pommes de terre

  • LE PRIX DE LA PATATE VA DEVENIR TRÈS SALÉ ! > HAUSSE À PRÉVOIR SUR LE PAQUET DE FRITES

    Année noire pour les pommes de terre belges que ce cru 2016 !

    On estime à 16 % la perte de rendement par rapport à l’année passée. Et malheureusement, cela risque de provoquer une hausse importante des prix de la patate et du paquet de frites.  

    Mauvaise nouvelle pour les grands consommateurs de pommes de terre et de frites. La récolte 2016 est d’ores et déjà très mauvaise pour les producteurs belges et cela aura par la force des choses un impact sur le nombre de pommes de terre et donc sur les prix. C’est la loi du marché : si la demande est supérieure à l’offre, les prix partent à la hausse.

    Et c’est clairement le cas cette année. « 2016 a été caractérisée par un printemps humide qui a perturbé la préparation des sols et puis par la sécheresse de la mi-août à la mi-octobre qui a rendu la récolte pratiquement impossible sans irrigation ou sans arrosage jusqu’à la mi-octobre » , souligne le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (cdH), en réponse à une question parlementaire.

    PRIX À LA HAUSSE

    À ce jour, les arrachages ne sont pas encore terminés dans certaines zones de Hesbaye et du Condroz. Mais c’est désormais une certitude, il y aura beaucoup moins de pommes de terre belges et wallonnes sur le marché cette année. « Pour la Belgique, on estime la perte de rendement à 16 % par rapport à l’année passée et par rapport à la moyenne des cinq dernières années et la production belge est attendue en baisse de 6 % compte tenu de la hausse des surfaces cultivées » , précise le ministre Collin.

    Mais la différence entre la production brute et celle qui sera effectivement mise en vente sera plus importante, suite à une série de problèmes. « Cette récolte se caractérise par une sensibilité élevée aux coups et aux crevasses » , conclut le ministre.

    La situation est très tendue pour le secteur. Voici quelques jours, la Filière wallonne de la pomme de terre (Fiwap) a lancé un cri d’alarme sur la situation, très préoccupante. « Au 15 octobre, moins de 30 % des surfaces belges de pomme de terre de conservation avaient été récoltées. Tous ces problèmes mettent fortement en péril la rentabilité de tous les maillons de la filière » , précise la Fiwap. Pour le consommateur, la situation aura un impact sur le prix qu’il paie ses pommes de terre.

    D’ailleurs, les cours de la pomme de terre ont tout simplement doublé sur un an. Par exemple, la cotation de la bintje est passée de 11,66 euros/100 kg en octobre 2015 à 22,79 euros/100 kg le 10 novembre dernier. Et on retrouve des hausses de même niveau pour les autres types de pommes de terre. « Mais attention, cela ne veut pas dire que le prix de la pomme de terre va doubler dans les grandes surfaces ou sur les marchés » , souligne Daniel Ryckmans, de la Filière wallonne de la pomme de terre. « Il faut savoir que pour tout ce qui est pomme de terre de transformation, une large partie a été contractée en présaison, donc l’impact sera limité », poursuit Daniel Ryckmans. « Par contre, il y aura un impact sur le frais, au moins sur 20 % de la production » , poursuit-il.

    Et le frais, ce sont justement les pommes de terre que l’on trouve sur les marchés ou dans le commerce de détail. Plus grave, la tendance à la hausse pourrait se poursuivre pendant plusieurs mois. « C’est toujours difficile de faire des prévisions à long terme mais je crains qu’on ne soit dans une tendance à la hausse pour une période assez longue » , poursuit le responsable de la Fiwap.

    FRITES : PAQUET PLUS CHER

    Évidemment, qui dit pomme de terre dit … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi18/11/2016

    Source > DEMETRIO SCAGLIOLA Dans votre journal LA MEUSE H/W de ce vendredi18/11/2016