pas tout a fait d'accord

  • MOTS CŒUR & MOTS TUS > LA RUBRIQUE DE BRUNO HEUREUX > …. PAS TOUT À FAIT D’ACCORD !

    Pas tout à fait d’accord !

                    Tout le monde n’est pas toujours d’accord, en tout ou en partie, avec mes propos tenus régulièrement dans  cette rubrique. Certains prennent la peine de m’écrire pour exprimer leurs réticences, opposition, indignation… C’est ce qu’a fait Monsieur Christian Bourguignon de Hannut, avec une grande franchise, égale à la mienne, ce dont je le remercie. Avec son accord, je vous livre le contenu de son courrier et la réponse que je lui ai fait parvenir.

    Monsieur Heureux,

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre article hebdomadaire. Comme d’habitude, vous ne faites pas dans la nuance. Certes, tout ce que vous dites sur Mmes Galand et Marghem n’est pas faux, loin de là, mais il semble que vous oubliez à votre tableau de chasse la plus incompétente de toutes, et de loin ! J’ai nommé Joëlle Milquet, nullité absolue doublée d’un monstre d’égocentrisme. Mais peut-être est-elle proche de vos opinions politiques ? Continuez à nous faire pleurer de rire. Bien à vous ! Ch. Bourguignon.

                    Comme vous le constatez, les propos de mon interlocuteur sont très directs ! Auxquels j’ai répondu poliment ce qui suit… Ne vous étonnez pas du « Bonjour, Madame » initial. En effet, ne connaissant pas cette personne, je ne sais pourquoi, j’ai immédiatement pensé que le CH. précédant son nom était le prénom d’une dame !!!

    « Bonjour, Madame,

    Il y a quelques années, déjà, un homme politique local, visé et touché par un extrait d’un de mes articles, avait déclaré, en substance, dans un droit de réponse virulent : « … Vos articles n’intéressent personne… » Et un tas d’autres « amabilités » du même genre et grossières. Aujourd’hui, votre lettre de ce jour lui donne tort et me confirme qu’il y a au minimum une personne qui lit mes « petits papiers sans prétention » : vous. Je vous remercie de rayer, par la même occasion,  mes articles et réflexions de la liste des travaux (littéraires !) inutiles !!!

    Beaucoup plus sérieusement, maintenant. Je vous sais gré de reconnaître le bien-fondé de mes propos à l’égard des deux femmes ministres dont il est question et que je vise particulièrement pour plusieurs raisons.

    La première est que, par leur exemple désastreux, elles causent un tort immense à la cause des femmes qui se battent pour que leurs compétences soient appréciées à leur juste valeur et rémunérées au même tarif que leurs homologues masculins. Un tort immense, également, aux femmes, notamment les jeunes, qui voudraient s’engager et assumer des responsabilités politiques ou autres et qui, à cause de ce contre-exemple, risquent d’être victimes d’un a priori négatif de la part d’une frange machiste de décideurs ; ceux-ci ne manqueront pas, en citant Mesdames Galant et Marghem, de nier leur potentielle capacité à diriger, à gérer et de ne pas leur donner leur chance.

    La deuxième est née de la déception des espoirs que le gouvernement actuel avait fait naître, peut-être naïvement, chez le simple citoyen que je suis. En effet, que d’effets d’annonce, solennels, magistraux, théâtraux, lors de son installation : on allait voir ce qu’on allait voir, une autre gestion (que les gouvernements précédents), courageuse, responsable, impartiale, compétente, claire, dans une vraie concertation avec les interlocuteurs sociaux. Reconnaissez que la gestion de leurs dossiers par ces deux dames est loin de ces déclarations idylliques.

    La dernière est une déception plus générale et « philosophique ». Depuis longtemps, j’ai la conviction que l’avenir du monde est lié au rôle que nos sociétés accepteront de confier aux femmes ; celles-ci ont des talents capables d’apporter un plus, un mieux dans la gestion de tous les domaines de la vie, qu’elle soit sociale, économique et politique. Si nos sociétés développées, dans leur organisation et leur gestion, ne montrent pas d’abord l’exemple de femmes compétentes dans les sphères du pouvoir, comment un rôle élargi et bénéfique de la femme pourrait-il leur être confié dans d’autres sociétés du monde, plus pauvres économiquement et démocratiquement.

     « Comme d’habitude, vous ne faites pas dans la dentelle… » M’écrivez-vous. C’est vrai, je n’aime pas la langue de bois et même si je pèse toujours mes mots, surtout les plus durs, je souhaite rester et m’exprimer en citoyen libre et authentique. Notez que vous ne faites pas dans la dentelle non plus lorsque vous écrivez, « vous oubliez à votre tableau de chasse la plus incompétente de toutes, et de loin, j’ai nommé Joëlle MILQUET, nullité absolue, doublée d’un monstre d’égocentrisme. »(Sic). Je vous l’avoue sans ambages, cette personne me donne parfois des boutons, m’énerve, m’irrite, notamment par une communication où certains, comme vous, voient le monstre dont vous parlez. Pour aller plus loin encore dans la confidence, sachez que dans un premier jet de mon article, j’avais écrit que les deux dames visées me faisaient « presque regretter Joëlle Milquet (et Laurette Onkelinkx) !!! » Mais, par respect pour les deux dames ministres, j’ai retiré cette phrase pour qu’elles ne se sentent pas injuriées par une telle comparaison !!!

    Suggérer que j’ai évité de stigmatiser également Joëlle Milquet parce qu’elle est proche de mes opinions politiques, c’est mal me connaître. Certes, j’ai des opinions politiques, bien ancrées, mais en aucune façon inféodées à des personnes et/ou des partis politiques ; c’est la raison pour laquelle j’ai systématiquement refusé de répondre aux appels du pied de toutes les formations politiques hannutoises depuis (42 ans) que j’habite la région. Mes convictions s’expriment et, surtout, se vivent en dehors des partis, en tant que simple citoyen, enseignant à la retraite, artisan de la chanson française et journaliste, « libre et authentique », j’insiste. Ah ! Si un parti, oubliant tout intérêt partisan et politicien, pouvait promouvoir à la fois la réforme indispensable de notre mieux vivre ensemble, l’égalité sociale, le respect de la planète et de ses habitants, un humanisme démocratique… On peut rêver, mais je ne crois pas que ce soit pour demain.

    Vous terminez en me souhaitant de « continuer à nous faire pleurer de rire. » Cela voudrait-il dire que parfois mes propos sont amusants ? Tant mieux ! J’espère surtout, quand ils abordent des sujets plus sérieux, qu’ils vous font réfléchir et, parfois réagir, comme aujourd’hui, avec une belle franchise que j’ai vraiment appréciée.

    Veuillez accepter, Madame, mes salutations à la fois respectueuses et amicales.

    Bruno Heureux. »

    PS Et suite à l’actualité récente de Madame Milquet, j’ai envoyé à Monsieur Bouguignon, un complément à mon précédant courriel : « Celle que vous qualifiez comme « la nullité absolue » dans votre récent courrier fait aujourd’hui l’actualité ! Si les soupçons qui pèsent sur Madame Milquet s’avéraient et si elle était condamnée, ce qui n’est pas encore le cas, je n’hésiterais pas à adopter à son égard le même ton dur que celui adopté pour parler des deux femmes ministres francophones actuelles. Ma mémoire diminuant au fur et à mesure que ma vie s’allonge, je ne doute pas que vous me rappelleriez ma promesse de ce jour, si je semblais l’oublier, et vous auriez tout à fait raison. Cordialement vôtre. »

                    A bientôt, pour d’autres échanges, courtois et démocratiques.

    Source & texte de > Bruno Heureux.

    L’article débattu en question > http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive