perspectives

  • LES PERSPECTIVES D’EMPLOIS DU SECTEUR "SOINS DE SANTÉ"

    infirmier.jpg

    Le secteur hospitalier continue d'engager.

    Les cliniques universitaires Saint-Luc ont ainsi embauché, en 2014, plus de 200 infirmiers et environ 300 personnes aux profils paramédical, technique, administratif ou logistique. «Et pour 2015, les chiffres seront sensiblement comparables», prédit Candice Turine.

    Valérie Maréchal se montre, elle, plus prudente en terme de chiffres pour le CHR La Citadelle: «Nous restons vigilants quant à nos indicateurs de gestion. Nous devons maintenir la masse salariale, qui représente plusieurs centaine de millions d'euros, et qui augmente de 3% chaque année. Nous voulons cependant nous donner tous les moyens de poursuivre notre plan stratégique, et nous engagerons environ 50 équivalents temps-plein à partir de juin, dont une majorité de personnel infirmier.»

    DÉPART MASSIF À ANTICIPER

    Le secteur psychiatrique n'échappe pas à la règle : à Beau Vallon, de 80 à 110 engagements sont prévus en 2015, comme l'an passé, dont 80% d'infirmiers. «Cela peut sembler important pour une structure modeste comme la nôtre», explique Jacques Hansenne, «mais nous avons beaucoup de temps partiels et le personnel est essentiellement féminin, avec un écartement automatique dès le premier jour en cas de grossesse. Avec le congé maternité, cela signifie des absences de 12 à 15 mois. Il faut pouvoir les remplacer. Et on engagera encore plus dans les prochaines années, car nous ferons face, dans les 5 à 10 ans à un départ massif à la retraite, qu'il faut anticiper, sous peine de devoir fermer certaines activités ! Et vu la concurrence pour trouver des infirmiers et infirmières, nous sommes obligés de leur proposer des CDI. Il faut en tenir compte dans la gestion des RH.»

    Pour Epicura, Bruno Brohez annonce la couleur : 250 personnes seront engagées en 2015. «L'écartement de femmes enceintes, les congés parentaux, le crédit-temps sont des facteurs-clé. Mis à part pour les infirmiers, il s'agira essentiellement de CDD pour cause de remplacement.» «Les bons éléments se font vite connaître», reprend Candice Turine. «S'il est vrai que nous proposons au démarrage souvent des contrats temporaires au personnel non-infirmier, il y a d’autres perspectives. Avec un peu de patience et d’implication, il y a de réelles ouvertures vers une consolidation au sein de notre institution».

    Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

    soins de santé / emploi / infirmier / Cliniques Universitaires St Luc / CHR La Citadelle / epicura / Beau Vallon.

    Source > http://www.jobsregions.be