précarité

  • CES 17 & 18/02 > AVEC LE CCHANNUT > UNE SENSIBILISATION A LA PRECARITE AVEC « MONSIEUR » DU THEATRE DE LA COMMUNAUTE

    Soucieux de sensibiliser la population hannutoise et de ses environs à diverses facettes de la précarité, plusieurs acteurs sociaux et culturels s’unissent pour organiser une représentation théâtrale et un moment d’échanges le mercredi 17 et le jeudi 18 février 2016.

    Depuis le 17 octobre 2015 en effet, -Journée Mondiale de Lutte contre la Pauvreté-, le projet «Monsieur» est répété, de 17 en 17, et se répétera tous les mois jusqu’au 17 octobre 2016. A chaque fois, «Monsieur» est accueilli dans une province wallonne différente. En février, c’est à Hannut que le spectacle se pose…

                    « Monsieur », spectacle mis sur pied par le Théâtre de la Communauté, nous dévoile le quotidien d’un personnage dont la vie, comme celle de beaucoup de monde d’ailleurs, est pleine d’embuches. Solitude, manque d’argent, secrets bien cachés… sont autant de difficultés. Face à cela, Monsieur résiste!

    Afin de toucher un maximum de personnes, nous avons programmé 3 représentations qui se tiendront dans les locaux de l’Académie de Hannut : une « tout public », le mercredi 17/02, en soirée, à 20h (cette séance est d’ores et déjà complète) et deux séances scolaires pour étudiants en matière sociale du Collège Sainte-Croix de Hannut, de l’Athénée Royal de Hannut et de la Haute Ecole Lucia de Brouckère de Jodoigne, séances pour lesquelles il reste encore quelques places ouvertes au public le jeudi 18/02 à 10h30 et à 13h30. Après séance, un temps d’échange entre l’acteur, les organisateurs et le public est prévu, et même fortement recommandé tant le spectacle est interpellant.

    PARADE DE SENSIBILISATION

    Pour marquer un élan de solidarité entre les personnes, une parade aux lanternes est organisée le mercredi soir avant le spectacle. La parade démarrera du Collectif Logement (rue Zénobe Gramme, 42) à 19H15 et traversera la Ville pour rejoindre l’Académie de musique, lieu de la représentation.

    Les lanternes seront confectionnées par l’ACRF, le Collectif Logement, EN PISTE, Inter-Actions et la Maison du Cœur.

    Ce cortège de lumière apporte un éclairage particulier et non-misérabiliste sur  une lutte contre l’appauvrissement et la pauvreté, s’adressant particulièrement aux décideurs politiques pour que l’éradication de la pauvreté et de l’appauvrissement soit à l’agenda de tous les programmes politiques. La lanterne, un symbole lumineux de la conscience citoyenne !

    Vos questions sur le spectacle et vos inscriptions pour les séances du jeudi peuvent se faire au Collectif Logement, via l’adresse mail suivante : monsieur17fevrier@gmail.com  ou via gsm au 0487/27.15.05. L’entrée au spectacle est de 6 euros ou d’un billet Article 27.

    Nous sommes convaincus que la lutte pour l’accès aux Droits fondamentaux est l’affaire de tous… Etudiants, mouvements d’éducation permanente, associations de quartier, associations culturelles, mouvements militants, familles et citoyens, etc.

    Les partenaires de ce projet pour la date de Hannut sont : l’ACRF (Marie-Claire Desmedt), le Collectif Logement (Annick Breuer et Benoît Boucquiau), EN PISTE Collectif de citoyens, travailleurs sociaux et associations (Marc Bodson et Marc Levert), Inter-Actions (Sylvia Graham), le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (Gaëlle Peters et Jen Wasnaire), le Centre Culturel de Hannut (Alain Bronckart et Xavier Lambertz) et le Théâtre de la Communauté (Roxane Stubbe). 

  • PROCHAINEMENT AVEC LE CCHANNUT > UNE SENSIBILISATION A LA PRECARITE AVEC « MONSIEUR » DU THEATRE DE LA COMMUNAUTE

    Soucieux de sensibiliser la population hannutoise et de ses environs à diverses facettes de la précarité, plusieurs acteurs sociaux et culturels s’unissent pour organiser une représentation théâtrale et un moment d’échanges le mercredi 17 et le jeudi 18 février 2016.

    Depuis le 17 octobre 2015 en effet, -Journée Mondiale de Lutte contre la Pauvreté-, le projet «Monsieur» est répété, de 17 en 17, et se répétera tous les mois jusqu’au 17 octobre 2016. A chaque fois, «Monsieur» est accueilli dans une province wallonne différente. En février, c’est à Hannut que le spectacle se pose…

    « Monsieur », spectacle mis sur pied par le Théâtre de la Communauté, nous dévoile le quotidien d’un personnage dont la vie, comme celle de beaucoup de monde d’ailleurs, est pleine d’embuches. Solitude, manque d’argent, secrets bien cachés… sont autant de difficultés. Face à cela, Monsieur résiste!

    Afin de toucher un maximum de personnes, nous avons programmé 3 représentations qui se tiendront dans les locaux de l’Académie de Hannut : une « tout public », le mercredi 17/02, en soirée, à 20h (cette séance est d’ores et déjà complète) et deux séances scolaires pour étudiants en matière sociale du Collège Sainte-Croix de Hannut, de l’Athénée Royal de Hannut et de la Haute Ecole Lucia de Brouckère de Jodoigne, séances pour lesquelles il reste encore quelques places ouvertes au public le jeudi 18/02 à 10h30 et à 13h30. Après séance, un temps d’échange entre l’acteur, les organisateurs et le public est prévu, et même fortement recommandé tant le spectacle est interpellant.

    PARADE DE SENSIBILISATION

    Pour marquer un élan de solidarité entre les personnes, une parade aux lanternes est organisée le mercredi soir avant le spectacle. La parade démarrera du Collectif Logement (rue Zénobe Gramme, 42) à 19H15 et traversera la Ville pour rejoindre l’Académie de musique, lieu de la représentation.

    Les lanternes seront confectionnées par l’ACRF, le Collectif Logement, EN PISTE, Inter-Actions et la Maison du Cœur.

    Ce cortège de lumière apporte un éclairage particulier et non-misérabiliste sur  une lutte contre l’appauvrissement et la pauvreté, s’adressant particulièrement aux décideurs politiques pour que l’éradication de la pauvreté et de l’appauvrissement soit à l’agenda de tous les programmes politiques. La lanterne, un symbole lumineux de la conscience citoyenne !

    Vos questions sur le spectacle et vos inscriptions pour les séances du jeudi peuvent se faire au Collectif Logement, via l’adresse mail suivante : monsieur17fevrier@gmail.com  ou via gsm au 0487/27.15.05. L’entrée au spectacle est de 6 euros ou d’un billet Article 27.

    Nous sommes convaincus que la lutte pour l’accès aux Droits fondamentaux est l’affaire de tous… Etudiants, mouvements d’éducation permanente, associations de quartier, associations culturelles, mouvements militants, familles et citoyens, etc.

    Les partenaires de ce projet pour la date de Hannut sont : l’ACRF (Marie-Claire Desmedt), le Collectif Logement (Annick Breuer et Benoît Boucquiau), EN PISTE Collectif de citoyens, travailleurs sociaux et associations (Marc Bodson et Marc Levert), Inter-Actions (Sylvia Graham), le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (Gaëlle Peters et Jen Wasnaire), le Centre Culturel de Hannut (Alain Bronckart et Xavier Lambertz) et le Théâtre de la Communauté (Roxane Stubbe). 

  • PROCHAINEMENT AVEC LE CCHANNUT > UNE SENSIBILISATION A LA PRECARITE AVEC « MONSIEUR » DU THEATRE DE LA COMMUNAUTE

    Soucieux de sensibiliser la population hannutoise et de ses environs à diverses facettes de la précarité, plusieurs acteurs sociaux et culturels s’unissent pour organiser une représentation théâtrale et un moment d’échanges le mercredi 17 et le jeudi 18 février 2016.

    Depuis le 17 octobre 2015 en effet, -Journée Mondiale de Lutte contre la Pauvreté-, le projet «Monsieur» est répété, de 17 en 17, et se répétera tous les mois jusqu’au 17 octobre 2016. A chaque fois, «Monsieur» est accueilli dans une province wallonne différente. En février, c’est à Hannut que le spectacle se pose…

                    « Monsieur », spectacle mis sur pied par le Théâtre de la Communauté, nous dévoile le quotidien d’un personnage dont la vie, comme celle de beaucoup de monde d’ailleurs, est pleine d’embuches. Solitude, manque d’argent, secrets bien cachés… sont autant de difficultés. Face à cela, Monsieur résiste!

    Afin de toucher un maximum de personnes, nous avons programmé 3 représentations qui se tiendront dans les locaux de l’Académie de Hannut : une « tout public », le mercredi 17/02, en soirée, à 20h (cette séance est d’ores et déjà complète) et deux séances scolaires pour étudiants en matière sociale du Collège Sainte-Croix de Hannut, de l’Athénée Royal de Hannut et de la Haute Ecole Lucia de Brouckère de Jodoigne, séances pour lesquelles il reste encore quelques places ouvertes au public le jeudi 18/02 à 10h30 et à 13h30. Après séance, un temps d’échange entre l’acteur, les organisateurs et le public est prévu, et même fortement recommandé tant le spectacle est interpellant.

    PARADE DE SENSIBILISATION

    Pour marquer un élan de solidarité entre les personnes, une parade aux lanternes est organisée le mercredi soir avant le spectacle. La parade démarrera du Collectif Logement (rue Zénobe Gramme, 42) à 19H15 et traversera la Ville pour rejoindre l’Académie de musique, lieu de la représentation.

    Les lanternes seront confectionnées par l’ACRF, le Collectif Logement, EN PISTE, Inter-Actions et la Maison du Cœur.

    Ce cortège de lumière apporte un éclairage particulier et non-misérabiliste sur  une lutte contre l’appauvrissement et la pauvreté, s’adressant particulièrement aux décideurs politiques pour que l’éradication de la pauvreté et de l’appauvrissement soit à l’agenda de tous les programmes politiques. La lanterne, un symbole lumineux de la conscience citoyenne !

    Vos questions sur le spectacle et vos inscriptions pour les séances du jeudi peuvent se faire au Collectif Logement, via l’adresse mail suivante : monsieur17fevrier@gmail.com  ou via gsm au 0487/27.15.05. L’entrée au spectacle est de 6 euros ou d’un billet Article 27.

    Nous sommes convaincus que la lutte pour l’accès aux Droits fondamentaux est l’affaire de tous… Etudiants, mouvements d’éducation permanente, associations de quartier, associations culturelles, mouvements militants, familles et citoyens, etc.

    Les partenaires de ce projet pour la date de Hannut sont : l’ACRF (Marie-Claire Desmedt), le Collectif Logement (Annick Breuer et Benoît Boucquiau), EN PISTE Collectif de citoyens, travailleurs sociaux et associations (Marc Bodson et Marc Levert), Inter-Actions (Sylvia Graham), le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (Gaëlle Peters et Jen Wasnaire), le Centre Culturel de Hannut (Alain Bronckart et Xavier Lambertz) et le Théâtre de la Communauté (Roxane Stubbe). 

  • AU MENU DES JEUNES: PIEGES AU CHOMAGE ET A LA PRECARITE

    22_1489.jpg

    Crise de l'euro, récession économique, austérité... Elle est loin la parenthèse bénie des années 2006 à 2008 où, avec un taux de chômage résiduel, la Belgique avait quasiment retrouvé le plein-emploi. La crise est passée par là. Un véritable fossé est en train de se creuser entre les générations, avec un taux d'activité des seniors qui s'améliore alors que près du quart des moins de 25 ans n'arrivent toujours pas à trouver du travail.

    La tranche 19-24 ans fragilisée

    Revenus moindres, horizon professionnel bouché, retraites hypothétiques : la génération de la crise est loin des facilités de celle du baby-boom. Pour les 19-24 ans, le parcours est toujours plus chaotique que pour d'autres tranches d'âge.

    Les jeunes peu ou pas diplômés ont un problème aigu de transition vers le premier emploi. Ils n'ont pas de garanties à présenter aux entreprises qui recrutent. Pas de compétences suffisamment crédibles. Pas d'expérience professionnelle. Pas de réseau social. Ils se retrouvent ainsi prisonniers d'une " trappe à chômage " : pas d'expérience, donc pas d'emploi, donc pas d'expérience.

    Comment briser cette spirale ?

    "Plus le niveau d'étude est bas, plus les difficultés sont grandes, explique Charlotte Thomas, chargée de communication au Forem. Mais certaines filières de formation et les baccalauréats affichent des taux d'embauche plus satisfaisants. Car pour l'employeur, il est plus rassurant d'être face à quelqu'un d'opérationnel directement ".

    Sur quels atouts les jeunes peuvent-ils miser face à un employeur qu'ils ne connaissent pas ? " Même si on sort des études, on peut parfois présenter une expérience très riche. Travaux pratiques, bénévolat, scoutisme ou la gestion d'un cercle estudiantin, peuvent déjà mettre en valeur certaines compétences ", insiste Geneviève Collet, conseillère auprès de Forem Conseil.

    Problème : lorsqu'ils accèdent à un emploi, ils sont englués dans une seconde " trappe à précarité ". C'est-à-dire? Ils enchaînent les emplois précaires (CDD, intérim, contrats aidés, stages...) sans pouvoir accéder à un emploi stable. Les salaires ne sont pas mirobolants. Les jeunes s'estiment heureux quand ils débutent à 1500 euros bruts par mois.

    La lucidité s'impose : dans les années à venir, les entreprises - de plus en plus exigeantes - ne représenteront pas un réservoir infini d'emplois. Elles ont fait le plein dans les années 1990, ne prévoient pas de grands départs de baby-boomers comme dans la banque ou les assurances. Dans ce contexte peu favorable se maintiendront les personnes qui auront la vocation chevillée au corps.

    Lire aussi

     

    Source > http://www.references.be