80 heures par semaine (sans compensation financière, bien sûr) parce que c’est "fun"…Si vous voulez réussir comme programmeur, vous devez au moins ressembler à un Vrai Programmeur. C’est ainsi que l’on en arrive à faire travailler des gens les soirs et les week-ends, juste pour les apparences, jusqu’à ce qu’ils fassent un burnout. » 

    Que les programmeurs travaillent de longues heures n’est pas nouveau. Mais cette idée selon laquelle ils le font de leur plein gré, pour le plaisir, ça, c’est nouveau.

    Des temps de l’insurrection

    Il y a dix ans, au moment de la bulle internet, le livre Death March s’est imposé comme un best-seller. Il révélait comment les longues heures de travail des programmeurs étaient à l’origine de troubles psychiques. Il attribuait ces malaises à une mauvaise gestion de projets.

    En 2004, des programmeurs ont été jusqu’à attaquer Electronic Arts en justice, accusant la société de développement de jeux vidéo de les exploiter et de généraliser les heures supplémentaires. Ils ont remporté le procès et se sont vus accorder 15 millions de dollars de dédommagement.

    Des années plus tard, en 2010, l’histoire d’une femme faisait le tour du web : elle racontait comment son mari, programmeur pour Rockstar Games, était exploité par la firme. Les programmeurs de l’entreprise devaient travailler 12 heures par jour, 6 jours sur 7. Certains d’entre eux avaient développé des maladies mentales.

    À ceux de l’inféodation

    C’est en 2011 que frappa le complexe du « Vrai Programmeur ». Cette année-là, une discussion fut lancée sur le réseau social de programmation StackExchange, faisant l’objet d’un engouement inédit. Quelqu’un demandait : « Je ne programme pas pendant mon temps libre. Cela fait-il de moi un mauvais programmeur ? » 

    Les internautes s’accordaient globalement sur le fait que l’on pouvait être un bon programmeur en ne travaillant que pendant les heures de bureau, mais que « les meilleurs programmeurs programmaient également pendant leur temps libre. » 

    Droit vers le burnout

    Cette tendance du « tout donner en tout temps » est bien sûr très dangereuse pour la santé. C’est là un troisième fléau qui frappe les programmeurs, découlant des deux premiers : le burnout. Il survient souvent sans prévenir, à la suite d’une longue période de travail dévoué et intensif. Les programmeurs qui atteignent ce stade rencontrent beaucoup de difficultés pour s’en sortir. Le burnout entraîne souvent une remise en question complète de la carrière. Certains décident alors à juste titre de lever le pied, quitte à passer pour un « imposteur », et rompent ainsi le cercle vicieux du « Vrai Programmeur » dont personne ne veut véritablement.   

     Source : Business Insider Via > http://www.references.be

  • LE MOT DU PROGRAMMATEUR DU CENTRE CULTUREL DE HANNUT

     

    CCH.jpg

    wieslaw szlachta.JPGPendant que le pianiste Wieslaw Szlachta en est à ses gammes pour le concert classique de ce 08 novembre consacré à Chopin mais aussi à son compatriote Karol Szymanowski (1882-1937), décédé voici 75 ans, et qu’il considère à juste titre comme un tout grand compositeur au même titre que Chopin, voici quelques lignes consacrées à nos prochains rendez-vous …

     # Pop-Rock

     kiss_and_drive_bckg.jpgPour les jeunes et moins jeunes, rendez-vous demain au Henrifontaine de Bertrée pour un concert de KISS and DRIVE, un trio pop-rock emmené par la douce voix de Elisabetta Spada. Accompagnée de sa guitare, de son ukulélé et de son inséparable loopstation, elle nous dit que son côté folk pourrait être plus électronique, son côté pop plutôt symphonique... Peu importe... Ses chansons limpides, sa voix de velours, sa personnalité attachante et drôle créent une magie immédiate... Lauréate du Concours Circuit 2010, coup de coeur Pure ... Entrée : 10€ (gratuit moins de douze ans). Ouverture des portes à 20h, avec Salad Bar en première partie. Kiss and Drive s’écoute sur http://www.youtube.com/watch?v=Aj6MN1K0X3w

    # Fanfare funk latino !

    Chouvall Brass 1.jpg Jeudi 15 novembre (20h), Chouval Brass proposera au Henrifontaine un répertoire de compositions ensoleillées, énergiques et aux arrangements foisonnants, puisant son énergie dans les styles musicaux d’Amérique Latine et des Caraïbes (cumbia, merengué, reggae, salsa, mambo, calypso, etc.). Pour débuter sa carrière, le groupe s’est vu offrir l’opportunité d’enregistrer trois titres pour la dixième compilation « Le Monde est un Village », de La Première (RTBF).

     # THEATRE

    Les Pères 3.jpgEt on s’en voudrait de ne pas le mentionner dès maintenant : rendez-vous est pris le 16 novembre à la Salle Rosoux de l’Académie (20h30) pour l’accueil de la pièce « LES PERES » de Julie Annen. Pendant environ un an, Julie Annen a rencontré des pères du monde entier, de tout âge,  toutes cultures et tout milieu. Jeunes pères et pères tardifs, passionnés ou détachés, présents ou absents, engagés, sévères, cools, divorcés, veufs, mariés, amoureux, cœurs de pierre ou d’artichaut, bavards ou silencieux, tous ont accepté de se livrer, de partager quelques instants de leur intimité de père sans pudeur ni faux semblants. Des paroles drôles, émouvantes, parfois dures aussi mais d’authentiques voix d’hommes qui du jour au lendemain ont vu leur vie changer de perspectives et sont soudain devenus pères. C’est très touchant, très beau, émouvant souvent, perturbant parfois, mais toujours vrai. Découvrez la genèse de cette pièce en cliquant sur http://vimeo.com/50488588

    •  « Humour et sensibilité » (Le Soir)
    • « De la joie (…) de la drôlerie (…) du vrai toujours » (La Libre)
    • « Simple et universel » Arte-50°Nord
    • « Un texte intime, qui témoigne de cette condition d’être père, avant, après la naissance et tout au long de la vie. Un spectacle choral, porté par trois pères à la sensibilité différente « (RTBF).

     Bonnes découvertes culturelles avec le CC Hannut !

    • Alain Bronckart                      Direction
    • Xavier Lambertz                     Programmation
    • Renaud Dechanet                   Régie
    • Viviane Godon                        Secrétariat-Comptabilité
    • Alexandre Van Meerbeck     Ingénieur du son
    • Catherine Grenier                   Communication

     www.CCHANNUT.be

  • CENTRE CULTUREL DE HANNUT > LE MOT DU PROGRAMMATEUR

    CCH.jpgEn marge de nos traditionnels rendez-vous et de cette grande exposition consacrée à l’ « Invisible » proposée avec l’Université de Mons (Centre de lecture Publique jusqu’au 31 octobre – infos sur alainbronckart@passeurdart.be), trois rendez-vous savoureux s’offrent à nous dans les prochaines jours.

    #Humour

    KRYSTYNA FLABA fréquente les théâtres depuis longtemps, que ce soit aux planches à  NuKrystina Flaba.jpg (la troupe crée par le Centre Culturel en 1996), à l’académie de Hannut où elle anime un atelier-théâtre, ou « seule en scène », plus récemment. C’est précisément dans cet exercice qu’on la retrouvera ce 18 octobre 20H à l’Académie, dans « « Kuisine, Kaprice et Pili Pili ».

    Nous l’avons vu lors d’un festival-concours d’Humour à Remicourt en 2011 où son personnage assez déjanté (voire hystérique à certains moments) a conquis l’assistance. Elle en est repartie avec le prix du Public et un standing ovation. Un succès corroboré quelques temps après avec un Prix de la presse au festival de Bierges. Un succès qui s‘explique par un travail de coaching passionné et de longue haleine avec Ginette Matagne, metteuse en scène liégeoise bien connue, qui collabore régulièrement avec des noms bien connus de l’humour belge. Plus d’infos sur l’univers de Krystyna Flaba sur www.krystynaflaba.com. Venez rire un bon coup, on en  tellement besoin ;)

    #Jazz Tour

    Nouveau rendez-vous Jazz Tour à Bertrée le samedi 3 novembre (21h, ouverture des portesimg_08.jpg dès 20h) avec le trio de MANU HERMIA. Là aussi, je ne peux que me réjouir de cette date. Manu est un musicien passionné, éclectique, généreux sur scène, aussi actif dans la musique du monde (il a joué avec Mamady Keita, Dobet Gnahoré, Dhruba Ghosh, Joao Braga, Nono Garcia) qu’en jazz (avec tous les grands noms belge et étranger). Le Sarde Manolo Cabras à la contrebasse et le percussionniste portugais Joao Lobo complètent le trio. Manu Hermia se découvre sur www.manu-hermia.com et sur http://www.myspace.com/manuelhermiaquartet (où on retrouve des morceaux du trio également).

    Prochain « mot du programmateur » la semaine prochaine

    D’ici là, bonnes découvertes …

    • Alain Bronckart                      Direction
    • Xavier Lambertz                     Programmation
    • Renaud Dechanet                   Régie
    • Viviane Godon                        Secrétariat-Comptabilité
    • Alexandre Van Meerbeck      Ingénieur du son
    • Catherine Grenier                  Communication
  • HANNUT > CENTRE CULTUREL > LE MOT DU PROGRAMMATEUR

    CCH.jpg

    En marge de nos traditionnels rendez-vous (reportages, conférences) et de cette grande exposition consacrée à l’ « Invisible » proposée avec l’Université de Mons (Centre de lecture Publique du 5 au 31 octobre – infos sur alainbronckart@passeurdart.be), trois rendez-vous savoureux s’offrent à nous dans les prochaines jours.

    #Jazz Tour

    Retour du Jazz Tour à Bertrée le jeudi 4 octobre (20h) avec le trio TRICYCLE. C’est toujours un immense plaisir d’accueillir Tuur Florizoone chez nous tant son talent est immense. Sa carrière est assurée depuis longtemps et il participe activement à de nombreux projets, Tricyle_(Jean-Francois_Flamey).jpgtant personnels que comme « invité » pour ses amis musiciens. On le sait peu, Tuur est aussi un artiste très demandé dans le monde des bandes originales de films internationaux. Pas étonnant, sa musique est à la fois créative, inventive et –surtout- accessible. Pour s’en convaincre, il suffit de lancer ce lien http://www.myspace.com/tuurflorizoone . Pour ce concert, il est toujours accompagné de ses deux comparses et amis Philippe Laloy (sax et flute) et Vincent Noiret (contrebasse). Le groupe a sorti depuis 2004 quatre magnifiques albums. Plus d’infos sur www.tricycle.be

    #Jeune Public

    Le dimanche 7 octobre (15h30), nous accueillerons (Salle Rosoux) en tout public le projet Nollo2.jpgNOLLO, un projet labellisé « Jeunesses Musicales ». Un spectacle savoureux mêlant art de la rue et musique. Le projet a déjà été joué avec un immense succès en représentations scolaires. Nous avons décidé de le proposer également en tout public. Il est accessible aux enfants dès 3 ans.

    #Classique

    Pour clore ce « mot du programmateur », je vous invite enfin à découvrir l’univers du pianiste Guillaume Coppola le mardi 9 octobre à 20h (Salle Rosoux). Considéré à juste titre comme l’un des meilleurs pianistes français (spécialiste de Liszt et Chopin), nous avons laGuillaume Coppola.jpg chance de le programmer chez nous grâce à une bonne collaboration avec son agent en Belgique, ce qui aurait été impossible autrement, soyons honnêtes ;). Dès lors, ne boudons pas notre plaisir ! Guillaume Copolla interprétera Chopin mais aussi un compositeur espagnol injustement moins connu, Enrique Granados (1867-1916). L’univers de Coppola est à découvrir en cliquant ici http://www.guillaumecoppola.com

    Bonnes découvertes musicales !

    • Alain Bronckart                               Direction
    • Xavier Lambertz                              Programmation
    • Renaud Dechanet                           Régie
    • Viviane Godon                                 Secrétariat-Comptabilité
    • Alexandre Van Meerbeck              Ingénieur du son
    • Catherine Grenier                           Communication