prison

  • HANNUT: L'EXPLOITANT DU CAR-WASH DE LA RUE ALBERT 1ER PREND UN AN DE PRISON POUR DES FAITS DE TRAITE D'ETRES HUMAINS

    N ishan, 39 ans, exploitant d’un car-wash à Hannut, a écopé d’une peine de prison ferme pour des faits de traite des êtres humains.

    Il avait employé à bas prix, sans aucune couverture sociale, des personnes en séjour illégal. Et il était resté dans l’illégalité malgré les nombreux contrôles et avertissements…

    Le trentenaire qui vient d’être condamné par le tribunal correctionnel de Liège était le gérant d’une société hannutoise qui possédait un car-wash à hauteur du numéro 79 de la rue Albert 1er, à Hannut.

    Le car-wash avait été contrôlé pour la première fois par l’inspection du travail le 21 … Lire la suite ici ...

    Source > Rédaction en ligne > http://www.sudinfo.be/1445668 Photo > Capture Google

  • BRAIVES: GÉRARD PÉTRÉ RISQUE 3 ANS DE PRISON POUR AVOIR TUÉ VIVIANE

    1809363825_B974877917Z_1_20150226113453_000_GBH428JVQ_1-0.jpg

    Gérard Pétré risque 3 ans de prison pour avoir tué Viviane et l'avoir abandonnée, agonisant dans un fossé

    Gérard Pétré risque trois ans de prison.

    Cet ancien chef d’entreprise avait renversé une mère de famille, Viviane Nahon, alors qu’elle participait à une opération pour sauver les grenouilles. Le Braivois avait percuté Viviane, s’était arrêté et voyant qu’elle ne bougeait plus, avait repris la route pour rentrer chez lui, la laissant agoniser seule dans un fossé.

    Gérard Pétré et son épouse ont comparu hier devant le tribunal correctionnel de Huy. Le couple braivois risque gros Lire la suite ici ...

    Rédaction en ligne de D.R sur > http://www.sudinfo.be/1222422

  • Ce LUNDI A 20H CONFÉRENCE A LA MAISON DE LA LAÏCITÉ « HENRI DAIX » DE HANNUT

    Projet3.jpg

    La prison entre mythe et réalité

    Conférence par par Antonio MOSCATO Cadre pénitentiaire.

    La réalité quotidienne de la prison n’est pas ce que le sens commun en donne à penser.

    L’institution pénitentiaire est-elle en mesure de remplir les missions qu’on attend d’elle ?

    Est-elle en mesure de répondre aux défis sécuritaires de notre société en pleine mutation

    Renseignements : 019/51 41 68 > 019/69 82 43 > 0473/60 37 42

  • LUNDI 13/10 CONFÉRENCE A LA MAISON DE LA LAÏCITÉ « HENRI DAIX » DE HANNUT

    Projet3.jpg

    La prison entre mythe et réalité

    Conférence par par Antonio MOSCATO Cadre pénitentiaire.

    La réalité quotidienne de la prison n’est pas ce que le sens commun en donne à penser.

    L’institution pénitentiaire est-elle en mesure de remplir les missions qu’on attend d’elle ?

    Est-elle en mesure de répondre aux défis sécuritaires de notre société en pleine mutation

    Renseignements : 019/51 41 68 > 019/69 82 43 > 0473/60 37 42

  • HANNUT: CE COUPLE DIABOLIQUE A DÉPENSÉ 5.300 EUROS AVEC LA CARTE DE BANQUE D'UNE PENSIONNAIRE DU HOME

    840109300_B971456374Z_1_20131121214303_000_G581I0TCP_1-0.jpg

    Gaetant risque 15 mois de prison et sa compagne, 12 mois.

    Gaetan, 35 ans, et Marie-Christine, 25 ans, ont comparu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Huy. Ils sont accusés, à eux deux, de 55 délits dont des coups et des menaces de mort envers des policiers. Ils ont aussi dérobé une carte de banque à une vieille dame dans un home et ont dépensé pour 5.300 euros.

    Gaetan et Marie-Christine vivent ensemble à Hannut. Ils sont très amoureux et viennent d’avoir un petit garçon, qui a aujourd’hui 9 mois. Mais ce ne sont pas tout à fait de jeunes parents conventionnels. Le petit risque même de commencer son enfance loin de ses parents. Ils sont accusés de faits graves et risquent de faire de la prison.

    Tous les détails dans La Meuse Huy-Waremme d'hier vendredi.

    Source > Rédaction en ligne de DR sur > http://www.sudinfo.be/864255

  • BERLOZ, WAREMME ET HUY: 15 ANS ET 12 ANS DE PRISON CONTRE DES AGRESSEURS TRÈS VIOLENTS

    1302352957_ID7777488_carjacking_133910_H3WG2D_0.JPGDeux habitants de Seraing âgés de 40 ans ont été condamnés à des peines de 15 ans et 12 ans de prison par le tribunal correctionnel de Liège. Les deux prévenus multirécidivistes avaient été impliqués dans des faits de violence extrême durant l’été 2009. Ils avaient commis des agressions sur des personnes âgées et la séquestration, dans le coffre d’une voiture, d’une femme enceinte.

    Les deux individus avaient commis un car-jacking le 30 juin 2009 au Sart-Tilman. Ils avaient agressé un octogénaire et son voisin sexagénaire pour voler la BMW X5 appartenant à l’un d’eux. Les victimes, dont l’une était enfermée dans le coffre, avaient été obligées d’accompagner les auteurs des faits à plusieurs distributeurs de billets. Ils avaient ensuite été abandonnés dévêtus dans un champ du côté de Berloz.

    Une gérante de station-service, enceinte de 7 mois, avait aussi été attaquée. Les agresseurs l’avaient enfermée dans le coffre d’une autre voiture. Elle avait aussi été obligée d’accompagner les auteurs à des distributeurs de billets. La dame avait ensuite été abandonnée en pleine campagne après avoir été obligée, une arme placée sur la tempe, de regarder sa voiture brûler.

    Plusieurs agressions du même type à Jambes, Huy et Eghezée étaient encore reprochées aux prévenus qui étaient en état de récidive légale. Le principal auteur a été condamné à une peine de 15 ans de prison. Le second a écopé d’une peine de 12 ans de prison.

    Plus dans votre journal de ce jour !

    Source > Sudpresse > Publié le Lundi 4 Juin 2012 à 13h42 >. Illustration prétexte

  • HANNUT: 6 MOIS DE PRISON POUR UNE INTERMÉDIAIRE DE CRÉDIT COUPABLE D'ESCROQUERIES

    510447362_ID7642076_lgescroc_204513_H3TVJQ_0.JPGUne intermédiaire de crédit a été condamnée mardi par le tribunal correctionnel de Huy à une peine de 6 mois de prison avec sursis. Cette dame âgée de 62 ans est reconnue coupable d’escroqueries et de détournements.

    La sexagénaire exerçait son activité d’intermédiaire de crédit à Hannut. Les faits les plus anciens remontent à 2003. Dans son jugement, le tribunal a pris en compte l’ancienneté des faits. C’est un élément qui a poussé le juge à accorder à la prévenue un sursis pour la peine d’emprisonnement. Le juge a néanmoins prononcé une interdiction de commercialité à l’encontre de la prévenue.

    En substance, la prévenue demandait de faux frais administratifs et des commissions pour l’abattement de taux d’intérêt. Ses victimes étaient de personnes fortement précarisées ou peu éduquées. Ces dernières pensaient que les frais qui leur étaient demandés étaient justifiés.

    L’avocat de la prévenue avait plaidé la suspension du prononcé.

    Source > Sudpresse > Publié le Mercredi 25 Avril 2012 à 07h31 > Photo V.Rocher