passer

  • 1 BELGE SUR 2 NE VEUT PAS CONSACRER PLUS DE TEMPS A SE RENDRE AU TRAVAIL

    Navettes_2015_02_18_logo_shutterstock_94381312.jpg

    Notre Enquête des salaires 2014 indique que 49,6 % des travailleurs ne souhaitent pas augmenter la durée de leur trajet domicile-travail.

    13,4 % sont disposés à consacrer plus de temps pour aller au travail pour le même salaire, 37 % ne sont d’accord de le faire que contre une meilleure rémunération.

    Maximum 98 minutes supplémentaires

    La volonté d’effectuer un plus long trajet est inversément proportionnelle à la durée de déplacement. Les travailleurs qui ne sont pas disposés à mettre plus de temps pour se rendre au travail passent en moyenne plus de 20 minutes en plus sur la route que les travailleurs qui sont d’accord d’augmenter la durée de leur trajet (respectivement 78 et 55 minutes en moyenne de trajet).

    Les travailleurs disposés à mettre plus de temps à faire la navette déclarent qu’ils veulent consacrer maximum 98 minutes pour se rendre au travail, soit 43 minutes de plus que la durée moyenne réelle de leur trajet (55 minutes). Le temps supplémentaire qu’on est disposé à consacrer au trajet domicile-travail est un peu plus élevé chez les travailleurs qui veulent bien le faire pour le même salaire (44 contre 42 minutes). Mais ce groupe passe cependant moins de temps sur la route (49 contre 57 minutes) et se caractérise donc par une durée de déplacement maximale légèrement inférieure (93 contre 99 minutes).

    Un job mieux payé ? Alors d’accord pour un plus long trajet

    Le quart des travailleurs les mieux payés passe 22 minutes de plus sur la route que le quart des travailleurs les moins bien payés (79 contre 57 minutes). Cela pourrait s’expliquer par le fait que les jobs bien payés se situent en moyenne plus loin du domicile (peut-être parce qu’ils sont concentrés dans les villes qui rencontrent des problèmes de circulation). Autre raison possible : les travailleurs sont disposés à mettre plus de temps à faire la navette pour un emploi lucratif.

    Cette dernière interprétation semble se confirmer lorsque l’on met en relation la disposition à consacrer plus de temps aux trajets et l’aspect salarial. Plus de 4 travailleurs sur 10 (43 %) ayant les plus bas salaires veulent bien mettre plus de temps pour se rendre au travail à condition de toucher une meilleure rémunération. Pour les plus hauts salaires, cette volonté est moindre (30 %). Mais comme nous l’avons déjà souligné, le temps réel qui leur est nécessaire pour faire la navette est plus élevé.

    Source : Enquête des salaires 2014, Références et KU Leuven > Texte: Rédaction sur > http://www.references.be