petit-hallet

  • PETIT HALLET (HANNUT) > XAVIER MEUR (GLACIER) CITÉ PAR PARIS MATCH

    Le glacier de Petit-Hallet repris parmi les artisans à visiter cet été

    Le glacier de Petit-Hallet voit son travail récompensé. Le 7 juillet dernier, Paris Match Belgique sortait sur son édition web un article consacré aux 6 artisans glaciers à visiter cet été en Wallonie et à Bruxelles. Xavier Meur est repris dans ce top 6 ! Il est le seul représentant la région de Huy-Waremme. Une satisfaction pour ce Hannutois, fier de 13 années d’expérience dans le métier.

     « C’est vraiment plaisant d’être reconnu », souligne Xavier Meur. Ce glacier de Petit-Hallet est ravi. Il a récemment été cité par Paris Match Belgique comme faisant partie de l’un des 6 artisans glaciers à visiter cet été en Wallonie et à Bruxelles. « Une sélection subjective testée et approuvée », précise le magazine au travers de son article paru le 7 juillet dernier sur son site internet. « Je n’ai pas été contacté mais j’imagine qu’ils ont dû venir chez moi pour goûter et prendre une photo », suppose Xavier Meur. « C’est une réelle reconnaissance, d’autant plus lorsque cela vient de professionnels. »

    Depuis la parution, le glacier voit arriver une nouvelle clientèle. « Je ne peux pas tous les identifier mais en tout cas, j’ai eu plusieurs clients qui m’ont fait la réflexion et ont dit avoir vu mon nom répertorié dans l’article du Paris Match Belgique. » Une belle publicité pour Xavier Meur qui, justement, n'en a jamais fait ! « Ma publicité est ma qualité. » Une renommée qui n’est plus à faire puisque même s’il est caché derrière le lierre de sa façade, il accueille chaque jour d’ouverture une file d’amateurs qui patientent devant la fenêtre de son atelier.

    Un succès qui s’explique, selon cet ancien photographe, notamment par la qualité des produits proposés, mais aussi par la … La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 19/07/2017

    Notre test du citron-poivron

    Cela vous paraît farfelu comme mélange ? Nous avons testé ! Si vous franchissez le pas, attendez-vous à être… La suite sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 19/07/2017

    L’atelier, situé rue de la Fusion 11 à Petit-Hallet, est ouvert les mercredis, vendredis, samedis de 11 à 21h et... lorsque Xavier Meur est là.

    Source > C.L sur votre journal LA MEUSE H/W de ce mercredi 19/07/2017

    L’article complet pour les abonnés à la version digitale > http://huy-waremme.lameuse.be/104950

  • CES 24 & 25/03 A PETIT-HALLET (HANNUT) > THEATRE > LES PAN VOUS EMMENENT AU PAYS DE L’ABSURDE. (Dernières représentations)

    Pour cette nouvelle saison, les PAN vous emmènent au pays de l’absurde.

    “Absurdies” est constitué de 13 courtes pièces choisies dans le répertoire de Karl Valentin, d’Harold Pinter (traduction française : Eric Kahane) et de Jean-Pierre Martinez. Des dialogues anodins, absurdes, parfois drôles qui forment un tissu de discussions apparemment vides de sens.

    Et c’est dans ce vide que Les Planches à Nu ont travaillé : comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini.  "Absurdies" : à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

    Mise en scène de Sophie Schneider

    Avec Fernand Claude, Jean Dufour, Steffy Dumont, Malika Lebrun, Annick Leroy, Emilie Massi, Bernadette Paradowski et Monique Surlemont

    Dates : les vendredis et samedis 24 et 25 mars à 20h

    Infos et réservations : 0479/77 90 45 - lesplanchesanu@gmail.com

    Lieu : Salle des Amis Réunis, rue de Wansin à Petit Hallet

    Prix : 10 € - Etudiants et autres théâtres : 5 € - Art. 27 : 1,25 €

    Les liens > www.planchesanu.be - www.facebook.com/theatrehannut

    L’historique de la troupe

    Zoom sur les troupes de théâtres amateurs qui ponctuent notre vie culturelle de leur diversité et de leur créativité.

    La troupe des Planches à Nu, originaire de la région hannutoise, investit l'espace scénique depuis maintenant 20 ans. Leur public le sait: ce qui fait la richesse de cette troupe enthousiaste, c'est le va-et-vient constructif des comédiens et des metteurs en scène qui se succèdent chaque année avec originalité pour réinventer leur définition de la performance théâtrale.

    Cette année, les PAN remettent le couvert avec Sophie Schneider, qui a exploré avec eux le thème fertile de l'absurdité en mettant en scène des textes choisis de Karl Valentin, d'Harold Pinter et de Jean-Pierre Martinez. Bienvenue en Absurdies !

    « Les Planches à Nu » est une ASBL qui fût fondée en 1997 sous l’impulsion du Centre Culturel de Hannut. Depuis lors, des dizaines de comédiens amateurs de tous les horizons se sont succédés sous la direction de plus de dix metteurs en scène pour proposer à leur public des spectacles qui ne cessent jamais de surprendre par leur diversité, par leur originalité et parfois même, par leur audace. Les comédiens de la troupe travaillent cette année d'arrache-pied pour exploiter le thème de l'absurdité dans toutes ses nuances : les mots, les silences, les interrogations et surtout, ces rires inexpliqués qui naissent de l'incompréhension et des malentendus dans des dialogues qui ont parfois comme un petit air de déjà-vu.

    « Nous avons exploré beaucoup de styles et des mises en scène différentes ces dernières années », explique Emilie Massi, présidente des Planches à Nu. « Sous la houlette de Sophie Schneider, nous avons décidé, pour cette nouvelle saison, d'effectuer un travail un peu plus en profondeur, où la forme est secondaire mais où le fond peut prendre des facettes variées, selon l'interprétation de chacun. Sophie nous a guidés pour nous apprendre à soigner notre jeu d'acteur dans les dialogues, mais surtout pour nous permettre de faire parler les silences. Nous sommes heureux de ce travail pointilleux qui a enrichi notre jeu et nous nous réjouissons de partager le résultat avec notre public. »

    En quoi consiste exactement cette nouvelle aventure théâtrale qui se veut à la fois drôle, décalée et lourde de «non-sens»? Sophie Schneider nous l'explique dans sa note d'intention: « Il s'agit ici de dialogues anodins, absurdes, souvent drôles, qui forment un tissu de discussions en apparence vide de sens. Mais c’est dans ce vide que les comédiens ont travaillé.» Les membres des PAN ont effet dû s'interroger. Comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? « C'est entre les répliques que naît le jeu.», poursuit Sophie Schneider. «Le spectacle Absurdies est constitué de pièces courtes d'origines différentes mais qui partagent un même fil conducteur: le non-dit, le malentendu, les réactions absurdes qui naissent d'une communication ratée.»

    La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini, pour le plus grand plaisir du public des Planches à Nu.

    Absurdies, c'est à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

  • À PARTIR DE CE 10/03 À PETIT-HALLET (HANNUT) > THEATRE > LES PAN VOUS EMMENENT AU PAYS DE L’ABSURDE. (5 dates)

    Pour cette nouvelle saison, les PAN vous emmènent au pays de l’absurde.

    “Absurdies” est constitué de 13 courtes pièces choisies dans le répertoire de Karl Valentin, d’Harold Pinter (traduction française : Eric Kahane) et de Jean-Pierre Martinez. Des dialogues anodins, absurdes, parfois drôles qui forment un tissu de discussions apparemment vides de sens.

    Et c’est dans ce vide que Les Planches à Nu ont travaillé : comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini.  "Absurdies" : à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

    Mise en scène de Sophie Schneider

    Avec Fernand Claude, Jean Dufour, Steffy Dumont, Malika Lebrun, Annick Leroy, Emilie Massi, Bernadette Paradowski et Monique Surlemont

    Dates : les vendredis et samedis 10, 11, 17(COMPLET), 18, 24 et 25 mars à 20h et le dimanche 19 mars à 16h30

    Représentation exceptionnelle au profit du Ladies'Circle de Hannut le dimanche 12 mars à 16h30

    Infos et réservations : 0479/77 90 45 - lesplanchesanu@gmail.com

    Lieu : Salle des Amis Réunis, rue de Wansin à Petit Hallet

    Prix : 10 € - Etudiants et autres théâtres : 5 € - Art. 27 : 1,25 €

    Les liens > www.planchesanu.be - www.facebook.com/theatrehannut

    L’historique de la troupe

    Zoom sur les troupes de théâtres amateurs qui ponctuent notre vie culturelle de leur diversité et de leur créativité.

    La troupe des Planches à Nu, originaire de la région hannutoise, investit l'espace scénique depuis maintenant 20 ans. Leur public le sait: ce qui fait la richesse de cette troupe enthousiaste, c'est le va-et-vient constructif des comédiens et des metteurs en scène qui se succèdent chaque année avec originalité pour réinventer leur définition de la performance théâtrale.

    Cette année, les PAN remettent le couvert avec Sophie Schneider, qui a exploré avec eux le thème fertile de l'absurdité en mettant en scène des textes choisis de Karl Valentin, d'Harold Pinter et de Jean-Pierre Martinez. Bienvenue en Absurdies !

    « Les Planches à Nu » est une ASBL qui fût fondée en 1997 sous l’impulsion du Centre Culturel de Hannut. Depuis lors, des dizaines de comédiens amateurs de tous les horizons se sont succédés sous la direction de plus de dix metteurs en scène pour proposer à leur public des spectacles qui ne cessent jamais de surprendre par leur diversité, par leur originalité et parfois même, par leur audace. Les comédiens de la troupe travaillent cette année d'arrache-pied pour exploiter le thème de l'absurdité dans toutes ses nuances : les mots, les silences, les interrogations et surtout, ces rires inexpliqués qui naissent de l'incompréhension et des malentendus dans des dialogues qui ont parfois comme un petit air de déjà-vu.

    « Nous avons exploré beaucoup de styles et des mises en scène différentes ces dernières années », explique Emilie Massi, présidente des Planches à Nu. « Sous la houlette de Sophie Schneider, nous avons décidé, pour cette nouvelle saison, d'effectuer un travail un peu plus en profondeur, où la forme est secondaire mais où le fond peut prendre des facettes variées, selon l'interprétation de chacun. Sophie nous a guidés pour nous apprendre à soigner notre jeu d'acteur dans les dialogues, mais surtout pour nous permettre de faire parler les silences. Nous sommes heureux de ce travail pointilleux qui a enrichi notre jeu et nous nous réjouissons de partager le résultat avec notre public. »

    En quoi consiste exactement cette nouvelle aventure théâtrale qui se veut à la fois drôle, décalée et lourde de «non-sens»? Sophie Schneider nous l'explique dans sa note d'intention: « Il s'agit ici de dialogues anodins, absurdes, souvent drôles, qui forment un tissu de discussions en apparence vide de sens. Mais c’est dans ce vide que les comédiens ont travaillé.» Les membres des PAN ont effet dû s'interroger. Comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? « C'est entre les répliques que naît le jeu.», poursuit Sophie Schneider. «Le spectacle Absurdies est constitué de pièces courtes d'origines différentes mais qui partagent un même fil conducteur: le non-dit, le malentendu, les réactions absurdes qui naissent d'une communication ratée.»

    La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini, pour le plus grand plaisir du public des Planches à Nu.

    Absurdies, c'est à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

    Planches à nu.jpg

  • PROCHAINEMENT A PETIT-HALLET (HANNUT) > THEATRE > LES PAN VOUS EMMENENT AU PAYS DE L’ABSURDE.

    Pour cette nouvelle saison, les PAN vous emmènent au pays de l’absurde.

    “Absurdies” est constitué de 13 courtes pièces choisies dans le répertoire de Karl Valentin, d’Harold Pinter (traduction française : Eric Kahane) et de Jean-Pierre Martinez. Des dialogues anodins, absurdes, parfois drôles qui forment un tissu de discussions apparemment vides de sens.

    Et c’est dans ce vide que Les Planches à Nu ont travaillé : comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini.  "Absurdies" : à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

    Mise en scène de Sophie Schneider

    Avec Fernand Claude, Jean Dufour, Steffy Dumont, Malika Lebrun, Annick Leroy, Emilie Massi, Bernadette Paradowski et Monique Surlemont

    Dates : les vendredis et samedis 10, 11, 17(COMPLET), 18, 24 et 25 mars à 20h et le dimanche 19 mars à 16h30

    Représentation exceptionnelle au profit du Ladies'Circle de Hannut le dimanche 12 mars à 16h30

    Infos et réservations : 0479/77 90 45 - lesplanchesanu@gmail.com

    Lieu : Salle des Amis Réunis, rue de Wansin à Petit Hallet

    Prix : 10 € - Etudiants et autres théâtres : 5 € - Art. 27 : 1,25 €

    Les liens > www.planchesanu.be - www.facebook.com/theatrehannut

    L’historique de la troupe

    Zoom sur les troupes de théâtres amateurs qui ponctuent notre vie culturelle de leur diversité et de leur créativité.

    La troupe des Planches à Nu, originaire de la région hannutoise, investit l'espace scénique depuis maintenant 20 ans. Leur public le sait: ce qui fait la richesse de cette troupe enthousiaste, c'est le va-et-vient constructif des comédiens et des metteurs en scène qui se succèdent chaque année avec originalité pour réinventer leur définition de la performance théâtrale.

    Cette année, les PAN remettent le couvert avec Sophie Schneider, qui a exploré avec eux le thème fertile de l'absurdité en mettant en scène des textes choisis de Karl Valentin, d'Harold Pinter et de Jean-Pierre Martinez. Bienvenue en Absurdies !

    « Les Planches à Nu » est une ASBL qui fût fondée en 1997 sous l’impulsion du Centre Culturel de Hannut. Depuis lors, des dizaines de comédiens amateurs de tous les horizons se sont succédés sous la direction de plus de dix metteurs en scène pour proposer à leur public des spectacles qui ne cessent jamais de surprendre par leur diversité, par leur originalité et parfois même, par leur audace. Les comédiens de la troupe travaillent cette année d'arrache-pied pour exploiter le thème de l'absurdité dans toutes ses nuances : les mots, les silences, les interrogations et surtout, ces rires inexpliqués qui naissent de l'incompréhension et des malentendus dans des dialogues qui ont parfois comme un petit air de déjà-vu.

    « Nous avons exploré beaucoup de styles et des mises en scène différentes ces dernières années », explique Emilie Massi, présidente des Planches à Nu. « Sous la houlette de Sophie Schneider, nous avons décidé, pour cette nouvelle saison, d'effectuer un travail un peu plus en profondeur, où la forme est secondaire mais où le fond peut prendre des facettes variées, selon l'interprétation de chacun. Sophie nous a guidés pour nous apprendre à soigner notre jeu d'acteur dans les dialogues, mais surtout pour nous permettre de faire parler les silences. Nous sommes heureux de ce travail pointilleux qui a enrichi notre jeu et nous nous réjouissons de partager le résultat avec notre public. »

    En quoi consiste exactement cette nouvelle aventure théâtrale qui se veut à la fois drôle, décalée et lourde de «non-sens»? Sophie Schneider nous l'explique dans sa note d'intention: « Il s'agit ici de dialogues anodins, absurdes, souvent drôles, qui forment un tissu de discussions en apparence vide de sens. Mais c’est dans ce vide que les comédiens ont travaillé.» Les membres des PAN ont effet dû s'interroger. Comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? « C'est entre les répliques que naît le jeu.», poursuit Sophie Schneider. «Le spectacle Absurdies est constitué de pièces courtes d'origines différentes mais qui partagent un même fil conducteur: le non-dit, le malentendu, les réactions absurdes qui naissent d'une communication ratée.»

    La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini, pour le plus grand plaisir du public des Planches à Nu.

    Absurdies, c'est à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

  • PROCHAINEMENT A PETIT-HALLET (HANNUT) > THEATRE > LES PAN VOUS EMMENENT AU PAYS DE L’ABSURDE.

    Pour cette nouvelle saison, les PAN vous emmènent au pays de l’absurde.

    “Absurdies” est constitué de 13 courtes pièces choisies dans le répertoire de Karl Valentin, d’Harold Pinter (traduction française : Eric Kahane) et de Jean-Pierre Martinez. Des dialogues anodins, absurdes, parfois drôles qui forment un tissu de discussions apparemment vides de sens.

    Et c’est dans ce vide que Les Planches à Nu ont travaillé : comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini.  "Absurdies" : à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

    Mise en scène de Sophie Schneider

    Avec Fernand Claude, Jean Dufour, Steffy Dumont, Malika Lebrun, Annick Leroy, Emilie Massi, Bernadette Paradowski et Monique Surlemont

    Dates : les vendredis et samedis 10, 11, 17, 18, 24 et 25 mars à 20h et le dimanche 19 mars à 16h30

    Représentation exceptionnelle au profit du Ladies'Circle de Hannut le dimanche 12 mars à 16h30

    Infos et réservations : 0479/77 90 45 - lesplanchesanu@gmail.com

    Lieu : Salle des Amis Réunis, rue de Wansin à Petit Hallet

    Prix : 10 € - Etudiants et autres théâtres : 5 € - Art. 27 : 1,25 €

    Les liens > www.planchesanu.be - www.facebook.com/theatrehannut

    L’historique de la troupe

    Zoom sur les troupes de théâtres amateurs qui ponctuent notre vie culturelle de leur diversité et de leur créativité.

    La troupe des Planches à Nu, originaire de la région hannutoise, investit l'espace scénique depuis maintenant 20 ans. Leur public le sait: ce qui fait la richesse de cette troupe enthousiaste, c'est le va-et-vient constructif des comédiens et des metteurs en scène qui se succèdent chaque année avec originalité pour réinventer leur définition de la performance théâtrale.

    Cette année, les PAN remettent le couvert avec Sophie Schneider, qui a exploré avec eux le thème fertile de l'absurdité en mettant en scène des textes choisis de Karl Valentin, d'Harold Pinter et de Jean-Pierre Martinez. Bienvenue en Absurdies !

    « Les Planches à Nu » est une ASBL qui fût fondée en 1997 sous l’impulsion du Centre Culturel de Hannut. Depuis lors, des dizaines de comédiens amateurs de tous les horizons se sont succédés sous la direction de plus de dix metteurs en scène pour proposer à leur public des spectacles qui ne cessent jamais de surprendre par leur diversité, par leur originalité et parfois même, par leur audace. Les comédiens de la troupe travaillent cette année d'arrache-pied pour exploiter le thème de l'absurdité dans toutes ses nuances : les mots, les silences, les interrogations et surtout, ces rires inexpliqués qui naissent de l'incompréhension et des malentendus dans des dialogues qui ont parfois comme un petit air de déjà-vu.

    « Nous avons exploré beaucoup de styles et des mises en scène différentes ces dernières années », explique Emilie Massi, présidente des Planches à Nu. « Sous la houlette de Sophie Schneider, nous avons décidé, pour cette nouvelle saison, d'effectuer un travail un peu plus en profondeur, où la forme est secondaire mais où le fond peut prendre des facettes variées, selon l'interprétation de chacun. Sophie nous a guidés pour nous apprendre à soigner notre jeu d'acteur dans les dialogues, mais surtout pour nous permettre de faire parler les silences. Nous sommes heureux de ce travail pointilleux qui a enrichi notre jeu et nous nous réjouissons de partager le résultat avec notre public. »

    En quoi consiste exactement cette nouvelle aventure théâtrale qui se veut à la fois drôle, décalée et lourde de «non-sens»? Sophie Schneider nous l'explique dans sa note d'intention: « Il s'agit ici de dialogues anodins, absurdes, souvent drôles, qui forment un tissu de discussions en apparence vide de sens. Mais c’est dans ce vide que les comédiens ont travaillé.» Les membres des PAN ont effet dû s'interroger. Comment faire dire aux mots plus que leur définition ? Comment remplir le vide ? Comment faire parler le silence ? « C'est entre les répliques que naît le jeu.», poursuit Sophie Schneider. «Le spectacle Absurdies est constitué de pièces courtes d'origines différentes mais qui partagent un même fil conducteur: le non-dit, le malentendu, les réactions absurdes qui naissent d'une communication ratée.»

    La troupe tente donc, avec une grande sobriété scénique mais au-delà des mots, de faire entendre ce que les personnages veulent vraiment dire. Par l'intermédiaire de situations ironiquement familières, l'absurde révèle ici toute son intensité et son potentiel d'humour infini, pour le plus grand plaisir du public des Planches à Nu.

    Absurdies, c'est à voir sans conditions, à saisir à sa façon, à savourer sans modération !

  • PETIT-HALLET (HANNUT) > UNE FERME DU 17ème SIÈCLE TRANSFORMÉE EN HARAS

    Le projet de transformation de la ferme Cleiren prévoit aussi 11 apparts de standing et un spa 

    Une nouvelle vie se profile pour la ferme de Joseph Cleiren, située rue du Milieu à Petit-Hallet (Hannut). Son nouvel acquéreur, Tiago de Ales envisage d’en faire un lieu de standing pour cavaliers de haut niveau, avec haras, appartements de standing, gîte avec piscine, salle de fitness et même un bistrot-restaurant.  

    Le rachat de la ferme est en cours de procédure. À l’heure actuelle, Joseph Cleiren, en est toujours le propriétaire officiel mais à terme, c’est un jeune cavalier professionnel qui devrait en prendre possession. Son nom : Tiago De Ales, 37 ans. D’origine italo-brésilienne, le trentenaire n’est cependant pas un nouveau-venu dans l’arrondissement de Huy-Waremme.

    1312283770_B9710448129Z_1_20161206195645_000_GH884DGR0_1-0.jpgDepuis douze ans, il réside et travaille à Hodeige (Remicourt) dans le manège du cavalier brésilien Luiz-Felipe de Azevedo avec qui il est associé. Aujourd’hui, il veut lancer sa propre entreprise de négoce de chevaux et d’élevage.

    En mai 2016, au détour d’une promenade à vélo, il a jeté son dévolu sur la ferme de Joseph Cleiren : « Depuis quelque temps, je cherchais un terrain pour lancer mon haras. Quand je l’ai vu, j’ai demandé si elle était à vendre. Coïncidence : elle l’était. »

    Magnifiquement conservée, la propriété de Joseph Cleiren est datée, pour les parties les plus anciennes, du 17e siècle. Elle se compose d’un corps de logis en briques et encadrement de pierre, et de plusieurs dépendances que le futur nouveau propriétaire projette de transformer en lieu de standing pour des cavaliers de haut niveau, voire des champions olympiques du monde entier.

    Le projet qui est actuellement soumis à une étude d’incidence sur l’environnement prévoit l’aménagement, dans les dépendances, de 11 appartements de standing, de 120 à 196 m2, de 2 à 3 chambres, avec jardin privé. Le corps de logis sera transformé en gîte sous la forme de Bed & Breakfast. 8 à 10 chambres sont prévues. À l’arrière, les résidents pourront profiter du jardin et de la piscine déjà existante. Dans les anciennes écuries, un centre de fitness et un spa pour les locataires des appartements devrait voir le jour.

    Le haras est prévu à … La suite, sur votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/12/2016

    Source > MARIE-CLAIRE GILLET dans votre journal LA MEUSE H/W de ce 07/12/2016

    Photo M.Cl.G > Le nouveau et l’ancien propriétaire, Tiago De Ales et Joseph Beiren.

    Trois autres articles disponibles sur le même sujet & sur La page :

    Un zoo pédagogique et un resto-bistro ouvert au public

    DEUX GÉNÉRATIONS L’ONT EXPLOITÉE  > Dans la famille depuis 54 ans 

    CE 7 DÉCEMBRE, À 20H > Réunion d’information

  • PETIT-HALLET (HANNUT) > ARRÊTÉ CAR IL FRAPPAIT SES GRANDS-PARENTS

    Gifles, coups de poings : un couple d’octogénaires hannutois a vécu l’enfer pendant trois ans

    C’est la fin d’un long calvaire pour Marie-Josée Trivaux (80) et Jean Piette (83).

    Ce couple de Hannutois vivant dans une rue paisible de Petit-Hallet, a vécu l’enfer pendant trois ans. Ils ont été victime des accès de colère de leur petit-fils, Michaël. Ce dernier, âgé de 29 ans, est incarcéré à la prison de Huy depuis vendredi. Le couple d’octogénaires a accepté de témoigner.

    Attaques avec des bouts de bois, coups de poing et des gifles… Michaël (29) s’est déchargé sur ses grands-parents Marie-Josée Trivaux (80) et Jean Piette (83). Pendant trois ans, ce jeune Hannutois en perdition a semé la terreur dans la ferme familiale située rue Sous-les-Monts à Petit-Hallet.

    Le couple d’octogénaires n’a pas osé se plaindre et s’est tu. « On essayait d’arranger les choses à chaque fois, pour que cela aille mieux », explique Marie-Josée Trivaux.

    Mais, cette situation intolérable, le médecin de famille l’a découverte et dénoncée. Le dossier est passé dans les mains du juge de paix puis a atterri sur la table du Magistrat au Parquet de Liège.

    Michaël a été interpellé dans la foulée.

    UN PASSÉ DOULOUREUX

    « Cela fait depuis le mois de juillet que cela s’est aggravé et que Michaël a commencé à nous tabasser», indique Marie-Josée. « Il n’a plus voulu prendre ses médicaments et a commencé à boire. » Un comportement dangereux pour Michaël qui était soigné pour son épilepsie. « Je pense qu’il était aussi en dépression car il n’arrêtait pas de ressasser le passé. »

    Et quel passé. A l’âge de trois ans, Michaël a été placé avec son frère et ses deux sœurs chez ses grands-parents à Petit-Hallet. « Leur père est décédé et leur mère n’a jamais souhaité s’occuper d’eux. »

    Une rancœur ancrée dans le cœur du Hannutois qui a tenté d’extérioriser sa colère par tous les moyens. « Il a cassé les vitres de la maison, roulé sans permis avec le tracteur de mon mari. Il ne dormait que trois heures par nuit mais, dès qu’il était réveillé, c’était le calvaire.»

    Depuis que le jeune homme est incarcéré à la prison de Huy, le couple … La suite dans votre journal LA MEUSE H/W de ce Lundi 21/11/2016

    Source > C.L. Dans votre journal LA MEUSE H/W de ce Lundi 21/11/2016

    Lire un article sur le Web à ce sujet sur > http://www.lameuse.be/victime-de-coups-ce-couple-d-octogenaires-hannutois-defend-encore-son-petit-fils

  • PROCHAINEMENT A PETIT & GRAND-HALLET (HANNUT) > PROMENADE NATURE ET PATRIMOINE (INSCRIPTIONS)

    Les sentiers dans tous leurs états !

    A l’occasion de la semaine des sentiers, la Ville de Hannut vous invite à venir découvrir les différentes fonctions que remplissent les sentiers au cours d’une promenade de 8 km à travers les villages de Grand-Hallet et Petit-Hallet.

     LE samedi 8 octobre 2016

    Au programme :

    • - Visite du Moulin Dardenne à Grand-Hallet.
    • - Découverte d’un rucher à Petit-Hallet
    • - Jeux géant de l’asbl les amis réunis
    • - Verre de l’amitié à l’école de Grand-Hallet

    Le tout en compagnie des ânes Tartine et Biscotte.

    Infos pratiques :

    Départs à 13h et 13h30 depuis la rue des tuileries à Grand-Hallet

    Inscriptions obligatoires avant le 1er octobre 2016 au 019/51.93.68 ou environnement@hannut.be

    Source > Thérèse Torrekens Eco-conseillère Ville de Hannut