poncelet

  • BRAIVES > ROGER POSSÈDE PLUS DE 3.300 CAPSULES DE CHAMPAGNE

    727211360_ID8286077_champagnepho_225652_H45P4J_0.jpgRoger Poncelet est pensionné et... placomusophile depuis trois ans. Il collectionne les capsules de champagne. Ce Braivois de 80 ans en possède plus de 3.300. Certaines valent 250€.

    C’est avec sa femme que ce Braivois de 80 ans partage sa passion depuis trois ans. “ Avant je collectionnais des sonnettes de tables en forme de personnages ”, vous confiera-t-il honnêtement. “ Elles étaient rares et leur prix pouvait grimper jusque 600 euros. Pour les capsules de champagne, c’est une toute autre histoire ”. Selon ce routier pensionné, il en existerait environ 65000 sortes, chacune avec une valeur type allant jusque 3500 euros. “ Je suis encore loin du compte avec mes 26 tableaux de près de 3300 capsules.

    Mais ce n’est pas le nombre qui importe ”, vous assurera-il. Pour Roger, il n’y a d’important que le sentiment procuré par une capsule à son collectionneur. “ C’est bien simple. Un ami m’avait ramené une série de pièces qu’il avait trouvée dans son grenier. En consultant mon catalogue, je me suis rendu compte qu’une d’entre elles valait 250 euros. Elle ne payait pas de mine. Les motifs étaient trop simples. Je l’ai donc échangée contre d’autres qui me plaisaient davantage ”. A la rareté de la pièce et à son prix, Roger lui préférera toujours son histoire.

    Dans le brouhaha de la salle, un homme s’approche soudain de la table. Captivé par les tableaux de l’octogénaire, il scrute les nouvelles pièces qu’il pourrait lui échanger. C’est un collectionneur débutant. Tout en retenue et sans dire un mot, Roger lui glisse dans les mains une demi-douzaine de ses pièces. “ C’est comme ça moi aussi que j’ai commencé. C’est dans une bourse comme celle-ci qu’un homme m’a fait don de mes six premières armes ”, plaisante-t-il. Aujourd’hui toutes les occasions sont bonnes pour faire de nouvelles acquisitions. “ Chaque fois que je vais au restaurant, je fais d’une pierre, deux coups : je commande à manger et je demande aux serveurs qu’ils me gardent les capsules de la soirée ”. Au fond, c’est peut-être la femme de Roger qui décrit le mieux sa passion. “ Il fait ça en amateur. Mais avec un véritable cœur de professionnel ”.

    En savoir plus dans la Meuse H-W de ce jour.

    Source > Sudpresse > Mis à jour le Lundi 5 Novembre 2012 à 09h12> Photo Bastien Craninx